French English

Témoignages d'ecovolontaires

Vous avez participé à l'une de nos missions ?
Laissez-nous votre témoignage

Ysa & Johanna a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 15 jours, effectuée en août 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail, c'est surtout des patrouilles la nuit sur la plage pour trouver des tortues entrain de poindre ou bien des nids. En général, 2 équipes se relaient sur toute la nuit. Les equipes sont formées d'un local et d'un volontaire. Le but ensuite c'est de ramener les oeufs au "vivero" afin de les protéger des prédateurs. Nous n'avons pas croisé de tortues pendant nos patrouilles fin août debut septembre, c’était la fin de la saison pour les tortues "carey" mais nous avons assisté a beaucoup de naissances. Les bébés sont mesurés, pesés, on leur prélève un morceau de peau pour analyse et enfin nous pouvons les libérer vers la mer.
Durant la journée, nous avons participé à tout un tas d'activité : repeindre l’intérieur de la maison, planter des mangroves, fabrication de panneaux pour le sentier, recherche de coquillage, etc
Il y a aussi pas mal de temps libre pour se reposer, aller à la plage (soit l’estuaire soit le pacifique) ou jouer à « no te enojes » !
Chacun se lève quand il veut .. avec le décalage horaire on se levait tôt facilement et on pouvait profiter de toute la journée.
Sur place il y a plusieurs locaux, des volontaires du pays et nous étions 3 à venir d'Europe.

Mes attentes

Nous avons adoré notre séjour. C'etait trés dépaysant et le rythme m'a beaucoup plus. Du travail, du repos et une très bonne ambiance ! Nous avons même eu le temps de visiter le pays pendant 2 / 3 jours. L’accueil est génial, nous avons eu un gros coup de coeur pour ces personnes. Ne parlant pas vraiment espagnol, Manuel nous appris beaucoup.. il a la patience d'un professeur! Il y a même des cuisinières et on s'est regalé. On mange du "Gallo pinto" (riz et haricot rouge)à tous les repas, des galettes de maïs, du poulet et la meilleur soupe du monde!

Mes conseils

C’est une expérience formidable. Allez y les yeux fermé, vous allez adorer! On est parti à 2 c’est plus facile je trouve car c’est un pays lointain et inconnu. Une fois sur place, je m y suis senti trés bien et en sécurité. Le lieu où se deroule la mission est un peu au bout du monde. C’est tout simplement magique. Le point pénible ce sont les moustiques et La chaleur humide : on se sent poisseux toute la journée. Ce qui est dommage c'est le manque de contact avant le départ à la mission… du coup, n’hésitez pas à contacter David, le responsable. Il parle tres bien anglais. Et le coût du transfert vers la mission est hallucinant. En bus ça ne coûte même pas 10 euros. Contactez-nous par mail si vous voulez plus d'info, on sera ravi de vous repondre! johanna.31@hotmail.fr titmog@hotmail.fr

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Camille a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 30 jours, effectuée en juin 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail consiste à patrouiller les plages de nuit, pour repérer les tortues qui pondent ou (le plus souvent) les nouveaux nids et récupérer les oeufs pour les enterrer dans un endroit protégé (le Vivero). Les horaires dépendent des marées et du lever/coucher du soleil mais en général tournent autour de 18h à 6h du matin le lendemain (en deux équipes). Quand une équipe ne patrouille pas, elle dort près du Vivero dans des hamacs. Si on a la chance de tomber sur une tortue, il faut la mesurer, et la marquer si ce n'est pas déjà fait.
A côté de cela, on participe également à des travaux de protection de la mangrove en ramassant des graines et en les faisant germer dans une jardinière avant de les replanter. Des groupes scolaires viennent de temps en temps dans la casa carey et ce travail ce fait souvent avec eux. Lors des visites de groupes, des séances de capture de tortues dans l'estuaire pour marquage ont également lieu.

Mes attentes

J'ai adoré mon séjour à la Casa Carey, pour le travail bien sûr mais aussi pour l'équipe formidable avec laquelle j'ai travaillé. Outre le responsable de projet et les habitants des environs qui patrouillent toute l'année, il y avait 3 volontaires Nicaraguayens, un couple de voyageurs qui s'occupait de la maison et bien sûr un super régisseur de la maison qui m'a bien aidée à améliorer mon espagnol. L'ambiance était détendue et j'ai énormément appris pendant ces quatres semaines. Le départ a été très difficile!

Mes conseils

Les nicaraguayens ne parlent pas du tout anglais, donc il faut pouvoir se débrouiller un minimum. J'avais un peu travaillé dessus un mois avant de partir et la patience de mes collègues là-bas a fait le reste. Il y a beaucoup (vraiment beaucoup) de moustiques à l'époque où je suis partie. Prenez de quoi vous protéger tout le long de la journée et de la nuit. Il y a des moustiquaires sur les lits donc pas de problème à ce niveau.

Ce que j'en retiens

J'ai pu énormément apprendre sur les tortues, et la protection des écosystèmes salins. J'ai fortement amélioré mon espagnol et j'ai rencontré des personnes formidables.

Mes acquis

L'espagnol me sera sans doute très utile toute ma vie. J'ai pu développer mes capacités d'adaptations et mes relations humaines.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Celestino a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 51 jours, effectuée en juin 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Sur le projet, le travail est libre : vous choisirez avec les autres membres du projet des travaux à faire et de la répartition des tâches en fonction de vos affinités, de votre fatigue et de vos centres d’intérêt. Généralement, les tâches sont les suivantes en Juillet/Août : patrouilles la nuit, bricolage le matin ou l'après-midi OU journée de garde à la nurserie ou sur l'île ; et détente le reste de la journée (balade, pêche, baignade (attention dangereux !), dodo hamac, lecture, bavardage). Pour la baignade, les locaux vous expliqueront comment faire ainsi que le gérant de la casa (il y a toujours 1 ou 2 personnes qui gèrent la casa et qui sont là-bas pour plusieurs mois en général, qui parlent anglais et espagnol). Attention langue ! Il est selon moi indispensable d'avoir des bases en espagnol car vous parlerez quasiment que l'espagnol, que ce soit avec les locaux ou avec les volontaires Nicaraguayens (il y en a entre 3 et 4 en permanence, ce sont généralement des étudiants en vétérinaire, biologie, ornithologie ayant entre 20 et 25 ans) ou avec les dames qui font la cuisine ainsi qu'avec le responsable des travaux de la casa. Le projet protège plusieurs lieux, la nurserie (ou sont ramenés tous les œufs provenant des plages de l'estuaire) et l'île de la Tigra (petite île sur laquelle les nids sont laissés à l'état naturel). Ces deux lieux sont surveillés 24h/24 soit par vous, soit par des locaux payés par le projet et le planning est fait comme expliqué plus haut ! Les patrouilles : 2 équipes par nuit patrouillent sur une plage horaire de 6h, soit de 18h à minuit, soit de minuit a 6h. Pas de panique, sur 6h de plage horaire, seules 3h sont en général patrouillées car les tortues sortent pour pondre à marée haute et quand la nuit est très noire (jeu des lunes) et tout plein de facteurs qui font que ce n'est pas si long que ça en à l'air ! Les patrouilles se font sur l'île et les plages de l'estuaire. PS : pour voir des tortues ET des bébés tortues, les mois de juillet et août sont les meilleurs : vous pouvez assister aux pontes ET aux naissances. Les naissances commencent plus à partir de mi-juillet. Le bricolage : A titre d'exemple je vais vous citer deux/trois choses que nous avons fait : construction d'un pont en bois / taillage d'un sentier + construction de panneaux indicatifs pour expliquer aux visiteurs ce que sont tels ou tels arbres / peinture de la casa / construction d'un mur dans la casa / boucher les trous du toit de la casa pour éviter les infiltrations durant les orages. PS : Le projet est à éviter pour toute personne étant sensible aux orages. Je ne dis pas ça pour décourager les personnes souhaitant venir mais c'est une réalité (en juillet il y a dû en avoir 1 tous les 3 jours et en août 2 tous les 3 jours). Il y a deux types d'orages, les orages classiques, en plus fort (du même type que les orages européens) et les orages qu'ils appellent "las tormentas electricas" avec un grondement sonore continu et des claquements d'orage toutes les secondes -> horrible ! Vous ne risquez pas grand-chose (la foudre tape très très rarement les casas) mais ça fait peur et c'est un fait !

Mes attentes

Vous serez très bien accueilli au projet, que ce soit par les volontaires internationaux, les volontaires Nicaraguayens (c'est une vraie chance qu'ils soient là, pour vous immerger dans la culture des jeunes du pays), les dames de cuisine et de ménage, le responsable bricolage de la casa et le/les gérant/s de la casa. Le rythme de vie dans la casa est souvent lié aux gérants de la casa. Durant mon séjour j'ai assisté à un changement de gérant et j'ai largement préféré le second binôme ! C'est impossible de vous en dire d'avantage car ils changent constamment, mais rassurez-vous, il y a toujours des gérants de présents ! Les journées sont très tranquilles, certaines peuvent être longues et ennuyantes (journée de surveillance a deux dans la nurserie ou sur l'île) et d'autres complètement folles (plusieurs tortues dans la journée, du travail dans la maison, un orage, ...) !

Mes conseils

Il est, à mon goût, facile de rejoindre le projet en bus. Voici mes conseils : Prévenez David (celui qui s’occupe des volontaires sur le projet) que vous arriverez en bus en indiquant la date de votre arrivée au projet ainsi que si vous arriverez par le bus de Venecia ou celui de Padre Ramos/Jiquilillo en précisant bien que vous attendrez au bar/pulperia Zulema si vous prenez celui de Padre Ramos/Jiquilillo (voir explications plus bas). Prendre une nuit d'hôtel à Managua pour le soir de votre arrivée en avion (ça permet de se reposer après un long voyage et avant une journée de bus mais aussi d'être plus flexible si votre bagage a du retard, ce qui m'est arrivé !). Je suis allé au Maracuya Hostel (12 dollars la nuit sur Ebooking), ils peuvent envoyer un taxi privé vous chercher à l'aéroport pour 20 dollars le jour et 25 dollars la nuit si vous leur demandez par mail avant -> c'est cher comparé aux prix dans le reste du pays mais vous n'avez pas le choix si vous voulez voyager en sécurité et je vous déconseille les taxis publics dans la capitale. Il se situe à 10 minutes à pied de la gare routière pour le lendemain. Le lendemain matin, il est préférable de partir avant 9h de l’hôtel pour être tranquille avec les bus, il faut vous rendre à la UCA bus station. Télécharger l'application maps.me (cela vous sera très utile pour voyager au Nicaragua), c'est une appli qui fonction comme un gps mais sans besoin d'internet, il faut simplement télécharger la carte du Nicaragua en France ou avant de quitter la connexion de l’hôtel ! Vous pouvez poser des points repère sur la carte pour pouvoir les retrouver facilement sans vous perdre. Les hôtels et les stations de bus sont marqués sur la carte ainsi que toutes les routes/pistes si vous voulez vérifier que votre bus va bien dans la bonne direction et que vous ne vous êtes pas trompés. Pour voyager avec un/e gros/se sac/valise prenez ce qu'ils appellent des "chickens bus", ce sont les anciens bus jaunes américains. Dedans vous pourrez mettre votre sac au-dessus de votre tête, visible depuis votre place assise. Parce que si vous prenez des "micro-bus" vous allez être très très serrés car ce sont l’équivalent d'un Renault Trafic dans lesquels ils mettent 25 personnes voyageant avec très peu de bagages. Les micro-bus mettent en général un peu moins de temps que les chickens-bus car ils posent et prennent très peu de personnes sur le bord de la route. Mais franchement la différence de temps entre un "chicken bus" et un "micro-bus" n'est pas flagrante ! Sur tous les bus, il est écrit le trajet qu'ils effectuent en gros au-dessus de leurs pare-brises exemple « Managua – Leon ». Vous ne payez pas lors de la montée dans le bus mais au court du trajet. Les tarifs sont fixes et indiqués à l’avant du bus au-dessus du chauffeur. Comptez 2h pour faire Managua-Leon en chicken-bus et vous payerez environ 2 dollars/ 55 cordobas. A Leon, pas de changement de gare routière, prenez directement un bus pour Chinandega, comptez 1h30 et 1 dollar / 35 cordobas. A Chinandega il faut changer de gare routière. Depuis Leon vous allez arriver à "El Bisne Bus Station" et il faut vous rendre à "El Mercadito Bus Station". Deux options : taxi ou tricycle. Perso je vous recommande les tricycles, c'est vraiment fun. Comptez 1 dollar / 30 cordobas pour le tricycle et 1.5 dollars / 50 cordobas pour le taxi. Pas de panique pour les tricycles, ils ne vont pas vite, ça fait pas peur, le conducteur est gentil en général et ils vous attendent aux pieds des bus. Pour le dernier bus, vous avez le choix : Soit vous prenez le bus qui vous emmènera depuis "El Mercadito Bus Station" à Chinandega jusqu'à Padre Ramos. Le bus à prendre est facile à reconnaître c'est écrit en gros en haut du pare-brise " Chinandega - Jiquilillo " et pour descendre c'est facile aussi, il suffit d'attendre le terminus du bus et vous serez à Padre Ramos ! Depuis Padre Ramos il vous faudra attendre pour traverser l’estuaire avec le bateau du projet qui fait la navette entre Padre Ramos (côté sud de l’estuaire) et Venecia (côté nord) le soir aux alentours de 17h30 / 18h. Le mieux pour vous est d’attendre au bar/pulperia Zulema, les gens du projet viendront à votre rencontre ! Attention il faut avoir prévenu David d’où vous attendez ! Le dernier bus part aux alentours de 16h30 de Chinandega. Comptez 1 dollars / 27 cordobas et 2h de trajet : 1 heure de goudron et 1 heure de piste. Soit vous prenez le bus qui vous emmènera depuis 'El Mercadito Bus Station" à Chinandega jusqu'à Venecia. Le bus à prendre est facile à reconnaître c'est écrit en gros en haut du pare-brise "Chinandega - Venecia" et pour descendre c'est facile aussi, il suffit d'attendre le terminus du bus et vous serez à Venecia ! Ici pas besoin de bateau, il vous suffira de continuer la piste jusqu’à la fin (toujours tout droit). Si vous avez le moindre doute vous demandez la « Casa Carey » (carey = tortue imbriquée en espagnol) à n’importe qui, tout le monde connaît le projet ! Attention, un seul bus par jour, il part de Chinandega aux alentours de 13h, comptez 2 dollars / 60 cordobas et 4h de trajet : 2h de goudron et 2h de piste. Conclusion : Le trajet aller-retour coûte environ 80-90$ (en comptant l’hôtel et les taxis hotel-aeroport), contre 400€ (non divisible suivant le nombre de volontaire dans la voiture) avec David. A vous de faire votre choix ! Les moustiques sont particulièrement présents (plus que dans le reste du pays) car le projet se situe au sein d'une mangrove. Je vous conseille de prendre un spray de 75 ml puissance maximale par semaine pour les personnes particulièrement atteintes et deux sprays toutes les trois semaines pour les autres. Prévoyez de changer vos dollars en cordobas avant d’arriver au projet car après c’est la galère et les gens ne les acceptent plus. Idem pour les bus, c’est plus simple de payer en cordobas. Au projet, vous pouvez retirer des sous que à Chinandega et ça prend une petite journée de faire l’aller-retour juste pour des sous… Si vous voulez retirer des cordobas ou des dollars directement à Managua, vous pouvez aller à pied depuis l’hôtel jusqu'au metrocentro (10 minute). Prenez de bonnes tongues (voire 2 paires) car tout se fait en tongues et vous aurez constamment les pieds mouillés. Si vous souhaitez visiter du pays, je vous conseille vraiment de prévoir une ou plusieurs semaines avant ou après votre passage au projet car le projet vous laisse partir mais il est difficile d’avoir plus de 3 jours de libres d’affilé. Or il est complexe de changer de région en 3 jours au Nicaragua sachant que généralement un aller-retour vous mange deux jours. Voyager seul se fait très bien et sans aucun risque (même dans les bus). Si vous n’avez pas de partenaire en début de voyage et que vous comptez ne pas voyager seul vous trouverez toujours d’autres voyageurs partants pour vous accompagner depuis le projet ou même depuis une nuit en hôtel n’importe où ! Depuis le projet, vous pouvez facilement aller visiter le volcan Cosiguina. Prévoir 3 jours : 1 jour de transport / visite du village avec ses thermes ; 1 jour pour la montée/descente du volcan à pied (700m de dénivelé dans la jungle) ; 1 jour pour revenir en bus. Premièrement, il vous faut prendre le bus qui part de Venecia jusqu'à Chinandega à 4h le matin (il y a qu'un seul bus par jour). Il faut demander a descendre à « Enpalme de Cosiguina » (après environ 2h de piste), c'est facile de savoir si vous y êtes car il faut descendre au moment ou la route goudronnée commence. Vous pouvez aussi checker votre position avec l'application. Il faut ensuite attendre 1-1h30 le prochain bus qui s'appelle « Chinandega-Potosi ». La descente du deuxième bus se fait au terminal à Potosi. Pour les nuits, il y a seulement un hôtel à ma connaissance : l’hôtel « Brisas del golfo » à 10$ la nuit et qui propose les repas du matin/midi/soir en supplément (attention pas d'internet à l’hôtel). Le petit-déjeuner est à 80 cordobas et les repas entre 150 et 250 cordobas (c'est plutôt cher mais les plats sont vraiment succulents!). Si vous voulez, proche de la mer, en descendant plus bas que les thermes sur la gauche, des femmes font à manger pour 80 cordobas le midi et le soir. L’hôtel propose aussi des guides pour la montée du volcan (pas plus chers qu'ailleurs) pour 25 dollars à 2 et 30 dollars à trois. Le deuxième jour, la montée au volcan : ça dure 3h et la descente 2h. Troisième jour, pour revenir, il faut prendre le bus Potosi-Chinandega au terminal à 12h15 pour être à l'heure à l'Enplame de Cosiguina car il y a qu'un seul bus par jour pour Venecia qui passe aux alentours de 15h. Vous serez vers 17h au projet. Une nuit en hôtel coûte en général au minimum 10$ et ils acceptent souvent les dollars. Dans les grandes villes il est préférable de réserver pour ne pas avoir de mauvaise surprise, dans les bleds paumés il n’y en a pas besoin. Le projet dispose d’une connexion internet de 100 Go pour 1 mois. L’accès est réservé aux volontaires pour qu’ils communiquent avec leurs familles ainsi qu’aux volontaires Nicaraguayens pour leurs études. Si vous souhaitez regarder des films, il faut les prévoir avant sur clé USB ou disque dur. Le projet dispose de PC pour les gérants, ceux-ci peuvent les prêter de temps en temps. Il est possible de voyager avec un PC ou une tablette sans grand risque et la casa dispose de lieux/casiers que l’on peut fermer à clef. Si pour quelconque raison vous êtes amenés à visiter Managua (bagage perdu en avion, envie, …), il est important de comprendre comment fonctionnent les bus de ville. Ceux-ci sont repérés par des numéros et il n'est pas indiqué sur les bus le trajet effectué. Pour savoir quel bus prendre, il est donc obligatoire de demander de l'aide aux personnes qui se trouvent à votre arrêt de bus. Les bus sont pleins a craquer de locaux et le fonctionnement du paiement est un petit peu spécial. Dans les gros arrêts il y a une personne en charge des paiements. Il existe deux moyens de paiement selon l'âge du bus : par carte ou par paiement direct. Les locaux possèdent une carte qu'ils badgent devant un boîtier dans les bus « récents » or vous n'avez pas de carte. Si vous êtes a un gros arrêt allez directement voir la personne en charge des paiements et payez le. Celui-ci vous laissera monter dans le prochain bus et il montera lui-aussi dans le bus pour badger sa propre carte pour vous si c'est un bus recent. Si vous êtes a un petit arrêt et qu'il n'y a personne, il vous faudra payer le chauffeur. Un trajet pour un local coûte 5 cordobas et pour les touristes 10 cordobas, c'est comme ça …

Ce que j'en retiens

J'ai rencontré des personnes géniales, j'ai découvert un pays, sa culture, sa population, son climat, sa langue. C'est juste une aventure incroyable que je recommande a tout le monde !

Mes acquis

Le projet et les voyages vous apportent de la confiance en vous et de l'autonomie, de la culture et de l'enrichissement personnel et collectif. Je suis de ceux qui pensent que les voyages font les hommes.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

sosovoyage a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 8 jours, effectuée en mai 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

N'étant restée qu'un semaine, cela a surtout été de l'observation et de l'apprentissage. Nous avons aidé de façon générale et participé à la vie quotidienne sur le site. Nous avons également participé à la construction du "vivero" où sont conservés les oeufs de tortues. Nous avons fait du nettoyage de la plage, des patrouilles de nuit pour éventuellement recueillir des oeufs de tortues.

Mes attentes

Ravie de mon séjour et de la rencontre avec les gens des communautés. Très belle expérience humaine et bon encadrement par les personnes responsables du projet sur place. Mon séjour a répondu partiellement à mes attentes dans le sens ou malheureusement nous n'avons pas pu assister à la naissance des bébés tortues (trop tôt, mais nous ne le savions pas).

Mes conseils

Je conseille vivement de rester au moins 15 jours et surtout de bien se renseigner sur la meilleure période. Je pense qu'à partir de début juin vous aurez plus de chances d'assister aux naissances des tortues.

Ce que j'en retiens

Un bel apprentissage sur les tortues grâce au biologiste présent sur le site et au responsable du projet. La découverte d'un nouveau pays et d'un nouvel environnement. Également une opportunité de déconnecter.

Mes acquis

Difficile à dire. Mais j'en retiens une meilleure connaissance sur les tortues et une meilleure sensibilité à l'environnement.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Cédric a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission de 7 jours, effectuée en avril 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail était très diversifié. Etant arrivé en tout début d'ouverture de saison, il a fallu remettre le site en ordre, afin que la maison soit prête pour accueillir les futurs volontaires.
Les horaires dépendaient surtout du temps. Pour le boulot physique, on pouvait attaquer à 6h et reprendre à 17h. Le reste, c'était des menus travaux.
On pouvait aussi travailler de nuit, que ce soit pour récupérer des oeufs lors d'une patrouille, et faire à tour de rôle des rondes de nuits pour surveiller la couveuse.

Mes attentes

J'ai passé un très bon séjour. C'était le début de la saison et ce n'était pas sûr de pouvoir trouver des tortues, et pourtant... Nous sommes allés dans l'estuaire ou nous avons pu en trouver 2, une baguée et l'autre non. J'ai pu prendre les mesures, lui enlever les coquillages collés à la carapace. Nous avons construits la 1ere couveuse de la saison et avons patrouillé le soir même. Nous avons découvert une tortue prête à pondre. ça a été un moment incroyable que de récupérer les oeufs pendant qu'elle pondait. De plus, le timing était parfait, puisque nous avons devancé de 2min , des "potcheurs" qui recherchaient des oeufs pour les vendre sur le marché. Ce sont donc 96 oeufs qui ont été sauvés !! C'est une belle émotion.

Mes conseils

Le plus dur concerne les conditions climatiques. Je n'étais pas dans la saison des pluies mais 38° degrés tous les jours avec une pointe à 41°, c'est assommant. Et puis, les moustiques, même avec du produit, j'ai subi des innombrables piqûres. Même s'il fait très chaud, équipez vous de tee-shirt manche longues et pantalons. Soyez très très vigilant sur l'eau !! Elle n'est pas abondante, et croyez moi vous allez apprendre à l'économiser. Pour internet, oubliez, et puis on est tellement bien sans téléphone. Par contre, si vous avez de la musique, n'hésitez pas !!! Pour la barrière de langue, il est quand même nécessaire de connaitre un peu l'espagnol. Tout le monde ne parle pas anglais.

Ce que j'en retiens

Hormis le fait d'avoir aider le projet à préserver des tortues, j'ai pu apprécier le moment présent, c'est une belle bouffée d'oxygène. Et puis, j'ai pu rencontrer des personnes formidables, avec qui nous avons travaillé bien sûr mais aussi ri, partagé, etc...

Mes acquis

Faire des économies d'eau !! Un soir, le tank était vide et la pompe amenant l'eau du puit ne fonctionnait plus. Nous sommes donc allés nous laver à coup de seau au puit. C'était pas évident, mais cette expérience que nous avons partagée restera inoubliable. Et puis, faire attention à nos déchets. Si vous avez des magasins qui vendent en vrac chez vous, n'hésitez pas, cela évitera le surplus d'emballages.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Léa Daures a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission effectuée en août 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

La majeur partie du travail se fait de nuit. Toutes les nuits on part en patrouille pour sillonner les plages et voir si des tortues montent pondre. Ces sorties se font en duo avec une personne du projet. Lorsqu'il y a une ponte on a la chance de faire des mesure sur la tortue ainsi que de récupérer les œufs pour les amener à la couveuse. Le travail de l'éco-volontaire consiste aussi à aider lors des naissances c'est à dire prendre des mesures sur les tortillons et les relâcher. Il y a aussi des activités le jours, comme les captures de tortues juvéniles dans la mangrove. Il y avait d'autres activités comme la reconstruction d'une digue en sac de sable et la construction d'une petite maison.

Mes attentes

Je partais sans attente particulière, à part l'envie de revoir des tortues. Non seulement je n'ai pas été déçu sur ce point, puisque les rencontre sont très régulières, mais j'ai vécu plus que ce que je ne pouvait l'imaginer. Cependant j'ai mis 2 semaines à réellement m'adapter au rythme de vie et à la langue pour apprécier pleinement mon expérience.

Mes conseils

Ayez les bases d'espagnol ou au moins l'envie de l'apprendre, pour au mieux s'intégrer et découvrir les personnes géniales qui travaillent pour ce projet. Attendez vous à être très isolé et aucune autre activité que le projet, mais l'expérience n'en est que plus belle. Les locaux peuvent sembler distant à cause de la barrière de la langue, mais allez vers eux pour les découvrir et vous ne le regretterez pas.

Ce que j'en retiens

Des amis nicaraguayens, mais surtout l'envie d'améliorer mon espagnol et de repartir découvrir ce pays. 

Mes acquis

Gardez cette joie de vivre au quotidien. Savoir ne rien faire pour ensuite être efficace. 

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Emilie a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission effectuée en mai 2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Témoignage un peu particulier car je n'ai pas eu l'emploi du temps "classique" d'un écovolontaire. Le mois de Mai est le début des pontes des tortues (et donc début de l'activité avec les volontaires) et malheureusement cette année les tortues sont sorties de l'eau plus tard que prévu. J'ai donc eu le droit à un programme personnalisé pendant mon mois sur place. L'équipe a été très accueillante.J'ai participé à des séances de patrouille le soir et la nuit, sur la plage, en quête de tortues prêtes à pondre. J'ai surtout eu la chance d'aller capturer des tortues dans l'estuaire afin de les étudier.Par ailleurs j'ai également accompagné l'équipe dans leurs missions annexes liées à la vie avec la communauté locale.

Mes attentes

J'ai beaucoup apprécié mon temps sur place, l'endroit est paradisiaque. Et même si je n ai pas vu énormément de tortues, j ai quand même eu la chance de travailler avec et au profit de la population locale ce qui m'a beaucoup plu. Pour plus d'informations sur mon aventure, voici mon blog: http://emilie-3i7iw3.wixsite.com/1-an-pour-ma-planete/mai-2016  

Mes conseils

Les conditions de vie sur place sont bonnes mais n'oubliez pas votre répulsif à moustiques :) Prenez des vêtements longs et légers pour les patrouilles de nuit, pour éviter de vous faire piquer.L'électricité est limité donc il faut être OK pour oublier son téléphone et Internet le temps de la mission. Il est possible de recharger ponctuellement ses appareils électriques quand même. 

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Laëtitia B. a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission effectuée en août 2015
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail était très diversifié : en ce qui concerne le travail relatif aux tortues, j'effectuais des patrouilles de nuit qui pouvaient très bien se faire juste après le dîner, en plein milieu de la nuit, ou sur les petites heures du matin. Attention, ça n'a l'air de rien, mais on marche environ 2h-2h30 dans le sable, le noir, la chaleur et les moustiques, c'est assez éprouvant ! Dans la journée, on peut être amené à surveiller les nids des bébés tortues, il n'y a pas grand chose à faire, juste prendre la température, faire une ronde à peu près toutes les heures pour voir s'il y a des naissances et récupérer les bébés tortues. On peut se reposer dans les hamacs et se baigner pour se rafraîchir. J'ai aussi eu la chance de faire des captures de tortues adultes dans l'estuaire pour récupérer des données sur leur évolution. J'ai été aussi amenée à rentrer des données dans un ordinateur, à faire des rondes en bateau le matin sur les plages pour vérifier si une tortue a pondu pendant la nuit, à retrouver les nids avec des coordonnées GPS et de mesurer leur distance par rapport à la plage et à mesurer le taux d'ombre au-dessus des nids avec un instrument de mesure spécial. En ce qui concerne le travail non relatif aux tortues, j'ai été amenée à planter des jeunes pousses de mangroves (travail de reforestation), à construire un mur de sacs de sable pour empêcher la mer d'empiéter sur la berge devant la maison des bénévoles, à faire de la peinture, de la cuisine... Comme je le disais, travail très diversifié !

Mes attentes

Oui j'ai apprécié mon séjour. Il correspondait à certaines de mes attentes, parce que je m'étais beaucoup renseignée, j'avais beaucoup lu sur le projet et je m'étais beaucoup préparée psychologiquement, mais pas à toutes. Je savais que ça allait être difficile, éprouvant, aussi bien psychologiquement que physiquement. 

Mes conseils

Soyez prêts ! Il faut être conscients que vous allez vivre dans un endroit isolé, sans internet (ou très sporadiquement), où il y a toujours des va et vient de locaux dans la maison des bénévoles, où on dort de façon éparse, un peu la nuit, un peu le jour (mais avec la chaleur et les moustiques, pas évident). Lisez-bien tout ce que vous pouvez trouver sur le projet pour vous préparer : chaleur, moustiques, espagnol, travail à effectuer, isolement... Mais lancez-vous, l'expérience en vaut la peine !

Ce que j'en retiens

Beaucoup de connaissances sur le Nicaragua et ses habitants en général. ça m'a beaucoup ouvert l'esprit sur une autre culture, une autre façon de vivre, de penser, de parler. Elle m'a appris beaucoup sur le fonctionnement d'un estuaire, de la faune et de la flore qui y habite et surtout, j'ai beaucoup appris sur les tortues marines ! L'équipe du projet est vraiment très qualifiée et motivée et il ne faut pas hésiter à poser des questions, ils se feront un plaisir d'y répondre ! J'ai rencontré des personnes formidables, enrichissantes, drôles, attachantes et j'en garde de très bons souvenirs. Je pense que je referai une mission de ce type mais peut-être moins longtemps (deux semaines seraient suffisantes) et avec plus de préparation au niveau de langue !

Mes acquis

Je parle de ma mission autour de moi et je donne envie à certaines personnes pour faire une mission d'écovolontariat ! D'ailleurs, une amie va sûrement faire une mission dans un sanctuaire d'éléphants en Thailande l'année prochaine ! Alors n'hésitez pas à en parler autour de vous, cela peut donner des idées aux autres, qui vont en parler et donner d'autres idées à d'autres personnes et ainsi de suite ! 

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Caroline a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission effectuée en septembre 2015
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mes attentes

Pour résumé, je dirais que cette aventure fût intéressante mais très éprouvante. Disons qu'il faut être bien motivé et je conseillerais de ne pas faire un séjour de + de 2 semaines dans un 1er temps. Malgré des tâches intéressantes j'ai dû, pour ma part, écourté mon séjour car les conditions : chaleur, vase, moustiques, travail de nuit.. sont très éprouvantes et j'ai plutôt subi la fin que pris du plaisir! J'ai juste trouvé dommage qu'on ne respecte pas des temps de repos assez importants entre chaque mission et que, le matin, on ne respecte pas le repos de ceux qui ont patrouillé de nuit, trop de bruits..Dommage, car c'est une équipe motivée et qui fait un excellent travail mais ça manque un peu d'organisation. De plus, la plupart ne parle qu'espagnol alors je vous consieille de le parler un minimum sinon vous allez passer des grands moments de solitude.je pense que tout ça ne doit pas vous effrayer car cette équipe à vraiment besoin de volontaires et je le redis le travail est très intéressant mais soyez prêts à subir de telles conditions c'est tout.pour autant, je pense renouveller un jour l'expérience car désormais je sais à quoi m'attendre et, malgré tout, j'ai aimé. Je remercie encore énormément David de son partage et de sa compréhension.la réserve est magnifique, les locaux adorables.. N'hésitez pas mais soyez prêts!  

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission

Heloise a participé(e) à la mission Conservation des tortues marines au Nicaragua

Mission effectuée en juillet 2015
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ma participation

Le travail était très varié. Parfois en rapport direct avec la conservation des tortues marines et parfois plus orienté vers la communauté locale. Les horaires étaient extrêmement variés aussi à part pour les patrouilles nocturnes qu'il était possible de faire tous les soirs de 19h à 00h ou de 00h à 5h.

Mes attentes

Oui ce projet m'a beaucoup appris sur le plan environnemental comme sur le plan humain. J'ai beaucoup apprécié la gentillesse des gens sur place malgré les ressources très limitées. Ce fut évidement très différent de ce à quoi je m'attendais mais très positif dans l'ensemble. 

Mes conseils

Abandonnez toutes vos habitudes quotidiennes car au Nicaragua la vie est très rustique et différente. Préparez vous également à avoir CHAUD!

Ce que j'en retiens

Cette mission m'a énormément apporté. Je dirais qu'avant tout, passer 2 semaines au Nicaragua m'a ouvert les yeux. Dans tous les pays occidentaux nous sommes véritablement "pourri gâtés" et pourtant la plupart d'entres nous ne sommes que rarement heureux. Au Nicaragua nombreux sont ceux qui ne possède que le minimum vital et encore... cependant leur joie de vivre, générosité, et bonheur rayonne tout le temps. J'espère avoir compris en quoi il faut apprécié ce que l'on a.

Mes acquis

Je pense que je ferai beaucoup plus attention aux mers et oceans en general car j'ai réalisé à quel point ils sont essentiels dans le monde entier, que ce soit pour la faune et la flore ou les humains.

La mission Tortues marines, Nicaragua

Cette mission se déroule sur une ile de la côte Pacifique du Nicaragua, dans un des plus grands sites de nidification de tortues marines du Pacifique Est. Vous contribuerez aux patrouilles...
Voir la mission