French English

Témoignages d'ecovolontaires

Vous avez participé à l'une de nos missions ?
Laissez-nous votre témoignage

Bertille a participé(e) à la mission Suivi des dauphins en Italie

Mission de 7 jours, effectuée en juillet 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

La journée commençait en général vers 9h avec le départ en mer, on commençait immédiatement les quarts d'observation, en binôme, et ce pendant une heure. Il faut alors observer chacun une moitié du bateau et relever tous les éléments potentiellement intéressants. A l'aide d'un logiciel, on enregistre toutes les observations. En même temps, des hydrophones sont à l'eau en permanence, afin de détecter des cachalots notamment. Quand un animal est localisé, tout le monde se mobilise pour récolter un maximum de données. Le travail demandait donc de la patience et de la résistance à la chaleur. On rentrait en général au port vers 19h.

Mes attentes

J'ai beaucoup apprécié mon séjour, à la fois pour le côté scientifique très enrichissant et également le côté humain, l'ambiance exceptionnelle sur le bateau, le rythme de vie et la cuisine italienne...

Mes conseils

Etre à l'aise sur un bateau, supporter bien la chaleur et le soleil, être très patient, être prêt à vivre en promiscuité. Il est bien aussi d'avoir un assez bon niveau d'anglais (ou italien) afin de pouvoir profiter à fond des échanges entre personnes ! Et penser à amener appareil photo pour immortaliser ce super séjour.

Ce que j'en retiens

Des connaissances scientifiques qui manquaient sur les méthodes d'observation, améliorer mon anglais en discutant avec les autres volontaires, découverte de l'île d'Ischia, et bien-sûr observer mes premiers cachalots !

Mes acquis

En tant qu'étudiante en océanographie, la maitrise de l'anglais, les connaissances sur les cétacés, sur les méthodes hydrophoniques, de photo identification ... Mais aussi apprendre à vivre en communauté !

La mission Dauphins, Italie

Cette mission a lieu autour d'une Ile du golfe de Naples en Italie. A bord d'un voilier, vous partez chaque jour faire des observations en mer et collecter des données sur les cétacés vivant dans la...
Voir la mission

Evelyne a participé(e) à la mission Expéditions dans le sanctuaire Pélagos : étude des Cétacés et de la Biodiversité, France

Mission de 10 jours, effectuée en septembre 2017

Ma participation

Mes journées étaient divisées en plusieurs quarts. Il y avait les quarts d'observations, les quarts de cuisine, les quarts de vaisselle et enfin les quarts de ménages. Lors de nuits de passées en mer, je faisait aussi des quarts de nuit: rester éveillée sur le pont pour éviter les collisions avec d'autres bateaux. Les journées duraient de 8h30 du matin ( à peu près) jusqu'à 18h ( à peu près) avec pas mal de temps pour se reposer.

Mes attentes

J'ai vraiment apprécié mon séjour. Je ne pensais pas voir autant de rorquals et de dauphins! La vie sur un voilier en comité restreint me convient aussi parfaitement. Le plus important, c'est je savais plus ou moins ce qui m'attendait et je n'ai pas été déçue!

Mes conseils

Je conseillerai au futurs volontaires de s'armer de patiente, on peut ne rien voir mais c'est la magie de la nature. Ne rien voir est aussi une donnée mais c'est sûr on préfère tous en voir et moi la première! Ecouter l'écoguide qui est une mine de renseignement! En gros, profiter de chaque instant et "oublier" son téléphone portable!

Ce que j'en retiens

Une connaissance plus approfondie sur les cétacés et en particulier ceux que l'on peut croiser en Méditerranée.

Mes acquis

Une meilleure gestion de l'eau et la fabrication des produits d'entretien naturels!

La mission Cétacés du Pélagos, France

Ces expéditions en voilier ont pour objectif d’étudier la biodiversité marine du large en mer méditerranée, dans le sanctuaire Pélagos des mammifères marins. L’équipage recense et...
Voir la mission

Anne a participé(e) à la mission Expéditions dans le sanctuaire Pélagos : étude des Cétacés et de la Biodiversité, France

Mission de 7 jours, effectuée en juillet 2017

Ma participation

Notre travail en tant qu'écovolontaire est d'observer les cétacés et autres espèces marines. Le travail se présente sous forme de quarts de 2h pendant lesquels nous scrutons la mer en vue de noter toutes nos observations dans l'application OBSenMER. Ce sera ensuite utilisé par des scientifiques qui étudient la faune marine et leur comportement, notamment en fonction de l'activité humaine.
Les horaires de la journée sont très variables, cela dépend de la météo. Mais quand tout va bien, les journées peuvent commencer de très bonne heure, 6h du matin pour les premiers quarts. On arrête vers 18h avec une pause à midi. Mais tout ça varie, bien entendu, si les animaux sont là, on oublie vite son assiette!! Et il y aussi les quarts de nuit lorsqu'on reste en mer.
Mais peut on parler d'horaires et de travail quand on est là pour observer les animaux dans leur milieu naturel ?

Mes attentes

J'ai ADORE!! Il s'agit d'une expérience extraordinaire aussi bien humaine que vis à vis des rencontres avec les animaux dans leur milieu naturel. C'est magique. C'était encore mieux que ce que j'imaginais. Je ne pensais pas autant participer aux manœuvres et je ne savais pas trop quoi attendre des quarts de nuit. Ça a été LA découverte. Que d'émotion que de se retrouver sur le pont d'un voilier la nuit, loin de tout repère!! Donc cela à plus que comblé mes attentes. J'ai même regretté de ne faire qu'une semaine.

Mes conseils

Allez y sans hésiter!

Ce que j'en retiens

J'ai toujours aimé observé les animaux, les mammifères marins notamment que j'avais eu l'occasion d'observer au cours de mes voyages. Mais maintenant je sais que j'ai une patience infinie pour les observer sans relâche du matin au soir sur plusieurs jours. Ça me donne envie de continuer.

Mes acquis

Je sais maintenant faire les spaghettis bolognaises!!! ;D Plus sérieusement, vivre sur un voilier à 9, nous apprend la tolérance et l'écoute. A cela s'ajoute la patience dans nos observations, la nature est imprévisible et sais se faire désirer. Et puis, vivre sur un voilier, m'a rappelé combien l'eau douce est précieuse.

La mission Cétacés du Pélagos, France

Ces expéditions en voilier ont pour objectif d’étudier la biodiversité marine du large en mer méditerranée, dans le sanctuaire Pélagos des mammifères marins. L’équipage recense et...
Voir la mission

Les Varois en Ecovolontariat a participé(e) à la mission Expéditions dans le sanctuaire Pélagos : étude des Cétacés et de la Biodiversité, France

Mission de 10 jours, effectuée en septembre 2017

Ma participation

Le travail est défini par un planning mis en place tout au long des 10 jours en binôme pour les taches : ménage , repas ,quarts de nuit 2h
ainsi que des trinômes pour les quarts 2h OBSERVATION CETACES
Les OBS Du levée du soleil 07h00 au couché 18h/19h
Les quarts de nuit en fonction du départ 20h00 a 07h00

Mes attentes

Le séjour a été fantastiques car l'ambiance a été excellente . Il correspondait à nos attentes , juste à dire qu'ils manquaient un peu de Cétacés mais involontairement de la faute à personne .L'PBS à été rigoureuse mais il y avait pas grand monde dans le secteur. Enfin je pense que pendant les périodes d'attentes pour mauvaise mer ,il faut prévoir une descente au port afin de se dégourdir les jambes et prendre une petite douche.

Mes conseils

Je conseil de prendre des lingettes car la douche sur notre séjour n'a pas été toujours possible .Prendre une petite bouée à gonfler rapidement s est avérée utile pour la baignade ainsi que des lunettes de piscine. UN coupe vent, lampe frontale , et draps double même pour les lits 1 place .Chargeur solaire.ET Casquette

Ce que j'en retiens

Cette mission a apporté des connaissances en navigation et exploitation météo marine. Elle a apporté des rapport Humain très sympathiques et surtout des souvenirs inoubliables

Mes acquis

l'acquis est que nous avons réussi à vivre à 9 personnes sur une toute petite surface.

La mission Cétacés du Pélagos, France

Ces expéditions en voilier ont pour objectif d’étudier la biodiversité marine du large en mer méditerranée, dans le sanctuaire Pélagos des mammifères marins. L’équipage recense et...
Voir la mission

Pierre a participé(e) à la mission Forêt Amazonienne : recherche, conservation, et développement durable dans la réserve de Manu au Pérou

Mission de 33 jours, effectuée en octobre 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

J'ai participé aux différentes activités proposées pour la mission.
Les horaires étaient variables en fonction des activités. Parfois on se lève très tôt le matin par exemple pour l'observation et le comptage des oiseaux. Parfois on finit tard dans la nuit pour les études d'observation nocturnes. Mais l’enchaînement des journées est bien pensé.
Le dimanche est le jour de repos, bien mérité.

Mes attentes

J'ai tout simplement adoré. C'était au delà de mes attentes.

Mes conseils

2 semaines, c'est suffisant si vous voulez changer d'air mais un peu court si vous voulez vraiment vous investir. 4 semaines, c'est bien. Davantage, c'est encore mieux. N'hésitez pas à prendre un peu de matériel photo avec vous. Besoin de conseils supplémentaires ? N'hésitez pas à m'écrire.

Ce que j'en retiens

Beaucoup d'images et de sons resterons en mémoire. J'ai aussi rencontré des personnes vraiment formidables avec lesquels je garde contact. Que ce soit parmi les autres volontaires que des personnes du staff. Je me suis senti proche de la nature. Cette richesse m'a impressionné. Ça donne envie de la préserver. J'ai hâte d'y retourner.

Mes acquis

Il s'agit d'une expérience très enrichissante tant du point de vue scientifique qu'humain. Je me suis senti utile pour la conservation de la biodiversité, même à mon petit niveau.

La mission Forêt Amazonienne, Manu, Pérou

C'est au sein de la forêt Amazonienne du Pérou, dans la réserve de Manu, que vous pouvez participer à un programme complet de conservation, de recherche scientifique, et de soutien au développement...
Voir la mission

ILoveCharlieTheSamango a participé(e) à la mission Sanctuaire des singes Vervets en Afrique du sud

Mission de 27 jours, effectuée en juillet 2017

Ma participation

Les journées de travail commençaient tous les jours à 7h et finissaient entre 11h et 13h le matin, reprenaient à 13h ou 14h (avec toujours une pause d'au moins 1h pour manger), jusqu'à 16h ou 17h, exceptionnellement 18h.

Mes attentes

J'ai adoré mon séjour et il était largement au-dessus de mes attentes. Je ne pouvais pas espérer ce que j'ai vécu.

Mes conseils

Si vous allez là-bas en hiver (donc en été en France), prenez plusieurs bons pulls.

Ce que j'en retiens

Mon séjour à la VMF a été extrêmement enrichissant. J'étais déjà sensibilisée depuis longtemps à la protection de la nature et des animaux mais le fait de passer autant de temps à prendre soin des singes a créé un fort attachement emotionnel aux singes et au sanctuaire. C'est un endroit que j'adore notamment en raison de la simplicité du cadre de vie (dormir dans une cabane en bois, prendre sa douche dans un endroit d'où l'on peut voir les arbres)... j'ai trouvé que l'endroit a du charme. J'étais inquiète avant de partir concernant la nourriture (végane) car j'avais peur de changer aussi drastiquement mon régime alimentaire (j'adorais la viande et je n'aimais pas les légumes..) mais finalement j'ai été 100% convaincue par ce mode de vie, et je suis devenue végane en rentrant. J'ai adoré pouvoir passer autant de temps à observer les singes, travailler auprès d'eux, apprendre à les connaître (en terme d'espèce et plus individuellement). Je conseille cette expérience à n'importe qui motivé pour mettre la main à la pâte pour préserver la nature !

Mes acquis

Le comportement alimentaire.

La mission Sanctuaire Singes Vervets, Afrique du sud

FB_IMG_1501172880662.jpg
Cette mission d’écovolontariat consiste à aider un programme de sauvegarde du...
Voir la mission

Celestino a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 51 jours, effectuée en juin 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Sur le projet, le travail est libre : vous choisirez avec les autres membres du projet des travaux à faire et de la répartition des tâches en fonction de vos affinités, de votre fatigue et de vos centres d’intérêt. Généralement, les tâches sont les suivantes en Juillet/Août : patrouilles la nuit, bricolage le matin ou l'après-midi OU journée de garde à la nurserie ou sur l'île ; et détente le reste de la journée (balade, pêche, baignade (attention dangereux !), dodo hamac, lecture, bavardage). Pour la baignade, les locaux vous expliqueront comment faire ainsi que le gérant de la casa (il y a toujours 1 ou 2 personnes qui gèrent la casa et qui sont là-bas pour plusieurs mois en général, qui parlent anglais et espagnol). Attention langue ! Il est selon moi indispensable d'avoir des bases en espagnol car vous parlerez quasiment que l'espagnol, que ce soit avec les locaux ou avec les volontaires Nicaraguayens (il y en a entre 3 et 4 en permanence, ce sont généralement des étudiants en vétérinaire, biologie, ornithologie ayant entre 20 et 25 ans) ou avec les dames qui font la cuisine ainsi qu'avec le responsable des travaux de la casa. Le projet protège plusieurs lieux, la nurserie (ou sont ramenés tous les œufs provenant des plages de l'estuaire) et l'île de la Tigra (petite île sur laquelle les nids sont laissés à l'état naturel). Ces deux lieux sont surveillés 24h/24 soit par vous, soit par des locaux payés par le projet et le planning est fait comme expliqué plus haut ! Les patrouilles : 2 équipes par nuit patrouillent sur une plage horaire de 6h, soit de 18h à minuit, soit de minuit a 6h. Pas de panique, sur 6h de plage horaire, seules 3h sont en général patrouillées car les tortues sortent pour pondre à marée haute et quand la nuit est très noire (jeu des lunes) et tout plein de facteurs qui font que ce n'est pas si long que ça en à l'air ! Les patrouilles se font sur l'île et les plages de l'estuaire. PS : pour voir des tortues ET des bébés tortues, les mois de juillet et août sont les meilleurs : vous pouvez assister aux pontes ET aux naissances. Les naissances commencent plus à partir de mi-juillet. Le bricolage : A titre d'exemple je vais vous citer deux/trois choses que nous avons fait : construction d'un pont en bois / taillage d'un sentier + construction de panneaux indicatifs pour expliquer aux visiteurs ce que sont tels ou tels arbres / peinture de la casa / construction d'un mur dans la casa / boucher les trous du toit de la casa pour éviter les infiltrations durant les orages. PS : Le projet est à éviter pour toute personne étant sensible aux orages. Je ne dis pas ça pour décourager les personnes souhaitant venir mais c'est une réalité (en juillet il y a dû en avoir 1 tous les 3 jours et en août 2 tous les 3 jours). Il y a deux types d'orages, les orages classiques, en plus fort (du même type que les orages européens) et les orages qu'ils appellent "las tormentas electricas" avec un grondement sonore continu et des claquements d'orage toutes les secondes -> horrible ! Vous ne risquez pas grand-chose (la foudre tape très très rarement les casas) mais ça fait peur et c'est un fait !

Mes attentes

Vous serez très bien accueilli au projet, que ce soit par les volontaires internationaux, les volontaires Nicaraguayens (c'est une vraie chance qu'ils soient là, pour vous immerger dans la culture des jeunes du pays), les dames de cuisine et de ménage, le responsable bricolage de la casa et le/les gérant/s de la casa. Le rythme de vie dans la casa est souvent lié aux gérants de la casa. Durant mon séjour j'ai assisté à un changement de gérant et j'ai largement préféré le second binôme ! C'est impossible de vous en dire d'avantage car ils changent constamment, mais rassurez-vous, il y a toujours des gérants de présents ! Les journées sont très tranquilles, certaines peuvent être longues et ennuyantes (journée de surveillance a deux dans la nurserie ou sur l'île) et d'autres complètement folles (plusieurs tortues dans la journée, du travail dans la maison, un orage, ...) !

Mes conseils

Il est, à mon goût, facile de rejoindre le projet en bus. Voici mes conseils : Prévenez David (celui qui s’occupe des volontaires sur le projet) que vous arriverez en bus en indiquant la date de votre arrivée au projet ainsi que si vous arriverez par le bus de Venecia ou celui de Padre Ramos/Jiquilillo en précisant bien que vous attendrez au bar/pulperia Zulema si vous prenez celui de Padre Ramos/Jiquilillo (voir explications plus bas). Prendre une nuit d'hôtel à Managua pour le soir de votre arrivée en avion (ça permet de se reposer après un long voyage et avant une journée de bus mais aussi d'être plus flexible si votre bagage a du retard, ce qui m'est arrivé !). Je suis allé au Maracuya Hostel (12 dollars la nuit sur Ebooking), ils peuvent envoyer un taxi privé vous chercher à l'aéroport pour 20 dollars le jour et 25 dollars la nuit si vous leur demandez par mail avant -> c'est cher comparé aux prix dans le reste du pays mais vous n'avez pas le choix si vous voulez voyager en sécurité et je vous déconseille les taxis publics dans la capitale. Il se situe à 10 minutes à pied de la gare routière pour le lendemain. Le lendemain matin, il est préférable de partir avant 9h de l’hôtel pour être tranquille avec les bus, il faut vous rendre à la UCA bus station. Télécharger l'application maps.me (cela vous sera très utile pour voyager au Nicaragua), c'est une appli qui fonction comme un gps mais sans besoin d'internet, il faut simplement télécharger la carte du Nicaragua en France ou avant de quitter la connexion de l’hôtel ! Vous pouvez poser des points repère sur la carte pour pouvoir les retrouver facilement sans vous perdre. Les hôtels et les stations de bus sont marqués sur la carte ainsi que toutes les routes/pistes si vous voulez vérifier que votre bus va bien dans la bonne direction et que vous ne vous êtes pas trompés. Pour voyager avec un/e gros/se sac/valise prenez ce qu'ils appellent des "chickens bus", ce sont les anciens bus jaunes américains. Dedans vous pourrez mettre votre sac au-dessus de votre tête, visible depuis votre place assise. Parce que si vous prenez des "micro-bus" vous allez être très très serrés car ce sont l’équivalent d'un Renault Trafic dans lesquels ils mettent 25 personnes voyageant avec très peu de bagages. Les micro-bus mettent en général un peu moins de temps que les chickens-bus car ils posent et prennent très peu de personnes sur le bord de la route. Mais franchement la différence de temps entre un "chicken bus" et un "micro-bus" n'est pas flagrante ! Sur tous les bus, il est écrit le trajet qu'ils effectuent en gros au-dessus de leurs pare-brises exemple « Managua – Leon ». Vous ne payez pas lors de la montée dans le bus mais au court du trajet. Les tarifs sont fixes et indiqués à l’avant du bus au-dessus du chauffeur. Comptez 2h pour faire Managua-Leon en chicken-bus et vous payerez environ 2 dollars/ 55 cordobas. A Leon, pas de changement de gare routière, prenez directement un bus pour Chinandega, comptez 1h30 et 1 dollar / 35 cordobas. A Chinandega il faut changer de gare routière. Depuis Leon vous allez arriver à "El Bisne Bus Station" et il faut vous rendre à "El Mercadito Bus Station". Deux options : taxi ou tricycle. Perso je vous recommande les tricycles, c'est vraiment fun. Comptez 1 dollar / 30 cordobas pour le tricycle et 1.5 dollars / 50 cordobas pour le taxi. Pas de panique pour les tricycles, ils ne vont pas vite, ça fait pas peur, le conducteur est gentil en général et ils vous attendent aux pieds des bus. Pour le dernier bus, vous avez le choix : Soit vous prenez le bus qui vous emmènera depuis "El Mercadito Bus Station" à Chinandega jusqu'à Padre Ramos. Le bus à prendre est facile à reconnaître c'est écrit en gros en haut du pare-brise " Chinandega - Jiquilillo " et pour descendre c'est facile aussi, il suffit d'attendre le terminus du bus et vous serez à Padre Ramos ! Depuis Padre Ramos il vous faudra attendre pour traverser l’estuaire avec le bateau du projet qui fait la navette entre Padre Ramos (côté sud de l’estuaire) et Venecia (côté nord) le soir aux alentours de 17h30 / 18h. Le mieux pour vous est d’attendre au bar/pulperia Zulema, les gens du projet viendront à votre rencontre ! Attention il faut avoir prévenu David d’où vous attendez ! Le dernier bus part aux alentours de 16h30 de Chinandega. Comptez 1 dollars / 27 cordobas et 2h de trajet : 1 heure de goudron et 1 heure de piste. Soit vous prenez le bus qui vous emmènera depuis 'El Mercadito Bus Station" à Chinandega jusqu'à Venecia. Le bus à prendre est facile à reconnaître c'est écrit en gros en haut du pare-brise "Chinandega - Venecia" et pour descendre c'est facile aussi, il suffit d'attendre le terminus du bus et vous serez à Venecia ! Ici pas besoin de bateau, il vous suffira de continuer la piste jusqu’à la fin (toujours tout droit). Si vous avez le moindre doute vous demandez la « Casa Carey » (carey = tortue imbriquée en espagnol) à n’importe qui, tout le monde connaît le projet ! Attention, un seul bus par jour, il part de Chinandega aux alentours de 13h, comptez 2 dollars / 60 cordobas et 4h de trajet : 2h de goudron et 2h de piste. Conclusion : Le trajet aller-retour coûte environ 80-90$ (en comptant l’hôtel et les taxis hotel-aeroport), contre 400€ (non divisible suivant le nombre de volontaire dans la voiture) avec David. A vous de faire votre choix ! Les moustiques sont particulièrement présents (plus que dans le reste du pays) car le projet se situe au sein d'une mangrove. Je vous conseille de prendre un spray de 75 ml puissance maximale par semaine pour les personnes particulièrement atteintes et deux sprays toutes les trois semaines pour les autres. Prévoyez de changer vos dollars en cordobas avant d’arriver au projet car après c’est la galère et les gens ne les acceptent plus. Idem pour les bus, c’est plus simple de payer en cordobas. Au projet, vous pouvez retirer des sous que à Chinandega et ça prend une petite journée de faire l’aller-retour juste pour des sous… Si vous voulez retirer des cordobas ou des dollars directement à Managua, vous pouvez aller à pied depuis l’hôtel jusqu'au metrocentro (10 minute). Prenez de bonnes tongues (voire 2 paires) car tout se fait en tongues et vous aurez constamment les pieds mouillés. Si vous souhaitez visiter du pays, je vous conseille vraiment de prévoir une ou plusieurs semaines avant ou après votre passage au projet car le projet vous laisse partir mais il est difficile d’avoir plus de 3 jours de libres d’affilé. Or il est complexe de changer de région en 3 jours au Nicaragua sachant que généralement un aller-retour vous mange deux jours. Voyager seul se fait très bien et sans aucun risque (même dans les bus). Si vous n’avez pas de partenaire en début de voyage et que vous comptez ne pas voyager seul vous trouverez toujours d’autres voyageurs partants pour vous accompagner depuis le projet ou même depuis une nuit en hôtel n’importe où ! Depuis le projet, vous pouvez facilement aller visiter le volcan Cosiguina. Prévoir 3 jours : 1 jour de transport / visite du village avec ses thermes ; 1 jour pour la montée/descente du volcan à pied (700m de dénivelé dans la jungle) ; 1 jour pour revenir en bus. Premièrement, il vous faut prendre le bus qui part de Venecia jusqu'à Chinandega à 4h le matin (il y a qu'un seul bus par jour). Il faut demander a descendre à « Enpalme de Cosiguina » (après environ 2h de piste), c'est facile de savoir si vous y êtes car il faut descendre au moment ou la route goudronnée commence. Vous pouvez aussi checker votre position avec l'application. Il faut ensuite attendre 1-1h30 le prochain bus qui s'appelle « Chinandega-Potosi ». La descente du deuxième bus se fait au terminal à Potosi. Pour les nuits, il y a seulement un hôtel à ma connaissance : l’hôtel « Brisas del golfo » à 10$ la nuit et qui propose les repas du matin/midi/soir en supplément (attention pas d'internet à l’hôtel). Le petit-déjeuner est à 80 cordobas et les repas entre 150 et 250 cordobas (c'est plutôt cher mais les plats sont vraiment succulents!). Si vous voulez, proche de la mer, en descendant plus bas que les thermes sur la gauche, des femmes font à manger pour 80 cordobas le midi et le soir. L’hôtel propose aussi des guides pour la montée du volcan (pas plus chers qu'ailleurs) pour 25 dollars à 2 et 30 dollars à trois. Le deuxième jour, la montée au volcan : ça dure 3h et la descente 2h. Troisième jour, pour revenir, il faut prendre le bus Potosi-Chinandega au terminal à 12h15 pour être à l'heure à l'Enplame de Cosiguina car il y a qu'un seul bus par jour pour Venecia qui passe aux alentours de 15h. Vous serez vers 17h au projet. Une nuit en hôtel coûte en général au minimum 10$ et ils acceptent souvent les dollars. Dans les grandes villes il est préférable de réserver pour ne pas avoir de mauvaise surprise, dans les bleds paumés il n’y en a pas besoin. Le projet dispose d’une connexion internet de 100 Go pour 1 mois. L’accès est réservé aux volontaires pour qu’ils communiquent avec leurs familles ainsi qu’aux volontaires Nicaraguayens pour leurs études. Si vous souhaitez regarder des films, il faut les prévoir avant sur clé USB ou disque dur. Le projet dispose de PC pour les gérants, ceux-ci peuvent les prêter de temps en temps. Il est possible de voyager avec un PC ou une tablette sans grand risque et la casa dispose de lieux/casiers que l’on peut fermer à clef. Si pour quelconque raison vous êtes amenés à visiter Managua (bagage perdu en avion, envie, …), il est important de comprendre comment fonctionnent les bus de ville. Ceux-ci sont repérés par des numéros et il n'est pas indiqué sur les bus le trajet effectué. Pour savoir quel bus prendre, il est donc obligatoire de demander de l'aide aux personnes qui se trouvent à votre arrêt de bus. Les bus sont pleins a craquer de locaux et le fonctionnement du paiement est un petit peu spécial. Dans les gros arrêts il y a une personne en charge des paiements. Il existe deux moyens de paiement selon l'âge du bus : par carte ou par paiement direct. Les locaux possèdent une carte qu'ils badgent devant un boîtier dans les bus « récents » or vous n'avez pas de carte. Si vous êtes a un gros arrêt allez directement voir la personne en charge des paiements et payez le. Celui-ci vous laissera monter dans le prochain bus et il montera lui-aussi dans le bus pour badger sa propre carte pour vous si c'est un bus recent. Si vous êtes a un petit arrêt et qu'il n'y a personne, il vous faudra payer le chauffeur. Un trajet pour un local coûte 5 cordobas et pour les touristes 10 cordobas, c'est comme ça …

Ce que j'en retiens

J'ai rencontré des personnes géniales, j'ai découvert un pays, sa culture, sa population, son climat, sa langue. C'est juste une aventure incroyable que je recommande a tout le monde !

Mes acquis

Le projet et les voyages vous apportent de la confiance en vous et de l'autonomie, de la culture et de l'enrichissement personnel et collectif. Je suis de ceux qui pensent que les voyages font les hommes.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Girondel F a participé(e) à la mission Etude et conservation de la Loutre à longue queue, Brésil

Mission de 14 jours, effectuée en juillet 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

2 fois par jour : Préparation du repas des animaux (Loutres, perroquet, singes, martres, raton crabier), nourrissage et nettoyage des enclos

1 fois par jour : Trek à pieds ou en canoë à la recherche de traces et de passage des Loutres sauvages

Tâches variables : nettoyage du centre, jardinage, accueil du public

Mes attentes

Super séjour au Projeto lontra. Equipe adorable, installations confortables, localisation du projet très sympa (proximité du Lac et de la mer). Travail avec les animaux super, et treks très intéressants avec paysages magnifiques

Mes conseils

Etre autonome, car contrairement à d'autres missions, il y a beaucoup de temps libre. Mission conseillée pour une première expérience d'écovolontariat (travail facile, confort, sécurité...)

Ce que j'en retiens

Connaissances sur la Loutre, découverte du Brésil et de sa culture, pratique de l'anglais

Mes acquis

Autonomie, travail en équipe, techniques scientifiques en étude naturaliste

La mission Loutre à longue queue, Brésil

Le projet a comme principal objectif d'étudier et de protéger les loutres au Brésil. Cette mission d'écovolontariat vous offre l'opportunité d'étudier les loutres à longue queue sauvages dans leur...
Voir la mission