French English

Témoignages d'ecovolontaires

Vous avez participé à l'une de nos missions ?
Laissez-nous votre témoignage

Célia a participé(e) à la mission Etude et conservation de la Loutre à longue queue, Brésil

Mission de 28 jours, effectuée en décembre 2016

Ma participation

En semaine, je participais au nettoyage des enclos et au nourrissage des loutres et autres espèces (raton laveur, martre, singe) présentes au centre de sauvegarde. Le nettoyage s'effectuait le matin et le nourrissage 3 fois par jour. En moyenne ce travail prenait 3-4h. Le reste du temps s'était principalement des sorties de terrain (randonnées pédestres ou kayak) pour relever les pièges photographiques ou relever des traces de loutres sauvages. Il y avait également d'autres travaux au centre : accueil du public ou entretien du site.

Mes attentes

Absolument. C'était totalement comme je l'imaginais. L'accueil était formidable et l'ambiance très bonne. Les sorties de terrain étaient fatigantes mais tellement dépaysantes et merveilleusement belles. En y restant 4 semaines j'ai pu prospecter toutes les zones du suivi loutre.

Mes conseils

Il faut au minimum rester sur place 3 semaines. S'attendre également à un vrai travail physique que ce soit pour l'entretien des enclos ou les sorties de terrain. Le plus de cette mission est également de vivre avec une famille brésilienne. Il est important de partager avec les personnes présentes et de participer à leurs activités.

Ce que j'en retiens

Cette mission permet d'allier un programme scientifique en nature et du contact avec les animaux. J'ai également rencontré des gens extrêmement investis et généreux, heureux de partager leur amour pour les loutres

Mes acquis

Travaillant dans la biologie naturaliste, je pense que tout ce que j'ai appris là-bas peut m'être utile

La mission Loutre à longue queue, Brésil

Le projet a comme principal objectif d'étudier et de protéger les loutres au Brésil. Cette mission d'écovolontariat vous offre l'opportunité d'étudier les loutres à longue queue sauvages dans leur...
Voir la mission

Cédric a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 7 jours, effectuée en avril 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail était très diversifié. Etant arrivé en tout début d'ouverture de saison, il a fallu remettre le site en ordre, afin que la maison soit prête pour accueillir les futurs volontaires.
Les horaires dépendaient surtout du temps. Pour le boulot physique, on pouvait attaquer à 6h et reprendre à 17h. Le reste, c'était des menus travaux.
On pouvait aussi travailler de nuit, que ce soit pour récupérer des oeufs lors d'une patrouille, et faire à tour de rôle des rondes de nuits pour surveiller la couveuse.

Mes attentes

J'ai passé un très bon séjour. C'était le début de la saison et ce n'était pas sûr de pouvoir trouver des tortues, et pourtant... Nous sommes allés dans l'estuaire ou nous avons pu en trouver 2, une baguée et l'autre non. J'ai pu prendre les mesures, lui enlever les coquillages collés à la carapace. Nous avons construits la 1ere couveuse de la saison et avons patrouillé le soir même. Nous avons découvert une tortue prête à pondre. ça a été un moment incroyable que de récupérer les oeufs pendant qu'elle pondait. De plus, le timing était parfait, puisque nous avons devancé de 2min , des "potcheurs" qui recherchaient des oeufs pour les vendre sur le marché. Ce sont donc 96 oeufs qui ont été sauvés !! C'est une belle émotion.

Mes conseils

Le plus dur concerne les conditions climatiques. Je n'étais pas dans la saison des pluies mais 38° degrés tous les jours avec une pointe à 41°, c'est assommant. Et puis, les moustiques, même avec du produit, j'ai subi des innombrables piqûres. Même s'il fait très chaud, équipez vous de tee-shirt manche longues et pantalons. Soyez très très vigilant sur l'eau !! Elle n'est pas abondante, et croyez moi vous allez apprendre à l'économiser. Pour internet, oubliez, et puis on est tellement bien sans téléphone. Par contre, si vous avez de la musique, n'hésitez pas !!! Pour la barrière de langue, il est quand même nécessaire de connaitre un peu l'espagnol. Tout le monde ne parle pas anglais.

Ce que j'en retiens

Hormis le fait d'avoir aider le projet à préserver des tortues, j'ai pu apprécier le moment présent, c'est une belle bouffée d'oxygène. Et puis, j'ai pu rencontrer des personnes formidables, avec qui nous avons travaillé bien sûr mais aussi ri, partagé, etc...

Mes acquis

Faire des économies d'eau !! Un soir, le tank était vide et la pompe amenant l'eau du puit ne fonctionnait plus. Nous sommes donc allés nous laver à coup de seau au puit. C'était pas évident, mais cette expérience que nous avons partagée restera inoubliable. Et puis, faire attention à nos déchets. Si vous avez des magasins qui vendent en vrac chez vous, n'hésitez pas, cela évitera le surplus d'emballages.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Camille a participé(e) à la mission Forêt Amazonienne : recherche, conservation, et développement durable dans la réserve de Manu au Pérou

Mission de 14 jours, effectuée en mars 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Je n'ai pu participer à ce projet que pendant deux semaines. En début de mission, 4 jours sont prévus pour l'accueil des participants (première journée), le briefing + visite de Cuzco (deuxième jour) et le trajet jusqu'au centre (deux jours). Deux jours sont consacrés à la formation puis on peut participer aux différentes activités (la formation dure 4 jours pour les séjours plus longs).
Les différentes missions sont en rapports avec le suivi de la régénération d'une bande de jungle après exploitation humaine: pose et relevé de pièges à batracien, reptile, papillon, marche diurne et nocturne, suivi de la population d'oiseaux... Chaque volontaire a un planning journalier organisé sur 4 périodes: tôt le matin (entre 4 et 5h du matin), après petit-déjeuner (8h), après déjeuner (14h) et après diner (19h30). Les sorties sont plus ou moins longues et certains repas peuvent être pris dans la jungle, dans un superbe décor!
Certains animaux (batraciens, reptiles, papillons) sont ramenés au centre pour être identifiés, mesurés, pesés, avant d'être ramenés là où ils ont été trouvés.
Des temps de travail au centre sont aménagés pour réparation des pièges,entrée des données dans les systèmes d'information,rangement de la salle de travail...
Chaque volontaire/membre du staff est aussi chargé d'aider en cuisine une journée entière (la fréquence dépend du nombre de personnes présentes au centre)et participe à des débriefs en espagnol et en anglais au reste du centre.
Enfin des journées de travail sont prévues dans la ville de l'autre côté du fleuve pour aider dans des jardins bios et donner des cours d'anglais à la population.

Mes attentes

J'ai adoré ce séjour. L'ensemble de l'équipe est passionnée, adorable et toujours prête à donner des explications sur son travail. Les sorties dans la jungle sont nombreuses, et on ne m'a jamais dit non quand j'ai voulu participer à des sorties où je n'avais pas été prévue (je voulais vraiment rentabiliser mon séjour!). En peu de temps j'ai vu beaucoup d'animaux et pu participer aux activités dans les jardins bios. Le logement était parfait, pas trop rustique (le centre accueille aussi des touristes, c'est sans doute pour ça) et les autres volontaires étaient très sympas et motivés. J'ai beaucoup aimé les soirées du Samedi (Saturday night fun!) pendant lesquelles deux personnes sont en charge d'organiser des activités pour le reste du groupe et les soirées film du Dimanche.

Mes conseils

Il faut être conscient que ce projet est physique: on marche beaucoup, longtemps et parfois de nuit uniquement éclairé d'une lampe torche. Je conseille d'apporter des semelles à glisser dans les bottes (fournies au centre) ce qui limite les dégâts les longues journées de marche. Apporter une bonne lampe frontale, voire deux, et des piles de rechanges (en une seule semaine de travail j'en ai usé une paire et on a vraiment besoin d'une bonne lumière pour marcher de nuit dans la jungle! ). Beaucoup d'anti-moustiques aussi, on se fait vite dévorer. Le programme est défini pour la semaine mais peut être bousculé par le temps: j'ai du rentrer en catastrophe un soir à 1h du matin car nous avons été surpris par la pluie. Les traversées de la rivière sont parfois rendues impossibles par la montée du niveau de l'eau. Enfin, l'espagnol n'est pas indispensable mais est certainement un plus car certains membres du personnel ne parlent pas du tout anglais. Il faut au moins être prêt à tenter de parler "spanglish".

Ce que j'en retiens

J'ai beaucoup appris sur les méthodes scientifiques de monitoring de la jungle, des animaux ainsi que sur l'agriculture durable. Beaucoup de livres et de publications sont mises à disposition des volontaires ce qui permet de creuser les sujets qui nous intéressent. J'ai eu l'impression d'être réellement utile pendant mon court séjour ce qui est très appréciable.

Mes acquis

J'ai pu améliorer mon anglais et commencer à apprendre l'espagnol, ce que je continue de France depuis. Je ne pourrais pas utiliser les connaissances animales que j'ai acquises dans mon travail de tous les jours mais j'ai pu monter en compétence sur les méthodes de mise en place d'études scientifiques et l'exploitation des résultats. Enfin, on apprend également des méthodes d'agriculture/jardinage durable qui sont toujours utiles pour qui a/souhaite avoir un jardin!

La mission Forêt Amazonienne, Manu, Pérou

C'est au sein de la forêt Amazonienne du Pérou, dans la réserve de Manu, que vous pouvez participer à un programme complet de conservation, de recherche scientifique, et de soutien au développement...
Voir la mission

Chrystelle a participé(e) à la mission Sanctuaire des singes Vervets en Afrique du sud

Mission de 15 jours, effectuée en décembre 2016

Ma participation

Durant mes deux semaines de mission j'ai pu accomplir différentes missions auprès des singes vervet : préparation des repas, vérification des enclos (eau), distribution de fourrages, 'maman d'adoption' pour les bébés. Les journées étaient assez denses et commençaient à 7h pour s'achever entre 17h et 19h selon les missions confiées

Mes attentes

J'ai beaucoup aimé cette mission car j'ai pu effectuer des taches variées en fonction des besoins de la foundation, j'ai également pu être au plus près des bébés, ce dont je rêvais ! Par contre il ne faut pas minimiser l'environnement dans lequel on évolue : la chaleur en cette saison, les petites bêtes hostiles et des conditions d'hygiène parfois difficiles...

Mes conseils

La saison que j'ai choisie pour partir était parfaite Pour découvrir le lien incroyable avec les bébés singes. J'ai regretté de ne pas rester un peu plus pour participer à la réintégration des bébés auprès des troupes de vervets adultes. 1mois aurait été une durée de séjour parfaite je pense !

Ce que j'en retiens

J'ai aimé le contact avec des bénévoles de tous horizons, le travail était dur mais je me suis vraiment sentir utile. Cette mission m'a donné encore plus confiance en moi!

Mes acquis

Confiance en soi, patience et tolérance

La mission Sanctuaire Singes Vervets, Afrique du sud

IMG_20170102_155235.jpg
Cette mission d’écovolontariat consiste à aider un programme de sauvegarde du...
Voir la mission

Clarisse B a participé(e) à la mission Sanctuaire des singes Vervets en Afrique du sud

Mission de 21 jours, effectuée en juillet 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Il y a plusieurs plages horaires sur une journée: de 7 à 9h, de 9 à 10h, de 10h30 à 12h, de 12 à 13h parfois, de 13h à 14h, de 14h à 17h, et parfois de 17h à 18h. Dès que le travail est terminé sur ces plages horaires (lorsqu'il y a de nombreux volontaires), on peut prendre des pauses, aller manger, boire, se doucher, faire sa lessive, ... on est complètement libre.
Le travail effectué dépend des plages horaires et change tous les jours: donner l'eau, la nourriture, désinfecter les enclos, préparer le lait pour les bébés, observer les intégrations des jeunes dans les groupes de singes semi-sauvages... D'autres travaux peuvent être réalisés en fonction des besoins: nettoyage du site par exemple.

Mes attentes

J'ai complètement apprécié, même adoré: on travaille tous ensemble, dans la bonne humeur, on rencontre des gens du monde entier, on progresse en anglais, on découvre le régime végan qui fait beaucoup réfléchir sur nos modes de consommation quotidiens... on côtoie les singes et on les suit dans leur croissance et intégration dans les groupes sauvages.

Mes conseils

Prendre des vêtements chauds comme froid: sur cette période (hiver), il fait 30°C la journée, et entre 3° et 10°C la nuit! Bien se couvrir la nuit, prendre des couvertures, prendre des shorts pour la journées, la crèmes solaire, les lunettes pour travailler dehors. Ne pas oublier le nécessaire/minimum de toilette, pour la vie de tous les jours. Prendre de quoi s'occuper pendant les pauses (livres, téléphones pour la wifi, ...) même s'il est beaucoup mieux et intéressant de parler et de prendre les pauses avec les autres.

Ce que j'en retiens

Le voyage, la découverte d'un centre de conservation, la vie en communauté avec des gens venant du monde, l'utilisation de l'anglais pour se débrouiller, la convivialité autour du feu le soir, l'échange, apprendre à cuisiner pour beaucoup de monde, manger différemment, s'adapter. Voir ce qui est bon pour les singes, pour leur vie sauvage. On participe à un vrai projet écologique tout en profitant de nouvelles choses. C'est très enrichissant.

Mes acquis

Sans aucun doute: se débrouiller en anglais.

La mission Sanctuaire Singes Vervets, Afrique du sud

100_1572.jpg
Cette mission d’écovolontariat consiste à aider un programme de sauvegarde du...
Voir la mission

Beauvais Cristale a participé(e) à la mission Expéditions dans le sanctuaire Pélagos : étude des Cétacés et de la Biodiversité, France

Mission effectuée en septembre 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

A l'époque de la mission (il y a trois mois) je travaillais dans une grosse clinique vétérinaire en tant que technicienne en santé animale (équivalent d'infirmière), depuis environ 1 an et demi. J'ai toujours été passionné par les animaux, je ne me voyais pas travailler dans autre chose. Mes horaires étaient assez irréguliers, je travaillais souvent le samedi et le soir assez tard, mais cela fait partie du métier.

Mes attentes

Je n'ai pas apprécié le séjour... j'ai adoré !!! C'était magique, et très honnêtement je savais que j'embarquais dans une superbe aventure avant même d'arriver sur place. J'ai toujours été passionné par les animaux marins, depuis très petite. C'est une passion, voir une fascination pour moi. Je savais que peu importe les conditions, j'allais apprécié chaque moment.

Mes conseils

Je n'ai pas vraiment de conseils si ce n'est de dire que cette aventure vaut vraiment la peine d'être vécu, que nous sommes vraiment chanceux de pouvoir approcher ces merveilles de la nature et qu'il faut rester très sérieux car c'est avant tout un travail, un projet d'étude scientifique qu'il ne faut pas prendre à la légère : les professionnels comptent sur nous !

Ce que j'en retiens

Cette mission m'a apporté énormément de choses. Tout d'abord d'un point de vue scientifique, j'ai appris beaucoup sur ces animaux que j'admire tant. Céline (notre écoguide) maîtrise vraiment bien son sujet et fait partager ses connaissances avec beaucoup d'enthousiasme, c'est toujours un plaisir de l'écouter, elle connait tant de choses ! Sur le terrain évidemment, on découvre les animaux sous un autre angle, c'est incroyable. Mais cette mission m'a apporté aussi beaucoup d'un point de vue humain, en effet nous apprenons à vivre à 8 dans un espace restreint pendant 7 jours 24h/24 et cela permet de mieux se connaître, de développer des facultés d'adaptation aux différentes situations, et puis surtout de créer des liens forts avec les autres écovolontaires et l'équipage du bateau. C'est très enrichissant ! Merci Cybelle Planète !

Mes acquis

Je pense que cette expérience fait prendre conscience de la beauté, de l'importance de la mer, l'océan et tout l'écosystème qu'il renferme, et permet d'ouvrir les yeux d'un point de vue écologique. Voir tous ces déchets au milieu d'une mer si pure, si belle, cela fait un choc et permet de réaliser qu'il faut prendre soin de notre environnement, limiter les déchets et consommer différemment. D'autre part, la vie en communauté permet d'apprendre à prendre sur soi dans certaines situations, et cela sert évidemment dans la vie quotidienne. 

La mission Cétacés du Pélagos, France

Ces expéditions en voilier ont pour objectif d’étudier la biodiversité marine du large en mer méditerranée, dans le sanctuaire Pélagos des mammifères marins. L’équipage recense et...
Voir la mission

Apprenti ranger a participé(e) à la mission Suivi de la Faune Sauvage, Afrique du sud

Mission effectuée en novembre 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Sportif de presque 55 ans et habitué à voyager, j’aimerai vous donner mes impressions sur mon séjour de deux semaines à la Zululand Rhino Reserve. Le travail de notre groupe (composé de 5 volontaires) était pour l’essentiel de rechercher la meute de 5 lycaons surveillée très attentivement car c’est une espèce en voie de disparition. Il nous a fallu faire des localisations pour des missions spécifiques : une lionne pour un transfert dans une autre réserve, la harde d’éléphants afin d’injecter par hélico des contraceptifs aux femelles et « last but not least », un rhino blanc pour le « décorner ». En effet, cette opération évite leur massacre par les braconniers qui récupère les cornes vendues à prix d’or sur les marchés asiatiques. Le départ du camp était très matinal et oscillait entre 3h30 et 5h00. Nous nous occupions également des pièges photographiques (changement des piles, récupération des cartes SD, déplacement pour cause de débordement de rivière…). En fait, la participation la plus importante était la gestion de la vie en communauté.

Mes attentes

Ce que je recherchais, en plus de ma participation financière à ces projets de conservation des espèces menacées, était de vivre au cœur d’une réserve dans les mêmes conditions sommaires que les rangers. Sur ce point-là je n’ai pas été déçu.

Mes conseils

Prenez des vêtements chauds et imperméables car, même en cette période de fin de printemps/début d’été, nous avons eu beaucoup de pluie. Pas de traitement anti paludéen nécessaire car pas de moustique en cette période. Prenez tout de même des répulsifs corps et vêtements. Si vous avez des jumelles et un bon appareil photo n’hésitez pas à les prendre même si le chauffeur-guide-encadrant ne s’arrête pas souvent et que la mission prime sur le safari photo. Prenez de la lecture car les périodes d’inactivité sont nombreuses (8h30 – 15h en général). Si vous avez l’occasion de passer deux jours à Saint-Lucia faites-vous plaisir pour changer de la routine du camp. Je vous conseille la balade en bateau pour voir les hippopotames et la visite du village zoulou.

Ce que j'en retiens

La magie de l’Afrique et l’immersion dans la vies sauvage. L’adaptation aux mœurs différentes des « colocataires »  (végétarien, pas de repas le midi pour les britanniques, cuisine en fonction du contenu du frigo…).

Mes acquis

A travers mon témoignage, j’essaie de sensibiliser mon entourage (amis, famille, collègues) de la nécessité de sauvegarder les espèces menacées et de préserver la diversité animale et végétale. C’est une philosophie à transmettre aux jeunes générations qui, en la vivant sur le terrain, peut réussir à les convaincre de s’engager dans cette voie.

La mission Faune sauvage, Afrique du sud

En vous joignant à ce projet, vous participerez au suivi de la faune sauvage d’Afrique du Sud. Le projet d'accueil se voue à la préservation de la faune sauvage de la brousse et plus particulièrement...
Voir la mission

Martine et Béa a participé(e) à la mission Centre de sauvegarde du loup Ibérique, Portugal

Mission effectuée en novembre 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Dès le matin vers 8h, nous partions faire le tour des enclos pour donner de l'eau aux 16 loups et les observer,c'est un domaine de 16 ha avec 8 enclos,les loups peuvent se trouver seul, à 2 ou en famille.Le planning de la journée nous était fourni pas Filipa, la biologiste responsable du centre.Nous devions nourrir les animaux 3 fois par semaine ( 80 kgs de viande à découper, à broyer, à peser chaque seau nominatif puis à lancer au dessus des grillages).Il fallait respecter  le poids attribué à chacun avec beaucoup de vigilance surtout lorsque les loups vivaient à plusieurs.Parfois le lancer de poulet entier était assez comique...C'était un moment d'observation avec la biologiste.Suite à la distribution,nous devions nettoyer,ranger le matériel et laver le lieu de découpe.Les restes de pattes de poulets étaient amenés aux renards ou rapaces,Filipa installait une caméra à infrarouge pour l'observation.Nous avons pu constaté que le renard avait bien grossi...L'essentiel du travail était ensuite de brûler les branches des pins tronçonnés par Virgilio  et d'entretenir le parc ( taille d'arbustes le long des évacuations d'eau,balayage des feuilles,nettoyage autour des chalets).

Mes attentes

Nous avons apprécié ce séjour très ressourçant à proximité de ces animaux fascinants dont les hurlements matinaux ne manquaient pas de nous troubler.Nous avons pu observer ces loups et déceler leur caractère respectif .Nous pouvions tous les reconnaître à la fin de la mission.La famille de Sabor était au rv chaque matin.Faia  nous a joué un tour en attrapant le tuyau qui servait à lui donner de l'eau et Malcata se montrait très furtivement même au moment des repas.Ces moments insolites nous ont ravies.     

Mes conseils

L'écovolontaire doit être en assez bonne condition physique,nous avons parcouru en moyenne 12km/jour.

Ce que j'en retiens

Elle nous a apporté beaucoup de bonheur et de joie,nous avons apprécié cette vie isolée en pleine nature.Nous avons pu nous émerveiller devant ces magnifiques loups ibériques que nous avons approchés,photographiés et filmés.

Mes acquis

Il est indispensable de protéger,de sensibiliser pour la conservation de la faune sauvage.Apprécier chaque moment en pleine conscience dans un lieu exceptionnel avec des passionnés. 

La mission Sanctuaire Loups Ibérique, Portugal

Dans un sanctuaire dédié à la sauvegarde des loups ibériques, vous participez aux soins quotidiens prodigués aux loups, aux observations comportementales et à la maintenance du site qui se trouve...
Voir la mission