French English

Carnets de bord des missions cétacés 2017

 

Grand Tour Méditerranée 

> Pour en savoir plus sur cette mission

Expédition du 01 au 10 avril 2017 au départ de Hyères

Expédition du 12 au 21 avril 2017 au départ de Calvi

Expédition du 27 mai au 10 juin 2017 au départ de La Valette

Expédition du 12 au 21 juin 2017 au départ de Lefkada

Expédition du 23 juin au 2 juillet 2017 au départ de Corfou

Expédition du 4 au 13 juillet 2017 au départ de Corfou

Expédition du 26 juillet au 4 août 2017 au départ de Kalamata

Expédition du 07 au 21 août 2017 au départ de Catane

Expédition du 24 août au 01 septembre 2017 au départ de Milazzo

Expédition du 04 au 13 septembre 2017 au départ de Cagliari

Expédition du 15 au 24 septembre 2017 au départ de Porto-Vecchio

Expédition du 26 septembre au 05 octobre 2017 au départ de Calvi

 

Expédition Pelagos 

> Pour en savoir plus sur cette mission

Expédition du 15 au 21 juillet 2017 au départ de Hyères

Expédition du 22 au 28 juillet 2017 au départ de Hyères

Expédition du 29 juillet au 04 août 2017 au départ de Hyères

Expédition du 05 au 11 août 2017 au départ de Hyères

Expédition du 12 au 18 août 2017 au départ de Hyères

Expédition du 19 au 25 août 2017 au départ de Hyères 

 

 

Grand Tour Méditerranée

Expédition du 01 au 10 avril 2017 au départ de Hyères    

1er Jour – 1er Avril 2017- EcÔ et ses nouveaux poissons

Carnet de Bord Cybelle Planete 201710 heures – EcÔ la mascotte Caretta Caretta accueille ses nouveaux amis : Béa, Evelyne, Aurélien, Sylvie, Marie, Géraldine, guidée par Andy le skipper et Céline l'Ecoguide et Directrice de Cybelle Planète. Tous au taquet, prêts à embarquer et naviguer, nous fûmes désarçonnés par le mauvais temps. Les bulles (de Champagne) mirent en effervescence l'imagination des moussaillons qui pondirent de jolis poissons d'Avril. Nous partîmes à 8 poissons moussaillons et nous arrivâmes à 16... Après avoir rangé notre avitaillement, nous prenons notre premier repas en commun (pâtes tomates basilic) et faisons un tour de table pour apprendre à nous connaître. Cette première mise en bouche avalée, nous écoutons attentivement les instructions de notre super skipper. Puis notre écoguide nous fait une présentation des mammifères marins : les odontocètes et les mysticètes. Après cette journée bien chargée et un petit dîner, nous partons rejoindre nos cabines pour le repos du soir en espérant bien partir le lendemain. La nuit fut humide au port d'Hyères, il fait toujours bon dans le sud ! Ô Rage, Ô Désespoir, Ô Avocet chéri, vas-tu battre de tes ailes (wou wou wou Youuuu) vers l'horizon infini ?

2ème jour – 2 avril – En avant !

Carnet de Bord Cybelle Planète 20178h. Hop hop hop, branle-bas de combat ! Petit déj’ des moussaillons avant une formation sur la biodiversité marine, ponctuée d'un quizz pour voir si on a bien écouté. A quelques pièges près, on a bien écouté ! Nous enchaînons sur une formation concernant la nouvelle application OBSenMER.

14h déjà ! Déjeuner rapide avant le départ attendu ! Nous nous préparons chaudement car il vente et (presque) pleut. EcÔ nous suit sur le pont et nous tentons d'aller mettre de l'essence. Le poisson d'avril est passé, mais la machine à carte bleue ne fonctionne pas !! Nous partons en direction de Port-Cros où nous ferons le plein plus tard.  La pluie arrive, peu importe, un jeune moussaillon à la barre nous mène à bon port : Aurélien, surnommé James West. On s'amarre à la bouée 20, il est déjà 18h. Préparation culinaire : tarte aux pommes sur un lit de compotée caramélisée au rhum... La digestion nocturne se fera au grès des vagues.

3ème jour – 3 avril – Premières obs

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Ouverture des yeux : ciel bleu ! Hourra ! Tout le monde à la manœuvre, petit déjeuner copieux expédié. C'est parti pour nos premières observations ! Mise en application des différentes directives reçues la veille : utilisation de l'application OBSenMER, jumelles ajustées, critérium aiguisé. C'est dans une excitation collective que nos 14 yeux cherchent toute trace de vie, sous la surveillance d'EcÔ. La matinée test a été fructueuse : pélagies, mola mola, vélelles étaient au rendez-vous. Ces premières observations nous ont mis du baume au cœur et de l'allant pour débuter les observations en conditions réelles. Après une petite collation au soleil sur le pont, nous avons attaqué avec sérieux nos premières observations. Le temps est au beau fixe et nous traversons un canyon à cétacés potentiels. Sans succès, nous retenterons notre chance demain ! EcÔ, quant à elle, s'est promenée sur le pont toute la journée...

4ème jour – 4 avril – La traversée

Départ 5h du Lavandou direction Calvi. Certains écovolontaires courageux ont pu assister à un magnifique lever de soleil sous un ciel dénué de nuages et encore parsemé d'étoiles. Celles-ci s'éteignent au fur et à mesure de l'avancée du jour. Les premiers quarts se mettent en place, et tout en concentration, scrutent la mer... la matinée s'écoule sans événement particulier et Céline nous prépare un gâteau à la banane pour nous donner de l'entrain.

Deux dauphins bleus et blanc attendent la fin du chrono pour se manifester, les filous ! Au tout dernier quart de la journée, un petit plaisantin vient nous faire un clin d'œil à l'étrave de l'Avocet. Cela  nous donne un coup de tonus pour finir cette journée qui fut surtout riche en vélelles et autres pélagies. Nous arrivons vers minuit dans la baie de Calvi, guidés par la citadelle éclairée...

2017 carnetsdebords cybelle 4

5ème jour – 5 avril – La queue du groin (à défaut du cétacé)

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous nous réveillons avec une superbe vue sur la citadelle de Calvi. Aurélien profite de ce cadre pour faire un plouf rafraîchissant avec EcÔ ; il fut rapidement suivi par Evelyne et Marie en « petites sirènes ».

Nous quittons la baie de Calvi et commençons les premières observations. Les conditions météo n'étant pas requises (forte houle, vent et quelques malades), nous décidons de longer la côte en direction de Girolata. Une bonne partie de l'équipage consacre l'après-midi à un repos réparateur ! Nous arrivons à Girolata et gonflons l'annexe pour poser pied à terre en espérant pouvoir prendre une bonne douche. On nous ouvre les douches en nous précisant qu'il n'y a pas d'eau chaude (ah aha rigolade...). Peu importe quelques courageux se rafraîchissent! Après une petite balade, nous rentrons au bateau pour le repas et entamons une partie enflammée de petits cochons à lancer comme des dés, polémiquant dans la bonne humeur sur les points à attribuer.

6ème jour – 6 avril

Nous quittons Girolata et démarrons nos observations. Nous constatons encore qu'il reste des progrès à faire sur la sensibilisation aux déchets car la mer reste encore et toujours le réceptacle de trop nombreux déchets : plastiques de packs d'eau, barquettes alimentaires, restes de bouées, polystyrène, bouchons... En revanche, toujours pas de cétacés !

Le soir, nous amarrons au port de Cargèse où nous pourrons nous doucher à l'eau chaude, faire quelques courses et se balader sur les hauteurs du village. 

2017 carnetsdebords cybelle 6

7ème jour - 7 avril – Nous sommes nargués !

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Réveil à Cargèse sous un magnifique ciel bleu et une mer d'huile. Les conditions sont idéales pour une nouvelle journée d'observation. Après quelques courses et réparations diverses, nous remettons le cap vers le Nord. La matinée s'écoule, n'observant rien de plus que des vélelles, quelques pélagies et oiseaux marins (puffins cendrés et de méditerranée). Céline nous propose de faire une écoute des fonds marins avec l'hydrophone. Nous écoutons attentivement : rien à l'horizon ! Où sont-ils ? Que se passe-t-il ? Un poisson lune (mola-mola) nous fera tout de même un petit intermède.

Nous décidons de prolonger notre quart (347 !!!) pour maximiser nos chances d'apercevoir un cétacé : rien n'y fait !

Le temps est superbe, tout comme les calanques de Piana au bord desquelles nous voulons mouiller. Nous tentons de nous arrêter dans première crique avec un orin : sans succès, trop de rochers ! Nous passons donc la nuit dans la baie Castagna non loin de là. Nous profitons d'un superbe coucher de soleil quand un grand dauphin fait son apparition non loin de nous : les dauphins sont décidément nargueurs ! Deux grands dauphins viendront par la suite tourner autour du voilier dans l'excitation collective, nous profitons de cet instant tout en admirant le couché de soleil. Oh surprise !!! La tour de guet se pare de toutes ses lumières ! Orange, bleu, rouge, violet...

8ème jour – 8 avril – Des requins !

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous quittons les calanques de Piana dès 7h30, la météo est parfaite ; mer pétole, vent « petite brise » horizon dégagé... tous les indices sont réunis pour une journée parfaite...

Nous avons la chance de voir deux requins bleus qui chassent en surface, un calamar. Après une longue attente, on décide de réécouter les fonds et mettons à l'eau l'hydrophone. Pas d'écho ! EcÔ se couche et nous terminons la journée sur un excellent couscous Maison.

Nous passons la nuit dans la baie de Calvi bercés par la musique du « samedi soir »…

 

9ème jour – 9 avril – L'abondance pour la fin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Départ 7h30 de Calvi. Une énième journée mer pétole et soleil. Hourra !! Nous y croyons toujours. Journée pleine d'émotion, les festivités sont enfin ouvertes : environ 50 dauphins bleus et blancs, mola-mola qui se nourrissent de vélelles qui tapissent la mer, et même le goéland d'Haudouin qui est en voie de disparition. Nous profitons également de prendre le repas au calme sur le bateau à la dérive.

Arrivée à Calvi toutes voiles dehors avec le pavillon Corse qui trône au-dessus du pavillon Cybelle Planète. EcÔ passe le relais à la prochaine équipe à qui nous souhaitons de riches observations. Cette semaine se termine en beauté avec d'excellentes pizzas maison.... bon vent à vous !!!

 

 

Expédition du 12 au 21 avril 2017 au départ de Calvi 

1er jour – 12 avril – Arrivée et Grands dauphins

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Arrivée du nouvel équipage de l'expédition au Port de Calvi vers 10h par une belle journée ensoleillée. Un groupe de 4 part faire les provisions au supermarché local afin d'être autonome pour les 10 prochains jours. Une fois fait et les courses alimentaires rangées, l'équipage s'attaque à la confection du premier repas collégial qui permet de faire connaissance avec chacun. Les origines géographiques sont diverses (Auvergne, Centre Val de Loire, Rhône Alpes, PACA, Occitanie et même Corse!). L'estomac bien calé et les présentations faites, nous larguons les amarres pour aller rejoindre l'Ile Rousse à environ 10 milles nautiques en longeant la côte. Chacun raconte ses observations passées afin de se motiver pour les jours à venir. Et oh ! Surprise ! Plusieurs grands dauphins viennent se mettre à l'étrave du bateau pour le plus grand plaisir de tous.

Puis doucement nous arrivons au port de l'Ile Rousse en utilisant le moteur après avoir essayé les voiles qui, par manque de vent, n'ont pas suffi à faire décoller l'Avocet of Ryme sur les flots. Une fois amarré, chacun se met à la tâche pour préparer le repas du soir, lequel se termine au son de la guitare.

2ème jour – 13 avril – Ile Rousse, l'amarrage aventurier

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Même si tout le monde n'a pas super bien dormi, l'équipage se réveille avec le sourire sous un beau soleil et un ciel bleu. Le skipper Andy vérifie le bulletin météo, et nous annonce que les conditions de vent et de mer, relativement agitée, ne nous permettront pas de sortir en mer aujourd'hui. En effet, la houle et les vagues de 1 à 2 mètres vont à la fois nous empêcher d'observer les cétacés et susciter probablement le mal de mer… D'autant plus que nous devons passer le Cap Corse en une seule fois, ce qui représente une navigation d'environ 8h d'affilée. Par conséquent, nous attaquons la matinée avec le topo « sécurité » fait par le skipper Andy. Nous évaluons tous les dangers possibles de la navigation, qu'ils soient humains, matériels ou environnementaux. Puis Andy nous explique le fonctionnement du bateau et qui est responsable de quoi en cas d'évacuation urgente. Une fois fait, il est temps de passer à l'apéro et de préparer le déjeuner : pasta et salade mixte. Certains, dont je tairai le nom, enchaînent avec une sieste, afin de récupérer du voyage jusqu'en Corse, d'autres bouquinent. Peu après, le vent se renforce assez fortement. Il oblige Andy à reconsidérer l'amarrage pour éviter que le voilier ne tape sur le quai (quai à 1,5 mètre au-dessus du bateau).  Les grandes manœuvres, commencent alors :

- Tentatives de domptage de la passerelle folle,

- Sauts des petits singes écovolontaires pour multiplier les aussières,

- Gonflage de l'annexe en mode réanimation,

- Première baignade de l'année pour Andy en mode explorateur d'hélice pour vérifier que la pendille n'y soit pas coincée,

- Et enfin sauvetage de l'écovolontaire Géraldine, restée seule sur le quai pendant toutes ces aventures, ne pouvant pas risquer le passage de la passerelle folle. Le tout dans un saut majestueux dans l'annexe bien gonflée !

3ème jour – 14 avril – SOUFFLE !

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous nous réveillons à l'Ile Rousse sous une météo clémente : nous pourrons atteindre le Cap Corse dans la journée ! Après quelques ultimes réglages (remplir les cuves d'eau, dégonfler l'annexe qui a fini par nous servir de passerelle, escapade sous-marine de Franscescu qui avait fait tomber la lime...), nous sortons et démarrons les observations. La mer est pétole et les vélelles sont toujours dans la place. Quand soudain, lors du deuxième quart d'observations... Souffle ! Un petit cachalot est venu prendre l'air tout près de nous. On coupe le moteur et suit son souffle tout en retenant le nôtre, attendant sa plongée en bouquet final. Nous avons bien pu observer sa queue et même la prendre en photo. Lors de l'observation suivante, des dauphins bleus et blancs sont venus jouer à l'étrave. Nous arrivons au port de Macinaggio après avoir contourné le Cap Corse en environ 8h de navigation. Nous fêtons nos observations et l'anniversaire d'Andy et de Pascale autour d'un bon repas (flammekueche et gâteau à la châtaigne) et finissons la soirée sur une partie de mikado enflammée, bercés par l'imitation bluffante d'un moustique made in Francescu...

4ème jour – 15 avril – Sterne

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous attaquons la journée par un topo sur les cétacés et bateaux que l'on peut trouver en mer. Mysticètes, odontocètes, méduses, bateaux divers... tout y passe ! Nous achevons cette présentation par un quiz de reconnaissance sur des photos. On est plutôt pas mal !

On décolle vers midi dans une météo plutôt clémente. Cap vers le Sud ! Nous attaquons les observations mais seuls quelques puffins viennent troubler notre quiétude. Fait notable : il n'y a plus de vélelles ! Nous avons vu quelques ailerons furtifs sans parvenir à les identifier. En fin de journée, nous sommes passés devant une sterne caugek (et non pas kojak dixit Guillaume) qui avait trouvé repos sur un bloc de polystyrène...

 

5ème jour – 16 avril – Tortue

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après une nuit rythmée par la houle du mouillage dans lequel nous avons dormi, à proximité de la jolie plage de Pinia, nous démarrons dès 7h et entamons nos observations à 8h, le temps d'avoir assez de profondeur. Les puffins sont matinaux, mais pas grand-chose d'autre n'apparaît à la surface. Une tortue nous fait la joie de faire surface, malheureusement, nous n'avons pas eu le temps de compter ses écailles pour déterminer s'il s'agissait d'une tortue verte ou d'une caouanne. Il s'agit de la première tortue que nous observons et l'excitation est palpable.

Le soir, nous rejoignons la marina du Port de Taverna pour dormir au port, à l'abri de la houle!

 

6ème jour – 17 avril – Poisson lune

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous quittons le port de Taverna pour une longue journée d'observation au large. Hormis un poisson lune que nous avons longuement observé en doutant qu'il soit bien vivant, nous n'avons pas fait d'observation notable. Nous arrivons au port de Salenzara en fin d'après-midi pour passer la nuit.

 

 

 

7ème jour – 18 avril – Arrivée à Porto Vecchio

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous faisons des observations le matin sans relever quoi que ce soit de notable malgré une météo plutôt clémente. Les mirages s'accumulent jusqu'à ce qu'un dauphin surgisse d'un saut à proximité du bateau. On ne le reverra plus. Jean-Marie et Géraldine l'ont vu, ce qui leur permet de se confirmer mutuellement qu'ils n'ont pas rêvé ! Nous arrivons à Porto-Vecchio en début d'après-midi, le vent se durcit et nous ne pourrons plus observer. Nous amarrons tout en finesse dans des conditions de vent particulièrement délicates : chapeau Andy ! Nous nous restaurons sur le bateau et partons visiter Porto Vecchio après une bonne douche. Franscescu, le local de l'étape, joue au guide et est connu comme le loup blanc dans les différentes ruelles de la ville.

Nous rentrons au bateau dans la soirée et fêtons l'anniversaire de Llanara comme il se doit !

8ème jour – 19 avril – Balade paradisiaque et éco-responsable

Nuit de tempête à Porto Vecchio ! La matinée reste délicate au niveau météo (rafales de vent, pluie), puis devient plus clémente dans l'après-midi, sans toutefois permettre des observations. Nous restons à terre et Franscescu joue à nouveau au guide, nous emmenant sur une plage paradisiaque sur laquelle nous marchons plusieurs heures, munis de sacs poubelles pour récolter les déchets de tous type qui souillent cette superbe zone préservée de Palombaggia face aux îles Cerbicales. Pendant ce temps, Guillaume faisait une expédition aux îles Lavezzi dont il est revenu tout aussi enchanté.Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

9ème jour – 20 avril – Bonifacio

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous décidons d’aller à la voile vers Bonifacio. Nous n’en sommes finalement pas si loin et il paraît que la beauté des lieux est à couper le souffle. Il serait dommage de se priver !...

Après une belle session de navigation, nous arrivons dans les célèbres bouches de Bonifacio.

La fin de journée s’annonce tranquille, nous nous préparons à quitter, demain déjà, l’aventure Cybelle…

 

Expédition du 27 mai au 10 juin 2017 au départ de La Valette

1er jour – 27 mai - Préparatifs pour la grande traversée

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017A 10h, nous sommes tous réunis au Grand Harbour de La Valette. Solène l'écoguide et Anaïs, stagiaire pour 7 semaines, partent faire l'avitaillement. Les deux autres écovolontaires, Caroline, la doyenne, et Maëlle, la bienveillante, ne résistent pas à la tentation d'un bon petit restaurant. Dans l'après-midi, débriefing d'Antoine, le skipper, sécurité et présentation du programme. Visite collective des douches luxueuses, classe palace, de la capitainerie, avant une bonne nuit !

 

2ème jour - 28 mai - L'accueil des tortues Caouanne

2017 carnetdebords cybelle 20Après quelques dernières formalités, nous appareillons vers 14h. À peine 2h plus tard, nous rencontrons avec joie notre première tortue caouanne, puis deux autres. Nous entamons un quart d'observation. Nous revoyons quelques caouannes, des puffins de Méditerranée. Nous apercevons un groupe de dauphins trop furtifs pour les identifier. A minuit nous commençons les quarts de nuit. La première heure suscite quelques angoisses, l'Avocet of Ryme voisine avec de très gros navires et le skipper rassure et règle les voiles pour profiter d'un peu de vent, il ne dormira guère...

 

3ème jour - 29 mai - Secoués comme des pruniers

2017 carnetdebords cybelle 21Le vent a forci et les vagues se forment, réveil tangage et roulis ! Quelques défections dans l'équipage qui amarine. Antoine gère à la voile, avant le retour progressif de l'équipage. On guette le rorqual qui, malheureusement ne pointera pas le bout de sa dorsale. On se réconforte avec une bonne ratatouille chaude, SURPRISE, un groupe de dauphins bleu et blanc, parti chasser dans ces hauts fonds, fait un détour pour jouer avec l'Avocet. L'équipage au complet les regarde jouer à l'avant du bateau. Puis on reprend les quarts de nuit.

 

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

4ème jour - 30 mai - Les cousines d'EcÔ

2017 carnetdebords cybelle 23Nuit de nav' très calme au large de la Sicile, puis matinée propice pour un quart d'observation.

Nous croisons beaucoup de tortues caouanes (les cousines d'EcÔ) et suivons de l'oeil le vol virtuose des puffins et de quelques goélands en chasse. En milieu d'après-midi, nous amarrons au port de Crotone, en Italie. Nous partons visiter la vielle ville et son fort, dans lequel nous avons bien failli passer la nuit enfermés ! Après un petit mojito pour se remettre de l'émotion et des pommes de terre au four, nous savourons notre première bonne nuit en Italie.

5ème jour - 31 mai - Petits travaux en tous genre

2017 carnetdebords cybelle 24Après une grasse matinée, un petit déjeuner 'à la verticale' et une bonne douche bien méritées, l'équipage s'attaque aux petites réparations et nettoyages nécessaires avant de pouvoir reprendre le large.

Recherche de fuite dans les réserves d'eau de l'Avocet, point sur les réserves d'eau et de nourriture, vérification de l'annexe, nettoyage du pont,... et nous serons fins prêts pour faire cap encore un peu plus à l'Est, direction la Grèce !

 

6ème jour - 01 juin - Départ de Crotone

2017 carnetdebords cybelle 25Quelques courses de frais au marché, et nous quittons Crotone dans la matinée. Les tortues caouanne, des petites mais aussi de très grosses nous accompagnent toujours. Nous croisons la route de quelques groupes de dauphins bleu et blanc. Cette nuit, nous dormons à la cape (on coupe les moteurs et baisse les voiles) : idéal pour fait une écoute. Le micro à peine immergé nous nous offrons un concert de cachalots. Quelques clics de repérage et quelques codas de communication, on est sûr d'en avoir entendu au moins deux. Reprise des quarts de nuit. Deux dauphins bleu et blanc font un festin, chasseurs redoutables, durant deux heures, puis digèrent en jouant autour du bateau.

7ème jour - 02 juin - Un rorqual ?

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Ce matin, tout le monde a été jeté du lit par Maëlle, Antoine et elle ont aperçu un rorqual. Encore en pyjama, nous mitraillons de photos un énorme tronc d'arbre dont une grosse branche faisait la caudale... de loin. Du coup, on démarre une session d'observation. Rien, un seul puffin et encore, pendant la session de l'après-midi.

 

 

 

8ème jour - 03 juin - Bienvenue en Grèce !

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après une seconde nuit de quarts, nous apercevons la terre grecque et choisissons un port offrant la possibilité de faire le plein d'essence. Le choix est limité et nous nous orientons vers Gouvia Marina, grand port de 1200 places sur la côte Est de l’île de Corfou. Pour circuler dans les mers grecques il nous faut avant toute chose déclarer notre présence aux autorités, mais nous sommes en plein week-end et lundi est férié. Nous nous mettons donc à la recherche d'une petite crique pour un après-midi détente. Cinq miles plus au Nord, Kalami Bay offre les conditions idéales. Au programme ; bronzette et plongeons à la découverte des habitants à nageoires de la région. La faim se fait sentir et nous décidons de gonfler l'annexe pour atteindre l'une des petites « tavernas » du bord de l'eau, typique des côtes grecques. Nous sommes un peu déçus du manque d'authenticité des plats, dans ce lieu bien trop touristique. Moralité ; rien ne vaut la cuisine cinq étoiles de l'Avocet, notamment le pesto magistral d'Antoine !

9ème jour - 04 juin - Halte surprise

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017De grands canyons de plus de mille mètres de profondeur courent le long de la côte Ouest de Corfou. Sachant que les cétacés raffolent des divers planctons qui s'y concentrent, nous décidons de mettre les voiles aux aurores afin d'être en haut des canyons au moment où le courant sera propice à la remontée du plancton.

Cependant, un démarrage difficile du moteur vient altérer ce programme. Nous décidons donc de remettre le cap sur Gouvia Marina pour apporter les réparations et vérifications nécessaires avant de pouvoir rependre le large en toute sécurité.

Une belle occasion de nous exercer une nouvelle fois à notre manœuvre de prise de quai avec pendille !

Malgré ce week-end férié, nous réussissons à trouver les mécaniciens et nous faire un petit carnet d'adresses bien utile pour ce port. Les réparations prenant un peu de temps, nous en profitons pour faire une escapade en ville et parcourir les ruelles de la ville ancienne de Corfou et surtout, trouver des tomates et des pignons pour le fameux pesto 'bis' du dîner !

10ème jour - 05 juin - Prolongations

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après une bonne nuit sans quarts, poursuite des réparations, quelques courses, lectures, détente et une petite excursion à une plage voisine pour certaines. Nous avons hâte de repartir, si tout va bien ce sera demain !

 

 

11ème jour - 06 juin - Grands Canyons

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous sommes heureux de quitter enfin la marina de Corfou, direction les grands canyons le long de la côte ouest.

 

 

 

 

12ème jour - 07 juin - Rencontre avec un groupe de dauphins blanc et bleu

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Six heures, lever de soleil au large des côtes grecques, nous sommes, comme prévu, parés à commencer un quart d'observation le long du grand canyon sous marin. La mer est d'huile, belle visibilité, les conditions sont idéales. Les résultats ne se font pas attendre, voici un groupe de dauphins bleus et blancs qui croise notre route !

Deuxième quart d'observation un peu plus tard, et joie ! Sans aucun doute, c'est un couple de Ziphius que nous apercevons en train de plonger !

Nous arrivons à Gaïos en fin d'après-midi dans un charmant petit mouillage à l'abri des prochaines rafales annoncées.

13 et 14èmes jours - 08 et 09 juin - Fin des vacances, arrivée à Lefkas

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017L'heure de la fin approche, et nous faisons durer au maximum cet air de vacances en restant jusqu'aux derniers instants dans notre mouillage de Gaïos à l'abri des rafales. Plongeons autour du bateau, cuisine, détente et préparatifs au dernier départ.

Nous mettrons les voiles à minuit afin d'arriver à temps au port de Lefkada pour les départs des écovolontaires.

 

 

 

Expédition du 12 au 21 juin 2017 au départ de Lefkada

12 juin - Arrivée à bord

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Arrivée le matin à 10h. Rencontre avec l'écoguide Margaux, le skipper Antoine et les autres écovolontaires. Margaux nous a répartis les tâches : d'abord les courses, puis le déjeuner. Ensuite Margaux nous a fait la présentation de Cybelle, d'OBSenMER, des protocoles. Une  journée chargée en nouvelles connaissances! Le soir nous avons fait la connaissance d'EcÔ, notre mascotte. Puis repas dehors dans le cockpit et première nuit à bord.

 

13 juin - Le grand départ! Ithaque

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Le temps de clore les dernières courses et les dernières formalités administratives, nous sommes partis du port de Lefkada à 11h. En partant, nous avons pu observer des pélicans! Margaux nous a montré comment fonctionnait l'application OBSenMER, nous voilà prêt à faire des rencontres inoubliables. La mer étant un peu agitée, la visibilité n'a pas permis de faire de quart d'OBS. Nous avons tenté de voir des phoques moines de Méditerranée sur une île ou les locaux nous ont dit en avoir vus, mais sans succès. Un autre bateau amarré sur l’île leur a sans doute fait peur. 

Nous avons donc navigué jusqu'au mouillage du soir, une petite crique très charmante, dans laquelle nous avons été 3 à plonger. Nous avons fait des petites vidéos avec la caméra étanche sur laquelle on voit nos observations, une grande variété de poissons, des oursins et étoiles de mer.

14 juin - Navigation

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Levés à 5h du matin, nous sommes partis en direction d'un canyon sous-marin en espérant y voir des cétacés. Encore rien. Les eaux sont vides mais les airs remplis d'oiseaux, comme les puffins. La mer étant bonne, nous avons fait le topo sécurité avec Antoine, puis nous avons pu faire notre premier quart d'OBS en autonomie.

Pour atteindre le mouillage, nous avons remonté une anse. Nous nous sommes tous baigné pour nous laver (sauf Antoine :) ) Pour finir, repas dans le cockpit. Maintenant nous attendons les prévisions météorologiques pour savoir ce que l’on fera demain.

 

15 juin - Premiers dauphins

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous sommes partis vers 6h du matin du mouillage pour entamer une traversée. Cela nous a permis de croiser des dauphins bleus et blanc dont des nouveaux nés. Une autre équipe a pu apercevoir des souffles de rorqual. Nous avons navigué toute la journée et aussi la nuit, ce qui nous a permis de faire des quarts de nuits. Cette nuit a été très courte pour tout le monde. Néanmoins nous étions tous au taquet pour entamer une nouvelle journée.

 

16 juin - Des oiseaux et des bateaux

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017De bonne heure et de bonne humeur, le premier quart d'OBS a commencé à 7h. RAS sauf des puffins et de la pluie... Nous nous sommes engagés sur une route à fort trafic (cargo, paquebot, etc...) et au fond peu profond. Nous n'avons rien vu sauf encore des puffins. Nous avons été directement au mouillage du soir, ce qui nous a pris la journée. Endroit magnifique même s'il y avait beaucoup de monde. Baignade pour clore la journée, suivie d'un bon repas (les pennes au pesto du capitaine!). Demain, direction Corfou, car la météo annonce de l'orage.

 

17 juin - Arrivée à Corfou!

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous avons fait 2h de navigation pour rejoindre un autre mouillage pas loin de Corfou, comme la météo s'annonce très mauvaise. Une fois arrivée nous nous sommes tous activé afin de faire le ménage dans le bateau. Ensuite certains sont allés à terre avec l'annexe pour faire quelques courses, tout cela malgré le mal de terre ! Margaux a eu l'excellente idée de nous faire des pitas comme repas de midi, un régal. Pour l'après-midi, baignade et farniente sur le bateau. Margaux et Anaïs ont pris 2h pour parler de son stage, de Cybelle, etc. Margaux en a profité pour nous raconter plein d'anecdote. Puis le repas du soir, fait par Marie-Françoise, aubergines façon moussaka ! Il semble que la nourriture, en plus des cétacés, soit l'un de nos points communs à tous !

 

 

18 juin- Balade en ville

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après un réveil à la cool, nous avons tous pris notre petit déjeuner sur le cockpit sauf Antoine qui ronfle tranquillement dans le bateau. Aujourd'hui nous allons à Corfou, après le ménage quotidien.

Antoine, via l'annexe nous a déposés au port, puis nous avons pris le bus pour nous rendre à Corfou ville. Grâce au guide vert nous avons trouvé un petit restaurant. Un régal de spécialités grecques. Puis promenade, achat de cartes postales, etc. Nous sommes rentrés en fin d'après-midi. Pour le retour via l'annexe, cela a été folklorique car il y avait beaucoup de vent et la mer était bien agitée, autant dire qu'on a tous pris une douche ! Retour donc sur le bateau pour un apéro bien mérité. Puis après le repas et la traditionnelle chasse aux moustiques du soir, nous sommes allés nous coucher.

 

19 juin - Un réveil fort sympathique

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Bon d'accord, cette nuit, il se peut que moi aussi j'ai un peu ronflé (Marine). Nous sommes toujours au même mouillage, non loin du port de Gouvia à Corfou. Pendant la préparation du petit déjeuner, Antoine nous a interpellé... Des grands dauphins sont venus tranquillement pêcher au milieu des bateaux. Quatre en tout, bien caractéristique avec leur aileron. Parmi les quatre, on a pu voir un bébé qui collait de près sa maman. Un spectacle magique qui nous a tous ravis.

Après le petit déjeuner, ménage et rangement sur le bateau. Certains sont partis à terre. Puis nous avons regardé nos photos des dauphins. Au vu de la chaleur, nous allons nous baigner. En fin d'après-midi, Antoine nous a fait le point météo. On a l'occasion de repartir en mer, en partant dès ce soir à minuit. Nous avons donc mis en place les quarts de nuit, et préparé les repas pour 2 jours. Nuit courte et levé à 6h du matin pour le premier quart d'OBS!

20 juin - Quarts de la dernière chance

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Le réveil pique un peu mais ce sont les derniers quarts d'obs de la mission. Nous avons aperçu un poisson lune, des exocets, au moins un espadon qui a sauté, des salpes coloniales mais surtout des dauphins ! D'abord un groupe de 4 avec un jeune, puis un grand groupe d'une quinzaine d'individus. Ils nous ont laissé les approcher et ont même joué à l'étrave, ce qui nous a permis de bien les observer et de profiter de ce formidable spectacle. Vers midi, nous avons repris la route du mouillage. Pas au moteur, mais à la voile ! Ce soir nous sommes fatigués mais heureux de cette journée qui clos la mission comme il se doit (avec de nouveau des pâtes au pesto d'Antoine) !  

21 juin - Toutes les bonnes choses ont une fin!

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous quittons notre mouillage pour aller au port, où nous faisons tous le ménage complet du bateau. Nous avons aussi discuté avec notre voisin, lui aussi français, a qui nous avons présenté notre application OBSenMER. Il nous a promis de l’utiliser, le concept lui plaît énormément ! Après que tout cela a été fini, nous sommes allés prendre une vraie douche à l'eau douce, bien méritée ! Pour clore cette mission comme il se doit, nous sommes partis au restaurant, prendre un dernier repas commun.   

 

 

 

Expédition du 23 juin au 02 juillet 2017 au départ de Corfou 

23 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Premier jour, rencontre à la Marina de Gouvia. Il est 10h30, et les présentations faites nous partons tous faire les courses. Tous ? Non ! Toujours pas de traces de Julie qui s'est perdue dans la ville (peut-être pour esquiver subtilement la corvée supermarché?). Courses donc pendant 2h (dont au moins la moitié à trouver le lait concentré d'Antoine notre capitaine qui, parait-il se transforme en bête sauvage s'il n'en met pas dans son café le matin). Tous contents d'avoir enfin fini, nous courons vers la sortie. Drame, dans la précipitation nous oublions Anouk, lâchement abandonnée au rayon charcuterie. Retour au bateau suivi d'un tétris/rangement d'affaires récompensé par un poulet rôti/chips et direction le mouillage ! Nous nous accordons ensuite une baignade avant le briefe de sécurité et celui de vie de bord. Apéro → dodo !

24 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Démarrage du moteur à 5h du matin, direction la mer Adriatique. Explication de la méthode d'observation et de l'application OBSenMER par notre écoguide, Stéphanie. L'après-midi les quarts d'observation commencent mais rien... à part quelques puffins, cendrés ou de méditerranée ?

Premier jour sans douche et Premier quart de nuit. Nous faisons route au moteur plein nord, nous croisons quelques bateaux et longeons une zone militaire interdite (oulala).

 

 

25 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Le matin nous arrivons sur la zone des 1000 mètres de profondeur où nous espérons voir des cachalots. La mer est d'huile : Premier quart d'observation à 6h. Puis en fin de matinée on fait une pause pour faire un point d'écoute, encore rien, hormis le bruit d'un bateau au loin. Nous décidons de nous baigner, pour nous laver et pour expérimenter la baignade à plus de 1000m de profondeur. Après nous entamons le 3ième quart... DAUPHINS !!! Des dauphins bleus et blancs viennent jouer à l'étrave attirés par la musique classique. Tout le monde se précipite pour admirer le spectacle ! D'autres dauphins arrivent en saut tendu pour participer à l'animation. Des bonites suivent le bateau, nous mettons à l'eau la traîne pour espérer un petit carpaccio de thon... En vain ! Malgré 3 types de leurres différents (dont un poulpe bionique) aucune bonite ne se laisse attraper. Elles passent et repassent sous la ligne comme pour nous narguer.

L'après-midi, nous croisons d'autres dauphins attirés par l'appel de l'apéro lancé par Christophe. Nous nous mettons à la cape pour passer la nuit. Le Premier quart commence à 22h et peu de temps après nous entendons des souffles tout près du bateau : ce sont des ZIPHIUS ! 2 petits groupes passent  très près du bateau pour faire leurs curieux. Le reste de la nuit se passe sans soucis.

26 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Au Premier quart d'observation, au petit matin, quelques dauphins bleus et blancs sont venus nous saluer à l'étrave. Il y a de plus en plus de vent et la mer s'agite. Nous arrêtons les observations en fin de matinée. La majorité d'entre nous passent l'après-midi allongés dans  les cabines, meilleur moyen pour éviter le mal de mer. 

Nous arrivons en fin d'après-midi à la marina de Brindisi. Il n'y a plus de bières, il faut donc nous ravitailler ! Tout le monde apprécie également la douche à l'eau douce. Nous allons ensuite au restaurant non loin de la marina, pâtes et pizzas, les 2 pour certains : Molto bonissimo ! Ensuite dodo.

 

27 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Départ de la marina de Brindisi à 8h entouré de quelques cargos. La mer est d'huile, ce qui  contraste avec la houle que nous avions eu la veille. Descente tranquille au moteur le long des côtes italiennes. Rien à signaler au niveau des observations, les animaux se cache à l'eau, … En début d'après-midi le vent se lève. Arrivés à la pointe de la botte italienne nous changeons de cap direction Corfou. Nous hissons la voile pour une allure au près, nous allons passer environ 24h penché. On ne compte plus les rencontres orteils/ coin de meuble, ni les bleus. Lors d'une manœuvre, les lunettes  d'Anaïs partent rejoindre le fond marin. Les quarts de nuit se mettent en place avec une organisation un peu chamboulée car un cargo joue au chassé-croisé de 23h à 2h obligeant Antoine et Christophe à multiplier les manœuvres. Le reste des quarts de nuit se déroulent sans soucis.

28 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Réveil un peu dur pour tout le monde. Pas facile de dormir entre les quarts et le bateau qui gite. Les quarts d'observation s'enchaînent  mais rien. En fin de matinée, la côte de Corfou est en vue, le mouillage envisagé sur la petite île de Paxos ne pourra pas se faire, car la mer est un peu trop agitée. Nous mettons le cap sur Corfou et le mouillage de Gouvia. Arrivé au mouillage vers 17h. Baignade, douche à l'eau de mer, Antoine prend la météo, le temps ne permet pas de sortir, nous passerons la journée du lendemain au mouillage. Repas, dodo.

 

 

29 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après une bonne session ménage, certains partent à terre pour explorer la ville de Corfou Town, d'autre restent au bateau pour une journée farniente (et vidange du moteur pour Antoine). Le soir apéro grec, Ouzo, féta, olives. Soirée musicale, chacun choisi sa musique préférée (les voisins ont dû être bien content de nous voir partir le lendemain, le mouillage a retrouvé son calme). Couché assez tardif.

P.s : Au cours de notre visite de la vieille ville, inspiré par les créations d'une artiste installée dans une petite rue, Stéphanie a trouvé une nouvelle vocation : elle sera Picasso sur galet.

30 juin

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Départ du mouillage prévu à 5h... Départ effectif à 8h ! Le réveil a été difficile... Direction le sud de Corfou, jusqu'à atteindre l'île de Paxos. Premier quart d'observation peu productif : un seul goéland aperçu en 2h. Heureusement la suite a été plus intéressante avec une belle collection de puffins, trois sortes différentes de dauphins, commun, bleu et blanc et enfin les grands dauphins. Il était alors temps de nous remettre de nos émotions en profitant des eaux transparentes du mouillage de Paxos. Les heureux possesseurs de masque et tuba ont pu apercevoir des girelles paons, castagnolles, oursins, étoiles de mer, la seiche de Julie et un chasseur sous-marin avec son harpon qui a créé quelques sueurs froides. Nous terminons notre journée avec de délicieuse pâte au pesto, spécialité du chef.

1 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Dernier jour d'observation, nous décollons du mouillage à 6h, début du quart d'observation à 6h30. Au cours du premier et deuxième quart nous observons un nouveau groupe de dauphin bleu et blanc ainsi que 2 ziphius au loin. Direction le mouillage de Gouvia, nous avons bien failli cuire avec au moins 40° à l'ombre, sans le moindre vent pour nous rafraîchir. Arrivé au mouillage à 17h, nous nous précipitons à l'eau. Après une petite séance photo où Aude nous a appris le poussé rétropédalage, nous nous amusons avec une cannette de bière vide qui nous sert de ballon. Ensuite apéro dînatoire puis dodo assez tard.

2 juillet

Départ du mouillage pour 8h, afin d'arriver à la Marina de Gouvia où nous allons faire le ménage complet du bateau. Il doit briller du sol au plafond! Ensuite, douche bien méritée et un bon repas au restaurant pour clore la mission!

 Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Expédition du 4 au 13 juillet 2017 au départ de Corfou

Mission de Corfou à Kalamata, 4 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Le nouveau groupe est arrivé ! La dream team est constituée de Jeanne, Odile, Anaïs, Kin et Aurélien emmenés par notre guide Marie et le skipper Benoît. L'Avocet of Ryme quitte les bras de Nausicaa et louvoie vers Ariane. Entre rangement et blessure avec un morceau de penne dans le pied, nous nous baignons dans une piscine remplie de bambins. Après un briefing sécurité, Marie se lance dans une présentation du matériel d'observation sur le pont.

 

5 juillet 

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017A huit heures du matin, nous mangeons le petit déjeuner tous ensemble. Après un petit plouf nous partons à dix heures. Lors du quart d'observation nous observons beaucoup de bateaux, des puffins et une dorsale furtive, que nous n'avons pas retrouvée malgré un demi-tour. Nous avons regardé la mer bleue attentivement cinq heures et demie durant, pour apercevoir le splendide saut d'un thon. Après plusieurs heures de navigation, certaines se sont baignées pour se rafraîchir postérieurement à un point d'écoute. D'autres ont voulu les rejoindre mais ont été stoppés dans leur élan. Nous faisons demi-tour pour reposer les malades. Marie et Benoît surveillent le bateau toute la nuit pour mouiller dans une tranquille crique de Paxos.

6 juillet

Départ 10h. La mer est lisse comme un miroir. Un petit vent, grand soleil, mer plate : conditions idéales pour observer à l'ombre de la grand-voile. Ceux de l'autre côté, par contre, ont chaud. Observations du jour : quelques puffins, un filet de pêche, un étrange bâtiment militaire. 16h : Catastrophe ! L'iPad n'en fait qu'à sa tête et décide de supprimer toutes les observations du jour. Les puffins et les yachts du matin ont été perdus. Nous serrons les dents et recommençons les observations assidûment. Soudain, un plouf attire notre attention. Qu'est-ce ? Un espadon ! Il fait un, puis deux, puis trois sauts pour que nous puissions l'observer et il vogue vers de nouveaux horizons. Nous rentrons nous abriter à Lefkas dans un des dix spots préférés des véliplanchistes au monde.

7 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous nous réveillons à l'aube pour aller vers d'autres observations. Le premier quart à 6h du matin se révèle être agréable car l'air est frais. L'objectif du jour est différent : il s'agit des phoques qui paraît-il se retrouvent sur l'île des phoques. L'île des phoques est un mignon petit îlot surmonté d'un joli phare blanc, entouré de rochers découpés et percé de grottes marines. Nous faisons le tour mais aucune trace des phoques. Nous nous baignons, l'eau est magnifique et pleine de poissons colorés. Nous ne sommes pas les seuls à profiter de l'endroit et nous nous retrouvons vite entourés de cinq ou six bateaux et de leur équipage dans l'eau. Pour le déjeuner, nous allons mouiller à port Leone de l'île Kalamos.

L'après-midi, nous filons à la marina de Bathi pour faire le plein et quelques courses. Nous repartons vite pour avoir le temps de profiter de la fraîcheur du soir pour refaire le tour de l'île aux phoques et maximiser nos chances de les observer. Malheureusement nous restons bredouilles. Nous retournons à port Leone pour y passer la nuit. Les manœuvres du mouillage y sont compliquées.

8 juillet

Nouveau réveil à l'aube, nouveau tour de l'île aux phoques, mais une nouvelle fois pas de phoques. Nous commençons à bien connaître tous les cailloux qui affleurent autour de l'île et à nous demander si sa réputation ne vient pas de leur ressemblance avec des têtes de phoques. Après une traversée rapide, l'Avocet of Ryme mouille à Ithaque, au charmant port de Vathi, au cœur des terres d'Ulysse. Nous prenons un repos bien mérité tout en admirant le paysage pour faire le plein d'énergie en préparation de la navigation de nuit. Nous partons en longeant les plages de Kefalonia, un des villages côtiers lance un feu d'artifice en notre honneur ! Et nous sommes aux premières loges pour admirer le spectacle. En passant, un drone survole le bateau, probablement lui aussi à la recherche de cétacés.

9 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Après une navigation de nuit assez calme où le vent manque cruellement à Benoît, nous entamons une nouvelle journée d'observation. Aujourd'hui, comme tous les jours de la semaine, il fait un temps sublime, la mer est calme, temps idéal pour les observations. Le seul petit défaut, c'est que le soleil tape et qu'il fait chaud. Soudain, un oiseau s'approche du bateau. Serait-ce encore un puffin ? Non ! C'est un faucon, un faucon crécerelle : il survole l'Avocet, virevolte, puis se pose sur le mât. Il y reste une vingtaine de minutes, le temps de se reposer et de se faire prendre en photo, puis nous quitte pour partir vers de nouvelles aventures. Nous continuons notre route vers l'île de Zakynthos. En arrivant, nous sommes impressionnés par les falaises de l'île, percées de grottes et ornées d'arches. Benoît nous révèle que l'île est une réserve marine connue pour sa population de tortues caouannes : elles deviennent notre objectif majeur de la journée. Ecô frétille d'impatience à l'idée d'enfin retrouver ses congénères. Nous mouillons au port : Odile nous lit, dans le guide de Benoît, la description du lieu. Apparemment celui-ci serait rempli de YACKS (Odile ne sait pas lire le mot « yacht »). Après avoir montré nos muscles saillants lors du gonflage de l'annexe, nous décidons de nous réconforter par une petite balade en ville. Après quelques sueurs froides lors du transport, nous arrivons au village. Aurélien et Kin se lancent alors à la recherche d'informations sur les tortues, mais malgré leur vitesse incroyable digne d'Usain Bolt, ils rentrent bredouilles. Cependant, les filles parviennent à apprendre d'un loueur local que les tortues viennent parfois dans le port. Nous finissons par un petit resto pas piqué des hannetons (la Taverna Nicolas).

10 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous commençons les observations dès 6h pour espérer apercevoir des tortues avant que les touristes ne se réveillent. Pour cela, nous embarquons à bord de l'annexe, gonflée à bloc par Benoît, pour longer les falaises de la zone protégée (interdites au mouillage). Néanmoins, les tortues, que nous pensions observer, se sont avérées être de simples bouées. Désappointés, nous rentrâmes au bateau. Marie et Jeanne décident de nager jusqu'à la côte pour se renseigner sur la faune du parc (considéré par Kin comme un « parcounnet »), lorsque soudain Jeanne se retrouve nez à nez avec une majestueuse tortue tout droit sortie des profondeurs. Marie dégaine sa caméra et immortalise l'instant. Elles rentrent au bateau et content leurs péripéties aux autres, verts de jalousie. Nous décidâmes tous de plonger dans l'espoir de la revoir, ratissâmes la zone de mouillage, mais sans succès : le seul étant d'avoir ramassé un sac plastique. Désarçonnés, nous fîmes appel aux locaux pour connaître les endroits à tortues. Nous prîmes un bateau pour observer ces remarquables animaux, longeâmes la côte et un peu plus loin, sur une plage bien touristique, une tête sortit de l'eau : c'est une TORTUE !!! Un bon mètre de long, une carapace bien verte, l'imposante tortue caouanne nous regarde, imperturbable malgré l'autre bateau de touristes qui lui lance une tranche de pastèque. Marie et Jeanne vont au centre de plongée pour collecter plus d'informations. Elles apprennent que des phoques moines habitent des grottes du côté de « Keri Caves » et repartent avec le numéro du chercheur local (mais sans avoir la localisation précise). Nous continuons sur notre lancée et partons explorer les grottes en annexe, conduite par Kin. Nous approchons des hautes falaises, dérangeons quelques chauves-souris, passons sous une très belle arche mais écourtons notre visite car la nuit tombe. Navigation de nuit vers le large en direction des îles de Megalo Stofadi.

11 juillet

Benoît nous a amenés entre ces îles où nous avons mouillé à 4h du matin. Au programme : baignade, tour de l'île en annexe. Ces îles sont bien plus sauvages que le mouillage précédent, mais il n'y a pas la moindre falaise ni la moindre grotte où des phoques pourraient trouver abri. Jeanne et Odile, nageuses professionnelles, quadrillent la zone à la recherche de tortues. Il y a des jolis poissons colorés, des spirographes ainsi que des anneaux en pierre assez particuliers. Kin et Aurélien se sont lancés dans une mission nettoyage des océans. Ils trouvent un morceau de sopalin à côté du bateau des belges sur lequel se trouve un chien. Sa propriétaire, agacée des aboiements incessants de celui-ci, décide de le jeter à l'eau. Nous nous retrouvons donc à nager avec un chien. Kin et Aurélien décident alors de plonger pour récupérer le morceau de sopalin, mais seul Aurélien réussit à l'effleurer. La mission est un échec. Un peu plus tard, nous sommes survolés par deux avions de chasse à l'air menaçant. Après les avions de ligne, les hélicoptères, les canadairs de Zakynthos et le drone, nous avons terminé notre collection d'engins volants. Décidément, nous sommes bien surveillés ! L'Avocet of Ryme met les voiles dans l'après-midi, direction la côte et la destination finale : Kalamata (snif snif snif). Nous arrivons vers 23h à Methoni dans le Péloponnèse, notre première escale sur le continent.

12 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Odile nous lit la description du lieu sur le guide de Benoît. Il y a deux constructions RE-MAR-QUABLES : la tour, inoubliable, et le château, remarquable. Nous partons donc pour une visite du château, décidément remarquable. Ce sont d'épais remparts qui dominent la mer et l’intérieur est très joliment fleuri de fleurs violettes et jaunes. Après un bon taboulé nous partons vers Kalamata. Pour cette dernière journée d’observation, nous espérions voir enfin des dauphins. Quelques chasses de thons nous ont donné des lueurs d'espoir, mais aucun aileron n'est apparu devant nos yeux. Nous mouillons finalement près de Kalamata et savourons un dernier repas ensemble sur le bateau.

 

Expédition du 26 juillet au 4 août 2017 au départ de Kalamata   

26  juillet 2017 – Arrivée à Kalamata

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Arrivée à Kalamata, découverte du navire l'Avocet of Ryme et de l'équipage (les Amis!!!) avec qui nous allons passer 10 jours d'observations et de navigation. Un changement de programme prévu avant notre arrivée à bord va nous permettre de faire une traversée de la mer Ionienne en destination de la Sicile. Après un premier briefing de sécurité par le skipper Benoît autour de quelques douceurs glacées, tout le monde met la main à la pâte pour préparer une copieuse salade... et notre premier apéro entre amis. Le soleil à peine couché, notre première nuit commence sur le voilier au port de Kalamata, signifiant premier baptême de mer pour certains.

27 juillet 2017 – Libérés, délivrés...

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous avons profité de la matinée pour effectuer l'avitaillement du voilier pour une nav’ hauturière de plus de trois jours. Début d'après-midi, mise en route du moteur pour les manœuvres portuaires, et très vite nous passons à la voile. Nous laissons les reliefs de Kalamata derrière nous, la mer formée met à mal les estomacs encore peu amarinés. Le calvaire des quelques malades se termine au mouillage de Koroni. Les plus courageux se sont jetés à l'eau pour profiter d'une jolie vue, du plaisir de la baignade et d'un peu de fraîcheur. La nuit s'annonce réparatrice pour la petite équipée, surtout après notre première aventure grecque.

 

 

28 juillet – En mer

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017L'objectif du jour est de remonter la côte du Péloponnèse le plus au nord possible pour préparer la traversée vers la Sicile. La mer est trop agitée pour faire des observations. Nous effectuons des simulations afin de nous préparer à nos prochains quarts d'obs. Nous nous arrêtons à Methoni car la mer reste trop houleuse pour poursuivre notre navigation. Nous mouillons dans un site magique devant des fortifications et une tour « turque » de toute beauté. Ce fut l'occasion d'une baignade et d'une vérification de la partie immergée de l'Avocet of Ryme. Les derniers briefs et topo remplieront la fin de l'après-midi jusqu'au repas, suivi… de l'apéro comme il se doit et d'un coucher de soleil inoubliable. La libellule qui nous a accompagné durant la traversée nous a quitté sur ce rivage, heureuse de trouver une nouvelle terre.

29 juillet 2017 -  En route moussaillon !!

Carnet de Bord Cybelle Planete 20175h00 du matin, j'ai des frissons, je claque des dents, et je monte le son... chacun fait ce qui lui plaît ??? La météo n'attend pas, cap sur la Sicile. Le début de traversée reste mouvementé forçant certains à voyager couchés. Un hublot mal refermé a mis de l'animation : des flots d'eau ont largement mouillés couchages, occupants, appareils photos, vêtements... A la voile, le voilier gîte et complique bien les tâches quotidiennes. Repas du soir, mise en place des quarts de nuit où certains auront la chance d'apercevoir un premier dauphin à proximité du bateau. Cette nuit étoilée nous aura offert à tous un spectacle exceptionnel tout au long de nos veilles. Quelle voûte céleste !!!

 

 

30 juillet 2017 – L'aventure, c'est l'aventure ….

Carnet de Bord Cybelle Planete 20177h30, il est temps de réveiller les écovolontaires car la mer est enfin propice aux observations. Après un premier quart, maigre moisson : quelques méduses, un puffin cendré et quelques sauts de poissons volants. Enfin, première animation de la journée, le bateau des gardes côtes nous observe de loin, et après quelques minutes nous envoient deux « exocets » pour encercler notre voilier et ainsi procéder à la vérification de notre identité. Les équipes militaires armées jusqu'aux dents, cela incite chacun de nous à rester sagement à notre place. Quelques photos inattendues marqueront cette aventure... La suite des observations a été plutôt « maigre » et … ah oui ! Nos premières tortues Carette... l'instant magique de la journée fut sans nul doute la baignade collective, au milieu de cette immensité et par 3510 mètres de fond.  La mer d'huile laissait pénétrer les rayons du soleil dans le bleu, tableau poétique et ode à la mer...

31 juillet 2017 – Dernier jour de juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Cette dernière journée de juillet en pleine mer ionienne a commencé par un levé difficile pour le premier quart d'observations... Tous nos regards se perdent dans cette vastitude entourée d'un cercle d'horizon sans aucune autre activité humaine. La mer est déserte ce matin. 2h00 sans aucun animal... En fin de matinée, hourra les tortues se dévoilent. Un total d'une vingtaine de caouannes nous ont croisées et nous les avons scrutées jusqu'au début de l'après-midi. Après les avoir quittées, nous avons vécu de longues heures monotones sous un soleil de plomb. Terre, Terre... les côtes de la Sicile se dessinent à l'horizon. Alors que nos espoirs de croiser encore aujourd'hui le moindre cétacé s’amenuisent, un cri perce notre silence « DAUPHINS » !!!! Un groupe d'une vingtaine de dauphins communs salue notre arrivée en terre sicilienne. Nous ne manquons pas dans la journée de changer de drapeau grec et de hisser le drapeau Italien (non sans bonheur)! Premier mouillage sicilien « au nord de la balata » proche des étangs où nos dernières réserves de rhum égaieront les ressentis de chacun après cette traversée de 600 km (soit 320 miles nautiques). Un plongeon timide à cause des méduses rhizostomes et un coucher de soleil finiront la journée, agrémentés d'un spectacle d'une dizaine d'oiseaux en vol (canards, aigrettes, et de jolie formation d'escadre...). Une douce nuit étoilée sans quart nous attend et une demi-lune illumine nos rêves.

1er août 2017 – Bonjour mois d'août !!

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Presque tous sur le pont, de grand matin pour admirer le soleil. Le premier quart d'obs. est prêt à 6h45. Après une bonne heure d'observation on recroise le chemin de nos amis dauphins communs de la veille. La journée commence bien et pour ne pas les déranger nous continuons notre route. Quelques minutes plus tard, nous croisons 3 dauphins bleus et blancs. Arrivés sur la zone de canyon à 2700 mètres, l'océanologue Céline met l'hydrophone à l'eau... rien, aucun clic. Donc pas de cachalot à espérer ce jour. À la fin de l’écoute, nous rencontrons à nouveau un groupe de dauphins blanc et bleu qui viennent jouer à  l'étrave. Immense joie de toute l'équipe pour cette nouvelle rencontre. Notre arrivée à terre fut bercée par la chanson de Henri Salvadore : J'irai revoir Syracuse....

 

2 août 2017 – Syracuse...

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Journée de repos pour tous (hors skipper) dans un endroit mythique. Visite d'Ortygie, tour de l'île somptueuse, où l'on se balade au gré des rues et où nous savourons quelques douceurs locales, faisons du shopping, resto, temple d'Appolo, etc... Nous pensons à notre skipper, qui sous une chaleur de plomb procède à la vidange du moteur et à quelques vérifications.... Nous nous retrouvons tous le soir pour un apéro dinatoire au mouillage face à Syracuse....

 

3 août 2017 – Cap vers Catane

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Au petit matin, nous quittons Syracuse sous un magnifique levé de soleil : cap vers Catane. Une traversée qui se fera dans l'espoir de voir un souffle... Tous aux aguets nous guettons désespérément l'horizon pour apercevoir ce souffle tant attendu. La journée s'écoule et seuls quelques dauphins viendront croiser furtivement notre route. Nous arrivons en fin d'après-midi dans cet immense port de Catane. Notre dernière soirée à bord se passe dans la bonne humeur et dans la tristesse d'une mission déjà terminée. Toute la nuit a été bercée par les festivités siciliennes musicales et conviviales qui se déroulaient à quelques mètres de notre quai. Fête et bonne humeur à bord sont de rigueur !!

 

 

4 août 2017 – Nétwayé, baléyé, astiké ….

2017 carnetdebords cybelle 87La zouk machine se met en marche…. Ohé du bateau, il est temps de remettre le bateau sous son plus beau jour. L'équipage toujours bien organisé s'exécute avec bonne humeur, efficacité et fou rire... c'est parfait. Le contrôle qualité est passé et approuvé.

Nous partageons un dernier repas à la Trattoria « La Canonica » (excellent endroit).... nous nous séparons pour mieux nous retrouver à l'aéroport quelques jours plus tard... le hasard fait parfois bien les choses.

 Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Expédition du 07 au 21 aout 2017 au départ de Catane  

Jour 1

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Arrivée progressive au port de Catane. L'équipage est au complet : il y a Benoît le skipper, Juliette l'écoguide, et quatre écovolontaires, Alexa, Fred, Philippe et Sylvie. Repas du midi sur le légendaire Avocet of Ryme, le voilier qui va nous mener, nous l'espérons tous, à la rencontre de nombreux et magiques cétacés. Une fois les courses (enfin) livrées, nous quittons le port. Ce n'était pas prévu mais les premières observations commencent... Nous ne pouvions rêver mieux pour commencer cette mission : des Stenella, peut-être des dauphins de Risso... Nous faisons un mouillage face à Taormina. Allez, place au repas : Juliette nous prépare des canelloni fourrés artisanalement (au manche de fourchette) aux épinards frais et mozzarella.

Jour 2

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Réveil vers 9 h (6 heures selon Juliette), face à Taormine, qui était plus jolie de nuit que de jour. Les topos, qui n'avaient pas eu lieu la veille, ont été effectué par notre duo de choc Benoît notre capitaine et Juliette notre « hotesse » et guide. Le départ en fin de matinée pour Scilla, dont la route a été peu riche en observations (quelques exocets et un seul dauphin... et des papillons blancs, qui ne figurent pas, hélas, dans le protocole d'observation. Juliette nous assure que l'année prochaine les papillons intégreront l'ordre des cétacés. Mouillage dans le port de Scilla, dîner sucré-salé face aux maisons de pêcheurs et nuit torride dans les vapeurs du four.

Jour 3

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Direction les îles éoliennes après le petit déj et la baignade rituelle. Notre capitaine nous emmène fièrement et nous nous voyons déjà faire de belles et nombreuses rencontres... C'est un flop : nous avons quand même vu deux tortues, quelques exocets, des méduses œuf-poché, mollets, miroirs... à la demande du client. Et nous nous changeons les idées le soir par la baignade et les cartes. Nous nous arrêtons à Vulcano, célèbre notamment pour ses bains de boue, mais à force de fréquentation touristique, il s'agirait plutôt de racler le fond du bassin pour essayer de récolter un peu de petits cailloux ! Le site reste cependant très agréable.

Jour 4

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Journée calme question observations marines. Et pourtant, nous sommes sur le pont pour observer... les Eoliennes et tous les bateaux des touristes. Nous nous spécialisons dans l'observation du pélagique le plus commun ici : la méduse œuf au plat « cotylorhiza tuberculata ».

 

 

Jour 5

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Aujourd'hui, lever autour de 5h30 et direction immédiate vers les hauts-fonds (> à 1000m). Malheureusement, nous ne croisons pas l'âme d'un cétacé et la météo nous oblige à raccourcir nos observations. Juliette commence à désespérer en regardant les publications de l'expédition qui a lieu en même temps que nous dans le très riche sanctuaire Pelagos… Nous essayons de la rassurer mais elle hésite à se reconvertir dans le suivi de bateaux – beaucoup plus simple et riche en observations... Déjeuner autour de Lipari. Le vent se lève, nous cherchons un mouillage, après une petite frayeur de guindeau laxiste et près d'un cargo, nous optons pour le port le plus cher que nous connaissons. En fait, le seul de libre... Ce soir, c'est fiesta. Apéro, coktail, pizza avec vin sicilien et granita ! Vive la présidente !!!

Jour 6

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017La météo n'est pas avec nous. Vent fort et forte houle en secteur nord. Suivi de granita en perspective... Grande séquence nettoyage à fond du bateau : peut-être que notre hygiène joue un rôle sur la présence des cétacés autour de l'Avocet ??? Douche, lessive, brossage avec l'excellent dentifrice à l'argile... ce-dernier a fait beaucoup d'émules, les rayons dentifrice à l'argile de nos chères grandes surfaces risquent de se retrouver vite en rupture de stock à notre retour !!! Après-midi libre : sieste, baignade, ascension du Vulcano pour les plus courageux. Nous profitons d'être à terre pour manger au restau et déguster une dernière glace... (Ce n'est pas que l'équipe de cuisine n'a pas la cote!).

Jour 7

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017C'est parti !!! Adieu Vulcano … Une traversée au près... et au plus près des vagues, jusqu'au calme des plages noires du fascinant et toujours menaçant Stromboli. Les plus vigoureux de l’équipage rejoindront à la nage la plage cendrée et auront découvert le charmant et calme petit village au pied du volcan fumant. Repas rythmé par la musique du bar de la plage (on s'y croirait), coucher tôt pour assurer une grande traversée vers les îles de Naples.

 

Jour 8

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017C'est parti !!! Adieu stromboli (cette formule me rappelle quelque chose). En effet, notre traversée se passe tranquillement. Radio cachalot ne nous prévoit pas grand-chose. Aujourd'hui, on va tester les quarts de nuit, on suit attentivement les consignes du chef de bord Benoît. Notre nuit faite de doux rêves de cétacés, va être interrompue toutes les 4 heures... C'est l'occasion pour nous de voir des étoiles filantes, des feux d'artifice tirés de la côte italienne, un merveilleux lever de lune, mais aussi de croiser des bateaux et donc de réveiller à chaque fois Benoît... C'est la nuit que s'expriment les vraies personnalités et Juliette croit entendre beaucoup de bruits suspects...

Jour 9

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Le dernier quart de 6 à 8h nous permet de voir plusieurs chasses de thons, ça redonne du baume au cœur ! Nous arrivons donc en baie de Naples, dominée par le Vésuve. Observations sous voile en direction de la très jolie île de Procida, où nous passons la nuit.

 

 

Jour 10

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Nous partons au large en suivant un canyon qui nous ramène tout droit vers Stromboli. En route nous entendons des dauphins à l'hydrophone et finissons par les apercevoir ! Fréderic nous conseille d'abandonner car l'appareil ne capte manifestement pas radio nostalgie... Nous profitons de ce moment furtif mais qui nous remotive, avant de refaire une navigation de nuit.

 

 

Jour 11

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Nous arrivons à Cefalu, une charmante ville typique avec ses rues étroites dont les fenêtres sont débordantes de linge propre (contrairement à l'Avocet...). Rendez-vous sur les marches du parvis de la cathédrale (classée à l'UNESCO) pour aller manger des pâtes aux sardines !

 

 

Jour 12

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Durant l'après-midi, nous avons la joyeuse surprise de faire un bout de chemin avec une dizaine de dauphins bleu et blanc très démonstratif à l'étrave. L'occasion pour Alexa de retomber en enfance en faisant des sauts sur le pont tant l'émotion est forte. Fred perd ses moyens devant les multiples cases qu'OBSenMER lui demande de remplir pour ce premier suivi du séjour. En effet l'écoguide l'abandonne lâchement pour prendre des photos :(  Benoit décrit des grands cercles avec l'Avocet pour prolonger le plaisir de cette observation…

 

Jour 13 à 15

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Nous retrouvons les îles éoliennes pour mouiller en face d'une île que nous n'avions pas encore vue : Alicudi, habitée par une centaine d'habitants et un coq en folie... mais néanmoins très sauvage et reposante. Alexa pense y acheter un cabanon. Nous faisons une caisse de bord pour la débarquer au plus vite en vue de son installation. Mais il lui faudra revenir plus tard, car nous n'avons pas réussi à atteindre la somme suffisante, et les iliens n'acceptèrent pas le troc alimentaire proposé, à savoir les 10 boites de haricots rouges laissées par l'équipage précédent...il nous faudra nous résoudre à quitter l’île en dessous de la ligne de flottaison avec nos conserves. Et surtout à garder Alexa… Nous débarquons à Milazzo, escale qui marque la fin de cette belle croisière riche en émotions.

Expédition du 24 août au 01 septembre 2017 au départ de Milazzo  

23 Août 2017 – Rencontre sauvage 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Premier jour, première rencontre ! Eh oui, on ne chôme pas sur l'Avocet of  Ryme ! Les observations n'ont pas commencé mais Dame Nature est généreuse. C'est ainsi qu'au mouillage, lors de la première baignade, en dehors des quelques espèces de petits poissons, une rencontre sauvage et cuisante eut lieu. Espèce répertoriée dans la liste des observations, Damoiselle Pélagie, subrepticement, pendant que Daniel nageait autour du bateau, l'a effleuré, puis invité à s'approcher d'elle, tout contre. Mais l'effet fut une répulsion et une vive douleur au bras qui lui valut les attentions de l'équipage et du skipper (Merci Benoît!) qui l'a enduit d'une crème onctueuse. Si Dame Pélagie souhaitait le croquer, c'est finalement Maître Benoît qui l'a caressé. Moralité, le plus piqué des trois n'est pas celui qu'on croît...

24 Août 2017 – Insolation à Capo Orlando  

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Deuxième jour,  premier jour d'observations et de transit de Milazzo au Cap d'Orlando. Une équipée (sauvage) à l'américaine qui s'est conclue au mouillage. Bains, observations du soir, soleil couchant, apéro tardif et long... et pour cause : le menu Big Mac & Hamburgers exigé par l'intraitable amiral Guru (Khan) remplaça chaudement les légumes al dente d'un tian (qui comme chacun le sait vaut mieux que deux tu l'auras) voulu par le modeste Daniel. Ce dernier usa, dans la haute température du soir, de tous les éléments à sa disposition pour « chauffer la soirée » : cuisson à la poêle pour les oignons, toaster pour les griller, four pour les hamburgers, cuisson à l'eau pour les patates. Deux heures plus tard, aidé par Célia, les hamburgers émergeaient de la cuisine devenue un enfer luciférien. La nuit qui s'ensuivit accoucha d'un cuisinier desséché, abonné aux bouteilles d'eau (4 litres en une matinée!) afin de récupérer une vaillance indispensable pour les prochaines aventures. Un écovolontaire cuit reste écovolontaire, qui l'eut cru ?

25 Août 2017 – Rien de n'œuf 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Troisième jour, deuxième jour d'observations, cap sur Cefalu. Doux réveil à 8h pour le premier quart d'observations, œufs au plat pour les autres. Après quelques chasses de thons, l'équipe cuisine écale les œufs, et met le thon à part. Il n'en faut pas moins au Guru (Khan) pour lancer le fil à pêche. L'occasion est toute trouvée pour que Jane Doe se débarrasse de l'œuf cassé (pourri...?) qui attendait son heure en haut du frigo. Hélas, le résultat est sans appel : les thons : 1, les Experts Milazzo : 0. Les observations d'après-midi reprennent. Rien de neuf à l'horizon, pas même les méduses œuf au plat du matin. Décidément, à l'ouest, rien de nouveau : ce sont les Mystères de l'Ouest.

 

 

26 Août 2017 – Dauphins en étrave 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Départ de Cefalu à l'aube. Soleil levant, belle mer, puffins après le petit-déjeuner... mais surtout Dolphins en chasse, arrivant de front. L'équipage est sur le pont, les photos et vidéos à l'étrave immortalisent cet instant attendu de tous. Belle récompense pour cette fête des dauphins, réunis en sous-groupes. Et personne à leur disparition n'a dit : « C'est assez ! ». Vivement une prochaine rencontre... Arrivée au port de San Vito afin de pouvoir faire le plein de courses et de gazole pour la grande traversée. Après de bonnes douches à l'eau claire au port (malgré le mal de terre cascadeur), petite visite de nuit de la ville.

27 Août 2017 – La grande Traversée 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Départ de San Vito à 13h pour le large avec une mer assez clémente qui nous permet de faire du 8 nœuds à la voile. Mais malgré nos regards assidus vers l'horizon, aucun cétacé ne vient dire bonjour... Côté plaisir gustatif, la tournée fut conclue par un tian de légumes divers et de fromage car finalement, un tian vaut mieux que deux tu l'auras ! Qui dit nuit au large, dit quart de nuit, qui fut éclairé par un magnifique ciel étoilé. On avait l'impression de voler. Journal de bord du capitaine, date stellaire 2.7.0.8 : le second binôme est le grand gagnant du concours du plus grand nombre d'étoiles filantes observées.

28 Août 2017 – Ça gîte, et ça s'agite 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Longue navigation. À l'aube au dernier quart, passage de deux tortues à bâbord. Dommage pour ceux qui dorment... Groupe de dauphins également proche de l'horizon qui ne nous rendront pas visite. Nous poursuivons la route jusqu'au soir avec bon vent, gîte du bateau pour atterrir dans une crique abritée, la Cala Piera, qui va se révéler être un havre de paix. Une birra dût être ouverte : Birra qui roule n'amasse pas mousse ! Ne nous jetez pas la pira !

 

29 Août 2017 –  « Jiminy Criquette »

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Réveil sous le soleil, bain-douche du matin à la Cala Pira, qui nous fait rencontrer deux raies pastenagues et une sole parasite. Vent fort en sortie ne permettant pas les observations, retour sur une autre crique : la Cala Piratzo. Sortie en fin d'après-midi pour toutes les observations.

 

 

 

 

30 Août 2017 – La vie parfois fait Plouf 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Levés à l'aube pour les plus motivés de la troupe, moteur dans les oreilles pour les uns, derniers soupirs pour les autres. Après quelque cargos et bouteilles plastiques à la dérive, la démotivation s'installe. Mais le répertoire musical s'étoffe encore, les voix chantent désormais à l'unisson. Le (délicieux) hachis parmentier à la pomodora suffit à remotiver l'équipage pour l'après-midi. Arrivée bien méritée au mouillage d'une jolie crique aux collines chiquement habitée. Aperitivo time...

 

31 Août 2017 – Bon vent ! 

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Observation matinale du dernier espoir, nous remercions la petite méduse œuf au plat pour sa participation. Après une petite matinée baignade et snorkeling dans une réserve, arrivée au port aux eaux grises de Cagliari : pas de douches et pas de toilettes à terre ! Après un bon repas au restaurant, l'équipage se couche repu en prévision du grand ménage...

 

 

Expédition du 04 au 13 septembre 2017 au départ de Cagliari  

Lundi 04 septembre

2017 carnetdebord Cybelle planete 137Accueil  à 10h de tous les éco-volontaires (Laetitia, Anaïs, Julien, Alain) par Amandine notre écoguide et Antoine notre Skipper, au port de Cagliari.
Départ aux courses avec  Amandine, Laetitia, Anaïs et Julien pendant que Alain et Antoine changent les pompes de cale. Premier repas à bord de l'Avocet of Ryme bien sympathique.
Avis général sur la ville de Cagliari : No Comment'. Après recherche il s'est avéré difficile de trouver de l'huile de moteur, du gaz et de la menthe !
Réception des courses et douche de l'équipage au port. Dîner avec tout le monde à bord avec des lasagnes faites avec amour par Julien ;-) avant le brief du capitaine sur le topo sécurité : découverte de nos brassières qui nous suivront pour tout le séjour.
Minuit : tous équipés de nos brassières nous prenons le large sous une lune presque pleine pour la destination de Ponza. Les quarts de nuit d'une durée de 3h ont été distribués aux binômes.

 

Mardi 05 septembre

2017 carnetdebord Cybelle planete 138Anaïs et Alain prennent le premier quart épaulés par le capitaine Antoine. A 3h, changement de quart avec Amandine et Julien toujours assistés par Antoine. A 6h Laetitia et Antoine prennent la relève jusqu'à 9h avec Julien. Topo observation à 9h fait par Amandine, nous avons tous hate de commencer!
Premier petit déjeuner pris à bord après une nuit courte « bercée » par le bruit du moteur.
Premier quart d'observation entre filles, malgrès toute notre bonne volonté les cétacés ne sont pas au rendez-vous, seuls quelques exocets font leur apparition ainsi que des déchets.
A table pour le premier repas pris en mer accompagné de tortues caouanes (4 en tout) qui sont venues manger avec nous.
Second quart d'observation d'Amandine avec Alain et Julien : mer très calme et pas du tout agitée. C'est vers la fin du quart que les dauphins sont arrivés sous le coucher du soleil d'un côté et le levé de la lune de l'autre : moment magique ! Avant la nuit, nous nous sommes tous lavés dans une eau chaude et limpide d'un bleu profond à 2800m de profondeur. Instauration d'une seconde nuit avec des quarts de surveillance pendant le repas. Sous une nuit de pleine lune et étoilée, les quarts se sont enchainés. A minuit, cinq dauphins éclairés par le reflet de la lune ont fait le bonheur d'Antoine et Laetitia.

Mercredi 06 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 139Quarts de nuit tranquilles toujours accompagnés de la pleine lune et des étoiles.
7h30 : premier quart d'observation sur une mer d'huile mais seuls une tortue et 6 oiseaux rapides ont fait leur apparition.
9h30 : petit-déjeuner collégial suivi d'une petite sieste pour les plus fatigués.
Le ciel se remplit petit à petit de nuages alors que notre destination finale est en vue : l'île de Ponza. La journée s'est poursuivie avec un autre quart d'observation l'après-midi mais sans cétacé ni tortue.
Nous sommes arrivés en fin d'après-midi sur l'île de Ponza, mouillage pour la nuit. Petit bain pour toute l'équipe : palme masque tuba pour certains, de jolis poissons, une nacre et beaucoup de déchets. Repas puis vers 23h tous au dodo.

Jeudi 07 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 1407h : le ciel est bouché : il pleut.
8h : nous partons direction la côte italienne. Quart d'observation qui devient de plus en plus mouvementé : il n'y a pas de vent mais des vagues de 80 cm, ça bouge déjà. Dans la fin de matinée, un rorqual est enfin observé par Antoine avec la présence de Laetitia. Nous arrivons au port de Nettuno. Vers la fin d'après-midi, plein de gasoil, nettoyage du bateau et douche au port pour tous. Cela fait du bien même si à terre c'est un peu bizarre : ça tangue. Le soir : repas de fête : DES FRITES !Le capitaine a étudié la météo et cela ne va pas s'arranger. Il faut rejoindre Porto Vecchio au plus vite sinon ça va faire très mal. Départ prévu demain à 4h.

Vendredi 08 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 141Départ à 4h15 avec une mer d'1 mètre de houle qui berce l'équipage. Nous longeons Nettuno pendant près d'une heure puis cap vers le large direction Porto Vecchio. Nous avons vers 17h une observation de dauphins furtifs. Nous passons à table et commençons les quarts de nuit.
Pendant la nuit, nous croisons un voilier fantôme sans lumière : le hollandais volant ! Malgré les coups de trompe et la lampe torche, personne ne bouge à bord. Antoine passe son gilet (inquiétant) et la mer se démonte.
Nous arrivons à Porto Vecchio à 8h sur la baie et nous profitons tous de cet instant d'accalmie.

Samedi 09 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 142Une journée au mouillage, repos, repas et bonnes crêpes faites avec amour par maman Laetitia suivies par notre écoguide Amandine qui nous a préparé son fameux guacamole.
19h30 : heure de l'apéro en musique et soirée quizz : les « bolites » contre les « puffins corses ». Les puffins ont gagné 27 à 22 points. Une bonne nuit de sommeil en perspective.

 

Dimanche 10 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 143Petit-déjeuner crêpes avec tartines Nutella banane pour notre écoguide. Le vent se lève, on change de mouillage et on se rapproche du port. 11h : Julien et Alain cuisinent deux cakes : olives, feta et champignons.
Midi : heure de l'apéro. Une bonne baignade de Laetitia et Alain rafraichissante et sportive (ciseaux et abdos sont de la partie). Apéro du soir avec reste de cake, charcuterie... Des pâtes courgettes tomates et ail cuisinées par Antoine sont notre repas. Tout le monde a bien mangé et est prêt pour la revanche du quizz. Conclusion : il reste des choses à revoir (méduses et bateaux ne sont pas des réponses suffisantes).

Lundi 11 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 144Escapade en annexe pour Porto Vecchio à 8h : l'expédition !!! A 10h retour sur le bateau et préparation de la quiche poivrons, oignons, tomates préparée par notre écoguide Amangdine : Miam !! Attente d'une accalmie pour pouvoir accoster au port. Après des dérapages, plus ou moins contrôlés, nous voici partis pour le port.
Préparation de l'inventaire pour la session suivante ainsi que grand ménage. Nous voici au port de Porto-Vecchio et sur terre. Petite balade dans les hauteurs de la ville et shopping pour les unes et dégustation de rhum pour les autres. Préparation des wraps pour le soir et premier repas à l'intérieur du bateau, Super surprise avec un dessert d'anniversaire pour Anaïs en musique et chorégraphie endiablée : super soirée.

Mardi 12 septembre

2017 carnetdebord Cybelle 145Expédition pour Bonifacio pour toute l'équipe en Kangoo. Cela change du bateau ! Découverte de la magnifique ville : de son port, de ses falaises et de son centre historique pour la matinée. Repas dans un restaurant de spécialités corses, un régal! Longue randonnée digestive sur les chemins caillouteux par les bords de mer vers la plage de Fazzio conseillée par notre capitaine. Il s'agit de la base des Glénan (école de voile). Arrivée dans ce paradis reposant et magnifique ! Julien se baigne pendant que d'autres découvrent les environs. Une fois la fine équipe reposée retour à la voiture pour Porto-Vecchio. Laetitia prépare ses affaires pour son départ imminent. Nous l'accompagnons jusqu'au ferry : premiers aux revoir... Repas express et fatigué dans le bateau. Après rédaction du carnet de bord, tout le monde va se coucher pour se reposer en préparation de la dernière journée de ce grand tour méditerranée.

 

Expédition du 15 au 24 septembre 2017 au départ de Porto Vecchio 

Vendredi 15 septembre

Carnet de Bord Cybelle Planète 20173 était là quand 8 et 9 sont arrivés. Le rendez-vous était à 10 h au port de Porto Vecchio. A 15 h, 4, 5, 6, et 7 se pointèrent. 1 et 2 étaient sur place. A 11h et 13 minutes, 2 nous emmena au casino. Trois caddies plus tard, l’Avocet of Ryme était chargé ! Première recommandation : 3 pompettes par giclette !

 

 

Samedi 16 septembre 2017 (Poème)

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Aujourd'hui, tout plein de données

Nous ont bien montré comment tout fonctionnait ;

Notre envie d'aller recenser les cétacés

Se fait grandissante à chaque journée ;

Le regard loin devant,

Nous scrutons à chaque moment le comportement du vent ;

La météo ne nous laisse aucun créneau,

Clouant le voilier dans la baie de Porto Vecchio ;

Avec Cybelle Planète,

Rien n'est prévu comme dans sa tête ;

Mais le groupe est solidaire,

Et nous savons qu'il y a encore à faire ;

Alors vivons au jour le jour,

Et nous ramènerons des souvenirs pour toujours ...

Dimanche 17 septembre

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Compte tenu des conditions défavorables du jour, notre excellent Capitaine Antoine nous a permis d'utiliser l'annexe pour aller au port. Petite excursion au marché, au Casino et à la douche à Porto Vecchio. 7 minutes de bonheur pour la somme modeste de 2 euros: quel plaisir !!! Retour sans encombre et maintenant à 22 h, nous nous préparons à prendre le large. Une première.

 

 

Lundi 18 septembre

2017 carnetdebords cybelle 149Nous partons de Porto Vecchio direction Ile d 'Elbe : départ minuit avec des quarts de 2 heures organisés. On était tous épuisés. Mais les dauphins ont réveillé notre attention au milieu du parcours. Le premier contact a rendu ce moment majestueux. Nous attendons avec impatience les prochaines rencontres. En attendant l'île d'Elbe nous offre son orage du soir.

 

 

Mardi 19 septembre

2017 carnetdebords cybelle 150Un café, une banane et tous à la baignade ! Un vrai régal. 400 m de nage et on avait la fringale. Visite des ruelles dans un froid glacial, puis un bon café Italien nous a fait du bien. L'annexe nous a rejoint. A son bord le Capitaine pour nous sauver du froid grâce à nos pulls ramenés. N° 9 refusa une première fois de mettre la main à la poche, ce qui créa une dette de n°8 envers n°7, ce qui engendra une dette  commune envers n°7. Etant bénéficiaire, celui-ci passe ces tours de plannings. Quelle belle affaire !

 

 

 

Mercredi  20 septembre (Poème)

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Plus aucun doute sur les soupçons de la veille

Au vu du réveil matinal du Capitaine

Le jour se lève à peine,

Que déjà les écovolontaires veillent.

Le regard bien devant,

Ils caressent l'espoir de voir un de ces grands.

Ces grands cétacés,

A chaque minute tant espérés.

Puis soudain, non bien loin

Se dessinent de magnifiques grands Dauphins,

Accompagnés de leurs bébés.

Il ne nous reste qu’à les contempler.

Ces superbes animaux

Nous offrent ce qu'il y a de plus beau.

Comme un chant de musique,

Ils nous envoient des images fantastiques.

Nous rentrons un peu plus tard près des terres

En pensant encore à ce qu'ils viennent de faire.

Bonne nuit chers cétacés

A demain dans le sillage de notre voilier.

Jeudi 21 septembre (Poème)

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Aujourd’hui, le voilier démarre très tôt

Navigue dans les plus beaux creux de cette eau.

Quelle beauté au loin cette ligne d'horizon

Mais pour l'instant aucun n'a pu voir un poisson.

Quand soudain une tortue et un dauphin

Une goutte d'espoir dans cette surveillance sans fin

Toute l'équipe se mobilise avec détermination

Dans ce que nous appelons cette mission

Surveiller la présence des cétacés

A chaque minute, chaque moment de la journée

Notre espoir est nourri par l'amour que nous partageons pour nos amis

Ces sacrés animaux qui nous offrent à chaque rencontre un vrai paradis

Les yeux larmoyant de ne pas les avoir vu

Nous rentrons à île Rousse un peu déçu

Mais remplis d'espoir d'espérer demain pouvoir les voir.

Vendredi 22 septembre

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017A----------------------> B

Rien en vue, alors un peu déçus.

 

 

Samedi 23 septembre

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Une fin fatiguée au milieu d'un dernier grand repas à bord de l'Avocet of Ryme, suivi d'un quizz cétacés du tonnerre.

 

 

 

 

Signé 1,2,3,4,5,6,7,8, et 9

 

Expédition du 26 septembre au 05 octobre 2017 au départ de Calvi  

Mardi 26 Septembre 2017 - Gilles

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Ce matin, ciel très sombre. Le temps est à la pluie. A 10h, rendez-vous de l'équipage au port de Calvi. Certains sont déjà au Super U du coin, pour faire les courses. On se retrouve donc successivement là-bas pour aider les premiers. 4 caddys super remplis, heureusement le livreur nous l'apporte près du bateau. 

A midi, plus un nuage, grand soleil avec du vent. Tout le monde est là, on va faire les présentations en buvant l'apéro. Evelyne, Sandra, Françoise, et Céline l'éco-guide, pour les filles. Gilles, Claude, Arnaud, Gérard et Antoine le skipper, pour les garçons. Puis c'est l'heure du repos pris tranquillement, un café ; ensuite réunion sur la sécurité par le Capitaine : on étudie tous les cas, c'est du sérieux.

Avant, nous avions pris le temps  de prendre possession de nos cabines, il va falloir s'habituer à un espace exigu. Moment de discussion, puis repos du soir avec des chants Corses du bar voisin, plus dodo. Demain matin, on part vers le large…

Mercredi 27 septembre 2017 – Evelyne

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Départ ce matin vers 8h direction le continent.  Après le briefing de Céline sur les cétacés et autres créatures marines, un dauphin bleu et blanc est venu nous dire bonjour. Cet instant nous a permis de mettre en pratique ce que nous venons tout juste d'apprendre, à savoir la collecte d’informations.

Un bon repas à midi à remis tous les estomacs en route pour le reste de la journée. Après quelques heures d'observations, on aperçoit un rorqual commun !  Il reste avec nous quelques minutes, puis est parti sonder. Arnaud a eu le temps de le prendre en photo : beaux clichés en perspective ! On a vu aussi quelques thons chasser et sauter ! En bref, une superbe première journée qui place la barre haute pour les jours à suivre,,,

Nuit de mercredi et jeudi 28 septembre 2017 - Françoise

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Après le dîner succulent (petit salé revisité façon Antoine), nous continuons la traversée : les quarts de nuit ont été mis en place par binôme. Veille et relèvement obligatoires pour assurer la sécurité de l'équipage. Les conditions météo nous permettent la navigation à la voile une bonne partie de la nuit, puis c'est au moteur que nous approchons des côtes varoises. Vers 8h, Céline aperçoit des Stenella et un poisson-lune, mais la majorité  de l'équipage étant encore dans les bras de Morphée, peu d'entre nous les verrons. Après le petit déjeuner, pris au fil des réveils, les quarts d'observations se mettent en place.

Ce sera la journée dauphin! Festival de Stenella tout au long des observations, même si Céline et Françoise voient au loin des souffles. Mais faux espoirs, les baleines ne viendront pas vers nous. Donc, c'est avec joie que plusieurs groupes de Stenella ont été vus, des adultes, des jeunes, certains venant à l’étrave. On compte sur Arnaud pour les photos prisent avec du super matos ! Au large du Canyon  du Grand Rhône, nous nous sommes attelés à préparer le repas : tarte aux courgettes et salade composée faites par Céline, Arnaud et Claude. Puis, l'annonce fatidique est tombée comme un couperet : les vaches à eau sont presque à sec !

Patatras, stupeur et tremblements,… Fuites à bord ? Mystère et boule de gomme. C'est sur cette nouvelle que nous avons profité du coucher de soleil et des chasses de poisson autour du bateau.

EcÔ a été immortalisée pour la dernière fois en situation sur le bateau, avec un soleil couchant du plus bel effet, puis, allez savoir comment… Elle s'est retrouvée par-dessus bord… Au revoir EcÔ !

Quelle journée !!!  Aller, on va se préparer pour les quarts de nuit…

Vendredi  29 septembre 2017 -CLAUDE et GERARD

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Après la disparition prématurée d'EcÔ 1, nous avons passé une nuit à la cape, sereine jusqu'à l'apparition d'un pétrolier qui fonçait sur nous et qui voyant la détermination de l'équipage, s'est dégonflé et s’est détourné au dernier moment dans le rail conduisant à Fos. Dès le petit jour, on s'est mis dans le sillage de 2 dauphins. Puis un festival rorqual a débuté, souffles de tous côtés, puissants et sonores. A midi de nouveau des Stenella, puis encore des rorquals communs. Juste avant Bandol nous avons aussi rencontré une grosse tortue Caouanne.

Nous sommes actuellement au mouillage, et nous comptons : 1+2+2=5 rorquals communs ont été observés dans la journée, …

Samedi 30 septembre 2017 - Arnaud

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Mouillage à Bandol, on remplit les outres d'eau qui ont « fuit ». Quelques courses au marché, et nous sommes repartis vers Hyères, sans Françoise, qui est partie aux urgences, afin de diagnostiquer son souci d'œil. Mais pour Cybelle on sait que 1 doigt 1 œil suffisent... On la retrouvera le soir au port d’Hyères. Le lendemain lorsque la journée commence, les conditions sont optimales pour l'observation = mer d'huile. Nous avons navigué vers le canyon, la brume nous entoure mais la visibilité reste bonne. Nous repérons au loin des dauphins. Des Grands ? Des Globicéphales ???...

Nous ne  retrouvons plus que des Stenella qui viennent jouer à l'étrave, plusieurs dizaines sont en transits. Un temps idéal. Tout le monde sur le pont, à l'affût des possibles Cachalots et surtout des Globicéphales. Nous avons aussi croisé des radeaux de Puffins Cendrés et  Yelkouans. Des groupes de 20 à 30. On se dit que… c'est bon signe ! Le vent se lève un peu, la mer reste favorable, mais nous arrivons déjà au Cap Sicié sans avoir observé d'autres mammifères marins. Les conditions favorables sont nécessaires mais pas suffisantes... Encore 4 jours de découvertes !

Dimanche 1er octobre 2017 - Sandra

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Il était une fois 8 écovolontaires accompagnés d'un skipper prénommé Antoine, sur un voilier immatriculé où ?? Mais où et donc or ni car !? Là, on avance bien !!! Bon la suite... Je disais donc, que nous quittâmes le mouillage de Hyères de bonne heure direction Porquerolles. Les conditions météo n'étant pas favorables pour l'observation des cétacés. Après un succulent déjeuner, nous partîmes pour une randonnée, direction « Oustaou de Diou », la maison de Dieu ; baignage à l’abri des regards. Bref, une journée farniente, cocooning pour nous remettre de toutes nos observations passées et à venir...

Lundi 2 Octobre 2017 - Evelyne

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Aujourd'hui, nous avons pu repartir en mer faire des observations ; mais malheureusement sans Françoise, repartie à Toulon pour checker son œil. Une matinée calme et grise avec 3 Stenella propice à l'écriture de chansons :

« Ce cachalot, se cache à l'eau ; tous les jours, tous les jours. Ce cachalot, se cache à l'eau et c'est balot... Les Globi...... c'est faux !! ». Ou alors : «  Les Globi c'est pour midi, le cachalot à l'apéro, les Risso c'est pour bientôt !! ». Bref, que du « bonheur » pour les oreilles !!!! A la pause de midi, un rorqual a brièvement fait une apparition. L'après-midi s’est déroulée tout aussi calmement avec d'autres Stenella. Ensuite, retour à Porquerolles où l'on récupère Françoise et on va passer la nuit au port. Demain on va sûrement passer la journée ici...

Mardi 3 Octobre 2017 - Gilles

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017

Après une nuit à Porquerolles en raison du vent, le réveil se fait en douceur et le petit-déjeuner se prépare... Vite fait, nous faisons une escale à la boulangerie pour du pain frais, oh yeah !!!

Comme il fait assez bon, nous décidons d'aller à la plage d'argent où nous retrouvons l'équipe de tournage qui a déjà fait des siennes la veille au village et autres... Vingt fois nous entendrons : « rends moi ma malette... » avec bastonage en prime. Le soleil fait son apparition et nous en profitons pour nous baigner. Enfin pas tous : Evelyne reste au sec sur le sable, l'eau n'étant pas aux 26° réglementaires !! Puis après le séchage solaire, retour au bateau pour la préparation du repas ; mais Antoine nous a tous devancé, avec des pâtes aux légumes et ail, Top Chef ! Pour terminer le repas, une bonne salade de fruit maison. Un petit café, rangement des jeux de cartes pour certains et petites siestes pour d'autres. Après Gérard part seul faire une grande ronde sur l'île, Françoise et Antoine reste sur le bateau et les autres partent dans une grande aventure à la recherche d'un objet caché (geosearching). Les premières indications nous amènent au fort d'Alycastre. Nous en faisons le tour, nous montons jusqu'au sommet où nous avons une superbe vue sur la mer et les quelques bateau qui ont osé braver le grand vent qui souffle. Nous nous apercevrons à la descente que cette visite était interdite, tant pis, et l'on ne regrette rien mais toujours rien concernant notre trésor. On regarde sur internet pour obtenir des indices, quelques photos sont les bienvenues mais il nous faut encore un bon moment avant de trouver l'objet de notre convoitise. Tout content, nous prenons le chemin du retour. Une petite douche est la bienvenue. Puis tous dans le carré, certains préparent le repas, d'autres s'occupent de transférer les photos. Une équipe est chargée de remplir les vaches à eau déjà vide. Il Paraît que je n'ai pas utilisé l'eau avec Parcimonie lorsque je faisais la vaisselle, en effet c'est avec Claude que j'ai effectué cette mission.... Une petite erreur dans la manipulation du tuyau fera tomber la chaussure de Gérard à la mer, heureusement elle sera récupérée.

Maintenant, c'est l'apéro avec comme toujours cocktails, bières, jus de fruits. On s'inquiète, Gérard ne revient pas des douches (cela fait une heure). Le voilà qui revient et nous explique qu'il a fait sécher ses godasses et chaussettes au sèche-cheveux. Très bonne salade au menu, suivie d'une autre salade en dessert, celle-là aux fruits ; je ne parle pas des salades dont nous abreuvent certains ou certaines de mes coéquipiers. 22H30, c'est l'heure du dodo, y'a du vent dans les voiles et on va être bercés par le doux chant des haubans et autres appareillages.

PS : J'avais oublié de dire que le soir précédent, 2 mélomanes dans ce groupe plus portés sur le chant des sirènes que la musique instrumentale avaient été au seul bar du port écouter un concert de musique servi par 3 jeunes filles. Super ambiance !

Mardi 4 octobre – The Last Cybelle Team

Dernière journée sur Porquerolles, retour ce soir avec la mini fenêtre météo vers le port d'Hyères.

Échanges des photos-vidéos ; une dernière baignade pour certains dans les eaux cristallines du Parc.

Préparation de l'anniversaire de Françoise avec une tarte pomme cannelle, de quoi nous ravigoter les papilles... Et voilà que ça sent la fin,... déjà on doit préparer nos sacs pour faire place nette et avoir de l’espace pour nettoyer notre Cy-Beau Navire...

A bientôt pour de nouvelles Aventures !….

 

 

PS :…. ¼ d’heure après la rédaction de ce journal, et après notre appareillage, nous apprenons que le port d’Hyères est réquisitionné par l’armée pour exercices…donc retour à notre ponton de Porquerolles…Quelle surprise !

Nous passons donc une belle soirée d’anniversaire avec DJ Antoine, Gâteaux-bougie-Champagne.

Et pour clôturée cette belle mission, une chanson spécialement dédiée à notre équipage de la part de Gilles :

C’est un groupe fort sympathique ;

Et toujours très dynamique ;

Sur son voilier, on peut le rencontrer, à la recherche des cétacés ;

Ce sont tous des volontaires, aguerris comme des loups de mer ;

Plein de bonnes Intentions, et toujours enjoué ;

C’est le Cybelle groupe de l’été…

 

Expédition Pelagos

Expédition du 15 au 21 juillet 2017 au départ de Hyères 

Samedi 15 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Arrivée des écovolontaires. Alice, l'écoguide, accompagnée d'Antoine, le skipper, nous attendaient. Margaux de l'association était également présente. Nous avons donc fait connaissance de l'équipage 100% féminin : Alice (bis), Béatrice, Alexandra, Julie, Raphaëlle, Amandine et moi (Françoise). Malgré l'heure de rendez-vous fixé à 10h, le bateau n'était malheureusement pas prêt en raison d'un lendemain de 14 Juillet. Nous avons donc attendu 11h45 pour prendre possession du « Florenzo » et y installer tout l'avitaillement pour une semaine. Puis la répartition par cabine s'est faite et nous avons préparé notre premier repas en commun. Après déjeuner, topo « Observation et utilisation du matériel » assuré par Alice l'écoguide puis topo « Sécurité et vie à bord » assuré par Antoine le skipper. Bien que la décision de partir le jour-même ait été reportée au lendemain, pour des raisons de confort, la journée fut bien remplie ! Nous avons pu faire connaissance et nous familiariser avec le bateau et les manipulations à faire pendant la semaine. Après s'être bien dépensées sur le pont pour faire les installations, les formations de sécurité et OBSenMER et enfin quelques courses, nous sommes allées nous doucher à la capitainerie, avant de récompenser nos efforts par une balade au marché nocturne d'Hyères ainsi qu'une bonne glace bien fraîche en fin de journée.

Dimanche 16 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 20176h du matin : tout le monde dort encore ! Hé bien non, deux lèves-tôt sont déjà sur le pont : Françoise et Béatrice. Nous partons chercher du pain frais et des brioches (ouf, la boulangerie est déjà ouverte potron minet !). Les endormis seront réveillés en musique. Après un bon petit-déjeuner sur le cockpit, au soleil, nous pensons à notre première journée d'observation et sommes impatientes de partir en mer. Mais avant, nous avons une réunion avec notre écoguide Alice sur l'application OBSenMER et tout ce que nous devons savoir pour être le plus opérationnel possible. Nous avons pris la mer vers 10h30. La mer était assez agitée, ce qui a déstabilisé certaines membres de l'équipage. La première observation et familiarisation avec l'application sur l'iPad ne dura qu'une heure. Hélas, aucun animal ne pointa le bout de son nez. Certains eurent la chance d'apercevoir des cétacés de loin (quatre souffles de rorqual commun puis probablement quelques ailerons de dauphins). Nous avons toutes plein d'espoir pour les jours suivants ! 17h30 : Retour sur le littoral à Bandol (où nous avons jeté l'ancre) et première baignade de toutes les écovolontaires, suivi de notre première douche à l'eau de mer avec le savon bleu spécial (qui rend tout doux!). Nous avons ensuite fait un apéro royal (biscuits apéritifs, saucisson/chorizo, tartines à la tapenade, jus/sodas, vin et bien sûr pastaga (Pastis !) suivi d'un repas tout aussi royal (ratatouille avec saucisses) pour nous et aussi pour les animaux (nourrissage de goélands et de dorades).

Lundi 17 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous nous sommes levés à 6h30 (du matin !) après avoir débarqué une des écovolontaires qui a malheureusement dû nous quitter pour raisons personnelles. Nous avons mis le cap au large. Ce matin, la mer était encore agitée. Antoine a eu l'idée de changer de type de navigation, le moteur a donc été éteint une fois la voile sortie. Vers 9h, il nous a demandé de mettre nos brassières et d'attacher les sangles aux lignes de vie sur les côtés du bateau pendant que nous faisions nos quarts (pour éviter de passer par-dessus bord !). La matinée a été riche en rencontres : des dauphins bleus et blancs sont venus nous voir à deux reprises et nous avons même pu observer notre premier rorqual commun. Grande joie à bord ! A 10h, nous nous étions rassemblées sur le cockpit pour sortir l'hydrophone après une suspicion de souffle lointain. Au moment de le mettre à l'eau, l'imposant cétacé apparaît et nous nous rendons compte que l'hydrophone n'était finalement pas nécessaire puisqu'il ne s'agissait pas d'un cachalot (l'appareil ne détectant pas les ultrasons des rorquals). Nous avons donc rallumé le moteur afin de le suivre. Le midi, nous avons dégusté des pâtes aux courgettes par une mer agitée, heureusement que les pâtes étaient bien collées pour qu'on puisse les ramasser facilement après qu'elles soient tombées dans le coffre (ouvert afin d'y prendre les seaux servant à la vaisselle en mer) ! Nous avons fait un point sur les observations de la matinée puis sommes repartis. Pas d'observation notable à part les puffins cendrés puis, en approchant de Port-Cros en fin d'après-midi, nous avons vu des dauphins bleus et blancs qui sautaient sur le dos. Nous avons jeté l'ancre vers le port de Brégançon. Baignade pour quelques-unes et préparation du repas : gloubi boulga de riz et lentilles aux légumes et chèvre puis tarte aux pommes avec 4 coin(g)s ! La mer ayant été agitée, tout le monde était fatigué par cette journée forte en émotions et en belles observations.

Mardi 18 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Départ après le lever du soleil, vers 6h15. Quelle agréable surprise au réveil de découvrir une mer légèrement ridée ! Cette mer calme va durer deux jours, nous espérons que cela augmentera nos chances d'apercevoir des animaux ! Nous quittons le superbe paysage et notre mouillage tranquille pour de nouvelles aventures, prêts à observer tout ce qui se présente. Direction le fameux « Chinois » (zone baptisée ainsi par Cybelle Planète). Par trois fois, nous voyons des dauphins bleus et blancs, peu curieux et trop affairés à leur vie sans les humains. Au passage, nous accomplissons un « nettoyage de surface » à la gaffe pour débarrasser la mer de : bouée fer à cheval orange et plusieurs ballons de baudruche un peu dégonflés. Tout cela grâce à notre super « gaffeuse » Raphaëlle ! La mer et ses habitants lui disent merci !

Pour la pause déjeuner, nous avons fait cap sèche en pleine mer. Seule la silhouette des côtes était visible, et pas un seul bateau. Françoise, sans aucune hésitation, annonce la baignade. C'est avec beaucoup plus d'appréhension que nous la suivirent une à une dans l'immensité de la mer à plus de 2000 mètres de profondeur. Cette baignade fut l'une des plus impressionnantes que l'on puisse vivre ! Nous avons passé 1h30 à jouer avec les rayons du soleil se perdant dans les profondeurs, à flâner entre les courants chauds et froids et à nous photographier (même sous l'eau !). Malgré les avertissements répétitifs du skipper Antoine concernant la présence de requins blancs en Mer Méditerranée, tout le monde s'est baigné ! Lorsque nous nous décidèrent enfin à entamer le déjeuner avec les restes de la veille après 14h, un poisson lune curieux vint à notre rencontre ! Il se montra sous toutes ses coutures et se laissa même flotter sur le côté pour prendre le soleil. Il était parfaitement visible par cette eau claire ! Au bout de quelques minutes d'observation mutuelle, il repartit, nonchalant, la dorsale allant et venant tranquillement à la surface.

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Pendant l'après-midi, nous avons vu plusieurs groupes de dauphins bleus et blancs, dont certains qui sont venus à l'étrave. Vers 18h30, nous avons eu la chance d'admirer une magnifique parade nuptiale entre diables de mer (trois individus) dont un d'environ 2 mètres d'envergure ! Nous avons pu les observer autour du bateau pendant plus d'une demi-heure. Peu après, en suivant un groupe de dauphins bleus et blancs, quelque chose parmi eux semblait flotter à la surface : c'était une tortue caouanne ! Enfin, pour terminer la journée en beauté lors du dernier quart, nous avons pu suivre la trajectoire rectiligne d'un rorqual commun qui sondait plusieurs fois, sous un magnifique coucher de soleil sur le relief montagneux. Après que le jour ait bien baissé vers 22h, celui-ci a resurgi lorsque nous mettions la table pour le repas du soir et a sondé une dernière fois à environ 15 mètres du bateau vers nous !

Avec cette météo exceptionnelle, c'était la nuit idéale pour rester au large. Après avoir mangé un rôti de porc cuisiné par Antoine dans un silence nocturne total et avec pour seul éclairage nos lampes frontales, nous nous sommes réparties en quarts de nuits par binôme de minuit à 6h pour assurer la surveillance du trafic maritime. Pour être autonomes, Antoine nous avait formées dans la journée à l'utilisation du pilote automatique et de l'AIS (Automatic Identification System). Quelle incroyable journée avec un bilan d'au moins sept espèces (poisson lune, dauphins bleus et blancs, diables de mer, tortue caouane, rorqual commun, puffin cendré, pélagie) dont des rares observées, le tout en seulement un après-midi ! Nous ne sommes pas prêts d'oublier cette exceptionnelle journée d'observations !

Quarts de nuit

Carnet de Bord Cybelle Planete 20170h-2h (Alice et Amandine) : Ce premier quart fut assez animé mais est quand même passé vite. Nous étions entourées d'un bon nombre de cargos. Nous avons dû faire pas mal d'allers et retours entre le pont et l'AIS pour surveiller leurs trajectoires. Nous avons aussi entendu le mouvement d'un dauphin.2h-4h (Julie et Raphaëlle) : Prise de quart difficile avec les yeux pleins de sommeil. Puis, une fois installées dans le cockpit avec nos gilets de sauvetage enfilés, un compas à la main et les jumelles dans l'autre, la magie commence à opérer... Le premier voilier que nous repérons comme naviguant loin à bâbord se révèle être la lune qui se lève ! Une lune rousse au lever ! Visite de plusieurs dauphins qui restent autour du bateau pendant vingt minutes à sauter... suivis par un rorqual que nous entendons souffler plusieurs fois tranquillement, pas loin du bateau.4h-6h (Alexandra et Françoise) : Nous avons commencé notre quart sous un beau ciel étoilé et avec une belle lune en croissant se reflétant dans l'eau. Nous avons, par moments, entendu les respirations et les sauts de dauphins autour du bateau. Nous avons assisté au lever du jour comme la mise en place d'un tableau impressionniste. Françoise avait cru voir un petit bateau devant le nôtre au lever du jour mais, après vérification, celui-ci n'apparaissait pas sur l'AIS. Et pour cause, quand on l'a observé aux jumelles, il s'agissait en fait d'un rorqual !

Mercredi 19 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Vers 5h45, un rorqual est donc apparu et nous l'avons suivi par la suite. Les rorquals nous ont ensuite occupé une bonne partie de la matinée mais, étant un peu joueurs, une partie de cache-cache a débuté... Donc, pour reprendre ce début de matinée déjà riche en observations, notre rorqual de 5h45 a fini par se lasser de nous après trois apparitions constatées par Antoine et Françoise, le reste de l'équipage ayant opté pour une recharge des batteries après les quarts de nuit. Vers 6h45, nouveau rorqual, ce qui réveille Alice l'écoguide, Julie et Alice, puis le reste de la troupe suivra petit à petit. Deux groupes de dauphins Stenella ont été aperçus et certains sont venus à l'étrave voir si nous étions assez intéressants pour eux... Manque de bol, les voilà partis au bout de quelques minutes, mais Alice écovolontaire a pris soin de filmer leurs nombreux sauts tendus. Nous pourrons garder ces supers souvenirs dans notre tête mais aussi en vidéo. Merci Alice ! A 7h24, un diable de mer passa sous le bateau. Il s'y est en fait réfugié pour échapper à l'énorme yacht qui est passé à 100 mètres de nous à  toute allure dans une mer totalement vide (la place devait lui manquer !). En fin de matinée, nous avons eu la chance de suivre deux rorquals communs sur le chemin de Cannes, après les avoir aperçus sur la ligne d'horizon grâce à une mer d'huile (c'est-à-dire à environ 10 km de nous !). A la distance la plus proche d'eux, les deux rorquals s'étaient séparés et se trouvaient des deux côtés du bateau, nous ne savions plus où donner de la tête ni lequel suivre ! De retour sur le littoral, la Côte d'Azur ressemble à une autoroute pour yachts ! Nous n'avons pas réussi à mouiller à cet endroit (file d'attente à l'entrée de la crique). Nous avons donc continué notre route en longeant le littoral (sur lequel se trouvait le magnifique Massif de l'Estérel aux couleurs rouges) et avons fini par mouiller en face de chez Brigitte (Bardot !) à la Madrague à côté de Saint-Tropez. Le soir, après une baignade mouvementée par les vagues des bateaux, nous avons enfin eu le plaisir de goûter les merveilleuses pâtes au basilic frais de notre skipper que nous attendions depuis le début de notre séjour ! La vue nocturne était grandiose avec la côte et les bateaux au mouillage bien éclairés.

Jeudi 20 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Plusieurs d'entre nous se sont réveillés à 6h du matin afin de profiter de notre dernier jour en mer. Ce matin, après avoir quitté la crique, les « obs » commencent à 7h. Le temps est couvert et nous avons parfois des averses, dont une qui nous a forcées à arrêter la prospection pour nous abriter le temps qu'elle passe. Nous ne voyons rien de la matinée mais on peut noter la présence d'une tortue et d'un poisson lune, aperçus de manière furtive. Puis nous n'observons rien pendant un certain temps et quand nous nous apprêtons à déjeuner, Julie aperçoit des dauphins. Enfin ! C'est un groupe assez fourni de plusieurs dizaines d'individus avec des jeunes. Antoine va à leur rencontre pour que nous puissions mieux les observer et là, le festival commence : certains viennent à l'étrave (malgré notre faible vitesse) pour nous observer, nous montrer leur ventre, faire une vrille et hop, revenir en position. Un régal pour les yeux ! Nous assistons même à des interactions sociales pendant lesquelles ils se frottent par leurs dos, leurs ventres ou se touchent par le bout du rostre. Le groupe se scinde en plusieurs sous-groupes, les « sentinelles » reviennent au bateau pour permettre au reste du groupe de poursuivre leur route. Nous apercevons des jeunes et mêmes des nouveau-nés près de leur mère d'après les chanceuses qui les ont repérés. Les appareils photos crépitent (et leurs batteries déjà faibles se vident...), les notes sont prises pour ensuite alimenter les données d'observation. Ils reviennent vers nous, se re-dispersent puis nous les laissons partir. Tout cela a bien duré 35 minutes qui font que cette journée sera encore gravée dans notre mémoire pendant longtemps. L'équipage reprend ensuite le cours du déjeuner et le skipper son cap. Notre chili végétarien est froid mais peu importe, les dauphins nous ont réchauffé le cœur !

L'après-midi d'obs se poursuit avec deux derniers quarts alors que nous reprenons tout doucement la direction du port d’Hyères. Les espoirs sont grands encore de voir un rorqual ou les « vedettes » des missions, à savoir les globicéphales noirs, mais rien, nada, il faudra s'y résoudre. Quel après-midi caniculaire à cuire littéralement à l'avant et à « gaufrer » nos postérieurs sur le nid d'abeilles du bateau (pensez aux coussins salvateurs pour vos prochaines missions..., croyez-moi !) ! Effectivement, après une semaine en mer, nous sommes plusieurs à nous accorder sur le fait que nous avons le postérieur en feu à cause du tangage du bateau et d'être assises sur le pont dur pendant nos quarts (en espérant ne pas peler comme nous le confiait Françoise...) ! A 16h30, Antoine nous accorde une dernière baignade en face du village de la Capte, ce qui réjouit les équipiers qui seront loin de la Grande Bleue à compter de vendredi. Maintenant, c'est sûr, nous rentrons au port à 17h30 pour la dernière soirée ensemble. Une bonne douche (d'eau douce) nous y attend, mais c'est sans compter sur un phénomène de disparition mystérieuse : où est passée la carte d'accès aux douches de la capitainerie ? Suspens... Après avoir retourné (presque) tout le bateau, le problème est résolu, les premières douches prises, les affaires rangées et le dîner préparé : ce soir, tortillas de patatas, olé !

La semaine a été riche en rencontres animales et humaines, elle est passée tellement vite que chacun savoure ces derniers moments ensemble, des étoiles plein les yeux et des souvenirs pour nous booster jusqu'à l'été prochain. Eh, on y retourne en 2018 ? Chiche...

Expédition du 22 au 28 juillet 2017 au départ de Hyères 

Samedi 22 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous voici tous arrivés à 10h au port de Hyères pour l'embarquement. Il y a donc : Nicolas, Gwenola, Mélanie, Maxime, Sylvie, Sandrine et Marine. Alice l'écoguide et Antoine le skipper nous attendaient. Les premiers arrivés ont pu voir le voilier « Florenzo » sortir de la zone de carénage et être remis à l'eau, après une nuit de réparation de l'hélice. Nous nous sommes installés dans nos cabines et avons attendu l'arrivée des courses, livrées directement au bateau. Pendant que nous finissions de décharger les sacs de courses et que nous nous familiarisions avec l'organisation et les rangements du bateau, Alice est partie nous chercher du pain et un poulet rôti pour ce midi. Puis, nous avons quitté le port pour jeter l'ancre un peu plus loin, en face de la plage de la Badine, afin de profiter d'une première baignade avant de prendre l'apéritif et de déjeuner ensemble. Nous avons ensuite été confrontés à notre première décision d'équipe : le temps ne se présentant pas suffisamment clément pour naviguer demain, nous choisissons de nous amarrer sur l'île de Porquerolles dans l'après-midi (pour être sûrs d'avoir une place au port) et d'attendre là-bas plutôt qu'à Hyères que le temps nous permette de commencer nos observations. Pendant la traversée, Antoine nous fait notre première formation de navigation à la voile. Une fois installés au port vers 16h, nous avions quartier libre pour visiter le village, nous promener ou profiter d'une petite plage. A 18h, nous avions rendez-vous au bateau pour la formation « Mission Pélagos et faune marine » d'Alice ainsi qu'un point sur la vie à bord. Pour le moment, la météo nous oblige à rester à quai au moins deux nuits.

Dimanche 23 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017L'équipage, coincé sur l'île de Porquerolles, s'est scindé en deux groupes. Gwenola et Nicolas sont partis seuls, car c'était leur premier anniversaire de mariage. Ils se sont offerts pour l'occasion une location de vélos électriques, moyen idéal pour visiter l'île. De 10h à 14h30, les autres étaient à la plage Notre Dame, une des plus belles de l'île, où ils y ont pique-niqué. Les herbiers de posidonie et les rochers ont fait l'objet de nombreuses observations sous-marines : poissons (saupes, rougets de roche, gobies, mulets, sars à tête noire, girelles communes, dorades royales et marbrés...), oursins, anémones de mer vertes, crabes, éponges encroûtantes orange-rouge, algues (acétabulaire, padine...), étoile de mer, concombres de mer, grandes nacres de Méditerranée... En fin de matinée, comme prévu, le vent a commencé à souffler. Sur le chemin du retour, ce sont les innombrables cigales (ainsi que leurs mues) facilement observables sur les arbres qui ont retardé les photographes amateurs ! Leur chant, parfois assourdissant de par leur grand nombre, nous faisait même oublier celui des goélands auquel nous sommes plus habitués ! En fin de journée, plusieurs d'entre nous sont allés visiter le Jardin du Conservatoire Botanique. Pendant ce temps, Antoine était resté au bateau toute la journée pour faire tourner le moteur quelques heures afin de garder un niveau de batterie convenable. Il en a également profité pour nous préparer ses fameuses pâtes à la sauce basilic... un régal à peine perturbé par les bourrasques de vent de plus en plus violentes. Nous avions pourtant trinqué au retour du soleil, mais c'est la pluie qui est arrivée en début de nuit et qui continua tout au long de cette dernière.

Lundi 24 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Heureusement, au réveil, bien que le vent nous empêchait toujours de prendre le large, le soleil était de retour. Le fort vent ne s'étant toujours pas calmé, nous avons entrepris de visiter le reste de l'île pour les prochains jours. Après la préparation d'un grand pique-nique (salade composée, sandwiches et fruits), nous nous sommes mis en route. Tous sauf Antoine resté sur le bateau. Notre exploration de l'île a commencé par le fort Saint-Agathe, suivi du Moulin du Bonheur. En raison d'un fort risque d'incendie dû au vent, nous avons été quelque peu contrariés dans nos projets du fait que de nombreux sites étaient interdits d'accès au public. Notre randonnée nous a fait passer devant des champs de vignes, d'oliviers, de mûriers et de lauriers. Nous avons même visité un cimetière où certaines tombes étaient représentées par des barques et où nous avons pu apercevoir notre premier gecko. Nous avons ensuite rejoint les falaises dangereuses au Sud de l'île où les vagues frappaient fortement les grands blocs de rochers. Après avoir pique-niqué au pied du phare, nous avons emprunté un sentier nous permettant d'atteindre la magnifique Calanque de l'Indienne. Enfin, nous avons terminé notre promenade sur la plage de la Courtade que certains avaient exploré hier. C'est une très belle plage où l'on a pu observer plusieurs espèces sur le fond sableux, notamment de poissons. Le vent nous empêchant de profiter pleinement de la plage (entre les vagues violentes et le sable qui nous fouettait en s'envolant), nous sommes rentrés de bonne heure au bateau. Antoine avait de nouveau cuisiné : plat de viandes et de légumes pour ce soir ainsi qu'une belle tortilla pour le lendemain midi. En fin de journée, pendant que chacun s’occupait de sa propre activité (course à pied, douche, lecture, sieste, glaces au village...), une partie d'entre nous a commencé à effectuer l'inventaire des réserves de nourriture, ce qui nous a permis de découvrir de petites gâteries bien rangées qui nous ont donné des idées de recettes à réaliser. Le soir, après un apéritif et un bon dîner à l'intérieur du bateau (le cockpit étant trop exposé au vent et aux embruns), nous avons joué au jeu du loup-garou pendant que Sandrine et Alice triaient les photos prises pendant notre excursion. Elles ont ensuite fait une balade nocturne dans le village à la recherche de petites bêtes et ont croisé un minuscule gecko sur un mur ainsi qu'un hérisson caché dans une haie. 

Mardi 25 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Toujours pas de possibilité à l'horizon de quitter l'île de Porquerolles... Alice est allée à la capitainerie pour réserver deux nuits supplémentaires au port. Ce matin-là, pas de programme particulier pour l'équipage, chacun vaquait à ses occupations. Il y avait notamment plusieurs départs individuels en balades courtes, en course à pied et à la boulangerie. Maxime est parti courir tôt, bien que le vent ne permette toujours pas d'emprunter les chemins allant sur les plages plus sauvages de l'île. Il a pu passer près du Sémaphore et monter jusqu'au Mont des Salins qui, avec sa vue dégagée, offrait un très beau panorama (calanque et observatoire militaire). D'autres ont profité de la bibliothèque de bord pour enrichir leurs connaissances en faune marine et certains ont même ramené sur le bateau des exemplaires du journal du Parc National de Port-Cros. Cherchant des stratégies pour accéder à des sites encore non visités et souvent fermés à cause du risque d'incendie, nous avons décidé de réserver une table pour le lendemain midi dans un restaurant bistronomique, situé à l'Ouest de l'île dans une zone uniquement accessible par navette. C'était le meilleur moyen de visiter une des plages du Langoustier, globalement interdite d'accès et dans un cadre idéal car avec le moins de fréquentation possible. Nous avons déjeuné sur le cockpit. Pour ce repas de midi, Antoine nous avait préparé hier soir une superbe tortilla et Mélanie a eu la bonne idée de nous faire un gâteau à l’ananas (comme elle aime faire des gâteaux quand elle ne sait pas quoi faire).

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Pendant le repas, nous avons eu la visite surprise de Léa David, une chercheuse de l’EcoOcéan Institut qui travaille sur les données récoltées en Mer Méditerranée par les écovolontaires de Cybelle Planète. Elle nous a proposé une conférence ce soir pour plusieurs bateaux d’écovolontaires bloqués sur l’île, nous n’étions donc pas les seuls ! Cela nous faisait une deuxième conférence prévue pour la fin de journée, en plus de celle de la Maison du Parc National sur les chauves-souris. A cause des risques d'incendie dus aux vents violents, de nombreux sentiers de l'île étaient toujours fermés à la circulation. Nous nous sommes décidés pour une baignade à la plage d'Argent, une de celles que nous n'avions pas encore testée depuis le début de notre séjour. Les vents du jour et de la veille avaient rendu les eaux troubles. Sandrine a tout de même pu observer une étoile de mer et des éponges encroûtantes. De leur côté, Alice et Antoine sont restés au bateau toute la journée. Alice s’est occupée de trier nos photos et de donner des nouvelles de notre mission sur les réseaux sociaux.A 18h, nous étions conviés sur le bateau de Léa David, chercheuse en cétologie, pour une conférence sur l'utilité et le devenir des données récoltées par les écovolontaires. De passage sur l’île, elle nous a fait l’honneur d’interrompre ses vacances le temps de donner cette conférence remplie d’informations et d’encouragements aux écovolontaires de trois associations réunies. Cela nous a permis de nous rendre compte des résultats obtenus grâce aux efforts fournis sur le terrain. Après un bref dîner, nous avions prévu de nous rendre à une autre conférence vers 21h30 sur les chauve-souris, mais elle a malheureusement été annulée à cause des conditions météo... « C'est vraiment la semaine de la malchance ! » s'est exclamée Mélanie. Nous en avons profité pour monter au fort Saint-Agathe afin de tenter d'y rencontrer des animaux nocturnes. Nous avons croisé la route de deux hérissons, de geckos et entendu des rapaces nocturnes non identifiés. Au lieu de monter au fort, les plus fainéants du groupe ont fait un petit arrêt au bar l'Escale (qui porte bien son nom !) où leurs cocktails étaient délicieux.

Mercredi 26 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017La bonne nouvelle de la matinée était de pouvoir enfin prendre la mer le lendemain matin très tôt jusqu'à environ midi ! Nous nous sommes réveillés sous un soleil opaque, caché par les fumées des incendies visibles sur la Côte d’Azur. Des pompiers de l’île ont été vus en train de prendre un bateau pour venir en aide à leurs collègues. La sécheresse et les forts vents favorisent des incendies difficiles à maîtriser cet été... Pour déjeuner, nous avions réservé un restaurant appelé « Le Mas du Langoustier ». La navette est venue nous chercher au port à 11h20 pour nous y emmener. Antoine nous y a rejoint par la navette suivante pour partager ensemble un succulent repas de fruits de mer apporté par de chics serveurs. Ces derniers nous ont d’ailleurs confié que nous avions raté de peu le passage de l’acteur Kad Merad qui vient souvent manger dans ce restaurant. Après ce déjeuner dans le magnifique cadre du jardin paysager, nous avons pu profiter de l’accès privilégié à une plage exceptionnellement belle et peu fréquentée : la Plage Noire du Langoustier. Cette plage de sable noir était sublimée par un littoral aux strates multicolores. Alice a pris beaucoup de photos depuis le bord pendant que plusieurs d'entre nous ont exploré les fonds marins. Outre les belles anémones de mer vertes et les oursins, nous avons découvert et appris l’existence d’une algue en forme de boule : le codium. En face d’un fort rose se trouvait un voilier échoué sur le rivage rocheux à cause du mauvais temps. Nous avons également aperçu un jeune cormoran dans l’eau et observé les grosses vagues frapper de plein fouet les rochers. Quelques heures après avoir bien profité de cette plage unique, nous sommes revenus au village par la navette. Certains ont profité d’une dernière glace et après le dîner, c’était le point sécurité d'Antoine avant de reprendre la mer ! Pour cette dernière soirée à terre, les deux sportifs de l'équipage Maxime et Mélanie sont allés courir de nuit jusqu'au phare. Ils ont pu croiser un hérisson, des chauves-souris ainsi que des araignées aux yeux vert brillant et une fois arrivés au phare, ils ont pu profiter d'une magnifique vue du ciel étoilé avec la Voie Lactée.

Jeudi 27 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Sandrine :

6h : Ce matin, lève-tard comme lève-tôt, tout le monde est sur le pont. Après cinq jours d'attente, c’est enfin le grand moment, celui que tout le monde attendait : nous partons en mer ! A nous dauphins, rorquals et cachalots... Nous sommes plus que prêts !! La mer est calme au port de Porquerolles, les pendilles sont détachées, le moteur est en marche, nous quittons l’île sous un splendide lever de soleil, c’est parti…

6h30 : Le premier quart d'observation se met en place. Au lieu d'être trois, nous sommes sept à scruter l'eau ! Le capitaine dépasse les îles d'Or (d'Hyères) et... enfin le large.

7h – 7h30 – 8h – 8h30... : Les minutes et les heures s'égrainent et toujours aucun cétacé en vue. Entre temps, le vent avait forci et les vagues grossi. Il nous fallait mettre nos brassières et nous attacher à la ligne de vie. Le mal de mer a commencé à s'inviter chez quelques-uns.

8h38 : Quelque chose a attiré l'attention de Sandrine et Alice à quelques dizaines de mètres devant le bateau. En regardant mieux, c'est en fait un dauphin qui avait sauté et poursuivait son chemin. Ils sont là, ils sont deux ! Juste le temps d'alerter les autres membres de l'équipage... Nous voyons alors les dauphins filer sous l'eau. Ils s'approchent du bateau et nous suspendons notre souffle en espérant qu'ils sautent à nouveau ou restent près de nous. Mais c’est déjà fini, nous ne les reverrons pas ! Bref moment mais au moins, nous ne rentrerons pas bredouille !! Nous poursuivons notre chemin quelques minutes mais bientôt, c’est l'heure de faire demi-tour. 

En tout et pour tout, nos observations se résumèrent à : deux dauphins bleus et blancs, des oiseaux (puffins et cormoran ainsi que goélands), un poisson-volant (observé par Nicolas) et des bateaux. Alice nous a laissés profiter de nos courtes observations en s’occupant du matériel (tablette et jumelles) pour récolter les données nécessaires. Je suis partie dormir dans ma cabine pendant que le voilier, voile du génois dehors, filait à toute allure vers Hyères en repassant sur la droite de l'île de Porquerolles. A midi, nous mouillons à la plage de la Badine, à côté du port de Hyères. C’est presque la fin de l'aventure...

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Mélanie :

Pour ma part, j'étais plus qu'heureuse de me lever en même temps que le soleil. La vue était magnifique ! J'étais prête à enfin prendre le large avec l'espoir de voir ma créature préférée : une baleine !... Malheureusement, au moment d'enfiler mon gilet de sauvetage, le mal de mer prit le dessus pour moi. Il y avait beaucoup de vagues, de vent, leurs puissances étaient de 4 beauforts. J'ai fini par vomir mon petit-déjeuner et suis partie m'allonger sur une couchette... Je n'ai rien vu... Maintenant je sais... J'aime la mer, mais la mer ne m'aime pas... Triste sort...

 

Gwenola :

C’est notre dernier jour en mer et nous prenons le large. Tous les espoirs sont permis, je suis sûre que notre patience va payer et que nous allons voir des dauphins. La mer grossit assez vite, le vent forcit, un régal de creux de vagues. C’est le moment de descendre aller chercher le gilet de sauvetage, ce qui pour moi aussi commence à amorcer le mal de mer. Coûte que coûte, je reste sur le pont, commençant à avoir de plus en plus froid, mais je ne veux pas louper les dauphins. Le miracle a lieu : deux dauphins bleus et blancs font leur apparition, furtive mais magique et émouvante. Notre persévérance a payé. Je suis malade mais heureuse, je peux aller sereinement m’allonger dans ma cabine et récupérer.

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017

Nicolas :

Cette mission, aux airs de séjour balnéaire, s’achève. Chacun a, à sa manière, su transformer sa frustration en divers moments agréables. L’ambition naturaliste s’est ainsi exprimée lors d’immersions dans la vie aquatique des anses sublimes de Porquerolles, ou, plus simplement, dans la découverte de serpents entre deux tombes, de geckos dans les murailles, d’araignées et de chauves-souris dans la nuit, etc... La soif de navigation s’est étanchée lors du premier et surtout de cet avant-dernier jour. Le « Florenzo » fendait la houle, obligeant sans cesse à maintenir son équilibre que je ressens toujours comme un condensé de vie, où à chaque moment nous devons compenser la réalité du monde pour garder le cap de nos convictions et de nos rêves… Nous avons bien fait de garder le cap malgré la houle, car la vision, même furtive de ces deux, peut-être trois, dauphins restera ancrée dans nos esprits. J’eus la chance égoïste d’admirer le vol argenté et élégant d’un exocet. Dans la houle, une si petite créature maîtrisant si parfaitement son art et sa grâce, c’est si peu et tellement. Bref, cette matinée magique, d’un lever de soleil rougeoyant sur fond de nuages d’incendies continentaux jusqu’à la découverte des côtes sud de l’île de Porquerolles, compensent un peu notre réclusion à quai.

Que dire de la vie à bord ? Gwenola et moi, à notre habitude, avons joué les comiques et les idiots de service… notre façon à nous de contourner les conflits quand ils nous montent au nez ou que nous les sentons arriver. Mais bon, nous étions beaucoup plus dans le préventif que dans le curatif. Chaque personnalité, même les plus timides, a pu s’exprimer et donner quelque chose de sa beauté intérieure. Je garderai de l’humour ingénu de Mélanie, de la droiture bienveillante de Sandrine, des passions naturalistes et navigantes de Sylvie, de la curiosité déterminée d’Alice et de la sensibilité joviale de Marine, de bons souvenirs. Quant à Maxime et Antoine, ils ont tous deux ce charme secret et franc des hommes faits du meilleur bois.

Une semaine toute en douceur malgré la chaleur et le vent dont nous nous délivrerons demain pour rejoindre le monde. Nous ne nous reverrons certainement jamais plus ensemble mais nous fîmes quelques beaux moments d’éternité.

Bien à nous toutes et tous,

Nicolas

Maxime :

Un réveil très matinal pour prendre enfin la mer car un créneau météo favorable le permet ! Un très bon moment au large, écourté pour moi à cause de la fatigue. Nous avons ensuite passé une très bonne journée sur le bateau devant la plage de Hyères pour finir par un bain de minuit sur fond de musique endiablée pour Nicolas et moi. Demain, il sera temps de nettoyer le bateau et de rentrer au port. Très content de cette semaine et de ces superbes rencontres. J’espère qu’on aura l’occasion de se recroiser.

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Marine :

Superbe ballade en mer pour notre dernier jour. J’ai eu la chance de pouvoir voir les deux dauphins qui nous ont fait l’honneur de leur présence. Je suis très heureuse d’avoir déjà pu assister à ce joli spectacle. 

Après cette matinée riche en sensations pour tout le monde, nous nous sommes installés au mouillage de la Badine près du port de Hyères pour un déjeuner bien mérité. Chacun est ensuite parti vaquer à ses occupations (grosse sieste pour presque tout le monde et lecture). Pour célébrer notre dernière soirée sur le « Florenzo », nous avons préparé une série de Mojitos pour tous, suivi d’un dîner bien à l’abri du vent dans le bateau. Pendant notre apéritif, nous pouvions observer le passage des avions Canadair qui récupéraient de l’eau de mer afin d’éteindre les incendies ravageant la côte depuis plusieurs jours. La soirée s’est terminée sur une petite baignade de nuit (à 23h) en musique pour Nicolas et Maxime, les courageux. Ce moment euphorique avait tout l’air d’un défi tribal où les filles encourageaient les garçons à se jeter dans l’eau froide et dans une obscurité totale ! Le son élevé et  rythmé de la musique, les danses, les cris et les plongeons ont fait la joie de l’équipage. Antoine avait tout de même équipé Nicolas d’une lumière clignotante fixée à son poignet, pour le repérer si jamais il se faisait emporter par les courants ! Avant de se coucher, nous avons fait les derniers regroupements et échanges de photos et avons choisi les « best of » du jour pour notre journal de bord. Antoine a pu en profiter pour s’essayer à la photo en immortalisant ce moment.

Samedi 28 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planete 2017Nous voilà rentrés au port d’Hyères vers 8h. Après un bref petit-déjeuner, nous avons attaqué le ménage complet du bateau. Tout le monde s’y est mis ! On a été très efficace ! Le « Florenzo » était prêt à accueillir le prochain équipage du lendemain. Nous avons ensuite réservé pour midi une longue table au Café du Port pour un dernier repas tous ensemble avant de retourner à nos vies respectives. Nous nous sommes séparés après le déjeuner pour rejoindre nos transports. Ce fut une belle expérience avec une bonne équipe, merci à tous !

 

Expédition du 29 juillet au 04 août 2017 au départ de Hyères   

29 Juillet

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Une nouvelle semaine commence. Une nouvelle équipe embarque avec Antoine le skipper: l’écoguide Hélène et 7 nouveaux écovolontaires: Christine, Fabrice, Angélique, Geoffrey, Sonia, Sandrine et Anne.
10h, tout le monde est là. Chacun prend ses quartiers, on réceptionne les courses puis quelques personnes sont missionnées pour chercher quelques produits frais avant d’embarquer. Le topo sécu est animé par Antoine le skipper, tout le monde est paré en cas d'évacuation. Toute l'équipe prend le repas ensemble puis nous partons très rapidement pour profiter de la fenêtre météo.
Nous naviguons de longues heures entre Porquerolles, les îles du Levant, jusqu'au large tout en étant formé aux protocoles d'observations scientifiques avec l'utilisation de l'application OBSenMER et des jumelles télémétriques. Le premier quart est réalisé par Hélène, Sonia, Sandrine et Anne de 16h à 18h. Quelques obs de dauphins ponctuelles (Bleus et blancs) sont faites pendant le premier quart. Vers 18h30, quelques dauphins jouent auprès d'un voilier à bâbord du notre. Vers 19h, Apéro pour les plus vaillants : en effet la moitié de l'équipage est en perdition.
Le premier quart de nuit débute vers 22h et on alterne toutes les 2h. La mer se calme peu à peu, tout se passe bien sous ce beau ciel étoilé où jouent une belle lune rousse et quelques étoiles filantes. 

30 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Le dernier quart de nuit de 4h à 6h s'enchaîne avec le premier quart d’Obs. L'équipage se réveille au fur et à mesure. Une tortue est observée furtivement puis quelques OBS de dauphins bleu et blancs sont faites par Sonia, Christine et Hélène. 8h-10h, Deuxième quart ( Sandrine, Anne, Geoffrey). Le souffle d'un rorqual galvanise les troupes présentes sur le pont du Florenzo. Le suivi durera 45 min. Le rorqual refait surface au bout de 25 min après le premier souffle. En parallèle, on observe quelques dauphins qui s'amusent à sauter. Le rorqual réapparait encore au bout de 25 min et après quelques souffles, sonde de nouveau puis disparait. Nous stoppons le suivi après une nouvelle attente, on ne le voit pas refaire surface. Le quart de 10h à 12h n'a rien donné et amène à une pause repas bien méritée.
12h30 : Un groupe de dauphins s'invite à table également. Le temps de caler les assiettes nous entamons un suivi pendant 20 min, une cinquantaine de dauphins passent autour du bateau. Ce sont des dauphins bleus et blancs avec leurs petits. Quelques femelles frappent de la nageoire caudale sur l'eau pour rassembler les petits. Un petit fait le "fier" et fait quelques sauts devant les adultes qui le suivent à moyenne allure.
Quelques adultes sont venus à l'étrave du bateau. Une manœuvre de diversion peut être? Pendant ce temps un groupe passe avec les jeunes à l'arrière du bateau. 15 min plus tard, un nouveau groupe de dauphins bleu et blancs fait une apparition. Nous les suivons un quart d'heure. Le groupe semble moins organisé, et se disperse rapidement.
Les quarts d'observation reprennent à 14h. Rien à signaler jusqu'au deuxième quart de l'après-midi. Quelques puffins cendrés sont observés sur le trajet. 16h20 : Un petit poisson lune est identifié par Anne près du port de Porquerolles sur le retour. Nous nous abritons de la forte mer qui arrive. Il est 18h, c’est la fin des observations. Ce soir on s'arrête au mouillage face à Porquerolles pour une nuit au moins.
On profite d’un apéro-baignade puis du dîner au calme près de la plage avec un magnifique coucher de soleil. Vers 21h, le vent commence à se lever.

31 juillet

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Journée off, impossible de partir en mer : trop de houle annoncée ! Nous restons donc au mouillage pour la journée près de la plage de Porquerolles. L'après-midi Anne, Sonia, et Christine font la traversée du bateau vers la plage en PMT. Alors que Geoffrey gonfle l'annexe, Antoine s'aperçoit qu'il est interdit de débarquer en annexe sur les plages de Porquerolles. On va alors se baigner depuis le bateau, on croise des petites pélagies. Le reste de l'après-midi se passe sur le bateau, avec un petit topo sur la présentation de l'association animé par Hélène notre écoguide, puis quartier libre que nous passons à affiner notre bronzage et quelques baignades.
Le soir après l'apéro les filles demandent la fameuse tortilla d'Antoine pour le diner. Ni une ni deux, Fabrice, Hélène Sandrine et Geoffrey préparent les ingrédients indispensables à la recette d'Antoine. Un vrai régal, Merci Antoine pour tes talents de Cuistot. La nuit arrive vite, les couchers de soleil se succèdent, tous différents mais tous magnifiques. Les nuits sont étoilées.

1er août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Deuxième journée off. Toujours trop de houle au large, nous restons donc au mouillage près de la plage de Porquerolles. Le matin, le trio de filles de la veille, part en expédition snorkeling, près des rochers tandis que Geoffrey reste près du bateau.
Le midi, Antoine aidé de Hélène Angélique et Fabrice nous préparent un poulet aux petits légumes, un régal. L'après-midi nous nous dirigeons vers le port pour y débarquer. Nous visitons rapidement la ville avec une halte pour y prendre un verre en terrasse, mais surtout prendre une vraie douche... un bonheur.
Le soir, Anne et Sonia aidées de Antoine, nous préparent des pâtes sauce bolo’ maison. Ça valait le coup d’attendre : la préparation a été longue mais le résultat délicieux. Pendant ce temps, Geoffrey, pâtissier de métier, prépare en parallèle un brownie au raisin sec que l'on dégustera le lendemain matin. La nuit tombe vite et certains partent faire un petit tour de marche digestive avant d’aller se coucher. Il faut bien se reposer, nous repartons avec certitude demain matin, et la mer risque d’être agitée.

2 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Tout l'équipage se réveille tôt pour se tenir prêt pour le départ. Nous faisons voile en direction de Bandol en prenant très au large pour longer les canyons. Le premier quart d'obs. commence avec Fabrice, Hélène, Anne et Christine.
Une journée riche en obs. ! Tout commence avec un poisson lune observé à midi pile. Nous poursuivons vers le large et nous observons notre premier cachalot. Des dauphins bleus et blancs nous font l'honneur de leur visite très furtivement. 13h, un nouveau cachalot est en vue! Quelle chance! Nous ne le verrons que 10 minutes avant qu’il ne sonde lui aussi. Un plongeon impressionnant de tout son corps jusqu'à la nageoire caudale qui finit par disparaître. 13h45, un premier rorqual est aperçu. Les suivis s’enchaînent : cette zone est riche en espèces. Fin du suivi à 14h18 puis nous reprenons un nouveau suivi quelques minutes plus tard avec un nouveau rorqual. Tout l'équipage est aux aguets car un groupe de dauphins fait son apparition. Ils s'approchent du bateau jusqu’à l'étrave. Le groupe est composé de parents et de bébés, un spectacle magnifique. Nous terminons le suivi rorqual vers 15h. Aussitôt terminé, nous reprenons une autre observation de rorqual avec un nouveau souffle repéré à l'horizon puis un nouveau groupe de dauphins apparait. C’est un florilège d'observations !!
L'équipage est aux anges et en redemande encore. Il est 15h30 lorsqu’un cachalot pointe son souffle à 45 degrés à l'horizon. Notre vœu est exaucé. Ce dernier appelle au calme l'ensemble de l'équipage. Instant magique. 10 minutes de plénitude intense avant que le cachalot ne sonde. Les suivis se terminent 10 minutes plus tard et nous poursuivons en direction des côtes vers Bandol au mouillage.
Sur la route, quelques observations furtives de puffins cendrés et de poissons. Nous arrivons au mouillage après cette journée extraordinaire. Nous profitons d'une baignade et douche au savon de mer, et finissons la journée des images plein la tête.

3 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Il est 5h, nous quittons le mouillage. Cap à 200° direction le point “427” et ses canyons à 2030m de profondeur. (Un sommet sous-marin qui semble attirer les grands cétacés)
Les premiers dauphins de la journée apparaissent...Plus de 50 dauphins bleus et blancs. Le groupe est assez curieux : les dauphins s’approchent de l'étrave et s'amusent à faire quelques sauts autour du bateau avant de disparaître dans l'immensité de la mer méditerranée. Les heures passent, aucune observation hormis quelques libellules aventureuses et un frelon. Pendant la pause repas, nous stoppons le moteur pour profiter du calme et activons l'hydrophone pour tenter d'entendre les cachalots en chasse. Mais à défaut de cachalots dans la zone, nous mangeons au son des clapotis amplifiés. C'est reparti pour l'observation et avec chance nous croisons un nouveau groupe de dauphins bleus et blancs qui nous offre un véritable festival: sauts, vrilles, espionnages, nage à l'étrave, sur le dos, danse sous-marine à deux... Nous continuons sur les canyons direction Hyères pour clôturer cette journée d'observation. Un peu déçus de ne pas avoir observé de nouveau de cachalot pour cette dernière journée, nous restons rêveurs et émerveillés de cette semaine en compagnie de tous ces cétacés.

4 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017L'expédition prend fin. L'équipage se réveille prêt à débarquer à terre. Nous arrivons au port d’Hyères pour nettoyer le Florenzo. Tout le monde s'y affaire, l'équipage au complet.
Une semaine riche en émotions, fiers d'avoir pu participer à cette expérience unique. Merci à Cybelle, Hélène notre écoguide, et Antoine notre skipper de nous avoir fait partager leur passion de la mer et de la nature en général. Une semaine pleine de joie et de rires, de découvertes et de quelques mésaventures individuelles (mal de mer). 9 volontaires, un voilier de 13 mètres, une semaine, vivre ensemble, tel est le teaser de cette expédition dans le sanctuaire Pélagos. Nous terminerons par une citation que l’on aime beaucoup : “ Si notre indifférence est complice de l'extinction des animaux, jamais la volonté de les protéger n'a été aussi grande”.

 

Expédition du 05 juillet au 11 août 2017 au départ de Hyères  

Samedi 5 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Arrivée des écovolontaires à 10h devant le FLORENZO : Aziz, Lucile, Marine, Fred, Sophie, Vincent, Christine.  Présentation avec notre écoguide Hélène et notre Skipper Antoine. Topo sécurité par Antoine et présentation de la semaine par Hélène. Petit conseil d'Antoine pour éviter le mal de mer la règle des « 5 F » : Éviter la Fatigue, le Froid, la Faim, la Frousse, la Foif (car les remèdes type Cocculine, bracelet … ne fonctionnent pas, parole d'expert d'Antoine). Après la pause déjeuner sur le bateau, départ en mer pour profiter de la météo et espérer quelques observations avec Hélène qui nous explique le fonctionnement du matériel. Puis nous prenons nos positions pour la première prise d'observation. Cap sur la passe :) entre Port Cros et l’île de Levant. On est tous à l'avant : première observation : 2 chasseurs sous-marin et après wallouh ;-)  Quelques temps après observation d'un poisson hors sol (un exocet) nous avons ensuite préparé le repas et l'apéro et là au moment des cacahuètes 2 opportuns dauphins bleus et blancs se sont invités. Suite à ces premières rencontres et la prise en main de la tablette appli OBS EN MER et des jumelles paramétriques, les binômes de nuit se constituent pour assurer les quarts. 2 heures de surveillance seulement éclairées par la lune et son reflet sur l'eau à observer la trajectoire des autres bateaux. Dans le cockpit, les gilets de sauvetage et les lampes étanches sont  obligatoires ! Le calme et l'obscurité sont apaisants … un binôme pense même apercevoir une tortue. Ainsi s'achève la première nuit du Florenzo ….  Enfin … poursuit ….

Dimanche 6 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Réveil à 6h pour la première observation (du trinôme concerné) et aucun bateau à l'horizon. Le calme de l'eau et l'absence de vent font de cette matinée un moment d'observation idéal … Un premier dauphin bleu et blanc vient nager au niveau de l'étrave. Puis, nous relevons la présence d'un rorqual furtif (et farouche) au loin. Antoine essaie de nous approcher au maximum puis avec les jumelles nous le voyons sonder. Il faut alors attendre 20 minutes pour espérer le voir remonter en surface. Durant ce temps d'attente, 3 couples de dauphins bleus et blancs attirés par le bruit du moteur (peut-être) sont venus se laisser prendre en photo. Après ce spectacle, toujours aucun rorqual à l'horizon. Antoine vient alors nous signaler que le vent commence à se lever et qu'il est préférable d'enfiler les gilets de sauvetage si l'on veut rester en extérieur, ou de rester dans le cockpit ! Le choix est fait nous décidons de rester assis dans le cockpit.... Au loin une déferlante de dauphins qui sautent, jouent à toute vitesse. Impossible de les compter à cette distance, mais la seule chose que nous pouvons affirmer : c'est magnifique et ils sont nombreux :-) Le vent souffle de plus en plus, et les vagues qui vont avec… Nous abandonnons les beaux dauphins pour récupérer nos gilets. L'eau coule à flot dans le bateau... et ça glisse ! On se retrouve entassés sur la porte heureusement fermée à côté des toilettes ! Difficile de se rendre directement dans nos chambres... C'est la lutte. Gilets en main on est prêt à repartir mais en fait ça bouge beaucoup beaucoup trop... Pendant ce temps Antoine avec l'appui de Fred gèrent FLORENZO !!! Pour en revenir à ce qui se passe à l'intérieur … finalement changement de programme tout le monde devient blanc et l'on reste à l'intérieur. Hélène sait comment ça va finir … et anticipe et effectue une distribution de sacs plastiques. Aussitôt distribués aussitôt remplis... C'est le début de lonnngggguuuueeesssss minutes pour la plupart d'entre nous ! Grosse fuite chez Aziz et Marine :) Aziz ne va pas bien … et Marine tente de limiter les dégâts (pas d’Aziz) de la fuite d’eau :) Pendant ce temps Sophie continue de dormir … et se demande ce qui se passe mais Hélène donne instruction de pas bouger et de rester couchée:) La radio annonce des appels de détresse, un kayakiste en perdition, une embarcation à la dérive … Bref c'est l'effet 40 nœuds « comme on dit ça tabasse » !! Des bruits assourdissants, ça tangue et ça tape à l'avant... De temps à autre Antoine descend effectuer une bonne récolte de sacs à vomis pleins  !! Ça régale:) Mais Vincent ne veut pas lâcher le sien !! Bref une véritable expérience dont on se souviendra tous :) une bonne anecdote (après coup) ! Le calme revient peu à peu nous remontons les uns après les autres à la surface plus ou moins colorés … (Quoi qu'il en soit, ajoute Antoine, au moment où nous sommes tous en train de retracer cette journée, nous avions tous des couleurs verdâtres du début à la fin) et rejoignons tout doucement le mouillage pour la nuit. Nous mouillons 40 mètres de chaînes pour que l'ancre puisse se fixer. Pendant que certains préparent l'apéro (une fois de plus) d'autres prennent leur premier bain d'eau de mer avec notre savon biodégradable. Avec lui le sel ne reste pas !! Première tentative de cuisine sucrée/salée avec notre sauce de tomates et poulet (cuisiné par une végétarienne) Miam Miam... Nous profitons de ce mouillage pour bien se reposer sans être dérangés par le bruit du moteur ou la houle.

Lundi 7 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Les conditions météo ne nous permettent pas de faire des observations. Nous rejoignons donc Porquerolles très tôt dans la matinée afin d''avoir une place au port. Antoine reste sur le Florenzo pour se reposer pendant que nous partons explorer l'île. Sur les conseils de Fred, nous rejoignons la plage des Langoustiers. Celle-ci est l'une des plus éloignées du port, il y aura donc moins de touristes. Après 1h30 de randonnée en passant par les crêtes et quelques sueurs nous arrivons à la plage. Christine est la première à l'eau, puis nous la suivons avec masques et tubas pour observer les fonds. Nous croisons plusieurs bancs de poissons au milieu de la posidonie ainsi qu'une grande nacre,  espèce protégée. Une fois sortis de l'eau, crème solaire obligatoire : impossible de trouver un brin d'ombre. Nous déjeunons nos sandwiches en prenant garde aux coups de soleil. Une fois le repas terminé nous rentrons au port pour prendre une glace ou une bière, toutes deux bien méritées. Une partie du groupe décide de rester au port pour se reposer et profiter des douches à disposition tandis que les autres partent explorer la deuxième partie de l'île. Nous trouvons sur notre chemin une petite crique paisible. Des bateaux au mouillage commencent à s'en aller à notre arrivée nous savourons donc ce petit moment rafraîchissant et reposant avant de retourner au port. Ce soir Antoine nous a cuisiné une délicieuse sauce tomate/basilic/ail et autre(s) ingrédient(s) secrets pour accompagner nos pâtes. Pendant ce temps chacun met du cœur à l'ouvrage : nettoyage, cuisine, préparation de l'apéro … Nous savourons ce repas tous ensemble avant d'aller nous coucher. La météo de mercredi, jeudi, vendredi, ne nous permettant pas de ressortir nous comptons fortement sur la journée du lendemain pour observer d'autres espèces. A suivre !!!

Mardi 8 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Il est 3h15 le réveil d'Antoine sonne le grand départ. Aidé par Fred, Florenzo largue les amarres pour une nouvelle journée d'observations. Lucile se joint à eux pour profiter du calme très matinal, de la pleine lune et profiter tout simplement de ces instants uniques. Premier quart d'observation pour Lucile, Aziz et Marine. La mer est calme et laisse croire que les poissons dorment encore. Quand soudain on entend LA LA LA LA … mais où la ? S'exclame-t-on !!! Vincent à l’œil avisé a remarqué un souffle au loin. Yeah !! Un rorqual pointe son nez. Furtif nous apercevons son loooonnnngggg dos. Puis il laisse place à un magnifique spectacle. 1,2,3,4,5 cétacés arrivent … Ce sont des globicéphales. Wahou. Grandiose. Ils arrivent … Plus d'une dizaine, curieux, peu farouches, ils se laissent approcher et viennent autour du voilier. Certains sont très gros, un pitchoun est de la partie avec sa petite tête ronde et son joli sourire :-) Nous sommes tous sur un nuage, heureux d'avoir la chance d'assister à ce magnifique spectacle offert par Dame Nature. On apprendra plus tard que ces cétacés vivent en groupe autour d'une leader « la mama ». Une organisation et un fonctionnement bien établis où la femelle est chef !! Les globi globules ont tout compris… Difficile de quitter ce spot à globis. Il y en a partout certains présentent des cicatrices pas étonnant lorsque l'on sait qu'ils peuvent vivre jusqu'à 70 ans. Un mot me vient car aucun ne peut décrire ce moment MERCI pour ces instants précieux... La vie est belle. Pause déj en ½ groupe : salade de riz préparée la veille, nous nous relayons pour scruter le large. Attention à bien vérifier la stabilité des assiettes ! Un nouveau groupe s'approche du bateau. 14 globis avec 2 bébés bien coincés entre 2 femelles. Mouvements lents, les bébés passent par-dessus les mamans. Au loin deux mâles sécurisent le passage. Merci pour cette belle présence. L'observation continue sur l'avant du bateau. Il fait très chaud, certains ont eu la chance de voir un cachalot. Souffle, apparition, sonde... Moment de repos bien mérité pour les écovolontaires les plus matinaux. Cap sur Hyères. Apéro punch et préparation du repas lentille coupé au quart auquel Antoine rajoute la touche du chef à savoir des carottes, de l'ail en chemise (du blanc et de la bière) faut pas lésiner ! Pas vraiment léger mais excellent dessert à la hauteur du plat de résistance (la tarte aux pommes d'Hélène). Ça va, nous n'avons pas souffert de faim ni de Foif (bière ou petit vin quand ils ne passent pas à la casserole). Café et quart vestrouille (vaisselle) et dodo en attendant de nouvelles aventures.

Mercredi 9 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Aujourd'hui nous restons au port. Le réveil est en conséquence, chacun se levant selon son envie. Hélène et Lucile les plus matinales sont allées chercher du pain frais. :) Gros soleil, mer calme, on a du mal à croire que la mer soit impraticable. En effet, si nous sommes assurés de sortir du port nous ne le sommes pas pour rentrer. Déjà les premiers plaisanciers partent à l'aventure, leur joie se lisant sur leurs visages et nous, nous restons à quai. Notre matinée s'articule autour du petit déjeuner, de la douche et de la préparation du repas. Le vent a un peu forci depuis mais rien d'inquiétant. Après le repas, l'équipage se scinde en 2 groupes. Le groupe plage et le groupe bateau ; ce dernier se chargeant de l'inventaire de la nourriture et du nettoyage de la pastèque éclatée (et oubliée) lors du coup de vent de dimanche... Entre temps la force du vent a encore augmenté. Plusieurs bateaux ont du mal à s'amarrer, notamment un voilier qui a enroulé une pendille autour de son safran. Gros remue-ménage pour la capitainerie. Nous prenons un peu de repos sur le pont. Le vent souffle fort maintenant engendrant une sorte de chaos aquatique qui a duré toute l'après-midi, un vrai cinéma à ciel ouvert. Les bateaux, rentrant au port, ne cessent de se cartonner. On ne compte plus les marins d'eau douce en difficultés pour se « garer » à cause de ce vent. Les zodiacs de la capitainerie ne cessent pas d'intervenir. Les collisions sont nombreuses, au moins trois, entre des voiliers mais surtout un zodiac contre le nôtre. Mais aucun dégât à déplorer pas même une éraflure Par contre, un des enfants du bateau d'à côté a raté la marche et s'est retrouvé à boire le bouillon miam une bonne douche désinfectante en prévision. C'est la fin de l'après-midi et le vent se déchaîne maintenant nous avons bien fait de rester au port.... Faute d'observation en mer, une équipe est sur le pont en observation d'arrivées de bateaux et surveillent les bateaux à la station essence ! Spectacle assuré ! Parmi eux, le NUMBER ONE:) L'italien … qui navigue à toute vitesse … avec son accélérateur au pied … Gloups un  bateau arrive en face tout aussi vite. Nous sommes aux premières loges et retenons notre souffle... La collision s'annonce. Antoine est le premier fan de l'italien. Qui finalement prend la route de la sortie ! Place trop petite pour sa manœuvre ? Vexé de son échec ? Dommage il nous amusait bien. Pause. La dactylo part manger. Ratatouille semoule au menu. Ça sent le cumin jusque-là !!! Miam Miam... A suivre ! Ce soir feux d'artifices  :) 

Jeudi 10 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Au réveil les nuages nous accueillent malgré la subsidence qui nous protège du vent. Antoine en a d'ailleurs profité pour ranger la GV (grand-voile) dans son taud. Lors du petit déjeuner, le programme de la journée commence à se dessiner : ce sera une excursion sur la presqu'île de Giens.... et par la terre. Nous embarquons donc dans les voitures de Christine et Sophie. Une fois sur place, la rando peut débuter avec des paysages sublimes et une mer déchaînée par le vent enfin levé. Ce dernier nous empêche de poursuivre notre route à cause du risque d'incendie. Nous décidons donc de manger avec pain frais, fromage et jambon. Une discussion sur le mariage et la vie de couple s'engage. Bien que la conversation fût très intéressante nous décidons de rebrousser chemin pour profiter une dernière fois des paysages majestueux. De retour au « paquebot », chacun vaque à ses occupations : sieste, shopping (tuba)... La soirée débute avec la préparation par Lucile, Aziz et Sophie du dernier repas et apéro. Au menu, caviar d'aubergines, carottes avec l'excellente sauce d'Aziz : Yaourt, échalote, basilic, sel et poivre, flan de courgettes... Et champagne cuvée Sophie.  Nous sommes déçus car nous n'avons pas eu de spectacle de bateaux tamponneurs à la pompe à essence pour divertir la soirée qui se termine tranquillement.... Demain nous attend avec une longue matinée de nettoyage du Florenzo.

Vendredi 11 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Nous nous réveillons à 7h pour être d'attaque à 8h00 et débuter les hostilités du grand nettoyage. Une fois terminé, nous déjeunons une dernière fois ensemble au restaurant du port, avant de reprendre le cours de nos vies. Cette mission fut une très belle parenthèse… 

 

 

 

 

Expédition du 12 au 18 août 2017 au départ de Hyères 

Samedi 12 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Première rencontre au port d’Hyères pour l'équipage de la semaine (Anaïs, Colombe, Laura, Maïlys, Pascale, Pietro, Stéphanie), sous un beau soleil. Chacun range ses affaires, découvre le bateau, prend ses marques. Après s'être ravitaillés en nourriture (et boissons !) et après quelques péripéties au supermarché, nous nous regroupons tous autour d'un alléchant poulet rôti. Début du gros topo sécu par le capitaine Antoine : on doit réfléchir à tous les risques possibles sur le bateau (super rassurant !) ; puis gros topo animaux de notre écoguide Camille. Dur de s'y retrouver entre toutes les espèces (notamment Maïlys apprend que le petit rorqual n'est pas le bébé du rorqual mais une autre espèce... Nous aussi d'ailleurs, mais chut !). On apprend aussi à se servir des jumelles (en s'entrainant avec l'observation des bateaux voisins au port !) et de l'application OBSenMER sur l'iPad. Ensuite nous prenons un apéro bien mérité pour digérer toutes ces informations et mangeons un taboulé avant d'attaquer la nuit enflammée par la musique du bar dansant à côté !

Dimanche 13 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Après une bonne nuit de sommeil, toute notre petite équipe s'est réveillée reposée et heureuse de partir en mer. Tout avait si bien commencé : charmant petit déj' à 7h du mat, départ sur une mer calme, paysage magnifique.... Colombe, Anaïs et Maïlys se lancent pour les deux premières heures d'obs, pleines d'espoirs et d'enthousiasme. Quelques dauphins plus tard et une ou deux chansons inventées avec beaucoup de talent, les trois magnifiques jeunes filles se retournent pour demander la relève. Surprises de ne trouver personne à l'arrière du bateau, elles descendent à l'intérieur, et là.... Alors que deux heures plus tôt leurs petits visages rayonnaient comme un soleil d'été, les trois gracieuses découvrent le reste de l'équipage en position horizontale (ou PLS comme on dit !) dans un état proche du désespoir... Et oui je [Maïlys] vais citer des noms ! Notre écoguide préférée était si pâle qu'aucune porcelaine n'aurait pu la battre (bon à l'heure où j'écris, rien n'a changé...), Pascale et Pietro avaient fermé la porte de leur chambre pour ne pas afficher leur faiblesse tandis que Stéphanie tentait de trouver un remède au mal de mer. Laura, elle, nous a ravies toute la matinée de ses charmants haut-le-cœur.... Bon, j'arrête ! Les trois survivantes ont donc continué l'observation pour laisser leurs amis se remettre. Ah là là le bateau, ça tangue ! Après un peu de mercalm et un bon déjeuner préparé par une excellente cuisinière (je ne cite personne), la relève a pu être prise. Nous avons eu la chance de revoir des dauphins, d'apercevoir un poisson volant, de nombreux oiseaux et un thon qui aurait battu n'importe lequel d'entre nous au saut en hauteur. Alors que nous pensions être au bout de nos surprises, nous avons eu la visite de poisson lune juste avant un diner extra de notre skipper d'enfer Antoine (il a des origines italiennes, c'est sûr [Eh non raté, c'est espagnol !]) et un magnifique coucher de soleil sur la mer. Nous sommes fin prêts à commencer nos quarts de nuit, perdus en plein milieu de la mer. C'est une première pour beaucoup d'entre nous, alors espérons que l'évacuation ne sera pas pour ce soir (on avait dit au moins 48 heures avant de couler, les gars !). Et je nous ai compté, nous sommes neuf ce soir, espérons qu'au petit déj personne ne soit tombé à l'eau et que les estomacs de certain(e)s se soient ré-arnachés correctement dans leur petit bidou. A demain, pour toujours plus d'aventures sur le Floreeeenzo !!

Bonus chanson : « Camille elle va vomir, Camille elle va vomir,

Si on voit un dauphin, on lui f'ra un dessin

Si on voit un cachalot, on prendra une photo

Et si c'est une méduse, ya que nous que ça amuse ! »

PS : on n’a pas fait d'apéro ce soir, il y a vraiment des choses qui se perdent...

Lundi 14 août

2017 carnetdebords cybelle 105Par où commencer ? Cette journée a été tellement forte en émotions et observations que le journal de bord sera dense !

Pour commencer : les quarts de nuit. Petite peur suite à l'apparition du feu d'un bateau, en pleine route de collision... Ah mais non ouf, c'était une étoile ! Les chanceuses Colombe et Laura ont aussi pu assister à un lever de lune flamboyant sur l'eau, confondu au début avec un cargo... Ah mais non ça n'y est pas sur l'AIS ! Premier quart d'observation à 6h du matin, avec l'espoir insufflé par deux dauphins, mais trop furtifs. Toute la matinée aura été pauvre en observations malgré une mer peu agitée et notre présence au large. Il est l'heure du repas de midi pour nous redonner du courage : une quiche lorraine et une tarte provençale faites par Maïlys et Laura agrémentent notre repas par leurs saveurs exquises. Après-midi : reprise des observations. Chasses de thon en grande quantité, puis tout un groupe de dauphins (une soixantaine) croisent notre route, toutes les mères avec leurs petits. Durant le reste de l'après-midi, des dauphins encore et toujours, plus ou moins furtifs mais nous verrons quelques sauts, nous croisons aussi une tortue se prélassant au soleil, sans oublier un bébé requin qui est venu nous rendre visite, et des exocets plus connus sous le nom vulgarisé de poissons volants ! 

Et là alors que l'après-midi est à son milieu, un souffle ! Et un souffle « penché » en plus. Cap sur ce gros tronc d'arbre qui « flotte » à la surface. Il s'agit, bien entendu, d'un cachalot !!! Nous nous approchons quand il choisit de sonder, nous dévoilant sa caudale. Moteur coupé : si nous attendons 45 minutes, il va revenir à la surface dans le périmètre. Il est temps de préparer le repas du soir (gloubi boulga de légumes et poulet, préparé par Antoine : un délice / et une tarte aux pommes et aux abricots, recette de Pascale) et l'apéro (houmous façon Maïlys). Puis, à l'heure prévue, le souffle est de nouveau visible : on fonce pour voir notre ami le cachalot de plus près. Comme s'il avait lu dans nos pensées, il nous montre son dos et lève sa caudale, pour que Camille puisse prendre toutes les photos d'identification requises ! Après ces émotions, c'est l'heure du repas, tout en dérivant au large moteur coupé, et en recevant les visites lointaines de nombreux dauphins. Magnifique coucher de soleil, et ça va bientôt être l'heure des quarts de nuit...

Nuit magique, nuit de rêve ! Le ciel est étoilé avec une voie lactée étonnante et nous tombons sous le charme des étoiles filantes. C'est une nuit surdimensionnée : avec le bruit d'un ferry au loin, on a tellement peur qu'il vienne nous frôler car les distances sont si difficiles à évaluer dans le noir. Et puis soudain, nous entendons le souffle de cachalots perdus dans cette immensité, et les dauphins viennent jouer furtivement près du bateau, c'est surréaliste ! On n'aurait jamais pu imaginer un tel spectacle !

Mardi 15 août

2017 carnetdebords cybelle 106Que d'émotions ! Lever 6h du matin pour le premier quart. Nous nous levons étourdis par la nuit et nous assistons au lever du soleil. Fantastique avec en toile de fond, l'île de Beauté bien découpée. Puis nous poursuivons notre route, et là un souffle, deux souffles, trois souffles, c'est un ballet de cachalots et nous tombons sous leur charme ! Leurs souffles resteront à jamais gravés dans nos mémoires. Nous les avons approchés de si près dès 7h du matin. Puis, nous repartons et quittons le golfe de St Tropez. Nous poursuivons la navigation quand soudain nous découvrons trois souffles dans le lointain. Ce sont des rorquals cette fois-ci, et l'approche est facile, nous pouvons admirer alors à quelques mètres d'eux leurs dimensions impressionnantes. Alors, récompense avec une petite baignade sous le soleil de plomb (et avec 2000 mètres de profondeur !) et avec les rorquals au loin. Au revoir nos amis ! Nous avons alors grand appétit et dégustons un délicieux repas froid de crudités et melon préparé soigneusement par Colombe et Anaïs. Nous poursuivons nos observations mais à la voile cette fois-ci. Quelle magie, ce silence !

Nous arrivons alors vers les îles de Porquerolles où nous avons l'impression d'être des martiens tombés dans un autre monde tellement plus cruel, avec des bateaux arrivant à toute vitesse comme sur une autoroute. Nous faisons ensuite un beau mouillage à la Badine avec un excellent repas de saucisses lentilles faits maison et gâteau au chocolat. Et puis surprise, les feux d'artifice du 15 août déchaînent nos cœurs avec de la musique en provenance d'un restaurant de la côte.

Mercredi 16 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Hop hop hop 5h45 debout sur le port, au taquet pour le lever de soleil ! Cap à l'ouest, la journée commence bien avec une mer magnifique. Les quarts d'obs s'enchainent, et vers 9h30 apparaît une belle chasse de thons suivie d'un poisson lune. Bientôt tout s'enchaine, des dauphins surgissent, ainsi qu'un rorqual ! En attendant la suite, Pietro nous cuisine des pâtes aux lardons et sauce tomate qui raviront nos petits estomacs. Mais à peine le repas commencé un rorqual re-surgit ! Il sera nommé Bob et nous fera le show tout le long de la pause déjeuné. Les quarts d'obs reprennent pendant que Laura, Maïlys, Anaïs et Coco font l'inventaire sur un son groovy ! Elles feront une pause le temps d'observer une chasse de thons survolée de puffins cendrés. L'après-midi s'écoule doucement et le vent se lève. Hop on continue les obs à la voile dans un vent de force 4. Pascale nous montre ses prouesses à la barre et on remonte au nord pour se mettre au mouillage à Bandol. En chemin on croisera un autre poisson lune et une multitude de puffins. Arrivés à 18h à la pointe de la Cride pour mouiller tranquillement : c'est l'heure de la baignade avec des imitations d'animaux marins de qualité ! Tout l'équipage met ensuite la main à la pâte pour préparer la ratatouille suivant les ordres du chef Pascale ! On se réunit sur le pont pour l'apéro traditionnel, en musique et en admirant la belle lumière du coucher de soleil ! On enchaîne sur le repas préparé avec amour qui se termine par un crumble aux pommes et un aux bananes (avec du Nutella bien sûr!). Une belle soirée en perspective pour notre équipage dont les éclats de rire bruyants font parfois regretter à Antoine le silence de la mer.

Jeudi 17 août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Etant au mouillage, se fut une nuit cool et sans quarts de nuits donc bien reposante ! Colombe et Anaïs se réveillent les premières pour assister au lever du soleil, puis viendront se joindre à elles Camille, Pietro et Pascale pour le 1er quart d'observation de la matinée. Mais, sur les coups de 8h, une collision avec un cargo fut évitée ! (celui-ci n'arrêtant pas de dévier sa trajectoire...). Bien que nous ayons des conditions météo optimales, la rencontre avec nos amis les cétacés se fait rare. Enfin, vers 10h, des dauphins bleu et blanc font leur apparition suivie d'une chasse de thons ! La surprise de la journée est arrivée pendant le repas avec de saut d'une raie, le diable de mer ! (plaisir limité à Pascale, Stéphanie et Anaïs qui étaient les seules dans le bon axe). Le passage de la raie ne nous empêchera pas de prendre une baignade ! Dans l'après-midi, Stéphanie a eu le bon feeling avec les dauphins car elle les a aperçus de loin. Ces derniers sont venus nous faire un show à l'étrave du bateau qui a redonné du moral à l'équipage. Cette dernière observation clos notre expédition en mer. Route vers Hyères avec un mouillage à la Badine où nous avons pu prendre notre dernier bain dans des eaux verdâtres mais sans diables de mer cette fois ci. Dernier dîner tous ensemble sur le Florenzo en se racontant nos histoires de chutes de ski en tout genre ! Demain, ce sera grand ménage du bateau pour laisser la place aux prochains…

Expédition du 19 au 25 août 2017 au départ de Hyères   

Samedi 19 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Arrivée des écovolontaires Angèle, Cath, Geoffrey, Henri, Patrick, Siham, Virginie vers 10h00 – STOP. Découverte du bateau et toutes ses « équipées » - STOP. Accueil par Camille écoguide et Antoine le skipper. STOP. Montage de la tonnelle, ‘faisage’ des lits, ‘rangeage’ des affaires. STOP. ‘Divisage’ en 2 groupes : groupe 1 : ‘coursage’ des poulets, des œufs (pas bio :( ), les 6 baguettes et pleins d'autres trucs (sauf la boule à thé!) Groupe 2 : ‘Buvage’ de thé et ‘regardage’ de la météo. Puis long ‘attendage’ des courses livrées donc ‘apperotage’ STOP. ‘Stressage’ de Camille pour les courses. STOP. ‘Rangeage’ des courses, ‘blindage’ des équipés, ‘mangeage’. STOP. Trop de vent donc pas de sortie aujourd'hui. STOP. Topo sécurité = ça rigole pas, on a perdu Cath qui veut devenir « éplucheuse de patates ». Topo coquillages et crustacés= discussion enflammée sur les points cardinaux : où est le nord, les petits traits et comment mesurer la distance cachalot-chamois. Big omelette by Henri. En ambiance pour la soirée : musique de ‘djeuns’ !

Dimanche 20 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Etant donné la météo, matinée tranquille au port d'Hyères ! Petit déjeuner à base de croissants, pains au chocolat, brioche au nutella et tartines bi-confiottes (fraises/abricots). Après un bon petit déjeuner, cours intensifs à la jumelle puis, utilisation de l'appli sur IPad (certains deviennent des geeks mais pas tous!). Une fois que tout est compris et maitrisé, courses pour cordon à lunettes. Le repas du midi est composé d'une ratatouille et encore du poulet !!! Départ pour un mouillage à la Badine après rangement du bateau. A la badine : baignades palmes masques et douche à la mer et préparation d'une tarte aux pommes. Ce soir nous avons dégusté le poulet qui a fini renversé et pâtes à la tomate. Ce soir sudoku ou jumelles, tisane possible... Nous avons perdu la notion du temps et nous ne sommes toujours pas partis en mer. PS : ne pas oublier de féliciter Angèle pour le poulet renversé et la vanne de fermeture des toilettes. Certains voudraient changer de bateau pour le yacht trois ponts lumières bleues de Kim Kardashian.

Lundi 21 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Aujourd'hui c'est le grand départ. A 6h30 on lève l'ancre, tout le monde est sur le pont pour voir le soleil se lever (enfin presque tous...). Le premier quart se met en place (Angèle, Cath et Camille). Prise en main des outils d'observation. Après le cargo, poisson lune. Pendant ce temps, les autres apprennent à identifier les routes de collision et l'utilisation du compas de relèvement. Les premiers dauphins se présentent au loin. Changement de quart (Geoffrey, Henri et Patrick). Et tout à coup un troupeau de rorquals (2) est vu grâce à leurs souffles. Pendant 2h les rorquals étaient partout et l'on ne savait plus où donner de la tête. Ensuite déjeuner accompagnés d'un petit oiseau rescapé. « Gus » a adopté les épaules et têtes de plusieurs membres de l'équipage. Après un papillon et un peu d'eau il a repris sa route (prions tous pour qu'il soit arrivé à bon port). Les globis ont réveillé Camille en fanfare. Ils étaient 4 et s'en fichaient de nous. Puis nouveau quart (Cath, Siham, Virginie). Encore des globis : 7 dont 2 jeunes et un bébé. Beau spectacle, et le bébé qui saute ! En s'arrêtant regarder des puffins, on tombe sur un poisson lune. Quelques dauphins au loin. Henri est au bout du rouleau, on n’a pas encore vu de chamois !!!!! On part au mouillage face à Bandol. Petit bain de mer et douche au savon bleu. Super dîner fait par Antoine, un ragoût d'agneau, MIAM !!! Ps : Antoine est lui aussi déçu, pas de mal de mer à l'horizon. On espère qu'on ne sera pas déçus demain !:)

Mardi 22 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Ce matin le capitaine démarre le moteur à 5h30, direction 2 jours et une nuit au large. Pour les plus courageux, lever de soleil magnifique sur une mer laiteuse aux couleurs nacrées. On croirait naviguer sur la banquise. Vol de flamands roses puis poissons lune. Des dauphins bleus et blancs nous déclarent leur flamme. Rocky le rorqual percé fait une apparition à 15 miles nautiques de la veille. Ensuite une bande de globicéphales veut jouer avec nous. Dans l'après-midi, plusieurs chasses de thons apparaissent. En suivant des dauphins bleus et blancs, nous apercevons au loin des dorsales plus imposantes : ce sont des dauphins de Risso ! Des mamans accompagnées de leur bébé ! Au fil des puffins, les heures passent. Soudain nous voyons le souffle des rorquals. Nous jouons donc à cache-cache avec Charlie et Fantomas (le comme as!) pendant une heure... et toujours pas de chamois ! Nous nous arrêtons ensuite pour la nuit. Antoine, épuisé, s'écroule avant même de manger. Les quarts de nuit s'organisent après un repas copieux : gratins et gâteau au chocolat. Patrick et Henri comment la veille. On force Camille à se coucher. Dans la pénombre, des rorquals mélomanes et noctambules passent de part et d'autre. Des cargos passent à moins de 2 miles nautiques de nous, les cétacés soufflent non loin. Cath et Siham prennent le relais, tout est calme, le ciel est magnifique, un dauphin se fait entendre. Ensuite c'est le tour d'Angèle et Geoffrey : on regarde la voie lactée au son des cétacés. Camille et  Virginie arrivent : ça roule, et il y a risque de collision : Camille prend la barre et engage une manœuvre d'évitement. Nous sommes saufs. A 6h00, les obs' recommencent.

Mercredi 23 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Ce matin, pas de nouveauté : quelques dauphins bleus et blancs et un grand groupe de globis avec des bébés... A midi, Rocky interrompt notre déjeuner, puis des dauphins bleus et blancs (une purée). Et les obs' doivent recommencer de toute urgence à la vue des dorsales scarifiées des Risso ! Avec des bébés et de vieux patriarches. Enfin Angelo le cachalot souffle à l'horizon et nous laisse approcher avant de sonder dans les profondeurs. Sur le retour vers la côte, nous frôlons 3 poissons lune qui disparaissent aussitôt et nous slalomons entre les cargos. Mouillage à Bandol. Toujours pas de chamois...

Jeudi 24 Août

Carnet de Bord Cybelle Planète 2017Dernier jour : lever du mouillage à Bandol à 5h. Départ de nuit donc quelques étoiles et les lumières de Bandol deviennent peu à peu petites. La journée sera ponctuée de quelques furtives rencontres : dauphins bleus et blancs, rorqual commun, un dos, un aileron, un souffle, un espoir puis plus rien ! Quelques chasses de thons et leurs compagnons les oiseaux... Rien à voir avec les jours précédents et c'est chouette comme ça : il nous reste des rêves !! Que chacun se nourrisse de ces quelques jours à sa manière en gardant à l'esprit l'infinie générosité de la mer et ses habitants. Merci à eux pour ces rendez-vous même les plus furtifs où les humains ne décident de rien.