Lors de cette mission, vous aurez l’opportunité de contribuer à un programme de reboisement des mangroves du lac Ahémé et de ..." />
French English

Plantation de mangroves et éducation environnementale au lac Ahémé et Avloh, Bénin

Résumé

Lors de cette mission, vous aurez l’opportunité de contribuer à un programme de reboisement des mangroves du lac Ahémé et de Avloh et au Bénin et d’éducation à l’environnement. Ce programme est conduit par une ONG locale et intègre les populations riveraines de manière à leur permettre de développer une activité économique durable.

mangrove resume

 

Présentation

La région du Lac Ahémé constitue une zone d’alimentation et de repos pour de nombreux d’oiseaux d’eau migrateurs dont la plupart ont un grand intérêt écotouristique. C’est la région qui accueille le plus grand nombre de touristes au Sud-Bénin, ce qui représente un levier économique qui tend à compenser la baisse des revenus liés à la pêche locale.

Les rives du Lac Ahémé connaissent une forte érosion favorisée par l’activité humaine (agriculture, constructions de pirogues, déforestation…). Cette dernière a pour conséquence directe l’ensablement des eaux et donc une diminution sans précédent de la productivité halieutique du lac, contraignant au chômage une frange importante de la population. En attendant un dragage éventuel du lac, il urge de promouvoir des activités d’insertion des pêcheurs, le tourisme est une des solutions les plus viables et permettrait de réduire rapidement la pauvreté des habitants de cette région car actuellement les populations locales sont trop peu associées au tourisme local.

Le projet a mis en place au lac Ahémé un programme d’écotourisme qui permet aujourd’hui de recevoir en moyenne 60 touristes par mois. Ces derniers sont accueillis par les villageois, qui peuvent ainsi gagner des revenus additionnels à leurs activités de pêche.

Pour contribuer à la compensation des émissions de CO2 causées par l’exploitation touristique de cette région, il a été initié une action de plantation de palétuviers. Cette solution est considérée comme la meilleure alternative du fait de la résistance de cette plante et de sa contribution à la restauration de la faune halieutique du lac (qui reste la première source de revenus des communautés riveraines du Lac Ahémé).

Cette mission s’intéresse également à l'arrondissement d'Avloh, qui présente également un système de mangroves. La bouche du Roy est un site d’escale très important pour les sternidés, comme par exemple la sterne de baleiniers (Sterna balaenarum). Ces oiseaux migrateurs sont un très bon bio-indicateur de la santé de l’écosystème d’Avlo et de Grand-Popo en général. Le besoin de préservation de l’écosystème de mangrove y est donc très important car il constitue une zone de nidification des espèces d’oiseaux migrateurs.

Depuis 2009, l’ONG a commencé à planter des palétuviers au Lac Ahémé. Cette opération est dirigée sur place par les membres de l’ONG et les populations locales du village de Kpétou. Malgré quelques difficultés liées aux techniques de plantation et aux inondations rencontrées au départ, les méthodes de pépinière et de transplantation sont aujourd’hui bien avancées.

Le rétablissement des formations de mangrove permettra de restaurer l’habitat des poissons et participera à une meilleure protection des berges du lac Ahémé.

Le projet d’accueil est une ONG Béninoise dont la mission est de promouvoir le développement humain au niveau local et national à travers l’aménagement et la valorisation des ressources naturelles à des fins d’écotourisme et d’éco-développement.

Les écovolontaires participant à cette mission seront intégrés à une équipe de travail locale, constituée de villageois riverains du Lac Ahémé, et de membres de l’ONG Béninoise. Ils contribueront aux différentes étapes du processus de plantation des mangroves : du ramassage des propagules et à la mise en pépinière à la plantation des palétuviers. Aux côtés des membres des clubs environnement locaux. Ils participeront aussi au travail éducatif et pédagogique effectué auprès des populations locales sur la nécessité de protéger les mangroves.

Localisation / Habitat

La zone du projet s’étend sur les communes de Comé, Bopa et de Kpomassè dans le site Ramsar 1017. Elle concerne directement les localités riveraines du Lac Ahémé à savoir : Kpétou (Département du Mono, Commune de comè et Arrondissement d’Agatogbo), Dégoué (Département du Mono, Commune de comè et Arrondissement d’Akodéha); et l'arrondissement de Avlo (commune de Frand Popo).

La superficie du Lac Ahémé varie d’environ 85 km² à l’étiage à 126 km² à la crue. Les marécages de tête de lac (basse vallée du Couffo) s’étendent sur près de 40 km². L’ensemble lac-marécages de tête de lac a une longueur totale de 35 km et une largeur moyenne de 3,6 km (maximum : 5,5 km). La limite Sud du Lac Ahémé se fond dans la zone inondable de la région côtière par le biais du chenal Aho. Ce chenal déversant dans la partie occidentale de la lagune côtière est en communication avec la mer.

L’arrondissement d’Avlo est également constitué d’un écosystème de mangrove. Il est situé dans la commune Grand Popo, et abrite le site de la bouche du Roy qui accueille des centaines de sternidés chaque année.

Habitat

La zone présente un relief relativement bas dominé par une zone de plaines argilo-sableuses et des zones de pénéplaines inondables. La température moyenne oscille autour de 27,3°C avec un minimum de 22°C en mars. L’humidité relative moyenne journalière est plus faible à 13 h et oscille autour de 60%. La pluviométrie varie entre 900 et 1100 mm par an.

Climat équatorial, à forte humidité. Saison sèche de novembre à mars et de mi-juillet à mi-septembre. Saison des pluies : d’avril à mi-juillet et de mi-septembre à octobre.

Pour en savoir plus sur les conditions météorologiques locales

Espèces

Deux espèces de palétuviers existent au lac Ahémé, il s’agit Rhizophora racemosa et de Avicennia africana. Ce sont ces deux espèces qui sont sélectionnées pour les activités de restauration des mangroves. L'origine locale de ces espèces permet d'éviter toute introduction exotique qui viendrait perturber les écosystèmes locaux.

La faune aviaire est très riche dans la zone en raison de l’existence de nombreuses zones humides où l’on rencontre notamment les canards d’eau, les poules d’eau, les hérons... La faune halieutique du Lac Ahémé est assez variée avec 71 espèces de poissons recensées, soit 67 % de la faune ichtyologique des zones humides du Sud-Bénin.

Au niveau de la faune reptilienne, quatre catégories ont été identifiées : les crocodiles, les varans, les tortues et les serpents. Parmi les primates, les vervets et les Monas représentent l’essentiel de cette race. Ils occupent les forêts reliques et forêts sacrées à l’Ouest du lac Ahémé et sont dispersés à travers les villages.

Implication de l'écovolontaire

Les écovolontaires seront activement impliqués dans les activités de plantation et de sensibilisation des acteurs locaux et du suivi des plantations.

  • Ils participeront au ramassage de propagules (jeunes plants) récoltées dans les poches de mangroves existantes dans quelques localités du Lac Ahémé

  • Ils participeront à la mise en pépinière des propagules (jeunes plants) qui sont placés dans un endroit comprenant les nutriments essentiels à leur pousse puis conservés dans les nurseries six mois au moins en fonction du stade d'évolution auquel ils sont récoltés.

  • Ils participeront à la transplantation des jeunes palétuviers dans les zones requises ;

  • Ils participeront à la surveillance des zones de plantation avec les planteurs villageois organisés en binômes

  • Ils iront à la rencontre des communautés afin d'obtenir une participation bénévole et spontanée des populations en vue de la mise en œuvre des activités, et ainsi, une amélioration de leur comportement vis-à-vis des mangroves.

  • Ils accompagneront les clubs environnement et écoguides dans le développement des activités de protection.

  • Ils développeront des supports éducatifs (affiches) expliquant le rôle que joue la mangrove sur la qualité de l'eau et la réduction de la pollution.

  • Ils réaliseront des campagnes multimédia dans les écoles et les communautés (projection de film, photos).

Stagiaires

Cette mission n’accepte pas les stagiaires.

Exigences et contraintes

Pour participer à cette mission :

  • Vous devez avoir entre 18 et 65 ans, et une bonne condition physique (vous devez marcher plusieurs kilomètres par jour et vous déplacer en moto).

  • Les transferts en motos se font à l’arrière du guide local.

  • Ce projet requiert des aptitudes de travail en zones humides avec la possibilité d’utilisation de pirogues ou de petites barques.

  • La mission ne nécessite aucune compétence particulière mais il est conseillé aux écovolontaires de se documenter et d'avoir quelques notions sur la mangrove et la gestion des zones humides. Il est également utile d’avoir des aptitudes en matière de communication et d’éducation.

  • Durant la mission, la consommation d’alcool et de drogues est strictement interdite. Les femmes devront également veiller à porter des vêtements couvrant.

Avant de vous inscrire :

  • Il est important de prendre connaissance de la documentation détaillée à télécharger (voir à droite de ce texte).
  • Vous devrez nous renvoyer le formulaire d'aptitude médicale (joint au à la documentation détaillée) rempli et signé par vous et votre médecin traitant.
  • Vous devrez nous faire parvenir un CV et une lettre de motivation (par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Langue(s) utilisée(s)

Français

Conditions pour les mineurs

Les mineurs ne sont pas acceptés.

Déroulement

Jour 1 : Départ de l’aéroport international de Cotonou pour l’hôtel (situé à Cotonou), rencontre du staff du projet et cours d’immersion culturelle,

Jour 2 : séance d’immersion culturelle, encadrement et formation dans la matinée. Départ en début d’après-midi pour le lieu d’hébergement,

Jour 3 au jour 13 : travaux de plantation et de sensibilisation et autres activités/tâches planifiées,

Jour 14 : Retour à Cotonou et restitution-synthèse de la mission,

Jour 15 : Départ de l’aéroport international de Cotonou pour le pays d’origine.

Hébergement

La première nuit vous serez logé à Cotonou dans un hôtel ou une maison d’hôte dotés de chambres confortables avec sanitaires. Dans la zone du lac Ahémé, vous serez logé dans un éco-gîte situé à 85 km de Cotonou. Les chambres sont dotées de sanitaires et de toilettes sèches. En fonction du nombre d’écovolontaires participant vous pourrez être amené à partager votre chambre avec une autre personne. Les écovolontaires sont responsables du ménage de leur chambre et devront aller chercher leur eau pour la douche (seau).

Les écovolontaires prendront leurs repas auprès de restaurateurs locaux, (inclus dans le prix). Le midi un simple pique-nique pourra être organisé, pour des questions de pratique. Il est possible de proposer des repas adaptés aux personnes ayant un régime particulier, ces dernières devront toutefois le signaler avant leur départ.

Capacité

12 écovolontaires maximum.

Dates et frais de mission

Frais de mission 2017

Particuliers : montant du don "mission"

  • 15 jours/14 nuits : 1364 € (hors déduc. fiscale)
  • Chaque semaine supplémentaire : 455 € (hors déduc. fiscale)

Missions de plus de 8 semaines : Une réduction de 15% est appliquée sur la totalité des frais de mission

Etudiants et demandeurs d'emploi* : montant du don "mission"

  • 15 jours/14 nuits : 1071 €
  • Chaque semaine supplémentaire : 357 €

Missions de plus de 8 semaines : Une réduction de 15% est appliquée sur la totalité des frais de mission

* La réduction des frais de mission ne sera appliquée qu'à condition de la réception d'un justificatif.

Congés éco-solidaires :

Le congé éco-solidaire permet aux salariés de partir en mission durant leurs congés avec le soutien financier de leur employeur. en savoir plus

  • 15 jours/14 nuits : 1568 € (hors déduc. fiscale)
  • Chaque semaine supplémentaire : 523 € (hors déduc. fiscale)

Déduction fiscale : Pour les particuliers, la participation vous donne droit à une déduction fiscale de 66 %. Ainsi pour un don de 1364 € ce projet ne vous coûtera réellement que 464 €.

Pour les entreprises, la participation de vos employés vous donne droit à une déduction fiscale de 60%. Ainsi pour un don de 1568 € ce projet ne vous coûtera réellement que 627 €.


 

 Les frais de mission incluent :

  • le transfert de/vers l’aéroport,
  • l’hébergement en pension complète,
  • la nourriture et l’eau,
  • l’encadrement sur place.
Les frais de mission n'incluent pas :
  • le voyage jusqu'à l'aéroport,
  • les dépenses occasionnées hors mission
  • l'adhésion à l'association
  • votre assurance voyage (facultative)

Dates 2017

Les écovolontaires choisissent leurs dates de participation, sous réserve de l'acception par l'équipe d'accueil. Les volontaires peuvent être accueillis entre Novembre et Avril.

Informations de voyage

Vous organisez votre voyage jusqu'à l'aéroport de Cotonou (Bénin). A votre arrivée un membre du projet vous accueillera à l’aéroport. Après une première nuit à Cotonou vous rejoindrez la zone de travail (à environ 80 km de Cotonou).

Organisation du voyage

Vous devez organiser par vous même votre voyage jusqu'au projet : transport, visa, vaccinations si nécessaire, ....

Vous trouverez sur notre site web des informations concernant les visas.

Cybelle Planète peut se charger pour vous de réserver vos billets d'avion, ce service est optionnel.

Conditions Générales de participation

Les conditions générales de participation aux missions d'écovolontariat de Cybelle Planète sont consultables en ligne et téléchargeables. Nous vous invitons fortement à les consulter.

Engagement de l'écovolontaire

Avant de vous engager en tant qu'écovolontaire vous devrez avoir pris connaissance et accepté l' engagement de l'écovolontaire , à consulter en ligne ou à télécharger.

Cotisation annuelle

Cybelle Planète est une association française loi 1901, les séjours d'écovolontariat sont réservés aux membres adhérents à jour de leur cotisation annuelle de 50 €. Cette adhésion vous donne automatiquement accès à une assurance (incluant responsabilité civile, rapatriement, frais médicaux).

En savoir plus sur les adhésions

Assurance

En plus de l'assurance inclue dans votre adhésion, nous vous conseillons de souscrire également une assurance annulation, perte ou dommage de bagages, retard d'avion... Cybelle Planète vous proposera une assurance lors de votre pré-inscription (optionnel). Pour en savoir sur les assurances

Engagements éthiques de Cybelle Planète

Cybelle Planète est une association à but non lucratif. Les bénéfices sont totalement dédiés au fonctionnement de l’association pour atteindre ses objectifs ! Depuis toujours, nous choisissons le partage, l’équité et la solidarité pour toutes nos actions.

Nos engagements

Ethique de Cybelle Planète

Déduction Fiscale

La participation à une de nos mission d'écovolontariat est réservée à nos adhérents "soutien" qui versent à Cybelle Planète un don "mission" en complément de leur engagement sur le terrain. Chaque don effectué à Cybelle Planète ouvre droit à une déduction fiscale (pour les entreprises ou les personnes assujetties à l'impôt sur les sociétés ou sur le revenu en France).

En savoir plus sur la déduction fiscale

Formulaire d'aptitude médicale

Votre inscription ne pourra être validée sans que nous ayons reçu votre formulaire d'aptitude médicale remplit et signé par vous et votre médecin traitant.

Afin de pouvoir éviter d’éventuelles difficultés, nous vous demandons de bien vouloir nous décrire, le plus honnêtement possible, votre état physique et émotionnel.
Quelle que soit la situation médicale, tous les projets ont vocation à accepter un maximum de participants. Pour cette raison, ils restent à l’écoute et se montrent très compréhensif quant aux divers problèmes de santé que peut connaître un candidat. Toutes les solutions sont envisagées pour permettre au candidat de participer au projet et ce, quel que soit son état de santé, et dans la mesure du possible.
Les conséquences de déclarations médicales mensongères et/ou omises peuvent s’avérer très contraignantes pour toute l’équipe impliquée dans la mission, voir dangereuses dans certains cas (missions en haute mer, dans des sites très isolés…). Ainsi, toute fausse déclaration, omission ou information mensongère pourra être sanctionnée par l’exclusion immédiate et définitive du participant à ses frais et sur décision exclusive et unilatérale du projet. 

Télécharger le formulaire pour une mission francophone

Télécharger le formulaire pour une mission anglophone

Témoignages d'écovolontaires pour cette mission