French English

Carnets de bord des missions cétacés 2019

Expédition du 15 au 21 Juin au départ de Hyères

Expédition du 22 au 28 juin au départ de Hyères

Expédition du 29 juin au 05 juillet au départ de Hyères

Expédition du 06 au 12 juillet au départ de Hyères

Expédition du 13 au 19  juillet au départ de Hyères

Expédition du 20 au 26 juillet au départ de Hyères

Expédition du 27 juillet au 02 août au départ de Hyères

Expédition du 03 au 09 août au départ de Hyères

Expédition du 10 au 16 août au départ de Hyères

Expédition du 17 au 23 août au départ de Hyères

Expédition du 24 au 30 août au départ de Hyères

Expédition du 31 août au 06 septembre au départ de Hyères

 


Expédition du 15 au 21 Juin au départ de Hyères

Jour 1 – Samedi 15 juin 2019

Le point de rendez-vous des écovolontaires était fixé au quai d'honneur du port de Hyères à 10h. Nous avons tous facilement repéré le bateau avec les fanions « Cybelle Planète » et l'affairage qui avait lieu à son bord ! Nous avons alors fait connaissance avec toute l'équipe (nous avons eu droit à trois bises, nous étions tous perturbés, nous les sudistes...), puis place à l'embarquement et au rangement de nos affaires. Puis petit briefing sur la vie à bord, le fonctionnement global de la semaine, notamment sur les règles de vie en communauté et le partage des tâches (bienvenue aux « quarts » !).

Les courses sont arrivées vers 12h30. Le rangement fut périlleux, mais le défi a été relevé ! Les parties de Tetris ont été profitables finalement, la place sur le bateau est un des points noirs de la logistique...

Nous avons déjeuné du poulet rôti avec salade composée boulgour, pois chiche, maïs et tomate. En dessert, fromage et thé ou café (sans oublier le carré de chocolat).

Avant de partir, Antonio, el Capitan, nous a fait un briefing sécurité. Un petit stress est monté en chacun de nous sans que personne ne le verbalise vraiment. On sent qu'on ne peut plus reculer !!

Départ à 16h30 vers le mouillage de la presqu'ile de Giens. L'histoire retiendra « Cybelle Planete si moches pare-battages » dixit Antonio. Nous n'avons pas croisé de cétacés le 1er jour, mais des paddles à nichons. Pas facile d'être une femme libérée en 2019.

Puis début de la formation animée par Céline et Colin : on s'est d'abord tous présentés : Céline, Colin, Antonio, puis les écovolontaires : Jean-Pierre, Françoise, Valérie, Annie, Pauline et Flavie.

Céline est la directrice de l'association. C'est elle qui a fondé Cybelle Planète il y a 14 ans, et une passionnée de la mer. Son intelligence n'était déjà plus à démontrer, mais nous avons pu découvrir d'autres de ses nombreuses qualités au cours de la mission...

#superceline nous a ensuite appris à reconnaître les espèces, les bateaux, la météo, l'état de la mer, du vent... et bien d'autres « détails » qui seront primordiaux pour nos relevés.

Le soir, nous avons mangé une soupe de patates, aubergines, courgette (notez que c'est très équilibré !). 22h30 : extinction des feux, mais pas des bavardages...

cybelle planete carnet de bord 2019 2

Jour 2 – Dimanche 16 juin 2019

Chacun prépare son petit déjeuner en autonomie. Attention à ne pas utiliser l'eau en bouteille ! Première erreur. Le problème se pose... Nous n'avons pas de confiture... heureusement que nous avions du miel ! Tout le monde se prépare et nous sommes finalement prêts à 8h15... Nous devions l'être à 8H... Deuxième erreur... #superceline et sa patience légendaire nous rappellent à l'ordre ! Demain, l'heure ce sera l'heure !

#superceline nous a ensuite fait la formation sur l'utilisation de l'application OBSenMER et au protocole à respecter scrupuleusement : 3 observateurs debout autour du mât qui observent à 180°, une mer inférieure à 3 beauforts et une vitesse supérieure à 5 nœuds. Après avoir eu toutes les explications et bien compris le pourquoi du comment des relevés, nous nous sommes entraînés dans la crique. Tout y est passé : du bateau à moteur au paddle en passant par la bouée... Les talents de pédagogue de notre #superceline ne sont alors plus à démontrer...

Nous avons mangé une salade de quinoa, du poulet. Françoise et Flavie ont alors sauté sur l'occasion de faire un petit plouf avant de partir.

Puis à 13h30, nous avons commencé les quarts d'observation. Nous avons vu beaucoup de goélands et de puffins cendrés. A ce moment-là, tout le monde râlait un peu de subir tant d'ornithologie ! Quelques velelles ont fait leur apparition, ce qui était tout de même de bon augure pour nous. Au moment où nous avons accosté au mouillage dans la baie de Cavalaire, nous avons pu apercevoir des dauphins qui passaient au loin, nous rassurant quant à leur présence.

La soirée se passe dans la bonne humeur, nous avons découvert le Ti Punch. Le soir, notre dévoué skipper nous a préparé une de ses spécialités : les spaghettis aux légumes !

cybelle planete carnet de bord 2019 5

Jour 3 – Lundi 17 juin 2019

Départ à 6h, pour commencer les quarts d'observation à 7h. Pas de retard ce jour-là ! Mais nous n'avons pas encore vu de cétacés.

Au moment de la pause repas, nous avons vu des dauphins et notre premier rorqual, mais n'étant pas en observation, nous n'avons pas effectué de suivi... Décidément, ils sont attirés comme nous par l'apéro... Nous avons mangé une salade de riz.

Premières nausées pour quelques personnes à bord: Pauline, Annie, Jean-Pierre. Heureusement, tout rentre dans l'ordre rapidement et personne n'a nourri les poissons ! Il faudra qu'ils se débrouillent...
L'après-midi, nous avons vu des rorquals et des dauphins, et tout le monde était ému par la rencontre avec ces animaux. Le soir, nous avons repris du Ti Punch (l'essayer, c'est l'adopter !), puis une soupe de lentilles et patates, préparée par notre #superceline dont les talents culinaires dépassent largement celles de toutes les personnes présentes à bord.

Puis, ont commencé les quarts de nuit. Grande épopée... Chacun veille pendant 2h en quinconce avec une autre personne pour toujours être à deux à surveiller les bateaux au large. Les premiers quarts ont commencé par Pauline (22H – 00H) et Flavie (23H – 1H). Antonio est resté un long moment avec nous pour nous briefer concernant les feux présents sur les bateaux la nuit.

Un peu avant 23h, Pauline et Flavie ont eu la chance de voir deux rorquals à quelques mètres du bateau, leurs souffles étant éclairés par la lune. Séquence émotion. #coeuraveclesdoigts

Depuis le début du quart, un cargo s'approchait au loin. Nous n'étions pas inquiètes, étant donné que nous pouvions voir les lumières blanches et rouges uniquement. Puis, la lumière rouge a disparu... et laissé place à la lumière verte ! Nous avons rapidement compris que le cargo avait changé de cap, et nous avons alors réveillé Antonio qui a pu faire coucou au capitaine... Le cargo il est passé à 0,6 milles de notre voilier, et faisait plus de 300 mètres. C'était impressionnant de le voir de si près. Un remake marin de David contre Goliath. Pas d'autres problèmes à signaler pendant la nuit, Françoise et Colin ont tout de même vu un dauphin bleu et blanc pendant leur quart de nuit.

cybelle planete carnet de bord 2019 1

Jour 4 – Mardi 18 juin 2019

Départ à 7h pour débuter les quarts à 7h15, faute de vitesse suffisante auparavant.

Le premier quart de la journée a vu plusieurs souffles, il s'agissait de rorquals. Tout le monde retient alors le sien dans l'espoir d'en observer d'autres. Dans la matinée, ce fut alors le festival des rorquals, avec quatre observations. #superceline a pu œuvrer et faire la photo-identification nécessaire au suivi des espèces. A midi, nous avons mangé une salade de légumes et Cuisto-Colin nous a fait un crumble aux pommes.

L'après-midi, nous n'avons pas vu beaucoup de cétacés, et la fatigue commençait à se faire sentir. Tout le monde a alors commencé à chanter pour se donner du courage. Heureusement, du fait de nos talents vocalistiques, la pluie nous a laissés tranquilles. Nous avons tout de même pu suivre deux rorquals et observer de nombreuses velelles.

Puis nous avons rejoint le point de mouillage là où les rorquals nous avaient nargués la veille à midi dans l'espoir de les recroiser.

De nouveau, le 'ti punch était au rendez-vous (pour la dernière fois, la bouteille étant finie), puis après le repas préparé par Antonio (patatas i pasta), place aux quarts de nuit.

Le bateau a beaucoup tangué et la nuit a été agitée pour tout le monde.

cybelle planete carnet de bord 2019 4

Jour 5 – Mercredi 19 juin 2019

Dès le lever du jour, les observations commencent ! Un souffle a été aperçu à l'horizon. Il s'agit d'un tout jeune rorqual, malheureusement observé sans sa mère ce qui nous inquiète un peu... Nous le laissons tranquille car il essaye tant bien que mal de se faire discret (n'étant pas en capacité de faire de l'apnée).
Les suivis continuent et ponctuent les quarts d'observation du matin : pas moins de 4 rorquals en tout, on n'est pas loin d'un record !

A midi, le taboulé haut en couleurs nous a redonné des forces, et nous reprenons ensuite la route en direction du mouillage de Cavalaire. Le vent s'étant posé, nous en profitons pour ressortir les maillots de bain et peaufiner notre bronzage ! Avec plus ou moins de réussite selon les gens...

Retour au mouillage en fin d'après-midi, baignade et snorkelling qui font du bien (sauf à Valerie qui a croisé une méduse), première toilette à l'eau de mer depuis le début de la mission. Soirée arrosée, fous rires, pizza et tortilla sont au programme...

Nouvelle nuit au calme, bercée par les vagues, et qui permet aux organismes de récupérer.

cybelle planete carnet de bord 2019 9

Jour 6 - Jeudi 20 juin 2019

Départ à 6h pour débuter les premières observations à 7h. Objectif : le Cap Sicié et l'observation des globicéphales normalement présents sur site.

Lors du trajet, premier détour obligatoire par l'intérieur des îles du Levant pour cause de tirs depuis la zone par l'armée française. On se doute alors que les animaux ne vont pas beaucoup apprécier...

Les observations du matin s'enchaînent, sans succès, nous résignant après le repas de midi pris en décalé pour la première fois de la mission et du fait du vent à abandonner et à rentrer en direction du mouillage. Nous en profitons alors pour découvrir les joies de la voile ! #superceline partage ses conseils avisés de navigatrice émérite...

Arrivée au mouillage à 17h et baignade pour certains pendant que d'autres terminent la rédaction du journal de bord, cuisinent ou simplement profitent de la vue...

Dernière soirée à bord, apéro et repas préparés par El Capitan...

cybelle planete carnet de bord 2019 3

Jour 7 - Vendredi 21 juin 2019

Retour au port de Hyères, chacun range ses affaires, puis c'est l'heure du grand ménage... On reprend petit à petit nos repères, puis on partage un dernier repas tous ensemble pour un retour à la réalité en douceur...

Merci à tous pour cette belle « mission rorqual »

 cybelle planete carnet de bord 2019 6


Expédition du 22 au 28 juin au départ de Hyères

Jour J : le commencement

22 juin – 10H : la rencontre
Rencontre de Colin, notre jeune éco guide du séjour qui vient de … c’est compliquéééééé.
Rencontre d’Antonio, notre skipper Italiano-Suisse, parlant l’anglais, l’allemand, l’italien, le français… ouais, ça annonce le personnage.
Puis rencontre de toute l’équipe et bien sûr de BB King qui nous portera contre vents et marées !

Et sinon le livreur des courses … tu tires ou tu pointes ??? 2 joints et 6h plus tard, à ton rythme !!!
Puis c’est le départ : briefing et premiers instants de vie sur notre bateau, sur notre Méditerranée. Au programme : observation en mer (notre alliée du séjour), la vie de nos cétacés et des habitants de la Grande Bleue et l’organisation du séjour.
22H … allez, tous à nos duvets !!!

cybelle planete carnet de bord 2019 10

Jour 2 - 23 juin : l’apprentissage

On y est !! Chacun a ses taches, ça ne rigole plus ! Découverte de TOUT en fait !
Les observations commencent et c’est Béatrice qui ouvre le bal avec le « Souffle !!! Souffle !!! Souffle !!! » de notre premier rorqual ! Puis viennent les dauphins bleus et blancs. Le régal commence.
Je tiens à ajouter une mention spéciale en ce jour pour l’équipe cuisine qui, après 4 h d’acharnement contre le four rebelle, a réussi à sublimer LA saucisse de la semaine.
Première longue journée accomplie, il est temps d’aller récupérer des forces pour le lendemain.
PS : les ti-punchs n’ont pas aidé à veiller.

cybelle planete carnet de bord 2019 12

Jour 3 – 24 juin – En route vers Antibes / Juan les Pins

Pas beaucoup de vie dans l’eau mais on ne lâche rien ! Par contre, en arrivant à Juan Les Pins au début du Cap d’Antibes, on est passé près de quelques belles bêtes… comme l’Eclipse, un yacht de plus de 100 mètres. De la vie aussi sur les plages avec des gros BBQ et des bateaux « boite de nuit »… la grosse ambiance quoi !!! L’apéro sur le bateau, le meilleur moment de la journée.
Une bonne nuit et un réveil tôt prévu le lendemain pour faire le tour du cap d’Antibes avec d’aller vers le large.

POINT FORT DE LA JOURNEE
Alors que tout espoir quittait les troupes, alors que la chaleur était à son comble, alors que tous les cétacés se faisaient attendre…. Colin dégaina son arme secrète… l’instant devinettes !!! A coup de « comment s’appelle un nain aux toilettes ?» et « Qu’est ce qui est vert et qui va sous l’eau ? », il sauva notre après-midi !!! T’es le meilleur Colin !!!

cybelle planete carnet de bord 2019 11

Jour 4 et 5 – 25 et 26 juin – En route vers le grand large !

Ahh ! Voilà les choses sérieuses !! En plus de pouvoir observer les cétacés, j’avoue que j’attendais avec impatience cette nuit au large !!
Certes, nous n’avons pas eu beaucoup de chances avec les cétacés en cette journée ; mais se retrouver au milieu de nulle part et s’y coucher était juste incroyable !!!!
Le quart de nuit restera aussi l’un de mes plus beaux souvenirs : lune rouge, ciel étoilé, bonne houle, vent chaud, puis ce battle de blagues avec Colin… que demander de plus !
Je profite de ces quelques lignes pour remercier Colin, ce super écoguide qui m’a beaucoup appris. Pas en blague, mais en zen attitude, connaissance, sympathie et qui selon moi, fait un excellent écoguide. MERCI 
POINT MUSIQUE… merci pour tous ces instants « cuisine » en musique, « baignade », en musique, « apéro » en musique ! Ta playlist, Colin, est digne d’un DJ californien (et je sais maintenant ce qu’est la « synthwave »)
PS : nous attendons toujours la mousse au chocolat, tant annoncée, de Colin.

cybelle planete carnet de bord 2019 14

Jour 6 – 27 juin – Belles surprises de la journée

Nous avons passé notre avant-dernière nuit près de Cavalaire dans une petite baie bien jolie, avec le chant des cigales.
Nous sommes partis tôt pour profiter de notre journée et du temps exceptionnel qui s’annonçait. La mer était d’huile. Nous avons croisé le matin 2 dauphins qui nous ont largement dédaignés. Par contre une multitude de pélagies a tapissé la mer à certains moments…. Oups ! pas le moment de prendre un bain.
Et puis, grand bonheur… une tortue est passée près du bateau et plus tard 2 poissons volants !
Et le clou de l’après-midi : un cachalot. Au premier abord nous avons pensé que c’était un rorqual… mais non. Le souffle était en biais, un peu sur le côté !!!! ouiiii un cachalot ! Nous étions tous scotchés !! Les appareils photos ont chauffé…. Nous aussi. Nous ne voulions pas rater le moment où il allait repartir sonder en montrant sa caudale… C’était un instant magique.
Dernière soirée, les jeux étaient au RDV, et les éclats de rire très nombreux !
Enfin, un grand merci au capitaine Antonio, qui nous a régalé de ses talents de cuisinier (vive le potage pâte/patates  ) mais surtout de ses talents de marins ! La traque du cachalot notamment était mémorable !

cybelle planete carnet de bord 2019 16

cybelle planete carnet de bord 2019 13


Expédition du 29 Juin au 05 Juillet  au départ de Hyères

JOUR 1 – samedi 29/06/2019

• Point météo : caniculaire
• Activités humaines : des centaines de bateaux stationnés au port.
• Observation 1 : trois individus juvéniles non identifiés... Serait-ce des écovolontaires ?
• Observation 2 : skipper de type malade enchevêtré dans un tartare.
• Observation 3 : suivi d'un Colin des cales du bateau jusqu'à la capitainerie, en passant par le « 8 à huit ».
• Observation 4 : observation de l'activité marine par l'intermédiaire du power point et des connaissances de notre écoguide Nathan.
• Observation 5 : livraison des courses
• Observation 6 : macrodéchets

JOUR 2 – dimanche 30/06/2019

Notre skipper étant rétabli,
Du port de Hyères nous sommes partis.
Petit à petit nous avons découvert
La sécurité et les mal de mer.
Chacun ayant pris connaissance du planning
C'est parti pour les quarts d'observation !
Tortues, Véllèles, mais pas d'aileron à l'horizon...
Lot de consolation : une séance de snorkelling !
Après une belle journée, mouillage aux Ambiers.
Nous avons pu découvrir le patois marseillais.
Pâtes et ratatouille pour le repas du soir,
En songeant à demain nous gardons bon espoir !

cybelle planete carnet de bord 2019 17

JOUR 3 - 01/07/2019

Réveil à 7 heures, bien motivés. Malheureusement les animaux beaucoup moins.
Une journée un peu calmes mais très agréable tout de même ; et qui se terminera en apothéose devant le magnifique panorama des Calanques de Marseille.
Cerise sur le gâteau : notre écoguide, régional de l'étape, nous en a offert une visite guidée fort instructive.
Baignades, of course ! Et bien sûr pour le repas du soir, un plat traditionnel marseillais : la tartiflette !
En conclusion de cette soirée : une partie endiablée de belote coinchée qui se soldera par la défaite cuisant de Valentine et Colin.

cybelle planete carnet de bord 2019 20

JOUR 4 – mardi 02/07/2019

Une journée qui ira crescendo dans les surprises et l'émerveillement.
Après une départ calme des Calanques, nous apercevons quelques tortues, mais guère plus...
Une salade de pain/tomates plus tard, nous observons nos premiers Dauphins de la semaine !
Plus incroyable encore : une Raie Mobula (également appelée Diable de mer) a réalisé un magnifique saut devant nos yeux ébahis juste avant la fin du quart d'observation !
Pas de mouillage ce soir, nous dormons en pleine mer. Pour les amateurs de sensations forte, baignade en pleine mer par 2500 mètres de fond et à 70 km des côtes.
Au moment de passer à l'apéro, le bouquet final de cette merveilleuse journée débute : chasse de Thons bondissant à quelques mètres du bateau, suivi d'un spectacle de sauts et cabrioles de Dauphins bleu & blanc.
Pour le repas du soir, de délicieuses pasta alla norma cuisinées par notre super skipper, Antonio.
Nuit en mer : une belle expérience sous un ciel saupoudré de milliers d'étoiles et sur une mer parsemée de Pélagies. Pas grand-chose à signaler, si ce n'est un gros bateau et une libellule.
Il faut tout de même porter à votre connaissance la présence d'un bateau de type pétrolier géant, très étrange, qui est passé non loin de notre bateau à 5 heures du matin.

Enigme : Pourquoi les thons sautent-ils à la surface de l'eau
Réponse : Pour acculer des sardines ! (attention ce n'est pas ce à quoi vous pensez...)

cybelle planete carnet de bord 2019 18

JOUR 5 – mercredi 03/07/2019

« La chasse et la rencontre »

6h30 : réveil difficile pour le premier quart. Quelques dauphins au loin qui nous donnent du courage pour la journée ! Deuxième quart : un souffle de Rorqual apparaît soudain à l'horizon. La traque commence. Notre cible se joue de nous. Un coup devant, un coup derrière, nous sommes perdus... Abandon ...
Trente minutes plus tard, de nouveau l'espoir apparaît... Un souffle ! La traque reprend. Soudain, un aileron surgit des profondeurs abyssales. Nous le suivons et avons le privilège de l'admirer de bout à bout, de la tête à la caudale, en passant par la dorsale.
Nous voilà requinqués, mais une petite sieste s'imposera tout de même. Nous terminerons la journée par un bon plat d'hiver, lentilles con chorizo.

cybelle planete carnet de bord 2019 19

JOUR 6 – Jeudi 04/07/2019

Premier quart 8h, dernier jour, on doit tout donner, motivés comme jamais ! Manifestement la nature l'est un peu moins... Même elle nous offrira quand même une tortue, un poisson lune et une horde de dauphins (confondus pour cause d'espoir avec des globicéphales).
Initiation voile
Découverte de la navigation silencieuse et élégante que nous propose Eole. Les alizées nous amènerons finalement à la splendide et inaccessible plage de la Badine.
PS : Passez à droite pour l'accès à la plage (peut-être ;) ? )

CONCLUSION de la semaine :

Marie : Cette expédition fut une expérience exceptionnelle tant au niveau nature qu'au niveau humain, malgré un petit temps d'adaptation la vie à bord se révèle plutôt agréable. Cette semaine offre le privilège de voir des animaux incroyables et d'expérimenter la vie en communauté avec des personnes autant intéressés qu'intéressantes.
Valentine : Cette semaine fut forte en émotion entre la rencontre avec les dauphins et la chasse aux rorquals ponctué de bons petits plats ;) . Expérience à refaire ne serait-ce que pour l'apéro, l'ambiance et les chansons.
Benoît : Contrat rempli pour Cybelle. Une expérience unique qui a répondu à toutes mes attentes voire plus... La promiscuité s'efface devant la bonne ambiance du bateau, quant à un éventuel mal de mer, il disparaît en même temps que les animaux apparaissent. Leur rencontre est difficilement descriptible... magique est peut-être ce qui s'en approche le plus. Bref une semaine de rêve !!!
Colin : Une belle semaine, peut-être pas en terme d'observation, mais en chaleur humaine, en rire et en chanson ! La bonne humeur et le partage a régné à bord et je garderai un excellent souvenir de cette équipe !

Merci Cybelle !

 


Expédition du 06 au 12 Juillet au départ de Hyères

Samedi 6 juillet

Après avoir cherché le BBKing, nous nous rejoignons sur le Diapason. Après avoir mouillé à la Badine, petite descente en apnée pour Canelle qui a repêché la montre de Cathie (boulette n°1, la liste est longue...)

cybelle planete carnet de bord 2019 21

Dimanche 7 juillet

Départ de Hères pour Saint-Tropez. Sur la route nous avons croisé le chemin de dauphins bleus et blancs. Boulette n°2 : Cathie perd ses lunettes à 2000m de fond ! La baignade au mouillage nous a permis de passer quelques minutes en compagnie d'une raie torpille au pied du bateau. Vient l'heure de l'apéro avec les délicieux punchs de notre éco-guide barman dont la recette demeure secrete... nous nous sommes demandé alors si le soleil ne nous avait pas trop tapé sur la tête en voyant le vol d'un goéland rose ! Mais ce volatile avait bien le plumage tagué...

cybelle planete carnet de bord 2019 22

Lundi 8 juillet

Sur la route pour Cannes le colis d'anniversaire de Canelle, Valentine et Cathie est livré : les rorquals ! En approchant les côtes, la pression est relâchée : photo du groupe avec la bonne tête de notre éco-guide en premier plan. 2 sc plus tard un aileron gris fend les flots, requin !!! Il ne s'agit en fait que d'un poisson lune un peu pato...Le soir : gâteau chocolat banane pour les 3 anniversaires.

cybelle planete carnet de bord 2019 23

Mardi 9 juillet

Départ matinal avec démarrage du moteur à 5h45, premier quart d'observation à 7h. Après 4h de silence radio, pause hydrophone au dessus du chapeau chinois. La bonne vue d'Antoine le super skipeper permet de suivre le premier rorqual de la journée. Repas du midi dans le carré ou en livraison sur le pont pour les observatrices. Au loin, 2 souffles apparaissent, un vertical et un oblique, ce qui signifie « cacholot en compagnie d'un rorqual ». Le cachalot sonde, on suit donc son copain rorqual puis on écoute le cliquetis du cachalot, que l'on finit par retrouver. Photo identification réussie et sensations fortes assurées ! Succession de suivi de 4 rorquals dont une mère et son petit. Visite de dauphins bleus et blancs qui viennent jouer à l'étrave.
Le Diapason commençait à dériver au large pour la nuit et le soleil débutait sa lente descente vers l'horizon. Soudain à 50m de notre voilier, un rorqual fait son apparition. Nous le surnommons plus tard Titi à l'encontre de l'éthique scientifique. Titi est donc resté une bonne heure tout près du bateau, a montré une fois son bidon, une fois sa caudale, bref un vrai bout entrain ce Titi. Puis une idée fusa dans nos esprits : mettre la gopro dans l'eau. Alors Nathan, plein de bravoure, s'allongea sur la plateforme arrière et plongea le bras dans l'eau pour filmer (les images sont d'ailleurs magiques). Les dauphins un peu jaloux peut-être ont foncé sur nous sans s'arrêter. Titi resta et clotura son spectacle avec un souffle arc-en-ciel (trop girly hein ?!).

cybelle planete carnet de bord 2019 24

Mercredi juillet

La nuit du mardi s'est déroulée en mer sans soucis notable. Les tours de quarts ont été répartis sur l'ensemble de l'équipage sauf notre skipper de choc qui intervenait quand nécessaire. Nous avons croisé quelques ferry, cargos, voiliers, bouées clignotantes indéterminées, de beaux éclairs. Chacune d'entre nous était sur le qui-vive en mode radar permanent. Réveil vaseux pour commencer l'observation à 7h du mat. Et c'est parti pour la journée.
Nous avons vu très tôt des dauphins bleus et blancs qui n'ont fait que passer. Dans le reste de la journée nous avons vu une raie mobula fort sociable pour une raie, elle s'est laissée approchée 4 rorquals dont 1 un peu timide contrairement aux précédents. En rentrant au port avons vu une raie indéterminée qui nous a régalé les yeux avec sa nage gracieuse. Nous avons pris u coffres près de Port Cros pour y passer la nuit. Avant le coucher du soleil, nous avons pu observer de nombreux poissons côtiers (castagnols, sars, saupe) ainsi qu'une anémone et une nacre. Puis arrive l'heure fatale de la douche froide, enfin ça dépend pour qui...
Puis notre skypper de choc nous a fait une pizza spéciale Antoine. Un régal. Extinction des feux à 00h30.

cybelle planete carnet de bord 2019 25

Jeudi 11 juillet

Aujourd'hui, cap sur la carotte ou la patate magique de Nathan (musique à fond sur le bateau !) !! Le matin fut assez tranquille avec un rdv des dauphins bleus et blancs uniquement « tu parles d'une patate magique » commençait à ronchonner Antoine. Mais finalement, après un bon repas et une baignade au large, un souffle de rorqual fit son apparition. Puis l'après-midi suivi avec encore 3 autres rorquals ( !!!). Séance de voile pour rentrer car la mer était passée en niveau 3 (et pour les sensations aussi).
Mouillage à la Badine avec comme menu du soir une raclette/fondue. Petit topo sur les techniques d'identification avec les photos id et sur l'évolution des mammifères marins. Prêts à s'endormir, l'ambiance est finalement repartie avec une playlist d'enfer où nous dansions tous comme des Korrigans autour de la table du cockpit. Couchés à quasi 3h tous entassés ou presque dans le cockpit, pour une belle nuit en plein air sous les étoiles.

Vendredi 12 juillet

L'aventure touche à sa fin, ce matin c'est rangement au programme puis une bonne douche bien méritée !

Conclusion de la semaine :

Super semaine avec 16 rorquals au compteur, des dauphins bleus et blancs, une raie mobula, un cachalot, une baignade à 2500 m de fond, un cours de voiliers et surtout, surtout, une très bonne ambiance !!
Un immense merci à Nathan et Antoine qui ont su supporter avec humour et bonne humeur nos envolées lyriques à chaque observation d'un animal et qui ont répondu autant que possible à toutes nos envies et propositions.

cybelle planete carnet de bord 2019 26

 


Expédition du 13 au 19  juillet au départ de Hyères

Samedi 13 juillet 2019

Thaïs, Thierry, Claire, Eva, Yvan, Elsa, Cécile

Ecoguide : Marie Capitaine : Pierre

On mouille à la Badine en faisant attention à la posidonie. Premières observations : un gabian (goéland), des sars (à tête noire ?), des oblades qui font ble ble ble quand on jette les miettes de pain ( !). Premières pâtes cuites à l’eau de mer : délicieux… !

Dimanche 14 juillet

Allez, je me lance, je mets les voiles, stylo bille bleu mer poussé par les vagues et le vent. Nous sommes en pleine mer, ça sent bon le large, ça berce et l’horizon nous entoure. Le chef de bord veille, Elsa écrit sur son carnet, Cécile fait le plein de beauté. J’ai fini mon tour d’observation et nous sommes relayés par une mangeuse de banane, Eva, tandis que Thaïs scrute l’horizon avec les jumelles. Yvan est face au sud ; du moins, je crois que c’est le sud car j’ai repéré le soleil et j’ai appris à l’école qu’il se levait à l’est et se couchait à l’ouest ; ça y est, j’ai manipulé l’I-pad avec l’aide de Marie.

D’Australopithèque, j’accède au grade d’Homo habilis. Nous avons vu un dauphin commun qui a daigné faire un saut pour bien se montrer. De temps en temps, la radio s’exprime dans le carré, ça ajoute une pointe de sérieux à notre aventure. Thierry, dans son bermuda jaune, s’est posé sur le siège en bois dans le cockpit. C’est que j’apprends du vocabulaire… Il est 9h55 et j’ai droit à une petite pause avant de préparer le déjeuner. Nous formons un bel équipage solidaire. C’était mes premières notes du soleil levant.

Suite : Aux alentours de midi, Thierry et Yvan ont gagné leur titre de Pêcheur d’intrus. Monsieur Minion était couché sur l’eau, les yeux grands ouverts. Il a fallu s’y reprendre à trois fois mais les deux vaillants pêcheurs l’ont récupéré au bout de la gaffe. Monsieur Minion ne finira pas dans le ventre d’une tortue ou il n’ira pas rejoindre le terrible océan de plastique. Maintenant, il est à bord du Diapason. Petit élan poétique après le repas de midi : l’immensité de la mer me permet d’admirer la proximité de l’infini. Ce qui me vient en pleine figure c’est la beauté puissante de la vie. On a certainement tout dit sur la mer. La fascination qu’on en a est un chant inlassable. Aucun silence ne se tait vraiment face à elle. Les yeux, le coeur, le sang, tout parle et se déploie dans son balancement. La mer raconte le coeur des hommes. Mais elle raconte aussi tout ce qui le dépasse. Je rêve de contrées lointaines et d’éternité, habitée d’une force qui m’emplit de jeunesse.

Pour ma part, ce sera un peu moins poétique. La mer, ce sont aussi ce qu’on appelle les fortunes. En l’occurrence, elles ne sont pas graves. C’est Thaïs qui a perdu ses lunettes de soleil pendant son quart d’observation en fin de matinée. Dans l’après-midi, la casquette Cybelle Planète de Marie est allée rejoindre la grande bleue. Plusieurs tentatives de récupération sont restées vaines. Au fait, pardon pour l’écriture mais je rédige alors qu’on a une petite houle de face qui occasionne des mouvements et quelques embruns.

cybelle planete carnet de bord 2019 30

Lundi 15 juillet 2019

L’anse abritée de Port-Cros nous a permis une nuit plutôt paisible ; ça valait mieux quand on connaît la suite. Marie a estimé que le meilleur moyen de rallier l’île, c’était de le faire à la nage. A moins de cent mètres du but, une dame sur un Zodiac du parc national est venu nous dire qu’il est interdit de se baigner dans le port et nous prier de retourner à bord… Ce que nous avons fait, de plus ou moins bonne grâce. Il ne restait plus qu’à gonfler l’annexe. En deux allers-retours, le valeureux équipage était à Port-Cros, sauf Pierre, resté à bord, un coup de vent étant annoncé. De Port-Cros, on est monté au fort puis jusqu’à la plage de la Palud (une demi-heure de marche) où se trouve un sentier sous-marin.

L’endroit est sympa mais le plaisir était un peu gâché par la présence de méduses. On a vu un coup de vent avec orage venir du large. De ce fait, on a été content de voir Cécile et Thaïs, les deux plus téméraires. Sur le chemin du retour, on a reçu deux ou trois gouttes. Rien de bien méchant.

Deux navettes d’annexe plus tard, tout le monde était de retour à bord. Marie présentait des épaules de déménageur après tous ses efforts aux pagaies.

Tout le monde a bien apprécié la salade composée obligeamment préparée par Pierre pendant tout ce temps. En fin d’après-midi, on est reparti pour deux heures à la voile (chic !) pour aller chercher un mouillage sympa. Pierre pensait à Porquerolles. Finalement, dans le jardin de Manu Macron, c’est-à-dire au pied du fort de Bregançon. En chemin, tout le monde s’y est mis pour préparer un gratin dauphinois dégusté dans la baie du Diable –c’est son nom ; on a compris pourquoi… Malgré une mer d’huile, le bateau a roulé toute la nuit…

cybelle planete carnet de bord 2019 32

Mardi 16 juillet 2019

Partis de la baie du Diable, nous avons pris plein Est vers la faille des 2500 mètres et le chapeau chinois, ce qui correspond aux fosses marines, là où nos prédécesseurs ont vu plusieurs rorquals la semaine dernière.

Chemin faisant, si l’on peut le dire comme ça, on a croisé quelques dauphins Stenella, des petits, et plus tard une tortue caouanne. Le reste de la journée, les cétacés étaient aux abonnés absents, sauf deux dauphins tursiops en début de soirée. A part ça, la pêche aux déchets a continué : un flotteur de pêche, de caissette de polystyrène et une bouée en forme de cygne dont la tête et le cou ne se gonflent plus, au grand désespoir de Thaïs. Ah oui, un ballon aussi.

cybelle planete carnet de bord 2019 28

Mercredi 17 juillet 2019

La nuit en mer a été calme. Certains quarts ont pu admirer l’éclipse de lune. Au petit matin, Marie était un peu pessimiste du fait que nous n’avons pas vu de phosphorescense donc de plancton cette nuit. Mais la suite a démenti cette intuition. Très vite, nous avons vu des rorquals que nous avons pu bien approcher. Une rencontre émouvante. Leur observation nous a occupés toute la matinée. Pendant le repas de midi, alors que nous faisions route vers l’ouest et la baie de Saint-Trop’, ce sont plusieurs bandes de petits dauphins (des stenella) qui nous ont fait un brin de conversation. Le début d’après-midi a été beaucoup plus calme. Et le reste de la journée aussi.

Passer une nuit en pleine mer est une expérience extraordinaire. Perdus dans cette immensité, nous flottons avec l’impression d’aller nulle part, perdus, errant on ne sait où… sans autre choix que de faire confiance aux éléments… Nous sommes si petits et la nature nous a encore bien gâtés aujourd’hui. C’est une merveilleuse sensation. E.M
Après la nuit vécue dans la baie du Diable, on pouvait nourrir quelques appréhensions quand Pierre nous a annoncé qu’on mouillerait devant la plage de l’Enfer, près du golfe de Saint-Tropez. Finalement, ça s’est avéré être un mouillage… d’enfer !

cybelle planete carnet de bord 2019 27

Jeudi 18 juillet 2019

Eh bien voilà ! La mission s’achève déjà. Au mouillage à Porquerolles, on profite d’un peu de farniente et de baignage autour du bateau. Pour ce dernier jour, pas de cachalot, de steriops ou de globicéphales. Ces ingrats nous ont snobés alors qu’on est venu exprès pour eux…

De la plage de l’Enfer, on a tiré un grand bord plein sud avant d’obliquer vers l’ouest. On a encore bénéficié d’un très beau temps. En revanche, on a eu une houle à affronter, ce qui a rappeler à Eva ce qu’est le mal de mer, heureusement bien moins qu’au début. Une fois protégé par l’île de Porquerolles, on a mis à la voile et, successivement, Eva, Claire, Thaïs et Yvan se sont essayés à la barre.

cybelle planete carnet de bord 2019 29

vendredi 19 juillet 2019

Hier soir, c’était fabuleux. Baignade dans une eau bien chaude, rêverie avec Thaïs dans l’annexe qui nous berçait au soleil presque couchant. Nous avons imaginé notre survie après un naufrage, sur une île inconnue des hommes. Quelles étaient les priorités ? Où trouver de l’eau potable ? Que manger ? Des vers de terre, des racines, des coquillages… Comment faire du feu ? Comment se fabriquer des sortes de chaussures ? Et les vêtements, les bêtes sauvages, le froid de l’hiver, l’exploration de l’île, la chasse, les maux divers… Un moment d’évasion plein de rêves et de rires.

Un petit mot sur chacun. Notre capitaine, un vrai, un garçon formidable aux multiples compétences (je ne les compte plus !) Un jeune homme éblouissant dont les parents peuvent être fiers. Et nous aussi, on est fiers de notre Capitaine ! Marie, oh la la ! Une Super-Femme, la force et le courage, scientifique, exigeante, ferme et généreuse, efficace, solide comme un roc, marchant pieds nus sur les cailloux pointus… Eva, une petite femme pleine de courage aussi, capable de sauter par-dessus le bateau, accrochée comme la fiancée de Tarzan à une sorte de corde ; une fille souriante, au caractère trempé. Yvan, un homme rempli d’humour, très sensible, doux et respirant la gentillesse, serviable et capable d’affronter ses peurs. Sa jolie petite femme, Elsa, une danseuse permanente. Ses pas sont une danse, tout comme son sourire ; douée en plein de choses et cuisinière hors pair. Cécile, une très jolie jeune femme à la douce voix, gentille elle aussi comme une fleur qui s’ouvre le matin. Et notre Thaïs ! avec son sourire coquin, joueuse, rêveuse, courageuse, joyeuse… Thierry, mon amoureux, tellement gentil aussi, un vrai marin, un vrai pêcheur d’étoiles. De tous, je suis la moins courageuse mais quand même, quand même… j’ai nagé avec trois mille mètres de fond sous mes pieds, avec des requins peut-être pas trop loin. Finalement, je me sens l’âme d’une femme-marin. La mer est tellement large, vivante, mouvante, changeante et si belle ! Merci à tous pour cette expérience unique, remplie de richesses humaines et aventureuses. J’ai appris plein de choses. Ne reste que l’Ipad… ce vilain… un dur à cuire mais bon… pas grave. Pendant que je tape sur le clavier, ça astique sur le pont du Diapason. Il brille comme un sou neuf, comme la nacre d’un coquillage. On a peut-être accosté à la baie du Diable et à celle de l’Enfer, mais en ce qui me concerne j’étais en permanence au Paradis. Bisous à tous et encore merci. (Claire)

cybelle planete carnet de bord 2019 31

 


Expédition du 20 au 26 juillet au départ de Hyères

Samedi 20 juillet

10h, accueil par notre ecoskipper Pit et notre Ecoguide Marie au pied de notre bateau le Diapason.

Tous les Ecole volontaires enfin réunis et installés, le topo scientifique peut commencer. Présentation de nos outils de travail, revue de cétacés et autres oiseaux marins. Pendant ce temps notre super ecoskipper nous concocte une super salade pour notre déjeuner ,un régal!

Le ravitaillement arrive enfin et tout le monde est à pied d'œuvre pour un rangement rapide et efficace. Nous attaquons le topo sécurité puis direction le mouillage de Porquerolles. Pause baignade pour la team Cybelle, pendant que d'autres s'adonnent à l'activité pagayage. Nous avons même eu le droit à une séance photo avec Alizee et sa super invention pour ne pas perdre ses lunettes de vue (un cordon de lunettes fait à partir de son pareo)

S'en suivit la préparation du dîner avec une belle salade de Boulgour refroidie a même la mer. Opération périlleuse menée avec succès. Dernière baignade au cours de laquelle Theo a perdu sa bague engloutie par les posidonies et recherchée en vain. Puis première nuit, enfin sauf pour Pierre.

cybelle planete carnet de bord 2019 39

Samedi 20 juillet de légende:

Les moussaillons sont prêt à monter à bord du Karaboat
Après le topo du Captain (yoyo) Pit Baccardi et un repas fort goûtu, ils décidèrent de partasse à toute berzingue sur les flots.
Cap sur Porquerolles pour le mouillage. 50% des troupes sondent les fonds à la recherche de trésors enfouis pendant que les 50% restant embarquent à bord de la barquasse en direction de la terre promise qui abrite le Kriken de terre. Ils envoyèrent leur pagayes dans ses multiples rotule set reparterent vainqueurs.
Un des mousses, trelawney, mutila sa parure pour sauver son monocle et paraître swap.
Nous festoyames autour d'un gueuleuton préparâte au cul de poule dans la houle déchaînée.
Le mousse cadet(qui n'en bu pas une goutte), perdîme alors son precieuuuuuux
Une équipe partie en apnée dans les abysses, hélas, la mission échoua,le précieux resta prisonnier à tout jamais des possidonies.
Ayant eu vent de ce qu'ils attendrait le lendemain, l'équipage discipliné se coucha a 22 UTC (sauf Mopheus le bleu)

cybelle planete carnet de bord 2019 38

Dimanche 21 juillet

Tout le monde sur le pont à 6h30 au son du clairon, petit-déjeuner de qualité et copieux (y' avait même du lait concentré sucré). Premier topo observation: des puffins et des bateaux + un repêchage de bouée glace. 2e topo observation: repêchage d'un bidon.
Déjeuner preparé avec amour d'une salade de Boulgour
Repêchage par Pierre d'un bout de polystyrène rongé de cloportes et de guano.
Moult chasses aux thons furent observées. De belles photos furent prises et nous fûmes bien secoués.
Cependant, aucun dauphin ne surgie des fonds marins. Il y a eu de la houle à balle,on a beaucoup penchés mais nous ne derivâmes pas, même si dans l'antre du navire Alizée se prit l'intégralité des murs.
Toutes voiles sorties, notre ecoskipper nous mena à grande vitesse (supérieur à 8 noeuds) dans la baie de Saint Trop au milieu de yachts clinquants.
Ensuite nous avons fait un apéro et du poulet arrosé au vin blanc.
Baignade,lavage,essorage,rinçage,séchage.
Pas: on a pimpé une bouée (PIMPÉ MY BOUÉE)

Dimanche 21 juillet de légende

Aux aurores, tout l'équipage est sur le pont prêt à ingurgiter leur pitance, la purée de poix envahissait l'horizon.
Mégaptera fit un topo au reste de l'équipage qui était toute écoutilles ouvertes.
Le bilan s'éleva à 3 gallions, 5 galères , 1 schooner et une demi barque (sûrement manger par un megalodon)
Également 8 ptérodactyles cendrées sont apparues.
Une gélatineuse géante fut également pêché
La fringale les prenant, ils prenèrent place autour d'un festin.
Après la festoierie, Captain Pit Baccardi se jeta a l'eau malgré vagues et tempêtes pour récupérer un morceau d'épave dérivant dangereusement sur la houle.
Plus tard, Moprheus le bleu se jeta courageusement dans la chaloupe muni d'un harpon de 12 mètres à l'assaut d'un gigantesque iceberg qu'on récupéra à bord en prévoyance du rhum du soir.
Le combat fut rude mais l'iceberg fut récupéré à bord' mais quelle fut notre surprise quand une fois à bord, des scorpions surgirent tout dards dehors. Le mousse cadet lutta et fut blessé .
Puis, VERDUN.
Un déchaînement, un déploiement de haine venant de multiples poissons cuirassés nommés dunkleosteus contredis sardinosaures.
Les ptérodactyles se joignirent à ce funeste ballet, déchiquetant les sardinosaures sans pitié
Une tempête nous mena à 2 doigts du naufrage, mais Captain Pit Baccardi, usant de son savoir faire et de sa force poseidonnienne, réussir relever la barre et à maintenir le cap malgré une inclinaison de plus de 70 degrés
Une course contre deux autres gallions peuples de bourgeois nous mena dans une crique paradisiaque fort UP, brillant de milles feux
Après une apnée abyssale le long de l'ancre et cherchant la surface des yeux, la dissection fine à la tronçonneuse de la gélatineuse géante commença.
Tripes et boyaux se déversèrent sur le pont. Nous récolta mes le sang de la bête pour en arroser la volaille dont nous allions nous sustenter.

cybelle planete carnet de bord 2019 34

Lundi 22 juillet

Lèves tôt pour certains, moins pour d'autres.
La journée commence avec Pit qui décida de coudre un accroché-brosse à dents sur son bob ( pour un sourire colmate en toute circonstance)
Puis on a ramassé des déchets
On a mangé une salade divinatoire suivi de plouf dans la belle bleu roy d'azur bleutée clair et pourpre sur le fond
Certains on même sautés par dessus la balustrade a l'aide d'un bout.
Pendant que d'autres (les mêmes en fait), hurlaient pour qu'on puisse les entendre dans le micro de l'hydrophone.
Nous nous sommes ensuite fait tracter sur les olives a cols roulés pour tenter de rejoindre la chasse aux thons.
Morphée le bleu a eu une promotion et remplacé Captain Pit à ses heures perdues.
Ont aperçu au loin un espadon en train de chasser
Et un diable des mers fut vaguement aperçu.
Quand SOUdAiN' un groupe d'une vingtaine de dauphins blanc et bleu apparu au loin!
Nous nous rapprochâtes et certains d'entres eux vinrent a l'étrave,c'était sensas
Mais soudain' un deuxième groupe d'une cinquantaine d'individus apparus, ici également il y avait des nouveaux nés.
Il y avait également un Jean Dauphin grincheux qui frappait l'eau de sa caudale en signe de mécontentement.
Il n'aimait vraiment pas l'humour drôle. Le mec était allergique au fun quoi.
Quand SOUDAIN, un 3e groupe d'une cinquantaine d'individus également apparu !
Des nouveaux nés étaient présents, ils vinrent jouer à l'étrave et sauter, nous montrant ainsi leur grâce et leur volupté .
Nous restames un temps, quand SOUDAIN, un Mola Mola apparu mais on se rendit compte qu'il était accroché à un hameçon, donc on repêchage la bouée de pêche et Captain Pit, à la force de ses bras, remonta la ligne.
On coupa ainsi une dizaines hameçons et on sauva 2 Mola Mola et une raie.
Une fois le sauvetage fini, on eu la chance de voir cinq six diables des mers à côté du bateau, c'était incroyable
Et pour finir en beauté, un dauphin solitaire arriva au soleil couchant et bondit intégralement hors de l'eau!
Pour nous remercier d'avoir sauvé ses cousins, Poseidon nous envoya un ballon cœur. Et on a pu assister à un ballet de pelagies.

 

Lundi 22 juillet de légende

Après avoir cousu son crochet a même son tricorne, la journée peut commencer pour Captain Pit Baccardi.
Une fois le banquet fini, une partie de l'équipage partie se rafraîchir dans la belle bleu roy d'azur bleutée clair et pourpre du le fond
Apercevant au loin une chasser dunkleosteus, la partie à la mer se laissa tracter par le navire a l'aide d'olives à cols roulés.
Soudain une licorne de mer sauvage apparu et bolossa les dunkleosteus.
Pendant ce temps Captain Pit Baccardi perdit son bras dans une lutte acharnée contre un thon de 500 kilos (au moins)
Tout à coup, une Armée de milles dauphins étincelant surgit des profondeurs, offant à nos mirettes ébahis un spectacle sans pareil, sautant en triple axels par dessus le navire sur fond de soleil couchant instantané .
N'eût été la présence du petit jean dauphin grincheux (qui est allergique à l'humour), le tableau eut été parfait
L'équipage, régale de ce divin spectacle, aperçu un poisson lune de 800 kilos prit dans les filets d'un vil braconnier des mers peu scrupuleux de la vie marine.
Relevant le fil de pêche à la force de son seul bras restant, Captain Pit Baccardi sauva héroïquement, avec l'aide de Megaptera et de Mousse cadet' le molamola.
Megaptera sauva une raille d'une mort certaine qu'elle dressa ensuite pour en faire son Fidel destrier Holly surfer.
L'équipage sauva ainsi plusieurs créatures des mers, leur rendant ainsi leur liberté volée.
Poseidon, dans un élan de gratitude infinie,leur envoya un bal de diables des mers ainsi qu'un divin gratin accroché à une montgolfière en forme de cœur.
L'équipage savoura ce festin avec les diables des mers, entouré d'un ballet de gélatineuses de 4 mètres d'envergure.
Pour clore cette journée riche en aventure, Neptune leur envoya un dauphin scintillant effectuant des ricochets dans la lumière du soleil couchant.
L'équipage commença sa veille de nuit ou le regard bienveillant d'une lune rouge de sang (la on est sur un alexandrin) prêt à affronter de nouveaux périls.

cybelle planete carnet de bord 2019 33

Mardi 23 juillet

Après une pleine mer, sans rien a signaler hormis quelques dauphins et espadons., la journée commença.
La première obs nous offre mouuuult chassés de thons ainsi que quelques stenela qui sont ensuite partie en chasse de thons (#redondance)
On a même aperçu une libellule, ce qui ne manqua pas d'impressionner le capitaine.
Deux tortues sont aperçues (trop mignonnes) et pendant un arrêt plongeon, où certains s'essayerent au saut pamplemousse, le Cap'tain nous fait croire qu'une tortue était apparue à l'avant du bateau (très mature, bel esprit)
Après un repas délicieux,un banc de thons est passé sous notre bateau.
Au fait, la libellule devint le fidèle acolyte de Pit et fut baptisée Pierrot.
Après, on a rien vu. On a prit un fantastique apéritif sur le pont avant du bateau.
Un beau moment de rigolade pour tout l'équipage.
Ensuite on s'est installés pour manger le fameux saucisse lentilles éclairés par la pourpre lumière du soleil couchant.
Quand soudain surgit face au vent (#indochine), un groupe de dauphins. Dernière observation de la journée.

Mardi 23 juillet de légende

Le soleil se lève sur le gaillonpour une nouvelle journée d'aventure.
Les moussaillons guetten l'horizon quand SOUDAIN des stelenosaures surgirent par milliers pour chasser le dunkleosteus.
Perdus dans la brume, pierrot apparimes et montrate la voix au Captain Pit Baccardi. Une grande amitié naquit ainsi.
Pierrot, tel un faucon, resta sur l'épaule bronzay du Captain.
Soudain, on croisa un donatello et un Leonardo en swimming suit, qui nous montraient leur pecs, mais ces tarbas nous snobâtes et plongeatent en dénigrance pour nos pauvres âmes.
Le bateau tomba en rade complet, de la, le Captain nous fit croise que donatello, harnaché au bateau, nous tractait à travers la brume. MAIS EN FAIT c'était pierrot qui nous poussait.
Après un repas copieux, nous entendimes une douce mélopée : sont ce la des sirènes? Mais non c'était un banc de moules. Yes.
Ils picolèrent joyeusement a l'avant du bâtiment, quand soudain un dauphin vint quémander sa bière et de joigni à nous, le tout sur fond de couché de soleil orangé pourpre fushia #trobo #livingmybestlife #aperofinstagram
Puis la garde de nuit commença

cybelle planete carnet de bord 2019 35

Mercredi 24 juillet

Le soleil se lève dans une très chouette palette de couleurs roses.le capitaine se réveille et voit dans l'annexe le pauvre corps inerte de Pierrot. On a vraiment cru qu'il était mort, mais Pit, réussi à le réanimer grâce au pouvoir de l'amour.
La matinée est plutôt calme, on croise surtout des pelagies, des dauphins et des diables des mers.
Pendant ce temps, l'équipe cuisine s'affaire, 2 quiches, une salade, un gâteau et du tatziki!
Après un copieux repas, c'est reparti pour les observations.
On a plus de 130 puffins posés au même endroit sur l'eau.
Soudain, au loin, on aperçoit de gros splash !
C'était un très gros diable des mers.
Puis des soufflés, les premiers de la semaine.
On décide de se diriger vers eux.DES RORQUAaAAalS
Les premiers gros mammifères observés depuis le début de la mission!
Trop d'émotions, ahlahlaaaaah
On reprend joyeusement notre route, quand soudain, de nouveaux, des grands sauts à l'horizon.
On les suit, et finalement, ce sont des cachalots!
2e grosse surprise de la journée, on les voit plonger, du coup, TAC, on sort l'hydro ! On peut les entendre cliqueter
Ils restent longtemps sous l'eau donc on reprend notre route
Sur le chemin, on revoit des soufflés de cachalots, ils sont deux, très prêts du bateau.
Super spectacle ! En plus, des dauphins viennent se mêler à la danse, la cerise sur le gâteau pour la fin de la journée :)
Toutes voiles dehors, on se dirige vers notre point de mouillage, Pierre et Pierre à la barre.

Mercredi 24 juillet de légende

Heuuuuuu.....hmmmm.....heeeeee.... Malgré la roseé du matin, la beauté de la lueur et du joufflue entachée par la vision sinistre de pierrot, les deux ailes ballantes dans l'annexe.
Chloctopus nous dîmes: pourquoi n'utilises tu pâtes ton souffle légendaire matinale pour le ramenâte et à la vie?
D'un élan d'affection, pierrot fut sortie de son piètre destin, l'eau bénite du Karaboat remîmes pierrot sur ses patounes.
Ne une in deux le vent soufflâmes dans les voiles de pierrôtes.
Megaptera fut captivée par 8000 dolphinators qui apparîment magicalement à travers la brume.
L'heure du banquet sonna et tel un cordon bleu, Morpheus le bleu et son équipe avait passés trois jours en cuisine pour préparer une quiches au sardinosaures. Et Salah elle était bonne.
La vigie repéra 350 oiseaux de paradis puis ensuite l'équipage repéra le souffle vaporeux du divin rorqual qui ne manqua pas de laisser l'équipage pantois.
N'eût été du souffle putride largué lourdement par un groupe de cachalax prêt à en découdre. Pit Baccardi, pour qui "Sky is the limit", décida de foncer sur les hostilités. Les cachalax, impressionnés par tant d'audacé décidèrent de retourner pleurer en boule dans les toilettes des abysses.
Les dolphinators, d'abord alliés aux cachalax, se gaussaient d'eux avec moult condescendance et s'en allèrent en sautillant vers l'horizon.
Pete Baccardi souqua toutes les artimuses et estourbi toutes les écoutilles à bâbord afin de faire cap vers Porc Gros' à toute berzingue sur l'autoroute de la badassitude.
Ils lâchèrent l'ancre dans une petite crique paradisiaque (#pastaga #ondiraitlesud) où ils festoyèrent comme jamais. #yohoyohoetunebouteillederhum
Les étoiles brillèrent de milles feux au dessus de la tête des joyeux lurons berçant leurs éclats de rires.
Pas: cremax8000 décida d'aller se regarder l'intérieur des paupières pendant que Pit Baccardi, fidèle à sa tradition, pinta tout son équipage qui finit rôti (et certains à Azkaban) et les autres finirent a sourd system surround dolby digital imax 4K THX inc.

cybelle planete carnet de bord 2019 37

Jeudi 25 juillet

Réveil en douceur avec petit déjeuner et plongeon au milieu des pelagies.
Marie est montée tout en haut du mat, truc de ouf
Pendant la première obs, un mini diable des mers fut localisé. Peu farouche mais un peu stressé
Pour la 2e obs, après avoir aperçu des dauphins au loin, plusieurs bateaux, dont le notre, foncèrent vers eux. Il se trouve, après analyse, que c'était un Mola Mola.
Pendant le repas, des stenela sont apparu au loin et sont venus à l'étrave du navire.
Puis après manger, on a nagé et tenté de faire une photo de groupe sous l'eau, mais c'était pas hyper probant.
Donc, Pit a pris des photos depuis le cockpit en nous tractant, Jennifer a faillit perdre de nombreuse fois son maillot de bain.
Après cette séance photo, Chloé dépassa ses limites et plongea pour la première fois de sa vie, c'était si émouvant.
Ensuite, certains décidèrent de sauter depuis le bateau en s'élançant à l'aide d'une corde.
Pour certains' c'était un baptême de saut en corde, tout le monde se surpassa.
Cet équipage est décidément beaucoup trop courageux
On a repris la route et les observations, et là encore, après midi de folie!
Cap sur les cachalots, on a sûrement assister à une petite séance de parade amoureuse, puis on a vu une maman cachalot et son petit, oh oh, aaaah la laaaaa!
On reprend notre route, et là, apothéose, on voit des sauts de cachalot, WAOW, incredible !
Et enfin des caudales !
La journée se termine de la manière la plus épique qui soit, séquence émotion.
En se dirigeant vers le point de mouillage, on croise des dauphins une dernière fois, et Alizee, Theo et le capitaine Pitza Yolol, se mirent à faire des pizzas de pure folie, youhouuuu abondance de pizza
Pendant la cuisson, tout l'équipage se regroupe à l'avant du navire pour un clip dantesque et une photo de groupe dans la lumière des derniers rayons du soleil.
Ils s'apprêtent à dévorer les pizza avec moult appétit
Ps: aujourd'hui fut un grand jour, le capitaine Pit, sous le soleil de l'après midi et au milieu du balai de cachalots, Maria les matelots Alizay et Chloay, unies désormais à jamais par les liens sacré du mariage.

Jeudi 25 juillet de légende

Prank sa tourne mal, morpheus le bleu, pendant son bain matinal, se fait surprendre par un kraken venimeux et perd son bras (ça devient une habitude)
Il eut pu être sauvé si le captain lit baccardi était pas en train de se vautrer de son rocher pendant sa salutation au soleil.
Megaptera, d'un seul bras, se hissa en haut du mat (#alexandrin #poetau81212) et effectua un plongeon du saut de l'ange inspiré par mousse cadet, jusque dans l'œil unique du kraken pour venger la perte. Bras de morpheus.
Puis nous partates à l'assaut des mers
Quand soudain un rassemblement de gallions prenant en tenailles un molamola rebou attira notre attention.
Pendant le repas, les 10 000eme dolphinators apparurent, nous rendant fort jouisses, et un des dolphinator offrit une bouture de corail, à fixer sur son moignon, a Moprheus.
Le joyeux équipage sauta à la mer dans le but de se faire tirer le portrait par un molamolartiste .
L'équipage arrivait pas à poser et le molamola arrivait pas à peindre (l'aquarelle dans l'eau c'est pas ouf en plus)donc ce fut un échec.
Le capitaine revint à la barre et voulu punir son équipage de son manque de respect quotidien en s'élançant dans un tract âge tellement rapide que Diablifer et Dolphstine furent dépecées.
Chloctopus sauta pour la première fois du haut du mat en effectuant un quadruplé saut carpé arriere, rebondissant sur la voile pour s'en faire un toboggan, ce qui l'envoya vers d'autres cieux (#miaouss)
L'équipage s'entraîne à l'abordage en sautant à l'aide d'un bout jusque dans la mer déchaînée .
Nous reprîmes le large et Morpheus et Megaptera invoquèrent des cachalax qui surgirent de l'onde avec moult grâce et candeur.
Ce spectacle nous scia le cul
Nous surprimes aussi une esclouffade de cachalax , ce qui ne manqua pas d'inspirer Chloctopus et Molamolalizée d'enfin réaliser le rêve de s'unir par les liens sacrés du mariage.
Le capitaine, chevauchant l'un des cachalax' arriva la proue du bateau dans un rayon de lumière divin' tenant dans son ultime main les alliances en perles d'huîtres.
Toutes ces émotions creusèrent l'appétit de. L'équipage qui se mit âpre parer 18 pizzas sous le haut patronage de Pitzayolol.
La journée se fini donc après un dernier banquet/party on thé Karaboat (et ensuite sous,es grognements du capitaine qui voulait dormir en paix)

cybelle planete carnet de bord 2019 36


Expédition du 27 juillet au 02 août au départ de Hyères

Samedi 27 juillet 2019

Départ du port à midi et demi, cap sur St Tropez. Premier repas en mer : poulet rôti, chips, salade verte. Impossible d’accéder au sopalin situé dans la salle de bain car la porte de la douche bloque l’entrée ! Après un gros quart d’heure de galère et d’assemblage incongru de différents ustensiles de cuisine, on parvient finalement à ouvrir la porte. La mer est un peu agitée mais le voyage se déroule bien. Karine nous brief sur l’appli ObsenMer et Pierre veille à la barre. Arrivés au cap Taillat, un orage retentit à terre. On l’admire et on le prend en photo, visiblement, ça ne lui a pas plu car quelques minutes plus tard, on se retrouve au milieu d’une tempête. Pierre est ravi et ne manque pas de nous dire d’enfiler nos gilets. Sous un orage de grêle phénoménal, il parvient à nous maintenir à flot avec l’aide de Ludo et Emilio qui surveillent les bateaux alentours. Ainsi nous mettons à l’épreuve nos émotions et leur compatibilité. Une expérience commune crée déjà une cohésion dans notre groupe. C’est aussi l’occasion d’un baptême pour plusieurs d’entre nous, bizutés par la Méditerranée. Tous les nouveaux tiennent bon et gèrent ce qu’imposent les éléments à nos organismes. Certains sont impressionnés mais les plus expérimentés sont amusés par le vent, la grêle, les vagues. Une fois l’orage passé, les appréhensions dissipées, l’envie est bien là, nous entendons l’appel, celui de l’aventure de demain. Nous mettons le cap sur la baie de St Tropez. En chemin, nous croisons une chasse de thons. On jette l’ancre et on déguste un petit apéro en admirant la vue et les gabians qui réclament des chips. Le soir, nous avons dégusté des pâtes accompagnées de la sauce pesto-jus d’orange et aubergines de Karine. La nuit tombe et un nouvel orage se prépare… 21h30, l’orage éclate. Nous nous endormons tous dans nos couchettes pour cette première nuit à bord.

cybelle planete carnet de bord 2019 45

Dimanche 28 juillet 2019 :

7h00 : après une bonne nuit de sommeil, on se retrouve sur le pont pour le petit déjeuner. La mer est encore un peu agités et le ciel est gris : couverture nuageuse 100%. Le capitaine décide d’attendre un peu avant de prendre la mer, en attendant, chacun se prépare.
9h15 : on lève l’ancre pour le large. Sur le chemin encore agité, Pierre décide d’ouvrir le Génois pour profiter du vent, trois exocets décident de faire de même !
12h00 : on fini les pâtes de la veille en salade accompagnée de légumes, tout en continuant à naviguer. Pierre hisse la grande voile pour filer sur le vent, et on commence les observations.
14h09 : durant le premier quart, nous avons observé une Rhizostome.
Le deuxième quart a eu la chance d’observer une bouteille plastique dans son milieu naturel. A 15h22, un autre déchet plastique. Enfin des dauphins, trois dauphins bleus et blanc qui sont passés sous le bateau avant de disparaître dans notre sillage.
En chemin, Karine signale une plume flottant à la surface. Sans plus attendre, Pierre décide de la récupérer. Commence alors une pêche à la plume, Pierre tenant la corde de l’annexe, Karine dans l’annexe rame comme elle le peut avec ses mains vers l’objet de convoitise. Les efforts auront payés : le trophée finira sur le beau chapeau de Pierre.
Puis retour du calme, on fait une pause dans les observations pour se rafraîchir par 1500 mètres de fond.
Durant le dernier quart, en rentrant vers Antibes, un groupe de dauphins bleus et blanc apparaît devant nous. Nous les suivons quelques minutes avant de repartir. Sur le chemin, on voit un diable de mer sauter au loin.
Nous choisissons une crique d’Antibes pour passer la nuit. Un nouveau bain de mer pour explorer le monde d’en dessous et le soleil se couche doucement en dessinant un nouvel horizon.

cybelle planete carnet de bord 2019 40

Lundi 29 juillet 2019 :

Lever aux aurores et petit déjeuner mouvementé à bord d’un Diapason fendant les vagues sous la main d’acier du capitaine Pierre !
Après deux premiers quarts plutôt calmes, nous avons enfin reçu la visite de dauphins bleus et blancs juste avant le déjeuner. Pierre nous a concocté une délicieuse salade de quinoa que nous savourons tous ensemble.
Petite sieste post prandiale d’une dizaine de minutes qui nous a permis de prendre des forces. Au moment précis de démarrer le premier quart, de l’après-midi, de superbes globicéphales se manifestent autour du bateau. Nous en voyons d’abord 4 : des adultes avec un juvénile. La frénésie s’empare de nous : photos et vidéos en rafale, sans oublier de remplir l’application pour cet évènement totalement nouveau pour nous ! Ils sont attiré par le bateau, se montrent généreusement à nos objectifs jusqu’à atteindre un effectif de 18 individus. Certains nagent sur le dos, nous révélant leur ventre blanc et gris. Le premier quart de l’après-midi se termine avec cette rencontre globicéphalienne qui a durée au moins une heure. Les deux autres quarts qui ont suivi ont été bien calmes, jonchés toute fois de quelques dauphins bleus et blancs. Nous avons choisi de jeter les amarres dans la rade de Villefranche-sur-mer. En chemin, Robin élabore une magnifique perche à caméra à l’aide de la gaffe, celle-ci nous sera bien utile, merci Robin ! Petit apéro pour fêter notre rencontre avec les globis, tout en triant les nombreuses images capturées. Dégustation de lentilles accompagnées d’une saucisse de toulouse, de carottes, oignons, ail, lardons. Nous en profitons également pour écouter les sons pris avec l’hydrophone car nos amis aux longues pectorales avaient des choses à dire. C’était également l’occasion de partager avec la rade quelques musiques telles que Garou et Céline qui nous accompagnent malgré eux depuis plusieurs jours. Finalement, après avoir vu l’ISS passer à 400 km de nos têtes, nous retournons à nos couchages après cette journée de rêve.

cybelle planete carnet de bord 2019 41

Mardi 30 juillet 2019 :

Départ de Villefranche juste après le petit déjeuner. En chemin, on sauve une magnifique bouée Intexus pneumatica qui rejoint l’équipage. Tout de suite après, un diable de mer nous offre un balais aérien, malheureusement il était loin. Durant les observations, on a pu voir une chasse de thons très mouvementée ainsi qu’un groupe de bleus et blancs qu’on ne présente plus. La mer devient d’huile et les macrodéchets se succèdent. Quelques Pélagias dérivent tranquillement. Au loin, nous apercevons ce qui semble être un bout de bois, mais lorsque l’on s’en approche, il disparait. Notre capitaine, d’après sa longue expérience, nous assure qu’il s’agit d’une tortue. Nous n’aurons pas la chance de la revoir… Nous croisons la route d’un autre navire d’observation, d’après Pierre, il s’agitait de l’association « Participe future ». Avant de terminer les observations pour la matinée, un groupe de bleus et blancs avec de nombreux juvéniles passe près du bateau, mais en essayant de les suivre, il est clair qu’ils nous évitent. Nous les laissons donc et nous nous préparons à manger : une salade de pomme de terres ainsi que du guacamole et de la pastèque. Sur cette mer d’huile, une baignade digestive s’impose, une bonne occasion de tester notre bouée fraîchement acquise. Après quelques minutes de trempette, il est temps de repartir. Tandis que les derniers sortent de l’eau, un banc de bleus et blanc passe derrière le bateau. Quel timing parfait ! Ils nous ignorent totalement et nous reprenons notre route et les observations. Après quelques heures de calme, on entend le groupe chargé de l’observation crier « Globicéphales ». Tout le monde se précipite sur le pont mais rien à l’horizon. Soudain, une immense ombre se dessine à la surface de l’eau : les globicéphales étaient en fait 2 rorquals communs. Commence alors un jeu de « cache à l’eau » auquel les rorquals sont particulièrement doués. Karine est à l’avant et mitraille les rorquals avec l’appareil photo, mais ils semblent plutôt timides. Finalement après de longues minutes à apparaître/disparaître, ils sondent pour de bon et nous décidons de les laisser tranquilles et de poursuivre notre route. Durant le deuxième quart de l’après-midi, on recroise le duo, ils semblent un peu plus coopératifs et se rapprochent du bateau. Le reste du quart fut calme, avec juste un dauphin qui a fait une apparition aussi brève qu’impromptue !

cybelle planete carnet de bord 2019 42

Mercredi 31 juillet 2019 :

Réveil en douceur, petite grâce matinée en attendant la formation de la « bulle » qui allait tracer notre route du jour. Elle nous emporte avec tous les espoirs de nouvelles rencontres que nous nourrissons. Un saut d’espadon s’offre à nous, ainsi qu’une chasse de thons. Le Diapason progresse sur les flots, longe et se rapproche de la frontière de notre « bulle » de micro beau temps. Le vent se lève alors. Il condamne toute possibilité d’observation, mais fait débuter une ballade sous l’écume et les vents. Notre Diapason s’égaye, tout heureux de sortir la voile et de jouer avec les flots à l’image des globicéphales. Il joue et nous transporte, animant ainsi le temps de notre repas de midi. Nous voilà ballotés, secoués, autant que la poêle de légumes de notre délicieuse tarte à la crème fraîche. Ce repas agité n’était que le présage d’un après-midi au calme, sous le signe du farniente, à l’abri dans une crique. A l’heure de préparer le repas, nous décidons de préparer une tartiflette à très basse altitude, environ 1m au-dessus de la mer : que les « hauts-savoyards » nous pardonnent ! Le dernier défi du jour se porte sur le plus jeune du groupe : Robin, vingt ans tout ronds se voit intimer l’ordre de faire le tour du bateau avec une pomme sur la tête. Si la pomme tombe, il devra rentrer au port St Pierre à la nage. Tous certains de son échec, nous levons crânement nos verres pour signaler son départ. A notre grande surprise, Robin prend le jeu très au sérieux. Semblant figé pour l’éternité, il avance d’un mouvement amibien, presque imperceptible. Jouant de ses bras pour rester dans un équilibre parfait. Le visage détendu et calme, il aborde chaque tournant avec prudence, esquive la trappe de la chambre de Nicole et Frédéric qui aurait pu l’avaler plus vite qu’un requin Pèlerin. Pour arriver jusqu’au tau salvateur dans une position de statue grecque avec sa pomme sur la tête. Robin a gagné son défi, il sera le prochain écoguide de Cybelle planète. Après ces émotions, la tartiflette sort du four. Karine ayant miraculeusement retrouvé le chargeur de l’ordi, on a pu rattraper le retard sur le rangement des photos. Pendant ce temps, Emilio et Ludovic partent en expédition sur l’annexe sur la musique de « Pirate des caraïbes » afin de récupérer le sac de composte perdu. Finalement nous nous endormons dans ce coin tranquille afin d’être parés pour le dernier jour d’observation.

cybelle planete carnet de bord 2019 46

Jeudi 1er aout 2019 :

Lors des observations du matin, chasse de thons, des dauphins bleus et blancs, quelques poissons volants. Nous désespérons d’apercevoir un cachalot, voici un poème qui lui est dédié (à répéter avant chaque observation) :
« Cachalot cachalot, montres nous ton dos
Cétacé mais aussi le bout de ton nez
Il parait que souvent tu montres ta caudale
Mais sans toi l’océan nous semble bien pâle
Depuis l’aube aux doigts de roses jusqu’au coucher du soleil
Nous t’offrirons maintes proses toutes plus douces que le miel
Faudra-t-il un sacrifice au terrible Poséidon
Pour qu’enfin de ton souffle nous entendions clair le son ?
Et si malgré nos prières tu préfères le grand Neptune
Nous poursuivrons notre route pour oublier l’amertume
En espérant que l’humain pris dans sa douce folie
De ton genre et de tes reins ne rencontre jamais l’ire
Car telle fascination jamais ne disparaîtra
Dans notre imagination ton aura toujours vivra »

cybelle planete carnet de bord 2019 44
Pour le midi, Nicole et Frédéric nous ont concocté un délicieux chili façon Frédéric, arrosé de citron, un vrai régal ! Durant la sieste, nous avons eu la visite de Pierrot (la libellule du capitaine) et sa bande. Karine a réussi à apprivoiser Nassim (le cousin de Pierrot), ce qui a donné lieu à un shooting photo de libellules. Après un début d’après-midi pauvre en cachalot mais riche en bateaux, nous décidons de faire une halte baignade. L’eau est légèrement fraîche mais calme et limpide. Pierre lance un bout et nous nous y accrochons. Il démarre alors le moteur et nous nous faisons tractés sur plusieurs mètres. Après ces émotions fortes, nous reprenons les observations. Le désespoir commençait à nous envahir pour ces dernières heures en mer quand soudain vers 17h, nous voyons un catamaran qui semblait observer quelque chose. Nous nous rapprochons et voyons un aileron noir, puis deux, puis trois, tout un groupe de globicéphales était venu nous dire au revoir. Nous restons deux heures à les observer et à les filmer sous toutes les coutures. Finalement nous repartons vers notre mouillage car le soleil commençait à se coucher. La préparation des pizzas pouvait enfin commencer. Tout l’équipage est en ébullition et tous les ingrédients que nous trouvons sont mis à profit. En même temps Karine prépare un délicieux gâteau sans œufs. Une fois ce délicieux repas avalé, nous profitons de cette dernière soirée passée tous ensemble pour échanger sur cette incroyable semaine... des images pleins la tête…

cybelle planete carnet de bord 2019 47


Expédition du 03 au 09 août 2019 au départ de Hyères

Jour 1 : Départ le 03/08

Certains se connaissent, d'autres se découvrent ; ce voyage sera la cinquième expédition d'Evelyne et Béa. Céline, Louis et Jo, eux ne les comptent plus.
Après une longue attente, les courses sont enfin livrées au bateau. On réussit à toutes les ranger en partie grâce à la participation héroïque de Capitaine Superslip, notre psychologue de bord. Du coup c'est bon, on peut partir : on quitte le port de Hyères.
Nous amenons le bateau au mouillage de la presque île de Giens. Endroit magnifique, nous en profitons pour nous baigner, baignade qui fait aussi office de douche. Ce sera le cas toute la semaine, mais avec le savon spécial pour l'eau de mer, pas de problème.
Le débat repart concernant la taille du nez de Fred. L'équipe de volontaire exclusivement féminine est ravie d'apprendre que sur un bateau on ne grossit pas. Donc, on va pouvoir se régaler.
La journée se finit au calme, avant une bonne nuit de sommeil pour remplir au mieux la mission.

cybelle planete carnet de bord 2019 48

Jour 2 : Première journée d'observation le 04/08

Départ matinal pour Jo, vers 5h30. La nuit est un peu plus longue pour les volontaires, avec un rendez-vous à 7h30 sur le pont. Néanmoins le réveil a été dur, vu le mal de mer de certaines. Céline s'est donc dépêchée de nous présenter le fonctionnement de l'application « obs' en mer », afin que les unes commencent au plus vite les observations et les autres aillent vite se coucher pour vaincre le mal de mer. Ces dernières nous sont revenues en forme après un bon cachet et une bonne sieste. Elles ont accessoirement été réveillées par les cris « Souffle ! Souffle ! », avant que tout l'équipage ne découvre un superbe rorqual adulte et son petit. On se rapproche doucement, le petit restant en surface, pendant que la mère plonge chasser.
Nous reprenons notre cap, la semaine ne peut pas mieux commencer. C'est alors qu'un autre rorqual surgit à quelques mètres à peine du bateau. Si. Elle pouvait mieux commencer.
Les quarts ont commencé cette après-midi même, après un bon repas et une rafraichissante baignade au large. Ils ont été rythmés par de multiples chasses de thon et dauphins, qui venaient sauter à côtés du voilier. Béa, Céline et Evelyne ont également eu la chance de voir un espadon et une raie-manta.
La soirée est marquée par le 20e anniversaire de Léa, dite « Leilé », avec une bonne tarte aux pommes. Un bel anniversaire au vu de tous les cétacés de la journée, mais surtout le superbe dessin de Louis. Notons la jalousie compréhensible de Céline, qui malgré son statut de mère, n'a jamais le droit à ce genre d'attention.
La journée se termine au large par un splendide couché de soleil, malgré l'absence d'un possible rayon vert. Cela annonce le début d'une courte nuit avec ses quarts, car le voilier étant à la dérive. Chacun notre tour nous nous relayons, afin qu'un duo surveille les bateaux avoisinants. C'est surtout l'occasion de profiter de la voute céleste sans pollution lumineuse. La voie lactée est magnifique, pendant que les étoiles filantes sont au rendez-vous vu que nous sommes début août. Fred et l'autre Léa, surnommée « Dora », ont été en bonne compagnie durant leur quart, ayant entendu un souffle à une cinquantaine de mètres du bateau. L'ami est resté quelques minutes, avant de s'éloigner tranquillement dans l'obscurité, au son faiblissant de son souffle.

cybelle planete carnet de bord 2019 54

Jour 3 : Observations après les quarts de nuit le 05/08

Après une courte nuit mais avec de beau quart, le troisième jour de mission commence. Pétole et mer calme, le soleil se reflète divinement dans l'étendue plane. Durant le premier quart, nombreux sont les dauphins et les puffins.
La surprise reste néanmoins un souffle aperçu : les souffles aperçus lors de la relève. Nous partons à la rencontre des cétacés et découvrons deux rorquals. L'image est belle, mais les animaux sondent vite. Nous décidons de persévérer un peu, car nous manquons de photo d'identification. Au même moment, au loin, nous apercevons pendant une fraction de seconde la queue d'un cachalot en train de plonger. C'est tellement rare que nous décidons d'attendre la remontée du cachalot qui peut néanmoins rester près de 90 minutes sous l'eau. L'hydrophone confirme la présence de l'animal dans les profondeurs.
On attend... Les deux rorquals aperçus au loin ont maintenant disparu. Les minutes passent... encore et encore... mais hélas, plus aucune trace du cachalot. Nous reprenons alors la route, déçus de ne pas avoir vu ce cachalot, ni les deux rorquals. Le bateau avance, nous restons attentifs, presque certains que quelque chose va arriver... Tout d'un coup le bruit d'un souffle ! Un souffle puissant qui lorsque nous relevons la tête, nous offre un spectacle inoubliable. Autour du bateau à quelques mètres à peine, non pas deux, mais trois magnifiques rorquals nous font l'honneur de leur présence. Nous ne savons plus où donner de la tête ! Les souffles se succèdent et les trois grands maîtres des mers continuent d'encercler le bateau !
C'est un moment unique. Magique. Nous venons de vivre un instant hors du temps, émus par la grâce et la pureté de ces animaux... Quelle chance !
Les rorquals s'éloignent ; il est temps pour nous de se baigner et manger avec les souffles dans la distance. L'après-midi s'est faite calme avec quelques puffins et chasses de thons en direction du Cap Camarat. Nous y passerons la nuit.
Nous profitons de la soirée et du magnifique couché de soleil, qui vient clôturer en beauté cette incroyable journée. Chacun prend des nouvelles de ses proches près de la côte, pendant que les lumières illuminent une à une le littoral.

cybelle planete carnet de bord 2019 52

Jour 4 : Les punks de Fred le 06/08

Une journée incroyable et merveilleuse en compagnie de trois cachalots, qui nous ont successivement offert le spectacle de leur reprise de souffle. Après de longue apnée ces animaux ont besoin de se reposer à la surface, ainsi avons-nous eu la chance de les observer.
C'est Louis qui a aperçu le premier cachalot lors de sa remontée en surface, une fois le bateau passé. Grâce au jeune matelot nous avons pu contempler le majestueux mammifère avant qu'il ne plonge avec grâce, malgré ses quelques 50 tonnes. Le cachalot parti et les photos d'identification bonnes, Céline est retournée se coucher. Le cachalot lui est apparu en rêve avec deux de ses compagnons. Un bon présage ne pensez-vous pas ? De plus comme vous l'expliquerait si bien Béa, dès que Céline se laisse bercer par les vagues et sombre dans le sommeil, un animal apparaît.
Ainsi est aperçu le souffle du second cachalot. Lui aussi nous a offert l'indescriptible émotion de sa présence. Et comme le dit le proverbe « jamais deux sans trois », le troisième cachalot a surgit sous nos yeux ébahis par sa beauté et notre incommensurable chance. Incommensurable car aujourd'hui leur population n'est estimée qu'à 400 individus dans le Pelagos.
Ces rares géants des mers ont pourtant un caractère bien trempé, n'hésitant pas à montrer leur mécontentement et donc leurs crocs aux navigateurs trop curieux, voir même à foncer dans les bateaux. Il est déjà arrivé qu'un marin cri dans sa radio pour du secours, car un cachalot n'arrêtait pas de frapper sa maigre coque. Le pauvre animal avait dû être blessé plus tôt dans la journée, se vengeant ainsi sur le premier bateau venu. Cette anecdote racontée le premier soir avait valu à l'espèce le surnom de « punk » et l'adoration de Fred. Cette dernière a ainsi enfin pu admirer ses chouchous, mais a également découvert la particulière et prenante odeur de leur souffle...

cybelle planete carnet de bord 2019 51
Cette journée bien remplie a été coupée, comme toujours, par une belle baignade. Béa nous a battu un record de vitesse, lorsque Louis a cru déceler des méduses dans l'eau. Elle a heureusement appris qu'il s'agissait bel et bien de macro plancton, mais d'une autre espèce ici inoffensive. La frayeur fut néanmoins belle et la vitesse de nage jusqu'au bateau grande.
Lors de cette baignade, Céline s'est fructueusement attelée à la pêche à la vélelle, nous présentant ainsi un spécimen. Evelyne a qualifié cette pêche de barbare car peu délicate, la perte de quelques habitants sur la savante construction l'attestant. La maladroite mais bonne attention nous aura tout de même permis de voir de près les particulières et surprenantes vélelles. Plus tard dans la journée, nous avons aussi admiré une petite tortue, malheureusement blessée qui s'est rapidement enfuie, ainsi qu'un groupe de dauphins. Ils sont restés discrets à l'approche du bateau, surement dû à la présence d'un bébé parmi eux.
Pour finir en beauté, Leilé, Sophie et Jo nous ont préparé un diner de roi : tortilla, pizza, guacamole et le fameux mojito de Béa. Nous sommes au mouillage à St Tropez en face de la maison de Brigitte Bardot. Nous avions prévu de dormir sous les fenêtres d'une autre Brigitte, notre première dame Brigitte Macron. Par manque de temps nous ne pourrons aller dire bonjour au président, au grand regret de Louis et Fred.
Petite anecdote du soir : Fred était déçue que sa sœur Céline n'ait pas sa photo autour du coup dans un pendentif. Sophie a alors déclenché un fou rire général en lui expliquant « le nez ne rentrerait malheureusement pas sur la photo ».
Tout est magnifique ; nous n'avons pas les mots pour décrire cette journée. Hâte de s'endormir pour commencer une nouvelle journée au large, pleine de surprise.

cybelle planete carnet de bord 2019 56

Jour 5 : En quête de globi le 07/08

La mer est agitée à l'orée de cette 5e journée et les quarts d'observation impossibles. On en profite pour naviguer à la voile pendant que Fred révise son permis bateau à la barre. A la suite de cela, Louis se plaindra d'un bleu sur le dos pour « cause », la conduite brusque de sa tante.
Nous mangeons un rapide repas ponctué d'un délicieux gâteau à la banane, préparé avec soin par Céline. La digestion est de courte durée car la mer nous offre enfin de bonne condition d'observation. Nous avions mis le cap sur les trois canyons au large de Toulon, dans l'espoir de voir des globicéphales. Ainsi avons-nous commencé une veille attentive, très attentive. Afin de voir les difficilement observables globicéphales, nous nous y sommes mises à 7 écovolontaires.
Dans cette quête du globi, nous sommes rejoints par des whale-watchers connus de Cybelle Planète.
La quête aux globis reprend. Elle sera coupée par une baignade rafraîchissante au large, avant de reprendre les observations. Nous verrons un beau cachalot et des dauphins, avant une longue veille jusqu'à Porquerolles ponctuée de puffins et macro-déchet.
L'arrivée et le repas sont tardifs mais dans la bonne humeur. Fred et Sophie préparent leur plan d'approche des bars et yachts, tactique : se laisser dériver au vent jusqu'au dernier yacht de la baie et se faire recueillir en tant que naufragées. Problème, si le bateau est étranger il faudra se débrouiller en anglais. Du coup Fred nous fait l'honneur d'une session de révision en anglais, afin d'aborder « the bat ».

cybelle planete carnet de bord 2019 53

Jour 6 : Dernier jour en mer le 08/08

La fin de la mission arrive déjà. Nous commençons les observations avec une once de nostalgie, bien que certaines y soient habituées.
Fred et Dora ont été réveillés aux sauts des dauphins. Un peu plus tard nous observerons encore 2 rorquals, avant de partir en direction de Toulon espérant toujours voir des globis. Pendant les calmes observations, Sophie et Fred nous « racontent » leur superbe soirée à Porquerolles. Tournée des grands ducs en talons aiguilles, avant un retour à la nage à l'aube.
Le vent montant, nous raccourcissons les quarts et essayons d'observer la mer le plus longtemps possible. Nous réussissons à voir un splendide saut de raie-manta, avant que les conditions météorologiques ne permettent plus d'observation.
Ainsi décidons nous de rentrer à la voile jusqu'à Hyères. Nous croisons un sous-marin en route, pendant que Jo laisse la barre aux deux Léas. Fred et Béa trouvant la vitesse en vent arrière trop faible, elles lanceront le bateau de Jo au près pour quelques bords.
Arrivée à la badine, Dora s'essaye au mouillage en envoyant à la baille le slip de bain de notre capitaine super slip.
Heureusement, Sophie plonge vaillamment pour le récupérer au prix d'une bonne brulure de méduse. Au vu de la présence du macroplancton, la baignade est raccourcie. Juste une douche, on remonte rapidement la piscine.
Ainsi avons-nous le temps pour une belle virée shopping, où notre vendeuse préférée nous présente ses supers articles cybelle planète. De là commence un défilé de volontaires.
Actuellement a lieu l'apéro, avant un bon repas et une soirée dans la bonne humeur. Pendant qu'on écrit ces dernières lignes, on prépare justement ce repas et profitons du doux ronflement de Jo. C'est ici que se termine véritablement ce journal de bord mais pas cette belle mission. On repartira demain ravis de s'être rendu utiles, tout en ayant passé une incroyable semaine

cybelle planete carnet de bord 2019 55

Jour 7 : Le départ le 09/08

Ce dernier jour de mission est écrit en avance, mais l'émotion des derniers moments reste présente.
Demain il nous faudra nettoyer le bateau et le préparer au mieux pour la mission suivante. Nous conclurons la matinée par un repas au restaurant, avant de se dire au revoir.
Chaque mission à une fin. Pour la nôtre elle arrive ici. Mais quelle fin et quelle mission ! Le temps fut splendide pour les observations et ses dernières furent plus que belles et nombreuses. De plus, la semaine s'est déroulée dans la bonne humeur et le partage. Il faut néanmoins avouer que la fatigue est présente en fin de course.
Merci d'avoir lu jusqu'ici. Merci à Cybelle Planète de nous accueillir sur cette mission et à tous les écovolontaires de rendre ces missions possibles. Et merci à notre planète de nous offrir toutes ces merveilles à admirer.
Lors de cette mission nous avons parfois certes peu dormi, mais le reste du temps nous rêvions éveillées.
Les écovolontairEs de la mission cétacés,
Du 03/08 au 09/08....

cybelle planete carnet de bord 2019 49


Expédition du 10 au 16 août au départ de Hyères

Jour 1

C’est une nouvelle semaine qui commence et une nouvelle équipe qui se rencontre. Certains sont venus ensemble, une famille et un jeune couple d’amoureux. Pour l’heure chacun s’approprie l’espace réduit du bateau. On va apprendre à cohabiter tous ensemble le temps d’une semaine qui promet de nombreuses surprises.
Les courses rangées, le bateau quitte le port de Hyères et se dirige vers le mouillage de la Badine. On passe l’après-midi à se détendre, se baigner, bronzer et surtout faire connaissance. L’endroit est superbe et l’ambiance conviviale. On sent l’impatience de la journée de demain. Jo lèvera l’ancre à 5h pour nous permettre d’être au large quand on se réveillera. En attendant cette première journée d’observation, on part se coucher, des images plein la tête de ce que nous espérons voir.

cybelle planete carnet de bord 2019 62

Jour 2

Réveil difficile. Le petit bercement du moteur nous réveille tout en douceur et en mal de mer. L’équipage barbouillé se rejoint sur le pont pour une leçon d’utilisation d’Obsenmer par notre écoguide Julie. A tour de rôle, les derniers survivants s’entraînent au maniement de l’application et des jumelles paramétriques. En effet, le mal de mer a fait beaucoup de victimes dans nos rangs. Chasses de thons et puffins se succèdent, mais aucun cétacé à l’horizon. Il nous faudra patienter quelques heures pour enfin observer deux groupes de dauphins venus nager à l’étrave du bateau. On a vu un saut d’espadon, important de le préciser, vu que l’après-midi fut assez calme, à part pour l’estomac d’Alice.
Nous finissons la journée au mouillage du Cap Camarat où notre douche en mer fut écourtée par la venue surprises de trois méduses pélagiques qui à elles seules ont suffi à faire remonter en vitesse tout l’équipage sur le pont. Un moment qui nous a fait bien rire, mais une fois en sureté sur le bateau, évidemment. Ce soir un bon repas nous attend, ainsi qu’une bonne nuit de sommeil.

cybelle planete carnet de bord 2019 60

Jour 3

La journée commence par un faux départ. En effet, Jo est parti comme d’habitude à 5h, mais a été contraint de rebrousser chemin à cause des orages. Nous avons finalement quitté le mouillage vers 7h sous une petite pluie fine. Exceptionnellement, le premier quart débute à 8h30, mais lui, comme presque tous les autres quarts de la journée, sera bien vide d’observation. Heureusement, l’arrivée de Camille pour le 2eme quart attire quelques dauphins dont un qui vient nager à l’étrave. Les autres dauphins restent assez discrets. Est-ce la présence des jeunes que l’on aperçoit qui les pousse à la prudence et les tient éloignés ? Pour la suite de la journée, quelques poissons volants nous tiennent compagnie jusqu’à notre retour anticipé au mouillage à cause des conditions météos. Côté repas, la créativité de Jo aux fourneaux a fait des merveilles : gratin de riz et légumes à midi et longe de porc à la moutarde pour le soir. C’est avec impatience que nous attendons la tombée de la nuit pour pouvoir admirer les étoiles filantes annoncées.

cybelle planete carnet de bord 2019 61

Jour 4

Une mer agitée nous attend au réveil. Pendant le premier quart, l’observation est rendue difficile par la houle et nous vaut un retour prématuré au mouillage. A défaut de cétacés, bronzage, baignades et sieste au programme de la matinée. Après une salade exotique, nous retentons notre chance au large et cette fois-ci c’est la bonne ! La mer étant calme, nous apercevons quelques dauphins ainsi qu’un inattendu Mola Mola. Jo éteint les moteurs et nous pouvons l’approcher en douceur. Il nage autour du bateau pendant une dizaine de minutes devant nos yeux émerveillés. Il pose volontiers pour les photos et se laisse même filmer par Julie à la GoPro. Vers 18h, nous arrivons au mouillage de Saint-Jean Cap Ferrat où nous admirons de magnifiques villas et de nombreux yachts. Au menu de ce soir, une quiche et une pizza au milieu de la baie scintillante. Et cerise sur le gâteau, un magnifique feu d’artifice éclaire la baie de camarat de mille feux.

cybelle planete carnet de bord 2019 58

Jour 5

Ce matin dès la première seconde d’observation, des dauphins surgissent ! De quoi nous motiver pour la journée. Pour clôturer le premier quart d’OBS de la matinée, nous avons la chance de revoir un groupe de dauphins avec plusieurs jeunes et des nouveau-nés. En raison d’une forte houle, les tâches ménagères ont mis nos estomacs à rude épreuve. Le premier quart de l’après-midi nous remet d’aplomb grâce à l’arrivée de nouveaux dauphins. Le mystère plane encore dans nos têtes suite à un saut non identifié à la fin du quart. Etait-ce une raie ? Un cachalot ? On ne le saura jamais… Retour au mouillage du Cap Camarat, où nous pouvons nous baigner sans méduse, pendant que Jo, Julie et Léa nous préparent bruschetta, crêpes, guacamole et gâteau à la banane : un vrai festin.

cybelle planete carnet de bord 2019 59

Jour 6

Dernier jour, derniers quarts… la journée s’annonce venteuse et nous prévoyons exceptionnellement trois quarts pour la matinée, seulement… le réveil de Jo n’a pas sonné ! Ouf, quelques minutes de sommeil en plus ! Ce début de journée à 6h nous permet de profiter d’une merveilleuse levée de soleil. Festival de dauphins et de chasses de thons, mais toujours aucune trace des rorquals et des cachalots…
Le vent et la houle interrompent assez vite le troisième quart et nous mettons donc le cap vers Hyères toutes voiles dehors. Sur une mer déchaînée, nous passons par toutes les émotions trois heures durant : l’occasion d’étrenner nos vêtements de pluie pour affronter les gerbes d’eau salée, le froid, le vent, et la peur pour certains mais Jo maîtrise avec l’aide de Léa à la barre. Une fois arrivée, la faim qui nous tenaillait le ventre depuis plusieurs heures peut enfin être rassasiée. L’équipe se jette sur la nourriture pendant que ceux de vaisselle s’activent pour effectuer leur quart. Quelle vaisselle d’ailleurs ! Vincent, notre héros, s’est jeté dans une mer déchaînée sans la moindre hésitation afin de secourir le malheureux sceau qui était tombé à l’eau. La fin de l’après-midi se termine tranquillement, chacun s’occupe et se repose, mais l’air est teinté d’une légère tristesse car ce voyage se termine. La frustration est elle aussi présente, car bien que cette semaine ait été magnifique, il nous aura manqué quelques rencontres animales pour être comblés.
Ce soir nous rentrons au port, un goût d’inachevé qui ne nous quitte pas, néanmoins les conversations sont joyeuses et légères. Nous sommes heureux de cette expérience, et heureux de ces rencontres qui resteront dans nos mémoires.

cybelle planete carnet de bord 2019 57

 


Expédition du 17 au 23 août au départ de Hyères

« Cybelle planète nous embarque pour une Cybelle Aventure »

Par Katy, Frédéric,Hugo,Lydie, Fanny,Yann et Evelyne.

cybelle planete carnet de bord 2019 66

Nous sommes lundi et nous n’avons pas eu le temps de rédiger nos observations.

Il faut dire qu’en moins de 48 heures, nous avons été gâtés. Après une nuit de mouillage vers le port St Louis, Jo le skipper a pris le large à 5h : tout le monde dormait ou essayait…Il faut un temps d’adaptation pour se laisser bercer par la houle. C’est pourquoi, le réveil du dimanche matin a commencé par « dauphin ! ».
Cette journée dominicale s’est terminée par la rencontre de dauphins de Risso : adultes et jeunes se sont approchés du voilier. Instants magiques ! Jo n’en avait pas vu depuis 3 ans.

cybelle planete carnet de bord 2019 68

Nous avons passé la nuit du dimanche au lundi en pleine mer à 50 km des côtes. La pleine lune a permis de réaliser les quarts de surveillance dans de bonnes conditions : deux personnes surveillent les autres bateaux en mer pendant que les sept autres dorment.

La journée du lundi défile ponctuée par des surprises de taille. Une sterne avait élu domicile sur le dos d’une des deux tortues flottant en surface. Deux autres tortues ont posé pour être filmées, photographiées. Les jeunes dauphins du lundi matin, quant à eux, ont été plus sauvages, ils ont montré les dorsales puis se sont cachés. Par contre, lundi midi à l’heure de la baignade nous avons vu un « tapis volant sous-marin » : une raie « diable des mers » s’est présentée sous nos tubas. C’était juste sensationnel ! Vers 14 h, avant de commencer les quarts d’observations, des raies diables de mer sont venues rendre visite au bateau. C’était l’heure des vidéos, photos…elles étaient énormes. Merci Fanny pour ton œil de lynx car après le repas, tu as en plus repéré un rorqual. Et les rendez-vous se sont enchaînés car nous avons vu cinq rorquals dont un jeune.
Quelle journée ! Soleil mer très calme, que de bonnes conditions pour savourer tous ces bonheurs. Et Jo nous annonce une deuxième nuit en pleine mer…
Mais l’heure est à l’apéro, à la quiche et la pizza avec en plus, un superbe coucher de soleil.

cybelle planete carnet de bord 2019 64

Mardi 20/08 :

Magnifique début de journée pour l’une des écovolontaires, Lydie, qui a eu la chance de voir passé 4-5 dauphins sous elle lors de sa plongé, inoubliable !!

Le reste de la journée fut plus calme malgré des conditions météo idéales. Nous n’avons pas encore observé de cachalot et globicéphale que nous espérons voir avant la fin de notre expédition. Mais nous avons malgré tout eu le plaisir de rencontrer plusieurs bandes de dauphins (l’un d’entre eux, un bleu blanc est allé à l’étrave du bateau). Nous avons également vu la queue d’un rorqual et plusieurs souffles provenant de la même espèce de cétacé.
Le vent augmentant, nous sommes allés sur la côte pour la nuit au cap camarrat et avons utilisé les voiles. Julie, notre pétillante écoguide a pris la barre quelques temps, c’est prometteur pour le permis bateau qu’elle souhaite passé prochainement !

Nous avons terminé la journée par un bon repas, composé d’un plat principal épicé élaboré par Jo, notre chef de bord, et d’un gâteau aux pommes.

cybelle planete carnet de bord 2019 63

Mercredi 21/8 :

Aujourd’hui, nous quittons le mouillage du Cap Camarat à 7H, direction : pleine mer ! Malheureusement, au bout de 30 min, Jo notre CDB (Chef de Bord) nous annonce que les conditions météo nous contraignent à rebrousser chemin… Direction vers un autre mouillage pour y passer la matinée. Nous arrivons au Cap Lardier. Une nouvelle observation démarre alors celle de la jet set, des yachts au design de « suppositoire » et aux nuances bleu-vert turquoise (pantone à définir pour Yann notre illustrateur à bord). Les discussions vont bon train lors du déjeuner, l’humeur est à la rigolade ! Nous ne sommes pas trop à notre place parmi tous ces gros bateaux, nous tentons une nouvelle sortie… Hissons la voile ! Mais nous ne pouvons toujours pas aller en pleine mer à cause du vent. Nous longeons donc la côte et passons en mode observation niveau 2 mais… RAS ! Nous nous consolons en mangeant le bon gâteau pommes-carottes fait ce matin par notre CDB. Nous rejoignons la résidence présidentielle, ce soir nous sommes au mouillage au fort de Brégançon… C’est l’heure de l’apéro et des bruschetta ! Demain est un autre jour…

cybelle planete carnet de bord 2019 67

Jeudi 22/09/2019

Nous voici au dernier jour d’observation. Nous nous réveillons avec l’espoir d’apercevoir des cachalots et des globicéphales, les seules espèces à nous avoir déjouées jusqu’à présent. Si celles-ci resteront invisibles toute la journée, nous allons néanmoins pouvoir apprécier la vue d’un rorqual peu aimable, d’une tortue assez âgée pour être accompagnée de coquillages et de dauphins, toujours aussi joueurs. Après ces rencontres, nous nous redirigerons, les cœurs un peu lourds mais des souvenirs pleins nos têtes, vers le port de Hyères, où nous remettrons pour la première fois depuis une semaine nos pieds sur la terre ferme.

cybelle planete carnet de bord 2019 65

 


Expédition du 24 au 30 août au départ de Hyères

24/08/2019

Pierre en éco-skipper, Aurélia en éco-guide, et la dream team : que des filles, Audrey, Léa, Chloé, Cécile, Gaylor et Francine.
Après quelques échanges cordiaux avec les autres bateaux et une régate impromptue et endiablée, nous avons fait route vers la muraille de Chine, mais… changement d’humeur nous avons mouillé à Porquerolles : crapaud, princesses, mais aucun cétacé aujourd’hui.

cybelle planete carnet de bord 2019 71

25/08/2019

Premières observations en navigation :
1 : chasse de thons
2 : dauphins bleus et blancs
3 : poisson lune
4 : raie
Nous avons été gâtés mais nous n’avons pas vu de cachalot. Demain, on espère.
On mouille dans une crique un peu avant St Tropez, au cap Taillat, qui nous a malheureusement privé de coucher de soleil, mais on a bien pu se baigner, l’eau est excellente. Cela n’a pas été notre seule baignade puisque nous avons aussi pu nous baigner juste avant le déjeuner avec le poisson lune !
Un cœur à la dérive, gonflé à bloc, a été sauvé d’une noyade certaine, ou d’une fin dans l’assiette d’une tortue ... Francine l’offrit tendrement à Pit... qui tendrement l’offrit à Cécile… qui lacéra sauvagement ce petit cœur de 10 coups de griffes.
Nous étions tranquillement en train de savourer notre déjeuner quand Aurélia bondit : « Oh Oh OH ! » Elle venait de voir le diable !
Le diable de mer nous a offert un ballet, une baignade partagée avec l’équipage puis s’en est allé.
Nous passons la soirée dans une crique paradisiaque, accueillis par un ballet d’étoiles, avec un petit verre de rhum bien mérité.

cybelle planete carnet de bord 2019 73

26/08/2019

Après le stress du planning très chargé, nous avons déjeuné au soleil levant. Un premier quart sans rien voir à part quelques moutons, le mola-mola et les velelles étaient de la partie à midi. Petite sieste dans les bras’de’Pit dont nous avons été tirés pour continuer les observations sous un soleil de plomb et une mer d’huile. Nous avons suivi les nids en polystyrène, transportés par un courant porteur d’espoir jusqu’à l’objet de notre quête : tortues, dauphins, et …. Bébé cachalot ! Malheureusement il était l’objet du repas de deux magnifiques requins bleus.

cybelle planete carnet de bord 2019 70

 

27/08/2019

Première surveillance de nuit, alors que nous luttons contre la fatigue, Joséphine le cachalot nous offre un souffle d’espoir. L’émotion laisse ensuite place à la peur d’une collision avec la bête. Seuls les mots du skipper réveillé en sursaut par une lampe frontale rouge parviennent à calmer les craintes des éco volontaires. Tel Marin dans Némo, notre navire a vogué sur un courant de tortues jusqu’à une maman cachalot et son petit. Nous restons plusieurs minutes auprès de cette famille avant de reprendre notre route.
N’écoutant que notre cœur d’éco volontaire, nous avons pris le temps de retirer quelques déchets de la mer. Assumant sa position d’unique membre de la gente masculine, Pit s’est porté volontaire pour cette tâche. Après avoir déversé des litres de sueur pour cet effort, il part se rafraichir dans l’eau avec son fameux slip rouge, en compagnie d’un poisson suiveur et d’une tortue Caouanne. En bref, une journée riche en découverte et en surprise, le karma est avec nous !

cybelle planete carnet de bord 2019 72

28/08/2019

Début d’observations : vent, pluie, nuages, froid…. Trop de vent, trop de moutons, nous partons à la voile... quand nous risquons de nous faire rattraper par un orage. Branle-bas de combat, Pit n’écoutant que son courage, commence par prendre des ris, puis l’orage se rapprochant encore nous affalons la voile… Tout moteur dehors et ACDC à fond… nous nous échappons !
Pas de cétacés mais un concours de barre… pour terminer dans la crique de Jurassic Park, paradisiaque mais bourrée de méduses. Une nouvelle nuit sous les étoiles.

cybelle planete carnet de bord 2019 74

 


Expédition du 31 août au 06 septembre au départ de Hyères

31 août 

Bonjour tout le monde, 1er jour de notre semaine en mer. 10 heures : RDV au port. Session courses, repas et vamos !
Direction Porquerolles, on fait connaissance, on découvre le bateau, le Diapason, dans lequel nous allons cohabiter une semaine.
Equipe 100 % féminine : notre écoguide, Aurélia, Isabelle, Danièle, Lucie, Emma, Bouchra, Gaylor et Anne-Laure, pour la plus grande joie de notre Skippy : Pierre.
Petite session baignade, snorkeling. On y voit des poissons : oblades, dorades ...
Petite douche à l’eau de mer, apéro, repas et soirée tranquille !

cybelle planete carnet de bord 2019 75

1er septembre

Réveil à 7 heures avec le bruit du moteur. On ouvre les yeux tout doucement sur la belle journée qui s’annonce.
Tout le monde est motivé à bloc pour observer les cétacés.
1er quart, 2e quart, 3e quart ... Nothing, même pas un petit poisson volant ! Pour autant la bonne ambiance règne sur le voilier.
Notre écoguide et notre capitaine sont au TOP !
Le temps se gâte, direction Saint-Tropez pour se protéger de la tempête, grande voile ouverte !
Nous sommes maintenant fin prêts à compter les yachts, à défaut de compter les cétacés.
Une fois posés dans la baie de Saint-Tropez, nous avons pu apercevoir un beau 3-mâts, peut-être celui de la reine d’Angleterre ?

Petite baignade avant le dîner et hop, tous au lit !

2 septembre

Nous avons vogué toute la matinée, même pas une chasse de thons à l’horizon ! Le temps devenant menaçant, Pit décide qu’on aille s’abriter dans la baie d’Antibes.
Déjeuner à bord, suivi de la session sportive avec le gonflage de l’annexe sous la chaleur du soleil.
Quartier libre pour l’équipage !
Emma préfère rester à bord, car une semaine sur un voilier signifie pas un pied sur les graviers !
Skippy, en tant que capitaine responsable de son bateau, décide de le surveiller pour éviter toute tentative d’invasion de pirates antibois.
Lucie, quant à elle, décide de rester sur le bateau pour lui prêter main-forte, après avoir bravé la mer sur son annexe de fortune.
Danielle et Aurélia sont parties en mission courses pour ravitailler l’équipage en fromages, sans oublier les fameuses olives du capitaine.
Gaylor est partie en mission carte postale !
Isabelle, Bouchra et Anne-laure sont allées explorer les fonds marins d’Antibes ! Elles ont pu y voir : orphies, vipère de mer, castagnoles…
Retour sur le bateau pour l’apéro traditionnel avant la petite séance de ciné. En effet, nous avons visionné le film de Cousteau Le Monde du silence ! Nous avons pu constater ainsi que les pratiques de pêche et d’observation des animaux ont évolué depuis les années 60.

3 septembre

Départ de la baie d’Antibes vers 6 h 30, Pit veut nous emmener au large le plus vite possible. Il ne nous faut pas longtemps pour observer nos premiers dauphins. On les a vus au loin, ils se sont approchés du bateau pour nous accompagner quelques instants. Tout le monde était aux anges !
Première observation : l’émotion est palpable.
Nous reprenons le cap, nous voyons des chasses de thons et d’autres dauphins qui s’amusent à jouer à cache-cache en passant sous le bateau de gauche à droite et vice versa.
Pause déjeuner pendant laquelle nous échangeons sur les observations du matin.
Reprise du cap et, trente minutes plus tard, Anne-Laure aperçoit un aileron au loin. C’est un animal plus grand qu’un dauphin. Nous décidons de nous rapprocher de l’animal et en effet, une fois arrivés nous voyons que c’est bien un magnifique rorqual. Un instant magique ! 22 mètres de long, d’après Pit ! Plus grand que notre voilier qui mesure 13 mètres. Nous sommes tous ébahis par une telle splendeur, les cliquetis des appareils photos sont incessants. L’animal souffle de manière majestueuse juste à côté de nous. L’occasion est rare, presque inespérée. Le rorqual ne semble pas dérangé par notre présence, il continue sa route tranquillement en ondulant. Nous repérons une marque sur sa dorsale, peut-être un accident ?
Nous restons là jusqu’à sa disparition sous les eaux profondes. Nous avons attendu cinq minutes, espérant le voir remonter.
Reprise du cap, l’après-midi est bien rempli entre observation des dauphins, du rorqual que nous avons croisé cinq fois sans le faire exprès. Nous avons vu également un bébé parmi les dauphins, son saut maladroit nous a tous amusés et émus.
Après toutes ces belles émotions Pit nous propose de passer la nuit en mer. Il nous explique les consignes de sécurité et fait la liste des tours de quarts de deux heures que nous prendrons chacune. La nuit va être longue.

cybelle planete carnet de bord 2019 78

4 septembre

Réveil en pleine mer, remplis d’espoir !
1re pêche du jour : un ballon prénommé Edo, qui devient le nouvel ami du capitaine, ainsi qu’un matelas grand confort.
Vers 9 h 15, belle surprise ! Nous avons aperçu 3 dauphins. Nos sirènes Lucie et Bouchra, et notre Skippy national, ont tapé dans l’œil d’un dauphin qui les regardés droit dans les yeux ! Un moment magique !
Nous avons revu des dauphins un peu plus tard dans la journée, ils s’amusent à l’avant du bateau et passent dessous pour aller au loin.
Dans l’après-midi nous avons eu la visite d’une tortue, elle est repartie aussi vite qu’elle est arrivée ! Gaylor, affamée, a failli la confondre avec un avocat géant.
Le reste de la journée fut calme, nous allons nous poser à Port-Cros, dans la crique est, et tentons une petite baignade parmi les méduses, que nous avons réussi à éviter. Nous avons vu des orphies et des oblades dans les champs de posidonies qui nous consolent de nos rencontres piquantes !
Nous avons dîné et eu la chance de déguster le gâteau aux pommes de Gaylor, recette transmise de génération en génération. Le secret : une demi-canette de bière !
Skippy et les membres de l’équipage apprivoisent Edo en se le passant de main en main jusqu’à sa chute fatale dans la mer. Heureusement nous avons réussi à le récupérer.
Aparté sur la vie à bord
Pit a un coup de chaud, il chante en inversant les mots et la mélodie, il semblerait que ça soit une chanson d’amour. Bouchra et Lucie coupent des légumes pour faire un tian.
Isabelle est impatiente de se baigner, Aurélia travaille dans le carré. Emma, Gaylor et Anne-Laure sont à l’avant pour leur quart d’observation.
Il y a plein de moucherons et Pit nous explique que c’est dû au changement de marées. En tout c’est ce qu’a compris Danièle.
On en est au 3e quart et on a vu des dauphins, on grignote des noisettes, on bavarde ; on espère tous revoir un grand cétacé, comme Marcel le rorqual.
Danièle dit à quel point elle est contente de faire cette expédition, cela lui permet de déconnecter de la vie de tous les jours et de vivre totalement l’instant présent. La vie à bord est spartiate mais ça va, on se lave à l’eau de mer, c’est rigolo.
Nous avons passé la nuit dernière en mer et tout le monde a fait ses quarts.
Pit fait du guacamole et vide les avocats avec une fourchette, sacré Pit !

5 septembre

Nous sommes partis à 5 h 30 pour observer les cétacés… Enfin c’est ce qu’on croyait… Cette virée en mer a basculé en « accroche-toi bien pour rester sur le bateau ». En effet, le vent s’est levé et nous nous sommes retrouvés au milieu d’une mer déchaînée ! Pit s’éclate à prendre les vagues, l’équipage tente de garder l’équilibre. Nous avons Isa, Emma et Aurélia qui ont réussi à ranger toutes les affaires pour éviter la cata dans le bateau.
Pendant ce temps, Anne-Laure, qui a fini péniblement son petit petit-dèj au lait caillé, a commencé à avoir son estomac un peu en vrac. Pit invite les personnes qui ont le mal de mer à porter leur gilet de sauvetage, on ne sait jamais ! Vu la houle de près de 3 mètres, tout le monde s’est empressé de l’enfiler !
Anne-Laure, qui était plus que confiante grâce à son patch, a tout de même décidé d’en mettre un 2e vu les circonstances ! Le problème, c’est que c’était trop tard. Le patch a montré ses limites et le seau bleu est devenu son meilleur ami de 8 h 30 à 11 heures. Elle a été malade tout du long !
Pit lui annonce un « On arrive d’ici 20 minutes » qui s’est transformé en une heure trente. Elle a réussi à tenir bon grâce au soutien de l’équipage. Big dédicace à Aurélia et Isa !
Nous avons admiré le talent de nos 2 boss, Aurélia et Pit, qui ont assuré comme des chefs.
11 heures : arrivée dans la crique de la Badine, nous sommes à l’abri. Nous avons du mal à imaginer que cinq minutes avant nous étions en pleine tempête. On rigole doucement en voyant des voiliers partir vers le large. On se pose dans une jolie crique, le vent souffle de plus en plus fort, mais nous avons retrouvé une stabilité, pour le plus grand bonheur d’Anne-Laure, qui se remet tranquillement de cette matinée un peu secouée.
Après-midi à la cool. Sieste pour certains, papotage pour d’autres et nage pour les courageuses qui vont rejoindre la petite plage d’à côté.
Aurélia récupère les photos de tout le monde, les trie et a soudainement une envie de crêpes ! Sa camarade bretonne ne peut décliner cette proposition, et c’est parti pour la crêpe attitude !
Pizza et crêpes pour notre dernier dîner, royal !

Une soirée bercée par les éclairs qui partent de la terre et non du ciel… un peu bizarre ! Le vent souffle toujours, nous allons nous coucher pour être en forme pour notre dernière matinée.

6 septembre

Arrivée à Hyères, petit déjeuner de folie avec croissants et crêpes, que demander de plus ! En même temps, il fallait bien prendre des forces pour la session grand ménage qui nous attendait.
A vous chers lecteurs, nous vous souhaitons une très belle mission ! ;)
Hasta la vista !

cybelle planete carnet de bord 2019 76