French English

programme Cybelle Méditerranée - copyright Arnal

Publications

Liste des publications et rapports utilisant les données de Cybelle Méditerranée

2015 : Projet Grand Dauphin : Etude et Gestion en Méditerranée (GDEGeM). Compte-rendu de l’étude -> en savoir plus

2015 : Analyse de 23 années de photo-identification du Dauphin de Risso (Grampus griseus) -> en savoir plus

2014 : Le Whale-Watching en Méditerranée française : état des lieux et recommandations. -> en savoir plus

2012 : Habitat préférentiel du Rorqual Commun (Balaenoptera physalus) en Méditerranée nord-occidentale -> en savoir plus

2012 : Synthèse sur la distribution des cétacés dans le Sanctuaire PELAGOS et les eaux adjacentes, mise en relation avec leur environnement. -> en savoir plus

2012 : Importance des canyons sous-marins pour les populations de cétacés et d’oiseaux marins en mer Méditerranée nord-occidentale. -> en savoir plus

2011 : Etude du Grand Dauphin Tursiops Truncatus dans le Sanctuaire Pelagos (Nord-Ouest Méditerranée) -> en savoir plus

2011 : Haut risque de collision entre bateaux et grands cétacés : approche multi-spécifique en mer Méditerranée basée sur la modélisation des habitats préférentiels. -> en savoir plus

2010 : Impact du trafic maritime sur les cétacés -> en savoir plus

2010 : Modélisation prédictive de la distribution de deux grands cétacés (rorqual commun et cachalot) à partir des caractéristiques de leur habitat. -> en savoir plus

2010 : Comparaison entre les données issues de sorties aériennes (hélicoptère) et celles issues des bateaux d’écovolontariat -> en savoir plus

2009 : Analyse de la distribution géographique des cétacés en relation avec les paramètres environnementaux -> en savoir plus

 


 2015 : Projet Grand Dauphin : Étude et Gestion en Méditerranée (GDEGeM). Compte-rendu de l’étude

grand dauphin 2

Résumé

Ce programme s’est déroulé entre 2013 et 2015, et a impliqué différents scientifiques et structures de collecte de données, dont Cybelle Planète.

  • Pour le Golfe du Lion, les résultats montrent un habitat favorable pour le Grand Dauphin de Méditerranée nord-occidentale.
    • Les résultats montrent que les Grands Dauphins y résident toute l’année, avec une fréquentation maximale en été.
    • Les Grands Dauphins sont préférentiellement dans la bande côtière jusqu’à 12 milles nautiques.
    • Les Grands dauphins vivent en groupes, constitués de 17 individus en moyenne (jusqu’à 50 dauphins sont observés régulièrement).
    • On observe des nouveau-nés toute l’année.
    • Les Grands Dauphins se nourrissent préférentiellement derrière les chalutiers.
    • Plus de la moitié des Grands Dauphins photo-identifiés semblent résider dans le Golfe du Lion.
  • Pour l’ensemble de la Méditerranée Française :
    • Les populations de Corse et les côtes continentales semblent distinctes et aucun déplacement entre ces deux régions n’a été observé. On estime les populations à 149 individus pour la Corse, et 714 individus fréquentant les côtes continentales.
    • Des déplacements ont lieu sur de grandes échelles le long des côtes continentales (entre le golfe du Lion et la Provence).

Références

Di-Méglio  N.,  Roul  M.,  David  L.,  Gimenez  O., Azzinari  C.,  Jourdan  J.,  Barbier  M.  et Labach H. 2015. Abondance et répartition spatio-temporelle et fonctionnelle du Grand dauphin dans le Golfe du Lion. Projet GDEGeM  Grand dauphin Etude et Gestion en Méditerranée 2013-2015. Rapport GIS3M, fait par EcoOcéan Institut, BREACH et le GECEM. 79 p.+ 9p annexes.

Labach  H.,  Gimenez  O.,  Barbier  M.,  Jourdan  J.,  David  L.  et  Di-Méglio  N.,  Roul  M., Azzinari C., Robert N.  et Tomasi N., 2015.  Etude de la population et de la conservation du Grand Dauphin en Méditerranée française. Projet GDEGeM Grand Dauphin Etude et Gestion en Méditerranée 2013-2015. Rapport GIS3M. 55 p. + annexes.


2015 : Analyse de 23 années de photo-identification du Dauphin de Risso (Grampus griseus)

Résumé

Les catalogues de photo-identification collectés par de multiples opérateurs, dont Cybelle Planète, ont été mis en commun et analysés.

> Le Dauphin de Risso est particulièrement présent au large de la Provence, comparé au reste des eaux méditerranéennes nord-occidentales.

dauphin risso 3

Référence

Labach H. et al. (2015) Analysis of 23 years of Risso’s dolphins photo-identification in the North-Western Mediterranean Sea, first result on movements and site fidelity. Sci. Rep. Port-Cros natl. Park, 29: 263-266


2014 : Le whale-watching en Méditerranée française : état des lieux et recommandations

Résumé :

Avec une augmentation moyenne du nombre d’opérateurs de + 3,5 % par an, le Whale-Watching commercial constitue un secteur économique touristique en forte croissance en Méditerranée française. Trente-deux opérateurs se partagent actuellement le marché, principalement de juin à septembre. Ils exercent entre La Ciotat et le Lavandou et, dans une moindre mesure, au large de Menton et entre Cannet en Roussillon et Cerbère. Le croisement de cartes de distribution de l’activité et de distribution des cétacés montre que les cinq espèces ciblées par les opérateurs sont exposées, à des niveaux différents, à des risques de dérangement et de collision. Face à ces constats, il apparaît urgent de lancer un programme de gestion de cette activité afin d’en dynamiser les atouts et d’en limiter les impacts négatifs. Les auteurs recommandent ainsi la mise en place rapide d’un label de haute qualité environnementale, dont les bases ont été initiées dès 2007 par Pelagos et ACCOBAMS.

Référence

Mayol P., Di-Méglio N., David L., Couvat J., Labach H., Ratel M., 2014. Le whale-watching en Méditerranée française : état des lieux et recommandations. Sci. Rep. Port-Cros natl. Park, 28: 133-143.


2012 : Habitat préférentiel du Rorqual Commun (Balaenoptera physalus) en Méditerranée nord-occidentale

Résumé

Le Rorqual Commun est un des grands cétacés les plus menacés par le risque de collision avec les navires. Il est nécessaire de pouvoir mieux comprendre et prédire sa présence dans certaines aires. Partant de l’hypothèse que la distribution du rorqual est liée directement à sa nourriture,  un modèle prédictif est proposé. Ce dernier utilise les images satellites relatives à la quantité de chlorophylle a dans les eaux de surface (cette dernière étant directement liée à la richesse en phytoplancton et zooplancton), et les observations de cette espèce en mer collectées, notamment, par Cybelle Planète.

  • Le modèle s’avère fiable à 80% et peut être utilisé pour prédire et analyser la distribution du rorqual commun en mer Méditerranée.
  • Les rorquals suivent les variations saisonnières de nourriture, et peuvent rapidement couvrir de grandes distances. Ils sont plus concentrés dans le bassin Liguro-Provençal en été et en automne, et plus dispersés durant l’hivers et le printemps.

carte repartition

Référence

2012 – Potential feeding habitat of fin whale in the Western Mediterranean Sea. Druon J.N., Panigada S., David L., Gannier A., Mayol P., Arcangeli A., Canadas A., Di-Méglio N., Gauffier P.  Mar. Ecol. Prog. Ser., 464 : 29-306


2012 : Synthèse sur la distribution des cétacés dans le Sanctuaire PELAGOS et les eaux adjacentes, mise en relation avec leur environnement

Résumé :

Cette étude a été menée afin d’apporter une vue d’ensemble et une meilleure compréhension de la distribution des cétacés dans le Sanctuaire PELAGOS. Elle rassemble les données de 16 partenaires français et italiens, dont Cybelle Planète.

Les indices d’abondances relatives obtenus classent comme on pouvait s’y attendre le dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba) en première position avec 0,339 individus par kilomètre, puis le grand dauphin (Tursiops truncatus, 0,021 ind.km-1), suivi du globicéphale noir (Globicephala melas, 0,014 ind.km-1), du rorqual commun (Balaenoptera physalus, 0,012 ind.km-1), du dauphin de Risso (Grampus griseus, 0,006 ind.km-1), et enfin du cachalot (Physeter macrocephalus 0,002 ind.km-1)….

Globalement, cette synthèse permet d’apporter des éléments de référence pour l’ensemble du Sanctuaire pour six espèces de cétacés et de définir les habitats favorables potentiels des deux grandes espèces sur une période de plus de 10 ans. Ces cartes pourront être utiles aux gestionnaires pour estimer les zones potentiellement menacées par certaines activités anthropiques.

Référence :

Laran S. et al. (2012) Synthèse sur la distribution des cétacés dans le Sanctuaire PELAGOS et les eaux adjacentes, mise en relation avec leur environnement. Scientific Reports of Port-Cros national Park. 2012 – 26:119-147


2012 : Importance des Canyons sous-marins pour les populations de cétacés et d’oiseaux marins en mer Méditerranée nord-occidentale.

Cette revue résume l’état des connaissances sur la relation entre l’abondance des cétacés et oiseaux marins et les canyons sous-marins.

Les canyons sous-marins sont nombreux en mer Méditerranée nord-occidentale. L’étude se concentre sur les canyons du Golfe du Lion, de Provence, et de Corse. Six années de collecte d’informations sur les cétacés et les oiseaux marins, notamment par Cybelle Planète, sont étudiées. Les facteurs suivant ont été pris en compte : nombre d’espèces et leur abondance relative, le comportement des animaux, et les données relatives à la nourriture disponible.

  • La pente continentale et les canyons constituent l’aire d’alimentation principale pour plusieurs espèces de cétacés et d’oiseaux marins : Dauphin de Risso, Cachalot, Puffin cendré, Puffin de Méditerranée
  • Les canyons sont une aire d’alimentation secondaire (mais importante) pour les Dauphins Bleu et Blancs, les Globicéphales qui s’y rendent plutôt à la fin de la journée (lors des remontées de plancton).
  • Les canyons sont un lieu d’alimentation plus ponctuel pour le Rorqual Commun, qui va s’y rendre plutôt en hiver ou au printemps lorsque que la production primaire est au plus bas.

Ainsi, considérant la concentration de ces espèces au niveau des canyons sous-marins, il serait profitable d’inclure ses zones dans les mesures de protections des aires marines.

carte canyon

Référence :

David L. & Di-Megio N. (2012) Role and importance of submarine canyons for cetaceans and seabirds in the north-western Mediterranean sea. IUCN. Mediterranean Submarine Canyons – Ecology and Governance. M. Würtz Ed.


2011 : Etude du Grand Dauphin Tursiops Truncatus dans le Sanctuaire Pelagos (Nord-Ouest Méditerranée)

Résumé :

grand dauphin 3

Le sanctuaire Pelagos est la plus grande Aire Marine Protégée de Méditerranée, avec 87500 km² de surface. Il est courant d’y observer rorquals, cachalots, dauphins, globicéphales…  Bien que la présence du Grand Dauphin y soit bien documentée, sa distribution et son abondance sont relativement méconnues. En 2006, la population de grands dauphins dans le Sanctuaire Pelagos était estimée à près de 1000 individus. Compte tenu du manque d’informations sur cette population méditerranéenne, elle a été classée comme DD (Data Deficient) dans la liste rouge de l’IUCN, depuis 2006. Les populations ont, en quelques décennies, dramatiquement diminué avec la dégradation de leur habitat, la surpêche et la chasse. Il apparaissait urgent de mettre en place un programme dédié aux grands dauphins de Méditerranée Occidentale !

Dans cette étude, 13 ans de données issues de 10 organismes observateurs dont Cybelle Planète ont été valorisées. La photo-identification a été utilisée pour connaître les déplacements et l’abondance de cette espèce dans le sanctuaire.

  • On rencontre le Grand Dauphin près des côtes : les résultats montrent qu’à l’intérieur du sanctuaire, le Grand Dauphin se rencontre surtout proche de la côte, dans des zones inférieures à 200m de profondeur.
  • Le Grand Dauphin présente un comportement plutôt sédentaire, dans un territoire de 50 kilomètres carrés en moyenne.
  • Deux groupes distincts vivent préférentiellement à l’Est du Sanctuaire (population Italienne) et autour de la Corse (Population Corse).

Ces nouvelles informations sont essentielles pour adapter les mesures de protection du Grand Dauphin en Méditerranée : des groupes sédentaires dans des habitats peu étendus et proches des côtes.

Ces résultats nous indiquent que, compte tenu de leur mode de vie, les populations de Grands Dauphins sont les premières impactées par le trafic maritime (plaisance et commerce), la pollution (déchets et pollution chimique) et la surpêche.

Il pourrait être envisagé de demander à ce que les aires reconnues comme étant essentielles à la sauvegarde de cette espèce soient classées « Zones Spéciales de Conservation » (ou ZSC). Le fait que le Sanctuaire Pelagos soit le fruit d’un accord international devrait faciliter la mise en place de telles mesures, que ce soit au sein du sanctuaire ou dans les zones limitrophes. Il est à noter que depuis la publication de cet article, des ZSC ont été mise en place dans le Sanctuaire Pelagos, notamment autour de la Corse.

Référence :

Gnone G. et al. 2011. Distribution, abundance, and movements of the bottlenose dolphin (Tursiops truncatus) in the Pelagos Sanctuary MPA (north‐west Mediterranean Sea. Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems, 17p.


2011. Haut risque de collision entre bateaux et cétacés : approche multi-spécifique en mer Méditerranée basée sur la modélisation des habitats préférentiels.

Résumé

cachalot 2

Les collisions avec les bateaux sont une des principales menace auxquelles doivent faire face les cétacés en Méditerranée. Bien que le Rorqual commun (Balaenoptera physalus) et le Cachalot (Physeter macrocephalus) ne fréquentent pas les mêmes milieux (le cachalot vers le talus continental et le rorqual plus au large), cette étude cherche à montrer dans quelles zones les deux espèces sont susceptibles d’être rencontrées en même temps, afin de définir des zones réglementées.

Des données récoltées sur 10 ans par près de 14 organismes français et italiens, dont Cybelle Planète, ont servis à établir un modèle visant à définir les habitats préférentiels des cétacés, et en parallèle, une base de données sur les trafics de bateaux (commerciaux, ferries,…) traversant la zone Pelagos. En croisant modèle et base de données, les aires à haut risque de collisions ont ainsi pu ressortir.

Il ressort que les rorquals ont plus de risque de collision au large et avec les ferries (de nuit) et les navires marchand, tandis que les cachalots auraient plus de chance d’être percutés par des navires marchands le long des côtes et par les ferries ralliant les îles.

Plusieurs recommandations ont été proposées pour éviter au maximum les collisions. Tout d’abord, pour les grands navires commerciaux d’avoir une personne dédiée à l’observation des cétacés pendant la navigation, et utiliser les outils de détection pendant la nuit. Ensuite, de signaler la présence des cétacés à travers des systèmes collaboratifs innovants tel que le système REPCET.

Référence :

David L. & Di-Méglio N. 2011. High risk area of collision between vessels and cetaceans : a multi-specific approach in the Mediterranean Sea based on the modelisation of preferential habitat. 25th Conference of the European Cetacean Society, 20-23 March 2011, Cadiz, Spain, 2011.


2010 : Impact du trafic maritime sur les cétacés

Résumé

Ce rapport fait la synthèse des connaissances sur l’impact du trafic maritime sur les cétacés. Plusieurs points sont abordés :

  • Le comportement des cétacés face au trafic maritime,
  • Les facteurs influençant le dérangement des cétacés,
  • La pollution sonore liée à la navigation,
  • Les collisions,
  • Les autres impacts : la pollution,
  • Proposition de mesures de gestion et de techniques afin de limiter l’impact du trafic maritime sur les cétacés.

Référence

Di-Méglio N., David L., Capoulade F., Gambaiani D., Mayol P., McKenzie C., McKenzie E. & Schneider M., 2010. Synthèse des connaissances sur l’impact du trafic maritime. Programme de recherche PELAGOS France 2007/2009. Rapport final GIS3M. 334 p.


2010 : Modélisation prédictive de la distribution de deux grands cétacés (rorqual commun et cachalot) à partir des caractéristiques de leur habitat.

Résumé

Les données utilisées ont été récoltées sur 10 ans, par des organismes de recherche et de collecte de données, comme Cybelle Planète. Elles concernent les observations de Rorquals communs (Balaenoptera physalus) et de Cachalots (Physeter macrocephalus) suivant les protocoles de suivi avec effort expert. Ces données ont été confrontées aux facteurs environnementaux qui caractérisent les habitats des grands cétacés (bathymétrie, température, production primaire, présence de phytoplancton).

Grâce à deux modèles, il est possible de générer des cartes prédictives sur les habitats favorables des rorquals et cachalots. Les cartes d’habitats favorables peuvent être utilisées afin de suivre l’évolution de la répartition des espèces en haut de la chaîne alimentaire en réponse aux changements des variables environnementales. Plus concrètement, elles peuvent servir de base aux études visant à définir les zones à risque (collision, captures accidentelles, …) ou les zones vitales (zone d’alimentation favorable) sur lesquelles il faut prendre des mesure de gestion pour préserver ces espèces menacées.

Référence

2010 – Modélisation prédictive de la distribution de deux grands cétacés (rorqual commun et cachalot) à partir des caractéristiques de leur habitat. David L., Di Fulvio T., Di-Méglio N., Delacourtie F., Monestiez P. et Laran S. Colloque « Ecologie 2010 », Montpellier (France), 2-4 septembre 2010.


2010 : Comparaison entre les données issues de sorties aériennes (hélicoptère) et celles issues des bateaux d’écovolontariat.

Cette étude compare les données collectées à partir de bateaux (d’écovolontariat), par exemple Cybelle Planète, avec des données aériennes issues de sorties en hélicoptère et collectées par des scienfitiques.

Ce comparatif met en évidence que les données collectées sur les bateaux d’écovolontariat sont tout à fait comparables aux données aériennes scientifiques. De plus, elle présentent l’avantage d’être collectées tout au long de la journée (et non pas sur une sortie de quelques heures) et ainsi de prendre en compte les variations dues aux comportements et à l’écologie des cétacés.

Il est toutefois précisé que la qualité scientifique des encadrants reste une conditions essentielle à la bonne collecte des données par les écovolontaires.

Référence :

2010 – Potential and limits of aerial surveys for the monitoring of marine mammals. David L., Di-Méglio N., Paklepa B. and Monestiez P. Eur. Research on Cetacean 24, Stralsund (Germany), mars 2010.


2009 : Analyse de la distribution géographique des cétacés en relation avec les paramètres environnementaux.

Résumé

Dans le cadre du Groupement d’Intérêt Scientifique pour les Mammifères Marins en Méditerranée et leur environnement (GIS3M), seize structures, dont Cybelle Planète, ont décidé de mettre en commun leurs données sur les cétacés du Sanctuaire Pélagos. L’ensemble des observations a permis de générer des indices d’abondance pour les 6 principales espèces dans le Sanctuaire Pélagos :

  • 117 rorquals commun / 100 km
  • 15 cachalots / 100 km
  • 143 globicéphales noirs / 100 km
  • 57 dauphins de Risso / 100 km
  • 208 grands dauphins / 100 km
  • 3395 Dauphins Bleu et Blancs / 100 km

Le Grand Dauphin est l’espèce dont la zone de fréquentation est la plus restreinte (près des côtes).

Le Rorqual Commun ou le Dauphin Bleu et Blanc ont des habitats très étendus et sont fréquemment observés en association avec d’autres espèces.

Le Dauphin de Risso, le Globicéphale, et le Cachalot, tous les 3 teutophages (se nourrissant de calamars, seiches, ...), se sont répartis l’espace et sont très rarement observés dans le même secteur.

carte obs 2009

Référence

Delacourtie F., Laran S., David L. & Di-Méglio N., 2009. Analyse spatio-temporelle de la distribution des cétacés en relation avec les paramètres environnementaux. Programme de recherche PELAGOS France 2007/2009. Rapport final GIS3M. 262 p