French English

Communiqué de presse, octobre 2013 :

Se découvrir ailleurs et autrement, grâce à son employeur et aux congés éco-solidaires

Le congé éco-solidaire est une mesure, permettant à des organismes ou des entreprises, la concrétisation d’une politique de développement durable ou de responsabilité sociale (RSE).

Le congé éco-solidaire correspond à la mise en place de missions d’écovolontariat pour les salariés d’une entreprise.
Etre éco-volontaire c’est utiliser une partie de son temps libre, pour participer concrètement à des projets qui protègent la faune et la flore. Grâce aux écovolontaires, les programmes de préservation de la biodiversité bénéficient d’une aide sur le terrain, mais aussi d’un apport financier non négligeable sans lequel certaines missions ne pourraient pas exister.

Les missions proposées aux entreprises et à leurs salariés sont réparties sur les 5 continents (Asie, Afrique, Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud). Les structures qui reçoivent les éco-volontaires sont des ONG ou des associations locales œuvrant pour l’écodéveloppement et la préservation de la biodiversité.
Dans le cadre de leur mission, les écovolontaires rejoignent une équipe locale et partagent leurs engagements envers la faune et la flore locale au travers de tâches quotidiennes.

Le congès éco-solidaire : un partenariat tri-partite

Signée entre l’employeur et Cybelle Planète, cette convention rentre dans le cadre d’un partenariat de mécénat.

L’employeur décide en concertation avec Cybelle Planète, des conditions d’application des congés solidaires dans son entreprise :

  • la durée et la période du partenariat,
  • le taux de financement (cela peut représenter tout ou partie des frais des frais de missions,.
  • le nombre de salariés pouvant en bénéficier

Les congés éco-solidaires peuvent être mis en place quel que soit la forme juridique de la structure (entreprise privée : société, PME, TPE, Fondation, association, ou organisme public).

Quel intérêt pour la structure ?

  • Concrétiser son engagement sociétal et réaffirmer sa politique de développement durable.
  • Renforcer le lien salarié-entreprise autour de valeurs fortes et éthiques.
  • Se positionner comme précurseur par la mise en place d’un modèle managérial innovant et fédérateur.
  • Faire de cette action, un atout de communication, diffusé par l’ensemble des salariés;
  • Bénéficier d’un avantage fiscal : 60% des frais de mission des salariés sont déduits des impôts de l’entreprise (dans la limite de 5°/°°du chiffre d’affaires, article 238 bis du code général des impôts).

Quel coût pour la structure ?

L’employeur prend en charge une partie ou la totalité du coût de la mission. Le prix des projets d’écovolontariat dépend de leurs durées, du pays et du type de missions. Les tarifs prennent généralement en compte tous les coûts inhérents à la mission des écovolontaires : hébergement, nourriture, encadrement, et participation aux dépenses du projet (achat de matériel, entretien…).
Le trajet jusqu’au projet n’est pas compris dans le prix de la mission, ce dernier devra être pris en charge par le salarié ou par l’employeur si ce dernier souhaite aller plus loin dans son engagement.

Quel bénéfice pour le salarié ?

Les salariés participent durant leurs congés à un projet d’écovolontariat. Ils apportent leur motivation et leurs compétences à un projet de préservation de la biodiversité. Au delà d'une expérience humaine inoubliable, les congés éco-solidaires sont l'occasion d'aller à la rencontre d'autres cultures et d'autres savoir-faire, dont on revient enrichit.

Rôle de Cybelle Planète :

L’association assure l’organisation de la mission d’écovolontariat, en se faisant le relais du projet d’accueil, et en gérant les aspects administratifs, informatifs… Lors de la mise en place des congés éco-solidaires, Cybelle Planète  prend en considération les contraintes et les demandes de l’entreprise ainsi que les besoins des missions. Cela simplifie les démarches de l’employeur et de l’écovolontaire, et facilite l’accès aux congés éco-solidaires.